Passeurs, lieux de passage

Une journée d’études consacrée aux réseaux de sociabilité artistique en Normandie au 19e siècle aura lieu mardi 3 octobre à Rouen. Cette journée se propose d’explorer les nouveaux apports de la recherche en la matière, en étudiant les acteurs (les passeurs) et les institutions artistiques, constitutifs de ces réseaux, notamment entre Paris et la Normandie.

Avec la participation de Zané Purmale, doctorante du Centre François-Georges Pariset.

Programme ici

Université & histoire de l’art. Objets de mémoire (1870-1970)

Avec le soutien du Centre François-Georges Pariset, vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes un ouvrage sous la direction de Marion Lagrange sur le patrimoine universitaire Université & histoire de l’art.

L’enseignement des chaires d’archéologie et d’histoire de l’art antique se développa à partir du dernier tiers du XIXe siècle en prenant appui sur un Lehrapparat, concept allemand désignant l’ensemble du matériel pédagogique – objets originaux, moulages en plâtre, tirages photographiques papier, vues à projection, ouvrages à planches, livres. L’étude de ces objets conduit à inscrire la discipline dans l’histoire universitaire, tandis que la démarche de l’historien de l’art permet de considérer dans cet ouvrage l’université dans sa matérialité (architecture et décor), en l’ancrant dans une perspective historique.

« Dire presque la même chose ». L’histoire de l’art et ses traductions

Vous trouverez ici le programme pour la journée d’étude « Dire presque la même chose ».  L’histoire de l’art et ses traductions (XIXe-XXIe siècles) qui aura lieu le 22 septembre 2017 à la MSHA, à l’Université de Bordeaux Montaigne (Salle Jean Borde).

Cette journée d’études est organisée par Adriana Sotropa et Myriam Metayer

Le récit de l’histoire de l’art

Vient de paraître aux Éditions esthétiques du divers Le récit de l’histoire de l’art : mots et rhétoriques d’une discipline qui rassemble des essais réunis par Myriam Metayer et Adriana Sotropa.

Interroger l’écriture de l’histoire de l’art constitue une des préoccupations les plus délicates, encore confidentielles, de nos confrères. Si les historiens, les littéraires et les philosophes ont maintes fois réexaminé leur langage, où se place l’historien de l’art par rapport à ses mots, à ses discours ? L’organisation des faits historiques, la mise en œuvre de dispositifs rhétoriques et le choix des termes, qu’ils soient descriptifs ou analytiques, n’ont rien d’opérations gratuites. Ils sont porteurs de concepts, de lieux communs et d’intrigues que les essais réunis ici explorent. Ces derniers tracent les linéaments des écritures institutionnelles, idéologiques et narratives de l’histoire de l’art telles qu’elles ont pu se développer de la fin du XIX e siècle jusqu’aux années 1980. De la nécessaire attitude réflexive que convoque l’analyse de l’écriture émergent les enjeux méthodologiques de ce travail de déconstruction. Si la contextualisation historique est privilégiée, la sémiologie et la narratologie offrent d’autres voies possibles pour interroger le récit de l’histoire de l’art.

 

Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes un ouvrage édité par Pascal-François Bertrand et Audrey Nassieu Maupas, Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie.

Médium polysémique, la tapisserie touche des domaines variés comme l’histoire politique, économique ou sociale. Médium complexe dans son élaboration, elle permet, en histoire de l’art à proprement parler, d’aborder des questions essentielles, comme celles de l’invention, de la reproduction ou de la réception, à travers notamment l’étude toujours renouvelée des rôles respectifs des différents intervenants dans son processus de création.

« DIRE PRESQUE LA MÊME CHOSE ». L’HISTOIRE DE L’ART ET SES TRADUCTIONS (XIXe-XXIe siècles)

Journée d’étude

Vendredi 22 septembre 2017

Université Bordeaux Montaigne

 

Les historiens de l’art manifestent, depuis quelques années, un intérêt croissant pour les questions d’ordre linguistique, discursif et rhétorique appliquées à leur discipline. Qu’en est-il de la traduction interlinguistique de ces stratégies ?

Suite à l’édition, au printemps 2017, d’un ouvrage intitulé Le Récit de l’histoire de l’art. Mots et rhétoriques d’une discipline (Éditions Esthétiques du Divers), notre souhait est d’explorer « la rhétorique à l’épreuve de la traduction », dans le sillage du colloque Rhétorique et traduction, publié par la SEPTET en collaboration avec le Laboratoire Ligérien de Linguistique de l’Université d’Orléans en 2012.

Au-delà des questions d’ordre lexical ou terminologique, en lien avec la diffusion des traductions, questions préalablement étudiées, nous invitons les historiens de l’art à réfléchir aux mutations, transferts et transmissions discursives qui concernent notre discipline, dans les multiples facettes qu’impose la traduction. Appliquée à l’histoire de l’art, cette dernière n’est pas qu’une affaire de mots, mais une affaire de langage au sens large du terme. Dans son ouvrage consacré à la traduction, dont nous empruntons le titre, Umberto Eco évoquait d’ailleurs le lien entre le voir et le dire en nous rappelant que la signification d’origine de translatio est « changement » mais aussi « transport », tandis que « traducere signifie ‘’conduire au-delà’’ »[1]. Le travail d’interprétation qu’appelle l’histoire de l’art donne en effet sa spécificité à la traduction de textes eux-mêmes voués à l’explication des œuvres.

La traduction est-elle une continuation du texte original et le traducteur un créateur et un continuateur de la pensée de l’auteur, comme le proposait Benjamin ? Est-elle, au contraire, un processus servile et imitatif ? Ou serait-elle un « acte de négociation » comme envisagé par Umberto Eco ? Plusieurs axes de recherche peuvent d’ores et déjà être proposés : l’historien de l’art en tant que traducteur, l’historien de l’art face à ses sources en langues étrangères et à la disponibilité de leur traduction, les enjeux éditoriaux des traductions, l’absence de traduction.

Les doctorants et jeunes docteurs sont vivement encouragés à nous soumettre des propositions.

Les propositions des communications, de 300 mots environ, accompagnées d’un titre et indiquant les principales sources utilisées, de même qu’une brève notice biographique, sont à adresser avant le 1e mai 2017 à :

Adriana Sotropa (Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne) : adriana.sotropa@u-bordeaux-montaigne.fr.

Myriam Metayer (Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne) : myriam.metayer@u-bordeaux-montaigne.fr

Les réponses seront communiquées au plus tard le 15 mai 2017. Une prise en charge des frais de déplacement et d’hébergement est prévue.

Les communications ne devront pas excéder 25 minutes.

 

[1] Umberto Eco, Dire presque la même chose. Expériences de traduction, Paris, Le Livre de Poche, 2013, p. 297.

Centre François-Georges Pariset