Regards sur la peinture britannique (1750-1900)

William Powell Frith (1819‑1909), A Private View at the Royal Academy (detail), 1883. Oil on canvas, 60 x 114 cm., London, Royal Academy of Arts

Dans le cadre des deux expositions de la “Belle Saison britannique”, British Stories. Conversations entre le Louvre et le musée des Beaux-Arts de Bordeaux et Absolutely Bizarre ! Les drôles d’histoires de l’École de Bristol (1800-1840) qui auront lieu respectivement au musée des Beaux-Arts et à la Galerie des Beaux-Arts de Bordeaux du 28 mai au 20 septembre 2020, les unités de recherche en études anglophones de l’université de Toulouse (CAS) et de l’université de Bordeaux Montaigne (Climas) organisent un colloque les 2 et 3 juillet 2020 sur le thème de “L’Art du portrait britannique (1750-1900)”

Ce colloque sera suivi d’une après-midi d’études, le 3 juillet, permettant à de jeunes docteurs ou doctorants de présenter leurs travaux et/ou les nouvelles orientations de leurs recherches. Ce volet de la manifestation, organisé par Laurent Houssais et Adriana Sotropa (Centre F.-G. Pariset), s’intitule “La peinture britannique (XVIIIe-XIXe siècle) : regards de jeunes chercheurs en histoire de l’art”

L’intégralité du programme de la manifestation est disponible sur ce site : https://duportraitbritannique17501900.art.blog

Expositions et culture coloniale. Les Arts en Tunisie sous le Protectorat

Expositions et culture coloniale. Les Arts en Tunisie sous le Protectorat, sous la direction de Laurent Houssais et Dominique Jarrassé, Paris, Éditions Esthétiques du Divers, 2020, 302 p.

Faisant suite à “Nos artistes aux colonies”. Sociétés, expositions et revues dans l’empire français (1851-1940), ce volume poursuit l’étude des arts coloniaux en se concentrant sur un pays, la Tunisie. Ce champ d’étude favorise une approche élargie des arts, tant beaux-arts qu’artisanat ou “arts indigènes”, en contexte colonial. Entre 1881 et 1956 se construit progressivement un système colonial des arts qui repose sur trois piliers principaux : le Salon tunisien, dont l’histoire s’échelonne de 1894 à 1984, l’École des beaux-arts de Tunis, créée en 1923, l’Office des arts tunisiens, qui entendait sauvegarder et promouvoir l’artisanat. En revanche, aucun musée des beaux-arts qui eût complété le musée du Bardo consacré à l’archéologie et aux arts arabes, n’a été mis en place et cette lacune se fait sentir encore aujourd’hui. L’originalité de la situation tunisienne tient enfin à l’apparition, dès les années 1930, d’artistes qui, sans discrimination, élaborent une scène artistique originale, incarnée par la fameuse “École de Tunis”, dont le dynamisme perdure après l’indépendance.

Armand Vergeaud et ses élèves à l’exposition de l’Association des élèves, anciens élèves et amis du Centre d’enseignement d’art, 1929, musée d’Angoulême

Ce livre engage, sur la base d’un important travail documentaire, une réflexion sur la fabrication d’une image de la Tunisie à travers les expositions comme sur son identité plurielle. Nourri d’une démarche historiographique critique, il contribue à la nécessaire réécriture d’une histoire de l’art en Tunisie, encore très lacunaire.

SOMMAIRE

Avant-propos

Introduction

Ré)écrire l’histoire des arts en situation coloniale – Laurent Houssais et Dominique Jarrassé

Mise en scène des “arts indigènes” et images de la Tunisie

Identité tunisienne et artisanat dans les expositions internationales et coloniales (1851-1939) – Dominique Jarrassé

Salons et expositions d’art industriel à Tunis (1896 et 1898) – Clara Álvarez Dopico

Art et artisanat tunisiens selon Victor Valensi. Ses pavillons d’expositions internationales (1925, 1931 et 1937) – Dominique Jarrassé

