Archives par mot-clé : Tapisserie

Les Masfayon. Une famille de marchands tapissiers et de tapissiers d’Aubusson sous l’Ancien Régime : ses ateliers, ses stratégies, ses réseaux, ses productions

Monsieur Michel Masfayon soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art, dirigée par M. Pascal Bertrand,  professeur d’histoire de l’art moderne, le jeudi 27 janvier 2022 à 14h00, salle des thèses de la Maison de la recherche (université de Bordeaux Montaigne, esplanade des Antilles, Pessac). La soutenance est publique.

La perte d’Aman, Aubusson, début XVIIIe siècle, mairie de Luzy (Nièvre)

Après des débuts relativement obscurs, la production de tapisserie à Aubusson a connu un véritable essor du milieu du XVIe à la fin du XVIIIe siècle. Il a été choisi d’illustrer ces quelques deux siècles de création et de commercialisation au travers des activités d’une famille de tapissiers et de marchands tapissiers de cette ville, les Masfayon.

Cette famille ne compte pas parmi les plus connues et les plus célèbres d’Aubusson, bien que quelques-uns de ses membres aient été cités dans les ouvrages de référence sur le sujet. Des recherches plus approfondies ont cependant permis de révéler l’existence dans cette période d’au moins trois Audoin, deux Claude, cinq Étienne, cinq François, deux Gabriel, quatre Gilbert, trois Guillaume, six Jacques, pas moins de dix-sept Jean, trois Léonard, trois Louis et trois Michel, sans oublier dix Pierre Masfayon. Ils ont pour la plupart d’entre eux travaillé activement au tissage ou au négoce de la tapisserie.

Les archives ont livré des documents permettant d’aborder la manière dont plusieurs de ces Masfayon ont été formés « audit art de tapissier », dont ils ont organisé leur atelier, conclu des alliances familiales ou professionnelles et constitué des réseaux, alors que d’autres quittaient Aubusson pour tenter d’élargir leur champ d’action, certains allant jusqu’à commercer à Paris ou dans différentes parties du royaume, en lien avec des marchands connus.

Cette démarche a ainsi exploré de manière très concrète et détaillée, des années 1580 aux années 1780, bon nombre des stratégies mises au point par les producteurs et les négociants de tapisseries d’Aubusson. Reposant sur un tissu d’ateliers essentiellement familiaux, le modèle économique qu’ils ont développé leur a permis de dépasser le cadre, de prime abord relativement peu propice, d’une ville de taille modeste, relativement éloignée des grands centres d’habitation et de commercialisation, pour atteindre une réputation qui a même franchi les frontières du royaume.

Cette étude n’aurait pas été complète si le résultat de tous ces efforts n’avait pas également été rapidement évoqué. À partir de l’exemple de tentures relatant l’Histoire de Joseph ou l’Histoire d’Esther, ainsi que quelques autres ensembles, il a été possible de se faire une idée, malgré la perte de leur traces, de ce qu’avaient pu être certaines des tapisseries commercialisées par les Masfayon, et même de tenter de proposer une typologie de ces œuvres.

 

Les couleurs retrouvées des tapisseries d’aubusson

Annonce de journées d’étude. Ces journées d’étude seront l’occasion de partager les premiers résultats d’une recherche pluridisciplinaire originale menée dans le cadre du programme Aubusson. Les couleurs retrouvées des tapisseries fines d’Aubusson (XVIIIe siècle). Culture matérielle : conception, production, caractérisation, altération et conservation. Centrées sur l’étude d’un exemple, une tapisserie récemment acquise par la Cité internationale de la Tapisserie à Aubusson, elles convoquent l’histoire naturelle, l’histoire sociale, l’histoire de l’art, les sciences physiques et chimiques, les sciences du patrimoine et les nouvelles technologies afin de renouveler la connaissance des objets analysés. Le propos touche donc à l’identification des choses représentées, à l’examen des processus d’élaboration et des stratégies de production des tapisseries, à reconsidérer les techniques de tissage et les matériaux utilisés par la constitution d’une base de données des différents supports et par l’analyse non invasive des colorants. Il s’agit aussi de poser des diagnostics de conservation et de présentation des collections et de tenter une restitution numérique des couleurs d’origine.

