Archives par mot-clé : Tapisserie

Pascal Bertrand, lauréat de la bourse “Getty Rothschild”

Pascal Bertrand, professeur d’histoire de l’art à l’université Bordeaux Montaigne est lauréat de la 4e bourse “Getty Rothschild” (offerte par la Fondation Getty et la Fondation Rothschild), pour mener un projet d’humanités numériques autour des tapisseries de Beauvais.

Pascal  Bertrand travaillera en lien avec la conservatrice du Getty Museum, Charissa Bremer-David, autour des registres de paie et de production de la manufacture de tapisserie de Beauvais au XVIIIe siècle (archives du Mobilier National). Les registres couvrent la production de plus de 2 320 tapisseries. Ils ont été numérisés et sont destinés à devenir une ressource en ligne. Son projet inclut l’indexation et l’étude des registres de production de la manufacture, l’identification des tapisseries conservées dans les musées, mais aussi, dans le cadre de cette bourse, l’étude des tapisseries de Waddesdon Manor (37 pièces) et du musée J. Paul Getty (16 pièces). Cette bourse permettra à Pascal Bertrand d’accéder aux archives des antiquaires et à la collection photographique du Getty Research Institute comme de s’appuyer sur les lexiques du Getty pour la mise en forme des données du projet. Le travail achevé devrait faire progresser de manière significative les connaissances autour de cette manufacture, de sa production, de l’économie préindustrielle et de l’histoire sociale.

Sa nomination est une occasion exceptionnelle d’explorer une source d’archives unique et de repenser l’histoire de la production de tapisseries françaises du XVIIIe siècle.

Pour en savoir plus sur cette bourse…

Cette bourse a été pensée pour soutenir des travaux novateurs en histoire de l’art et permettre au lauréat (historien de l’art, professionnel des musées ou restaurateur) de mener des recherches et d’étudier au Getty de Los Angeles et à Waddesdon Manor, dans le Buckinghamshire (Angleterre). Les boursiers reçoivent également une allocation pendant leur bourse et séjour aux deux endroits, qui n’excède pas huit mois. La bourse est administrée par la Getty Foundation.

Le J. Paul Getty Trust est une institution culturelle et philanthropique internationale dédiée aux arts visuels et regroupant le musée J. Paul Getty, le Getty Research Institute, le Getty Conservation Institute et la Getty Foundation. Les programmes J. Paul Getty Trust et Getty s’adressent à un public varié provenant de deux lieux : le Getty Center à Los Angeles et la Getty Villa à Pacific Palisades.  La Getty Foundation remplit la mission philanthropique du Getty Trust en soutenant des personnes et des institutions déterminées à faire progresser la compréhension et la préservation des arts à Los Angeles et dans le monde entier. Par le biais d’initiatives de subventions stratégiques, la Fondation renforce l’histoire de l’art en tant que discipline mondiale, promeut la pratique interdisciplinaire de la conservation, élargit l’accès aux collections de musées et d’archives. Des informations complémentaires sont disponibles sur :

http://www.getty.edu/foundation<http://www.getty.edu/foundation>

La Fondation Rothschild est une organisation caritative britannique présidée par Lord Rothschild. Elle perpétue la tradition philanthropique de la famille Rothschild, de soutien aux arts et au patrimoine. Outre la gestion du Manoir Waddesdon, l’une des dernières maisons Rothschild du XIXe siècle, la Fondation soutient des initiatives caritatives dans les domaines des arts et du patrimoine, de l’éducation, de l’environnement et du bien-être social. Pour des informations complémentaires, voir  :

http://surwww.rothschildfoundation.org.uk<http://www.rothschildfoundation.org.uk>

Double écran en tapisserie de Beauvais d’après François Boucher (Waddesdon Manor). Voir : https://waddesdon.org.uk/the-collection/item/?id=1319

Waddesdon Manor a été construit par le baron Ferdinand de Rothschild à partir de 1874 pour exposer sa remarquable collection d’art et recevoir ses invités. Il associe les arts décoratifs français du XVIIIe siècle de la plus haute qualité, de magnifiques portraits anglais et des peintures de maîtres anciens hollandais à l’un des plus beaux jardins victoriens de Grande-Bretagne, célèbre pour son parterre et sa volière ornementale. Légué au National Trust en 1957, Waddesdon est géré par la Fondation Rothschild pour le compte du National Trust.

Extrait de the GETTY – a World of Art, Research, Conservation, and Philanthropy Ι Fall 2019 :

Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes un ouvrage édité par Pascal-François Bertrand et Audrey Nassieu Maupas, Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie.