L’Œuvre de l’Office des arts tunisiens : de l’exposition propagandiste à la muséographie patrimonialisante – Mohamed-Ali Berhouma

Sociétés, écoles et expositions artistiques dans la Tunisie coloniale

Un Salon pour Tunis (1894-1939) : retours sur une histoire – Laurent Houssais

La fabrique des artistes “tunisiens”. L’institutionnalisation d’une École des beaux-arts durant le Protectorat (1923-1956) – Marion Lagrange

Défaire une histoire de la peinture tunisienne : l’ “École de Tunis” (1936-1956) – Marion Lagrange

Les expositions à travers la presse tunisienne

Notes sur quelques figures de la critique d’art dans la presse tunisienne francophone – Alain Messaoudi

Actualité et communauté italienne : l’activité de la Société Dante Alighieri et de la presse italophone – Silvia Finzi et Sonia Gallico

Les expositions dans la presse juive tunisienne et l’émergence d’ “artistes juifs” – Dominique Jarrassé

Annexes

Chronologie

Biographies (Albert Aublet – Pierre Berjole – Pierre Boucherle – Pierre Boyer – Alphonse Clément – André Delacroix – Alexandre Fichet – Gaston-Louis Le Monnier – Paul Proust – Jacques Revault – Armand Vergeaud – Yahia Turki)

Alexandre Roubtzoff, Les Membres de l’institut de Carthage, photographie d’une huile sur toile présentée au Salon tunisien de 1924 et calque d’identification des personnages représentés

Bibliographie

Présentation des auteurs

Index

Élèves et maîtresses : permanences et ruptures dans l’apprentissage des artistes femmes (France, 1849-1924)

Femina, n° 1941, 15 février 1909, p. 80

 

  • Appel à communication pour une journée d’étude organisée par le centre François-Georges Pariset (EA 538) et le musée Roybet-Fould (Courbevoie), en partenariat avec le musée Rodin. Cette journée d’étude se tiendra au musée Rodin, les 2-3 juin 2020.

Dans le cadre de l’exposition « Juana Romani (1867-1923), modèle et peintre. Un rêve d’absolu » (13 mai-20 septembre 2020), le musée Roybet-Fould de Courbevoie a souhaité approfondir la réflexion sur la formation des artistes femmes au XIXe siècle. Les problématiques de transmission pratique et intellectuelle ont notamment été explorées par Alain Bonnet et France Nerlich dans Apprendre à peindre. Les ateliers privés à Paris. 1780 à 1863, publication (2013) issue d’un colloque tenu en 2011. L’essai de Séverine Sofio dans ce même ouvrage, ainsi que ses recherches sur les artistes femmes de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle (2016), ont permis de faire émerger le rôle des artistes femmes en tant que formatrices. La pédagogie était également au cœur de la récente exposition Transmission/Transgression. Maîtres et élèves dans l’atelier : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier… (2019), contribuant à mettre en exergue les nombreuses sculptrices formées dans l’atelier d’Antoine Bourdelle. À la suite de deux colloques organisés par AWARE, l’un autour de la problématique de la parentèle (2016), l’autre sur la formation et la professionnalisation (2019), et ce sur une large période entre le XIXe et le XXe siècle, il paraît pertinent de se pencher sur la manière dont les élèves se sont construites en tant qu’artistes au travers de l’apprentissage auquel des femmes ont pu contribuer.

La question de la transmission dans ses continuités et ses ruptures demeure, en France, au cœur de la création dans une période où les femmes accèdent seulement à la fin du XIXe siècle à l’École des beaux-arts, institution publique garante d’une forme de professionnalisme. La transmission ne se résume pas aux seules problématiques plastiques mais s’étend à un ensemble de valeurs et de codes constituant la culture artistique à laquelle on pourrait rattacher la notion de réseau, enjeu primordial de l’accès à la professionnalisation.