Comité Scientifique

Alice Bernadac, Pascal-François Bertrand, Floréal Daniel, Aurélie Mounier, Audrey Nassieu Maupas, Bruno Ythier

Ces journées se tiendront les 17 et 18 janvier 2022, à la Cité internationale de la Tapisserie (Aubusson). Elles peuvent aussi être suivies via Zoom :

Pour le 17/01 :  https://us06web.zoom.us/j/87245772303
Id réunion : 872 4577 2303
pas de code secret

Pour le 18/01 : https://us06web.zoom.us/j/86846013778
id réunion : 868 4601 3778
pas de code secret

PROGRAMME

– Lundi 17 janvier –

9h00 :   accueil des participants.

Ouverture par Emmanuel Gérard, Directeur de la Cité internationale de la Tapisserie

Introduction par Pascal-François Bertrand

10h00 – première session

SCIENCES NATURELLES : REPRÉSENTER LA NATURE

Cécile Aupic, Identification de la flore dans la Verdure aux armes de Brühl

Jacques Cuisin, Les animaux dans la Verdure aux armes de Brühl

11h00 – deuxième session

HISTOIRE SOCIALE : APPROCHE SOCIO-ÉCONOMIQUE

Koenraad Brosens, Le marché de la verdure en Europe

Ute Koch, Heinrich von Brühl et les tapisseries de son château de Brody

——

14h00 :  visite des ateliers – Jean-Marie Dor

15h30 : troisième session

HISTOIRE DE L’ART : PEINDRE ET TISSER DES PAYSAGES

Ingrid de Meuter, Les verdures flamandes, 1640-1750

Charissa Bremer David, Les verdures de la Manufacture de tapisserie de Beauvais. 1690-1740

Camilla Pietrabissa, La peinture de paysage en France dans la première moitié du XVIIIe siècle

Benjamin Perronet, Dessins de paysage autour d’Oudry et de Boucher

Élodie Pradier, Jean-Baptiste Oudry et la question de la couleur

– Mardi 18 janvier –

9h00 : quatrième session

SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIE

Aurélie Mounier, Hortense de La Codre et Floréal Daniel, Mise au point d’une méthodologie spécifique, sans contact, pour l’identification des colorants et textiles

Hortense de La Codre, Rémy Chapoulie, Laurent Servant et Aurélie Mounier, Manufactures Royales de Tapisseries françaises (Gobelins, Beauvais, Aubusson) : entre sources écrites et réalité matérielle. Application de méthodes spectroscopiques non-invasives à l’étude de trois tapisseries du XVIIIe siècle

10h00 : cinquième session

SCIENCES DU PATRIMOINE : RESTAURATION ET MUSÉOLOGIE

Alice Bernadac, Carole Redais (Langlois Tapisseries) et Jean-Marie Dor, La restauration de la Verdure aux armes de Brühl

Alice Bernadac, Présenter la Verdure aux armes de Brühl dans les salles de la Cité de la Tapisserie (dans les salles)

11h30 : sixième session

TECHNOLOGIES NUMÉRIQUES

Loïc Espinasse, Pascal Mora, Michael Rouca et François Daniel, Restituer virtuellement les couleurs de la Tapisserie aux armes de Brühl

12h00 : conclusion par Bruno Ythier

Le programme peut aussi être téléchargé ici :

Habiller le mur : les relations entre la tapisserie et la peinture sous la Troisième RépubLIQUE. Le cas des Gobelins (1870-1925)

  • Annonce de soutenance. Mme Zané Purmale soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art, dirigée par M. Dominique Jarrassé, professeur d’histoire de l’art contemporain, le mardi 22 septembre 2020. La soutenance aura lieu à 14h dans la salle des thèses (salle 001) de la Maison de la recherche, université Bordeaux Montaigne, Esplanade des Antilles, Pessac. La soutenance est publique dans la limite de 18 places disponibles et sous condition que la situation sanitaire ne se dégrade pas. Celles et ceux qui souhaitent assister à la soutenance sont priés de contacter au préalable Zané Purmale : zane.purmale@gmail.com

Résumé

Sous la Troisième République, les quatre administrateurs successifs de la manufacture nationale des Gobelins, Alfred Darcel, Édouard Gerspach, Jules Guiffrey et Gustave Geffroy, cherchent à imprimer, chacun à leur manière, un renouveau de la tapisserie. Les trois premiers entendent retrouver la nature décorative de la tapisserie, dont les principes peuvent être redécouverts en étudiant le passé, pour lui donner une vigueur nouvelle dans le présent et l’émanciper de l’influence de la peinture. Le dernier cherche, au contraire, à faire entrer les Gobelins dans la modernité en rapprochant la tapisserie de la peinture contemporaine.