Médium polysémique, la tapisserie touche des domaines variés comme l’histoire politique, économique ou sociale. Médium complexe dans son élaboration, elle permet, en histoire de l’art à proprement parler, d’aborder des questions essentielles, comme celles de l’invention, de la reproduction ou de la réception, à travers notamment l’étude toujours renouvelée des rôles respectifs des différents intervenants dans son processus de création.

Arachné

Vient de paraître chez les Esthétiques du divers Arachné : Histoire de l’histoire de la tapisserie et des arts décoratifs qui réunit sous la direction de Pascal-François Bertrand divers essais qui portent un regard nouveau sur l’histoire de l’histoire de la tapisserie.

La tapisserie a longtemps été étroitement liée à la peinture, puis à l’architecture. Elle est aujourd’hui rangée parmi les arts décoratifs qui constituent une des quatre catégories d’arts, la plus récente puisqu’elle a ainsi été désignée au cours du XIXe siècle, les trois autres plus anciennes, la peinture, la sculpture et l’architecture, composant ce qu’il est convenu d’appeler les beaux-arts. Les arts décoratifs sont définis par trois qualités : 1) leur capacité à orner, à décorer ; 2) leur fonctionnalité, les arts décoratifs sont utiles ; 3) leur caractère multiple, ce qui renvoie à la notion de reproductibilité. Ils sont généralement étudiés selon trois principes directeurs : la fonction, la technique et le style. Cet ouvrage a pour objet d’analyser la façon dont les notions fondamentales que sous-tend l’art de la tapisserie ont été utilisées dans l’écriture de l’histoire et d’étudier les conditions de l’élaboration de cette histoire, tant d’un point de vue historique, qu’institutionnel, philosophique et idéologique. Cela nécessite de replacer cette histoire au sein de l’histoire des arts décoratifs et celle-ci à l’intérieur de l’histoire de l’art. Il résulte essentiellement des travaux d’un séminaire tenu dans le cadre d’un programme de recherche en sciences humaines et sociales : « Arachné ».

Soutenance de thèse d’ Élodie Pradier: Jean-Baptiste Oudry et la tapisserie. 27 novembre 2015, Université Bordeaux Montaigne

Elodie-Pradier-avis-soutenance

Résumé de la thèse:

Jean-Baptiste Oudry et la tapisserie

De 1726 à 1755, Jean-Baptiste Oudry (1686-1755) fut « créateur de tapisserie » pour les manufactures de Beauvais et des Gobelins – certains de ses modèles eurent une seconde vie prospère à Aubusson où ils furent envoyés en 1761 –, il fut également directeur Continuer la lecture de Soutenance de thèse d’ Élodie Pradier: Jean-Baptiste Oudry et la tapisserie. 27 novembre 2015, Université Bordeaux Montaigne

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier et Varia

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier et Varia, études rassemblées par Pascal-François Bertrand, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset, n° 9, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2015.

L’histoire de la tapisserie s’est concentrée d’une part sur les grands ensembles tissés et leurs propriétaires successifs et d’autre part les lieux de production, ce qui a entrainé la création de modèles historiques impliquant une hiérarchie, une idée d’expansion, de rayonnement d’un art national, tels que la primauté des ateliers bruxellois au XVIe siècle et l’excellence de la manufacture des Gobelins au XVIIIe. Les études relatives au métier de tapissier, à la production et à l’organisation du commerce ont été délaissées, hormis au début de la IIIe République, dans un contexte favorable aux métiers et aux ouvriers (construction d’un siège des juridictions commerciales et ouvrières, création d’écoles municipales d’apprentissage et initiatives privées, construction de bourses du travail et projet d’institutions de prévoyance). L’exposition universelle de 1878 a révélé la vitalité des métiers. Le mot tapissier désigne plusieurs activités et corps de métiers : un tapissier est tantôt un ouvrier qui garnit des sièges et qui tend des tentures de toutes sortes dans les demeures, tantôt un marchand impliqué dans le négoce de tapisseries, de tapis, de textiles et de divers meubles, tantôt encore un fabricant de tapisseries et d’autres tissus d’ameublement. Ceci entraine des ambiguïtés, des confusions qu’il convient de clarifier en revenant sur la définition de ces métiers, sur leur organisation et leur production, en abordant des questions de lexicographie, de hiérarchie, d’estimation de leur importance en nombre d’ouvriers, en volume et en qualité de production.