Le terme de « maîtresses » renvoie bien entendu à l’emblématique ouvrage de Roszika Parker et Griselda Pollock (1981) et à ce désir de transgresser le récit canonique de l’histoire de l’art. Nous souhaitons attirer plus particulièrement l’attention sur le rôle de référent et de pédagogue de certaines femmes. Qui sont-elles dans ce contexte de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle ? Comment des femmes – telles Rosa Bonheur et sa sœur Juliette se retrouvant en 1849, à la suite de leur père, à la tête de l’École nationale de dessin pour les jeunes filles –, envisagent-elles la pédagogie ? À cet égard, la date nous paraît intéressante à retenir comme premier jalon de cette histoire. Un autre exemple marquant et peu étudié est celui de « l’Espagnole » Amélie Beaury-Saurel, longtemps dans l’ombre de Rodolphe Julian et contribuant à la formation artistique des femmes jusqu’à sa mort en 1924, dernier repère de notre étude. En outre, que savons-nous des massières et de leur rôle d’intermédiaire ? Il est évident que les figures masculines, nombreuses, ne peuvent être écartées de cette histoire.

Elles ont indéniablement joué un rôle important dans un cadre individuel ou collectif, tel l’atelier des dames de Carolus-Duran et Jean-Jacques Henner, l’atelier de Thomas Couture ou ceux de Ferdinand Humbert et Laurent Marqueste à l’École des beaux-arts.

Au-delà de la différenciation sexuelle des professeurs, on peut s’interroger sur l’organisation matérielle de l’apprentissage au sein de l’atelier. Les sujets, les méthodes et les enseignements connaissent-ils des distinctions ou variations genrées ? Comme le suggère Camille Mauclair dans son article, « L’art des femmes peintres et sculpteurs en France » (1901), le fait d’être femme et de devoir prouver sa capacité artistique conduit-il à se conformer à des modèles traditionnels ? À quelle histoire de l’art les artistes femmes se réfèrent-elles ? Quelles sont leurs sources artistiques et littéraires ? Quels canons et quels modèles reproduisent-elles ?

On pourra également s’intéresser à l’incidence de la modernité et de l’individualisation croissante de la pratique artistique sur la formation. Comment les artistes femmes se positionnent-elles face à un enseignement qui apparaît de plus en plus désuet ? Quelle est la valeur accordée aux maîtres et maîtresses dans ces échanges tandis que les élèves paraissent s’émanciper de leur autorité ? L’atelier s’apparente-t-il à un lieu d’apprentissage d’un savoir technique ou d’une sociabilité professionnelle ? Les liens plus personnels – familiaux, amicaux ou amoureux – entretenus avec certains maîtres ou maîtresses permettent-ils de mieux s’affranchir d’un enseignement traditionnel ? Il paraît également intéressant de porter notre attention sur les académies d’été, comme celles qui accueillent les Finlandaises en Bretagne, ainsi que sur les circulations d’artistes femmes qui peuvent être porteuses de modèles artistiques différents.

  • Les propositions (350 mots au plus) devront être envoyées au plus tard le 17 février 2020, accompagnées d’une courte bio-bibliographie à :

marion.lagrange@u-bordeaux-montaigne.fr

adriana.sotropa@u-bordeaux-montaigne.fr

  • Les participants recevront une réponse le 24 février 2020.
  • Les communications devront durer 25 minutes au maximum.

Comité d’organisation

Marion Lagrange et Adriana Sotropa – Université Bordeaux Montaigne

Comité scientifique

Marion Lagrange et Adriana Sotropa – Université Bordeaux Montaigne

Emmanuelle Trief-Touchard – musée Roybet-Fould Courbevoie

Catherine Chevillot et Véronique Mattiussi – musée Rodin

 

La chambre et les arts. L’intime au defi

Étienne Boulanger, Single Room Hotel Skulpturenpark Berlin Zentrum, Berlin, 2007-2008.
Vue intérieure du Single Room Hotel (échafaudage, panneaux de bois aggloméré, plaques de plâtre, matériaux isolants, installation électrique, installation sanitaire, affichage
publicitaire, mobilier d’hôtel). Courtesy Association Étienne Boulanger

 