Cette thèse cherche à comprendre, de façon aussi exhaustive que possible, la création artistique à la manufacture des Gobelins pendant cette période, qui se caractérise par une activité extraordinaire. Grâce à l’analyse du contexte intellectuel, elle précise les idées qui ont permis de donner l’impulsion et la direction à ce renouveau en détaillant également les conditions matérielles, institutionnelles et économiques qui permettent d’étudier les moyens dont dispose la manufacture pour réaliser ses missions. Ainsi sont révélés les impératifs imposés par les conditions inhérentes à la technique et à l’organisation du processus créatif impliquant un nombre d’acteurs et de procédures important, ralentissant et rendant contraignante toute démarche. De même, les moyens économiques s’avèrent en totale inadéquation avec les missions de la manufacture. Malgré ces difficultés, les Gobelins jouent un rôle central dans le renouveau de la tapisserie. Abritant une école, un atelier de teinture et un musée au service du perfectionnement technique, tout en bénéficiant de l’érudition de ses administrateurs, la manufacture réunit les éléments nécessaires pour assurer en interne la qualité de son travail. En revanche, en ce qui concerne les cartons, elle dépend entièrement d’artistes extérieurs. Or, la valeur esthétique d’un carton joue une part importante dans la réception de la tapisserie finale : elle fait l’objet de critiques de plus en plus nombreuses, faisant disparaître dans un florilège de reproches les efforts de chacun des administrateurs et les intentions des peintres auxquels ils font appel. Ainsi, la seconde partie de la thèse étudie la politique artistique de chaque administrateur afin de comprendre comment cette dernière se concrétise, et quels en sont les principes directeurs.

Ce travail s’appuie sur un catalogue exhaustif et une iconographie abondante, pour partie inédite, retraçant l’historique des tentures murales en haute lisse et au point noué de Savonnerie (tapisseries, cartons, maquettes et études) et un nombre important de projets non aboutis, dessinant ainsi le panorama le plus complet sur la création à la manufacture des Gobelins dans les années 1870-1925.

Fig. Arachné en train de tisser, détail de la tapisserie Minerve et Arachné d’après Albert Maignan pour la grande galerie du palais de Luxembourg (in situ). Tapisserie de haute lisse (tissage 28 février 1906-30 septembre 1907), Mobilier national, GOB 555. Photo Zané Purmale

Pascal Bertrand, lauréat de la bourse “Getty Rothschild”

Pascal Bertrand, professeur d’histoire de l’art à l’université Bordeaux Montaigne est lauréat de la 4e bourse “Getty Rothschild” (offerte par la Fondation Getty et la Fondation Rothschild), pour mener un projet d’humanités numériques autour des tapisseries de Beauvais.

Pascal  Bertrand travaillera en lien avec la conservatrice du Getty Museum, Charissa Bremer-David, autour des registres de paie et de production de la manufacture de tapisserie de Beauvais au XVIIIe siècle (archives du Mobilier National). Les registres couvrent la production de plus de 2 320 tapisseries. Ils ont été numérisés et sont destinés à devenir une ressource en ligne. Son projet inclut l’indexation et l’étude des registres de production de la manufacture, l’identification des tapisseries conservées dans les musées, mais aussi, dans le cadre de cette bourse, l’étude des tapisseries de Waddesdon Manor (37 pièces) et du musée J. Paul Getty (16 pièces). Cette bourse permettra à Pascal Bertrand d’accéder aux archives des antiquaires et à la collection photographique du Getty Research Institute comme de s’appuyer sur les lexiques du Getty pour la mise en forme des données du projet. Le travail achevé devrait faire progresser de manière significative les connaissances autour de cette manufacture, de sa production, de l’économie préindustrielle et de l’histoire sociale.

Sa nomination est une occasion exceptionnelle d’explorer une source d’archives unique et de repenser l’histoire de la production de tapisseries françaises du XVIIIe siècle.

Pour en savoir plus sur cette bourse…

Cette bourse a été pensée pour soutenir des travaux novateurs en histoire de l’art et permettre au lauréat (historien de l’art, professionnel des musées ou restaurateur) de mener des recherches et d’étudier au Getty de Los Angeles et à Waddesdon Manor, dans le Buckinghamshire (Angleterre). Les boursiers reçoivent également une allocation pendant leur bourse et séjour aux deux endroits, qui n’excède pas huit mois. La bourse est administrée par la Getty Foundation.