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier

Introduction par Pascal-François Bertrand, professeur, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Remarques sur les métiers de tapissiers à Paris à la Renaissance – Audrey Nassieu Maupas, maître de conférences à l’École pratique des Hautes Études, Saprat (EA 4116)

Les enjeux pour le tapissier du XXe siècle : l’exemple de la manufacture Pinton à Aubusson – Nathalie Fontes, docteure en histoire de l’art, université Toulouse 2 le Mirail,

Les tapissiers de Bordeaux sous l’Ancien Régime (1620-1791). L’ouverture du système corporatif – Xavier Bonnet, étudiant de troisième cycle à l’École du Louvre

Brodeurs et broderies dans la France d’Ancien Régime – Danièle Véron Denise, Conservateur honoraire du Patrimoine

Varia

La fenêtre agenouillée : Michel-Ange, Vasari et Antonio da Sangallo le Jeune. Une attribution erronée et oubliée dans l’histoire de l’art ? – Édouard Degans, doctorant en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Le programme architectural d’Isaac Robelin à Rennes (1721-1724) – Samuel Bothamy, doctorant en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Un projet inédit de Jean-Baptiste Dufart (1752-1820) à Bordeaux : la décoration de la loge maçonnique du Triangle – Laurence Chevallier, docteure en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Les limites de l’interprétation chez Dora et Erwin Panofsky : l’exemple de l’Eva prima Pandora de Jean Cousin le Père – Agnès Faure, docteure en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

La perception de l’art musulman par les théoriciens de l’Art nouveau en France. Une appréciation au service des théories artistiques contemporaines – Anna Jolivet, docteure en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Réévaluation de l’Art Déco à Mumbai et remise en cause du concept de Périphérie culturelle – Élodie Lacroix Di Méo, docteure en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Retour à l’ordre et crise de l’art contemporain : analyse de la réception de l’œuvre de Martial Raysse et Gérard Garouste dans les années 80 et 90 – Sébastien Harosteguy, docteur en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

 

Colloque : La Tapisserie en France (12-13 décembre 2014, Paris)

tapisseriefrance

Le colloque sur la Tapisserie en France organisé par Arachné aura lieu à l’auditorium de l’INHA, 6, rue des Petits-Champs à Paris, du 12 au 14 décembre 2014.

Télécharger le programme

Télécharger les résumés des communications

Lien vers le blog Arachné : http://arachne.hypotheses.org/

 

L’objet d’art en France du XVIe au XVIIIe siècle : de la création à l’imaginaire

L’objet d’art en France du XVIe au XVIIIe siècle : de la création à l’imaginaire, études réunies par Marc Favreau et Patrick Michel, Centre François-Georges Pariset / Université Michel de Montaigne Bordeaux III, 2007. 316 p.

Actes du colloque international de Bordeaux (12-14 janvier 2006)

Table des matières

Avant-propos par Marc Favreau, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III, et Patrick Michel, professeur d’histoire de l’art moderne, université Charles de Gaulle-Lille III

À la conquête d’une reconnaissance : des arts mineurs à l’objet d’art, introduction par Marc Favreau, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

1. La genèse de l’objet d’art

Les livres de présentation de Puget de La Serre – Véronique Meyer, professeur d’histoire de l’art moderne, université de Poitiers

Annexe. Inventaire des livres de présentation de Puget de La Serre

Création, interprétation et réception : les planches d’ornement de Paul Androuet du Cerceau – Sandrine Herman, doctorante, université de Paris IV-Sorbonne

De la gravure à l’objet d’art : la spécificité des estampes des orfèvres parisiens au XVIIe siècle – Michèle Bimbenet-Privat, Conservateur en chef au musée national de la Renaissance, château d’Écouen, professeur associé à l’université de Paris IV-Sorbonne

Le décor des cabinets d’ébène parisiens : propositions chronologiques – Daniel Alcouffe, Conservateur général honoraire au musée du Louvre

L’influence de la manufacture royale des Gobelins à l’étranger : les artisans de Louis XIV à Stockholm – Florian Knothe, doctorant, Courtauld Institute of Art, université de Londres

La fondation de l’École royale gratuite de dessin de Paris (1767-1815) – Ulrich Leben, historien de l’art, Associate Curatir, Waddesdon Manor

Le processus de création et de réalisation des statuettes de faïence et de porcelaine de Niderviller au XVIIIe siècle : technique et sensibilité artistique – Véronique Stahn, assistante qualifiée de conservation, musée des Arts décoratifs de Strasbourg, doctorante, université Strasbourg II-Marc Bloch

2. Le marché de l’art et les collections

La compagnie française des Indes orientales et les importations d’objets d’art pendant le règne de Louis XIV – Stéphane Castelluccio, chargé de recherche au CNRS, Centre André Chastel (UMR 8150)

Autour de la rue Saint-Martin. Les importations et la distribution des tapisseries flamandes à Paris 1600-1650 – Koenraad Brosens, chargé de recherches, Fonds de la Recherche Scientifique-Flandre (FWO-Vlaanderen), professeur invité extraordinaire à l’université catholique de Louvain