Dans la culture occidentale, la chambre est un espace clos, généralement intégré à un ensemble de plus grandes dimensions (la maison, l’hôtel, la cité universitaire, l’hôpital…). Cet effet gigogne fait d’elle un lieu particulièrement lié à l’ “intime”, dont l’étymologie renvoie au superlatif d’interior : plus intérieur que l’intérieur. Ce qui se passe dans la chambre serait à l’abri des regards et du monde dont le sujet semble s’extraire lorsqu’il se retire dans cette pièce. Depuis les années 1960, les artistes n’ont eu de cesse de jouer avec les a priori qu’engage une telle conception. En quelles mesures ont-ils fait de la chambre un laboratoire d’étude privilégié de l’évolution de nos comportements sociaux ? La chambre ne constituerait-elle pas une figure de référence dès lors qu’il s’agit d’explorer les contradictions de l’intime ?

Ainsi, nous entendons questionner les formes, les dispositifs et les stratégies auxquels les arts ont recours pour faire écho à la dualité de l’intime. La chambre se voit, en effet, fréquemment représentée, déplacée, investie, déformée, recréée dans de multiples domaines artistiques et à travers une diversité de médiums dont la présente manifestation souhaite témoigner.

Cette journée d’étude organisée par Marie Escorne (Artes) et Myriam Métayer (Centre F.-G. Pariset, EA 538) se tiendra à la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine (MSHA), salle Jean Borde, le mardi 18 février 2020.

Pour télécharger le programme :

Pour prendre connaissance des modalités de l’appel à communication :

https://pariset.hypotheses.org/3540

Cette journée d’étude s’inscrit dans le prolongement de l’un des programmes de l’épreuve d’histoire de l’art de l’agrégation d’arts plastiques portant, depuis la session 2019 et jusqu’en 2021, sur “l’intime dans l’art des années 1960 à nos jours”.

Pascal Bertrand, lauréat de la bourse “Getty Rothschild”

Pascal Bertrand, professeur d’histoire de l’art à l’université Bordeaux Montaigne est lauréat de la 4e bourse “Getty Rothschild” (offerte par la Fondation Getty et la Fondation Rothschild), pour mener un projet d’humanités numériques autour des tapisseries de Beauvais.

Pascal  Bertrand travaillera en lien avec la conservatrice du Getty Museum, Charissa Bremer-David, autour des registres de paie et de production de la manufacture de tapisserie de Beauvais au XVIIIe siècle (archives du Mobilier National). Les registres couvrent la production de plus de 2 320 tapisseries. Ils ont été numérisés et sont destinés à devenir une ressource en ligne. Son projet inclut l’indexation et l’étude des registres de production de la manufacture, l’identification des tapisseries conservées dans les musées, mais aussi, dans le cadre de cette bourse, l’étude des tapisseries de Waddesdon Manor (37 pièces) et du musée J. Paul Getty (16 pièces). Cette bourse permettra à Pascal Bertrand d’accéder aux archives des antiquaires et à la collection photographique du Getty Research Institute comme de s’appuyer sur les lexiques du Getty pour la mise en forme des données du projet. Le travail achevé devrait faire progresser de manière significative les connaissances autour de cette manufacture, de sa production, de l’économie préindustrielle et de l’histoire sociale.

Sa nomination est une occasion exceptionnelle d’explorer une source d’archives unique et de repenser l’histoire de la production de tapisseries françaises du XVIIIe siècle.

Pour en savoir plus sur cette bourse…

Cette bourse a été pensée pour soutenir des travaux novateurs en histoire de l’art et permettre au lauréat (historien de l’art, professionnel des musées ou restaurateur) de mener des recherches et d’étudier au Getty de Los Angeles et à Waddesdon Manor, dans le Buckinghamshire (Angleterre). Les boursiers reçoivent également une allocation pendant leur bourse et séjour aux deux endroits, qui n’excède pas huit mois. La bourse est administrée par la Getty Foundation.