Le J. Paul Getty Trust est une institution culturelle et philanthropique internationale dédiée aux arts visuels et regroupant le musée J. Paul Getty, le Getty Research Institute, le Getty Conservation Institute et la Getty Foundation. Les programmes J. Paul Getty Trust et Getty s’adressent à un public varié provenant de deux lieux : le Getty Center à Los Angeles et la Getty Villa à Pacific Palisades.  La Getty Foundation remplit la mission philanthropique du Getty Trust en soutenant des personnes et des institutions déterminées à faire progresser la compréhension et la préservation des arts à Los Angeles et dans le monde entier. Par le biais d’initiatives de subventions stratégiques, la Fondation renforce l’histoire de l’art en tant que discipline mondiale, promeut la pratique interdisciplinaire de la conservation, élargit l’accès aux collections de musées et d’archives. Des informations complémentaires sont disponibles sur :

http://www.getty.edu/foundation<http://www.getty.edu/foundation>

La Fondation Rothschild est une organisation caritative britannique présidée par Lord Rothschild. Elle perpétue la tradition philanthropique de la famille Rothschild, de soutien aux arts et au patrimoine. Outre la gestion du Manoir Waddesdon, l’une des dernières maisons Rothschild du XIXe siècle, la Fondation soutient des initiatives caritatives dans les domaines des arts et du patrimoine, de l’éducation, de l’environnement et du bien-être social. Pour des informations complémentaires, voir  :

http://surwww.rothschildfoundation.org.uk<http://www.rothschildfoundation.org.uk>

Double écran en tapisserie de Beauvais d’après François Boucher (Waddesdon Manor). Voir : https://waddesdon.org.uk/the-collection/item/?id=1319

Waddesdon Manor a été construit par le baron Ferdinand de Rothschild à partir de 1874 pour exposer sa remarquable collection d’art et recevoir ses invités. Il associe les arts décoratifs français du XVIIIe siècle de la plus haute qualité, de magnifiques portraits anglais et des peintures de maîtres anciens hollandais à l’un des plus beaux jardins victoriens de Grande-Bretagne, célèbre pour son parterre et sa volière ornementale. Légué au National Trust en 1957, Waddesdon est géré par la Fondation Rothschild pour le compte du National Trust.

Extrait de the GETTY – a World of Art, Research, Conservation, and Philanthropy Ι Fall 2019 :

Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes un ouvrage édité par Pascal-François Bertrand et Audrey Nassieu Maupas, Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie.

Médium polysémique, la tapisserie touche des domaines variés comme l’histoire politique, économique ou sociale. Médium complexe dans son élaboration, elle permet, en histoire de l’art à proprement parler, d’aborder des questions essentielles, comme celles de l’invention, de la reproduction ou de la réception, à travers notamment l’étude toujours renouvelée des rôles respectifs des différents intervenants dans son processus de création.

Arachné

Vient de paraître chez les Esthétiques du divers Arachné : Histoire de l’histoire de la tapisserie et des arts décoratifs qui réunit sous la direction de Pascal-François Bertrand divers essais qui portent un regard nouveau sur l’histoire de l’histoire de la tapisserie.

La tapisserie a longtemps été étroitement liée à la peinture, puis à l’architecture. Elle est aujourd’hui rangée parmi les arts décoratifs qui constituent une des quatre catégories d’arts, la plus récente puisqu’elle a ainsi été désignée au cours du XIXe siècle, les trois autres plus anciennes, la peinture, la sculpture et l’architecture, composant ce qu’il est convenu d’appeler les beaux-arts. Les arts décoratifs sont définis par trois qualités : 1) leur capacité à orner, à décorer ; 2) leur fonctionnalité, les arts décoratifs sont utiles ; 3) leur caractère multiple, ce qui renvoie à la notion de reproductibilité. Ils sont généralement étudiés selon trois principes directeurs : la fonction, la technique et le style. Cet ouvrage a pour objet d’analyser la façon dont les notions fondamentales que sous-tend l’art de la tapisserie ont été utilisées dans l’écriture de l’histoire et d’étudier les conditions de l’élaboration de cette histoire, tant d’un point de vue historique, qu’institutionnel, philosophique et idéologique. Cela nécessite de replacer cette histoire au sein de l’histoire des arts décoratifs et celle-ci à l’intérieur de l’histoire de l’art. Il résulte essentiellement des travaux d’un séminaire tenu dans le cadre d’un programme de recherche en sciences humaines et sociales : « Arachné ».