Le goût pour les petits bronzes de collection en France au XVIIIe siècle – Patrick Michel, professeur d’histoire de l’art moderne, université Charles de Gaulle-Lille III

Les plaques et médaillons de Sèvres à l’imitation de Wedgwood, incorporés au mobilier français du XVIIIe siècle – Thomas Martinie, doctorant, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Pour une approche du mobilier royal dans les représentations diplomatiques françaises, aux XVIIe et XVIIIe siècles – Marc Favreau, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Charles-Alexandre de Lorraine (1712-1780) et l’orfèvrerie française – Léo De Ren, professeur, Katholieke Universiteit Leuven

3. L’image de l’objet dans les arts visuels et la littérature

Les discours sur l’objet d’art de 1789 à 1804 – Philippe Bordes, professeur d’histoire de l’art moderne, université Lyon II

Le statut de la tapisserie sous l’Ancien Régime et en particulier aux Gobelins du temps de Louvois (1683-1691) – Pascal-François Bertrand, professeur d’histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

L’objet animé au XVIIIe siècle : automates, marionnettes, statues – entre science, art et curiosité – Aurélia Gaillard, professeur en Littérature du XVIIIe siècle, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

4. L’objet d’art ancien et son statut juridique et fiscal

L’authenticité des œuvres d’art : problèmes juridiques – Sophie Vigneron, lecturer, Kent Law School, University of Kent

Le statut international de l’objet d’art – Dominique Audrerie, avocat au Barreau de Paris, maître de conférences associé à l’université Montesquieu-Bordeaux IV

Le statut fiscal de l’objet d’art – Éric Mirieu de Labarre, maître de conférences, université Montesquieu-Bordeaux IV

Conclusion par Jean-Louis Martres, professeur émérite à l’université Montesquieu-Bordeaux IV

Collections et marché de l’art en France au XVIIIe siècle

Collections et marché de l’art en France au XVIIIe siècle, études rassemblées par Patrick Michel, Centre F.-G. Pariset/université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 2002.

Actes de la 3e journée d’études d’histoire de l’art moderne et contemporain

Table des matières

Préface d’Antoine Schnapper, professeur émérite d’histoire de l’art moderne, université de Paris-Sorbonne

1. Approches monographiques : collections et collectionneurs

La collection de Pierre-Louis Éveillard de Livois (1736-1790) et le goût pour la peinture française du « Grand Siècle » dans les années 1770 et 1780 – Guillaume Faroult, musée du Louvre

La collection de tapisseries de Monseigneur Champion de Cicé : légende ou réalité ? – Marc Favreau, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Louis-François Hazard, maître cordonnier et collectionneur – Armelle Jacquinot, Institut universitaire européen de Florence

Le cardinal de Bernis, ambassadeur des arts à Rome : mécène et collectionneur – Virginie Larre, doctorante, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

2. Approches régionales

Acheter des œuvres d’art en province au XVIIIe siècle. L’exemple de la Bretagne – Gauthier Aubert, maître de conférences en histoire moderne, université Rennes 2 Haute-Bretagne

Reflet d’une passion : collectionneurs, amateurs et curieux à Lille au XVIIIe siècle – Elyne Olivier-Valengin, doctorante, université de  Paris I Panthéon-Sorbonne

Annexe. Premiers éléments biographiques sur quelques amateurs lillois.

Amateurs d’art et de curiosités à Lille au XVIIIe siècle : un nouvel éclairage à partir des catalogues de ventes – Sophie Raux, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Charles de Gaulle-Lille III

Annexe. Liste des catalogues de ventes intéressant l’art ou la curiosité, publiés à Lille entre 1746 et 1815.

Les collections des magistrats du Parlement de Bordeaux au XVIIIe siècle – Hervé Tokpassi, doctorant, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

3. Approches méthodologiques

Proposition pour une topographie du marché de l’art parisien sous la Régence autour du Palais Royal et de l’hôtel Crozat – Françoise Mardrus, chargée de mission auprès de la direction du musée du Louvre

Les catalogues raisonnés de Gersaint et la question des attributions – Guillaume Glorieux, maître de conférences, université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand

Sur quelques collections d’artistes au XVIIIe siècle – Marianne Roland-Michel

Les collections parisiennes et leurs visiteurs au XVIIIe siècle – Patrick Michel, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Collections et marché de l’art au XVIIIe siècle à travers les archives du Ministère des Affaires étrangères – Isabelle Richefort, conservateur en chef du patrimoine, responsable du Département des Archives historiques du Ministère des Affaires étrangères, et Jérôme Cras