Le J. Paul Getty Trust est une institution culturelle et philanthropique internationale dédiée aux arts visuels et regroupant le musée J. Paul Getty, le Getty Research Institute, le Getty Conservation Institute et la Getty Foundation. Les programmes J. Paul Getty Trust et Getty s’adressent à un public varié provenant de deux lieux : le Getty Center à Los Angeles et la Getty Villa à Pacific Palisades.  La Getty Foundation remplit la mission philanthropique du Getty Trust en soutenant des personnes et des institutions déterminées à faire progresser la compréhension et la préservation des arts à Los Angeles et dans le monde entier. Par le biais d’initiatives de subventions stratégiques, la Fondation renforce l’histoire de l’art en tant que discipline mondiale, promeut la pratique interdisciplinaire de la conservation, élargit l’accès aux collections de musées et d’archives. Des informations complémentaires sont disponibles sur :

http://www.getty.edu/foundation<http://www.getty.edu/foundation>

La Fondation Rothschild est une organisation caritative britannique présidée par Lord Rothschild. Elle perpétue la tradition philanthropique de la famille Rothschild, de soutien aux arts et au patrimoine. Outre la gestion du Manoir Waddesdon, l’une des dernières maisons Rothschild du XIXe siècle, la Fondation soutient des initiatives caritatives dans les domaines des arts et du patrimoine, de l’éducation, de l’environnement et du bien-être social. Pour des informations complémentaires, voir  :

http://surwww.rothschildfoundation.org.uk<http://www.rothschildfoundation.org.uk>

Double écran en tapisserie de Beauvais d’après François Boucher (Waddesdon Manor). Voir : https://waddesdon.org.uk/the-collection/item/?id=1319

Waddesdon Manor a été construit par le baron Ferdinand de Rothschild à partir de 1874 pour exposer sa remarquable collection d’art et recevoir ses invités. Il associe les arts décoratifs français du XVIIIe siècle de la plus haute qualité, de magnifiques portraits anglais et des peintures de maîtres anciens hollandais à l’un des plus beaux jardins victoriens de Grande-Bretagne, célèbre pour son parterre et sa volière ornementale. Légué au National Trust en 1957, Waddesdon est géré par la Fondation Rothschild pour le compte du National Trust.

Extrait de the GETTY – a World of Art, Research, Conservation, and Philanthropy Ι Fall 2019 :

Archives d’architectes en France. 1968-1998. Jeux d’acteurs et enjeux historiographiques autour de l’Institut français d’architecture

Nina Mansion soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art, dirigée par M. Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’art contemporain, le jeudi 28 novembre 2019, dans la salle des thèses (salle 001) de la Maison de la recherche (université de Bordeaux Montaigne, Esplanade des Antilles, Pessac). La soutenance est publique.

Cette thèse analyse les jalons de la fabrication d’une politique publique et nationale de conservation et de valorisation des archives d’architectes en France dans le dernier quart du XXe siècle, ainsi que ses effets sur l’histoire de l’architecture française contemporaine. En parcourant une période qui s’étend de la fin des années 1960 au début des années 2000, ce travail met en exergue le rôle d’une institution : l’Institut français d’architecture.

“Impression d’artiste de la salle de consultation et de conservation des Archives d’architecture du XXe siècle”, dessin de Jean-Philippe Garric (1987), repr. dans la plaquette de présentation du Centre d’archives d’architecture du XXe siècle de l’IFA (1988)

 

Il s’agit d’examiner, d’une part, les modalités d’émergence et d’institutionnalisation des structures chargées de la collecte et de la valorisation des archives d’architectes sur le territoire national en restituant les « jeux d’acteurs » – c’est-à-dire à la fois les enjeux de concurrence institutionnelle, les jalons du débat programmatique et les trajectoires individuelles – et, d’autre part, d’interroger, par le biais la question des archives d’architectes, la construction de la discipline historique en architecture. En dressant le portrait d’un milieu, l’étude questionne l’autonomie d’un champ disciplinaire partagé entre des lieux d’enseignement isolés et divisé entre des ambitions divergentes. En examinant les évolutions de la collecte et de ses modalités de valorisation à travers les publications et expositions, l’étude établit la place de l’IFA et de son Centre d’archives d’architecture du XXe siècle dans la fabrication de l’histoire de l’architecture récente en France.