Soutenance de thèse d’ Élodie Pradier: Jean-Baptiste Oudry et la tapisserie. 27 novembre 2015, Université Bordeaux Montaigne

Elodie-Pradier-avis-soutenance

Résumé de la thèse:

Jean-Baptiste Oudry et la tapisserie

De 1726 à 1755, Jean-Baptiste Oudry (1686-1755) fut « créateur de tapisserie » pour les manufactures de Beauvais et des Gobelins – certains de ses modèles eurent une seconde vie prospère à Aubusson où ils furent envoyés en 1761 –, il fut également directeur Continuer la lecture de Soutenance de thèse d’ Élodie Pradier: Jean-Baptiste Oudry et la tapisserie. 27 novembre 2015, Université Bordeaux Montaigne

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier et Varia

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier et Varia, études rassemblées par Pascal-François Bertrand, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset, n° 9, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2015.

L’histoire de la tapisserie s’est concentrée d’une part sur les grands ensembles tissés et leurs propriétaires successifs et d’autre part les lieux de production, ce qui a entrainé la création de modèles historiques impliquant une hiérarchie, une idée d’expansion, de rayonnement d’un art national, tels que la primauté des ateliers bruxellois au XVIe siècle et l’excellence de la manufacture des Gobelins au XVIIIe. Les études relatives au métier de tapissier, à la production et à l’organisation du commerce ont été délaissées, hormis au début de la IIIe République, dans un contexte favorable aux métiers et aux ouvriers (construction d’un siège des juridictions commerciales et ouvrières, création d’écoles municipales d’apprentissage et initiatives privées, construction de bourses du travail et projet d’institutions de prévoyance). L’exposition universelle de 1878 a révélé la vitalité des métiers. Le mot tapissier désigne plusieurs activités et corps de métiers : un tapissier est tantôt un ouvrier qui garnit des sièges et qui tend des tentures de toutes sortes dans les demeures, tantôt un marchand impliqué dans le négoce de tapisseries, de tapis, de textiles et de divers meubles, tantôt encore un fabricant de tapisseries et d’autres tissus d’ameublement. Ceci entraine des ambiguïtés, des confusions qu’il convient de clarifier en revenant sur la définition de ces métiers, sur leur organisation et leur production, en abordant des questions de lexicographie, de hiérarchie, d’estimation de leur importance en nombre d’ouvriers, en volume et en qualité de production.

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier

Introduction par Pascal-François Bertrand, professeur, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Remarques sur les métiers de tapissiers à Paris à la Renaissance – Audrey Nassieu Maupas, maître de conférences à l’École pratique des Hautes Études, Saprat (EA 4116)

Les enjeux pour le tapissier du XXe siècle : l’exemple de la manufacture Pinton à Aubusson – Nathalie Fontes, docteure en histoire de l’art, université Toulouse 2 le Mirail,

Les tapissiers de Bordeaux sous l’Ancien Régime (1620-1791). L’ouverture du système corporatif – Xavier Bonnet, étudiant de troisième cycle à l’École du Louvre

Brodeurs et broderies dans la France d’Ancien Régime – Danièle Véron Denise, Conservateur honoraire du Patrimoine

Varia

La fenêtre agenouillée : Michel-Ange, Vasari et Antonio da Sangallo le Jeune. Une attribution erronée et oubliée dans l’histoire de l’art ? – Édouard Degans, doctorant en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Le programme architectural d’Isaac Robelin à Rennes (1721-1724) – Samuel Bothamy, doctorant en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Un projet inédit de Jean-Baptiste Dufart (1752-1820) à Bordeaux : la décoration de la loge maçonnique du Triangle – Laurence Chevallier, docteure en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Les limites de l’interprétation chez Dora et Erwin Panofsky : l’exemple de l’Eva prima Pandora de Jean Cousin le Père – Agnès Faure, docteure en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

La perception de l’art musulman par les théoriciens de l’Art nouveau en France. Une appréciation au service des théories artistiques contemporaines – Anna Jolivet, docteure en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Réévaluation de l’Art Déco à Mumbai et remise en cause du concept de Périphérie culturelle – Élodie Lacroix Di Méo, docteure en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Retour à l’ordre et crise de l’art contemporain : analyse de la réception de l’œuvre de Martial Raysse et Gérard Garouste dans les années 80 et 90 – Sébastien Harosteguy, docteur en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

 

Colloque : La Tapisserie en France (12-13 décembre 2014, Paris)

tapisseriefrance

Le colloque sur la Tapisserie en France organisé par Arachné aura lieu à l’auditorium de l’INHA, 6, rue des Petits-Champs à Paris, du 12 au 14 décembre 2014.

Télécharger le programme

Télécharger les résumés des communications

Lien vers le blog Arachné : http://arachne.hypotheses.org/