À travers l’analyse croisée de sources écrites et de sources orales, ce travail propose de considérer trois périodes (1968-1980 ; 1980-1988 ; 1988-1998) au cours desquelles l’élaboration d’une politique de conservation des archives des architectes a défini un cadre institutionnel, méthodologique et épistémologique grâce auquel l’histoire de l’architecture a pu entreprendre sa rénovation. Outre les dynamiques institutionnelles, administratives et politiques, la thèse souligne le rôle de quelques personnalités pionnières (André Chastel, Maurice Culot, Bruno Foucart, etc.) qui ont façonné l’histoire de l’architecture française contemporaine telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Abstract

This thesis analyses the milestones of the development of a public and national policy for the conservation of the archives of architects in France in the last quarter of the 20th century and its effects on the history of contemporary French architecture. Covering a period from the late 1960s to the early 2000s, this work highlights the role of an institution: the Institut français d’architecture.

On the one hand, the thesis analyses the modalities of emergence and institutionalization of structures in charge of collecting architectural archives in France by looking into the challenges of institutional competition, the stakes of the programmatic debate and the individual trajectories. On the other hand, through the question of the archives of architects, this work questions the construction of the historical discipline in architecture. By drawing the portrait of a milieu, the study questions the autonomy of a disciplinary field divided between different educational institutions and between divergent ambitions. By examining the evolution of its collection and the way history was written through publications and exhibitions, the study establishes the place of the IFA and its Centre d’archives d’architecture du XXe siècle in the production of the history of recent architecture in France.

Through the cross-referenced analysis of written and oral sources, this work proposes to consider three periods (1968-1980; 1980-1988; 1988-1998) during which the development of a policy for the conservation of the archives of architects defined an institutional, methodological and epistemological framework which renovated the way architectural history was made, taught and written. In addition to the institutional, administrative and political dynamics, the thesis highlights the role of pioneering personalities (André Chastel, Maurice Culot, Bruno Foucart, etc.) who have shaped contemporary architectural French history as we know it today.

François-Georges Pariset (1904-1980) : objets et méthodes d’un historien de l’art

Le Centre François-Georges Pariset (université Bordeaux Montaigne, EA 538) et Passages (École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, UMR 5319) lancent cet appel à communication pour l’organisation d’une journée d’étude qui aura lieu le 9 octobre 2020, à Bordeaux, dans l’auditorium de la bibliothèque Mériadeck.

À l’occasion du quarantième anniversaire de sa disparition et du dépôt récent à l’INHA d’une part importante de ses archives personnelles, cette journée d’étude souhaite réévaluer les travaux de François-Georges Pariset (1904-1980) et considérer les enjeux de l’érudition en histoire de l’art, à la lumière de son positionnement méthodologique.

François-Georges Pariset tenant un exemplaire de L’Art classique (Paris, Presses universitaires de France, coll. « Les Neuf muses » – Histoire générale des Arts, 1965), photographie non datée, archives privées.

La carrière de François-Georges Pariset épouse les grandes dynamiques de l’implantation de l’histoire de l’art dans le paysage universitaire, entre les années 1930 et les années 1970. Issu d’une famille d’érudits, sa formation d’historien à l’université de Strasbourg marque son approche documentaire et archivistique de la connaissance des œuvres d’art. Parmi ses premiers soutiens, on compte Louis Réau, René Schneider et Pierre Lavedan mais aussi Lucien Febvre qui, en 1950, publie dans les Annales un compte rendu de la monographie consacrée à Georges de La Tour (Paris, Henri Laurens, 1948), issue de sa thèse soutenue en Sorbonne en 1947. Quel bilan faire de ce type d’approche et, plus largement, de l’apport de Pariset dans le processus de redécouverte des œuvres de La Tour ?

L’ancrage régional constitue un trait de la trajectoire intellectuelle de François-Georges Pariset. De l’est de la France à l’Aquitaine, son itinéraire l’amène, au fil des années, à considérer de nouveaux sujets. Grünewald, Jacques de Bellange, Hans Baldung Grien et Georges de La Tour constituent, dès ses premiers articles publiés dans les années 1930, quelques-uns de ses artistes de prédilection, auxquels s’ajoute Claude Deruet à la fin des années 1940. À son arrivée à Bordeaux, en 1952, suite à sa nomination en tant que professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à la Faculté des Lettres, son intérêt se focalise davantage sur l’architecture bordelaise, en particulier du XVIIIe siècle. Son goût de l’enquête sur le terrain, dont il s’attache souvent dans ses articles à restituer les étapes, l’amène à produire plusieurs études consacrées à Victor Louis et Louis Combes. Des peintres alsaciens et lorrains de la Renaissance à l’architecture classique et néo-classique, la province se révèle être au cœur du discours historique que Pariset développe et consolide jusqu’aux années 1970. Comment appréhender ce parcours, non seulement au regard d’une carrière jalonnée par les échanges avec l’Allemagne (détachement à l’Institut français de Berlin de 1931 à 1932, docteur honoris causa de l’université de Hambourg), mais aussi à l’échelle de l’histoire transnationale de l’art ?

Ce sont donc les enjeux méthodologiques et institutionnels promus par l’un des représentants académiques de l’histoire de l’art, sur lesquels cette journée d’étude entend revenir. Sur la base d’une relecture critique de ses écrits, nous proposons de réexaminer l’apport de François-Georges Pariset à l’histoire de l’art et de recontextualiser les liens, échanges et collaborations qu’il a pu établir avec ses confrères. En quelle mesure contribua-t-il à la redécouverte de nombreux artistes ? Comment lire Pariset aujourd’hui ? Ces questions sont d’autant plus légitimes que cet historien de l’art est quelque peu tombé dans l’oubli.

La manifestation sera accompagnée d’une exposition des dessins de François-Georges Pariset qui se tiendra à la bibliothèque municipale Mériadeck de Bordeaux à la rentrée 2020.

Comité scientifique et organisateur

Laurence Chevallier (École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, UMR 5319)

Myriam Metayer (université Bordeaux Montaigne, EA 538)

Adriana Sotropa (université Bordeaux Montaigne, EA 538)


Les propositions de communication, de 300 mots environ, accompagnées d’un titre et indiquant les principales sources utilisées, de même qu’une brève notice biographique, sont à adresser avant le 1er février 2020 à :

   – Laurence Chevallier : laurence.chevallier@bordeaux.archi.fr

   – Myriam Metayer : myriam.metayer@u-bordeaux-montaigne.fr

   – Adriana Sotropa : adriana.sotropa@u-bordeaux-montaigne.fr

Les réponses seront communiquées au plus tard à la fin du mois de février 2020.

Les communications ne devront pas excéder 25 minutes.


Pour télécharger le présent appel :

 

Écrire l’histoire de l’art: aux frontières de la discipline

Cette seconde édition de la journée des doctorants et doctorantes du Centre F.-G. Pariset est organisée par Sarah Crépieux-Duytche, Naouel Nessark et Léa Tichit. Elle a pour objectif de mettre en valeur les différentes thématiques des thèses portées au sein du laboratoire. Par des communications et tables rondes seront interrogées les interconnexions et les frontières de nos objets d’étude. Une intervention des membres de l’association transfrontaliers, association de doctorants et docteurs en histoire de l’art fondée en 2018, nous permettra d’appréhender bien des contours de la recherche transnationale.

Elle se tiendra le jeudi 14 novembre 2019, à l’université Bordeaux Montaigne, Odéon de l’Archéopôle.

Pour les modalités pratiques et le programme de cette journée :

Architecture et urbanisme de la Reconstruction en Nouvelle-Aquitaine (1940-1958) : sources, méthodes et outils

Cette journée d’étude, organisée par Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne, Centre F.-G. Pariset, EA 538) et Émilie d’Orgeix, directrice d’études à l’EPHE (PSL – Histara), se tiendra le jeudi 7 novembre 2019 à la Direction des Affaires régionales de Nouvelle-Aquitaine, salle chapelle, 54 rue Magendie, 33074 Bordeaux.

En France, les travaux consacrés au patrimoine de la seconde Reconstruction (1940-1958) portent essentiellement sur des ensembles urbains (Brest, Le Havre, Caen, Royan, Oradour-sur-Glane…) ou des départements massivement détruits tels le Nord-Pas-de-Calais, le Finistère ou la Normandie. Il est désormais nécessaire d’élargir ce spectre à des territoires plus vastes et plus inégalement touchés par la guerre. Cette inflexion permettra notamment d’affiner les typologies de destructions, d’étudier de manière exhaustive les processus d’interventions urbaines et rurales  et de documenter l’ensemble des postures professionnelles. D’un point de vue patrimonial, elle rendra également effective l’identification et la protection de sites et d’architectures remarquables qui ont échappé au crible des inventaires.

Le glissement à de nouvelles échelles territoriales, plus vastes et moins méthodiquement détruites, impose néanmoins des stratégies d’analyse fondamentalement différentes. Comment conformer ou adapter les méthodes de recherche déjà éprouvées, à petite ou moyenne échelle, pour rendre compte au Large de la politique urbaine, architecturale et territoriale mise en œuvre par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme ? Quels sites sélectionner et en fonction de quels critères ? Quelles stratégies d’analyse, de classement et de croisement des sources adopter face à des dossiers documentaires pléthoriques issus de fonds d’archives nationales, départementales, communales et privées ?

Se fondant sur la vaste enquête engagée en 2017 sur le patrimoine de la Reconstruction par la Direction régionale des affaires culturelles de Nouvelle-Aquitaine, cette journée d’étude invite à repenser la structuration de méthodes d’analyse architecturale et urbaine menée à l’échelle de la plus grande circonscription administrative de France. Les interventions présentées offriront l’occasion de revenir sur la méthodologie du travail et d’en réinterroger la pertinence dans le cadre d’une étude pionnière qui couvre les douze départements de la Nouvelle-Aquitaine, classée cinquième région pour le nombre de destructions à l’issue de la seconde guerre mondiale.

Pour les modalités pratiques et le programme des interventions : 

Fig. : vue d’une des salles de l’exposition “Reconstruire : Santé, Habitation, Urbanisme”, organisée au musée des Beaux-Arts de Bordeaux, 2-25 mars 1946 (Bordeaux, musée des Beaux-Arts)

http://www.musba-bordeaux.fr/article/reconstruire-sant%C3%A9-habitation-urbanisme

Usages européens des matières et des denrées venues d’ailleurs aux XVIIIe et XIXe siècles

Tabatière. Paris, 1781-1783. Laque japonais, or, émail. Paris, musée du Louvre, département des Objets d’art. Legs Philippe Lenoir, 1874

Table ronde organisée dans le cadre des jeudis du MADD, jeudi 10 octobre à 18h

Les Amis du madd et le Centre François-Georges Pariset (EA 538, Université Bordeaux-Montaigne) proposent une table ronde dans le cadre de l’exposition “La passion de la liberté. Des Lumières au romantisme” qui est organisée conjointement par le madd-bordeaux et le musée des Beaux-Arts de Bordeaux, avec la participation exceptionnelle du musée du Louvre.  

La circulation des marchandises et le développement du commerce à l’époque moderne favorisent la création d’objets dédiés et l’apparition de nouveaux usages. Cette thématique sera abordée sous différents angles à l’occasion d’une discussion menée par Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, membre du Centre F.-G. Pariset. Elle réunira Geneviève Lacambre, conservateur général honoraire du patrimoine et spécialiste du japonisme, ainsi qu’Annick Notter, conservateur honoraire du musée d’Art et d’Histoire de la Rochelle.

Pour les modalités pratiques et la préinscription obligatoire, voir :

https://madd-bordeaux.fr/les-jeudis-du-madd

Centre François-Georges Pariset