Des archives pédagogiques pour une autre approche de l’enseignement de l’histoire de l’art. L’exemple des notes de cours d’un étudiant de la faculté des lettres de Bordeaux (1966-1967)

Annonce de mise en ligne. Le carnet dédié à François-Georges Pariset, historien de l’art au XXe siècle – Projet historiographique autour des pratiques de recherche et d’enseignement en histoire de l’art, vient de s’enrichir de cette nouvelle contribution, signée par Myriam Metayer.

Pour le consulter : https://fgp.hypotheses.org/1192

Espaces frontières. Objets non européens dans les intérieurs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle

Journée d’étude.  Organisée dans le cadre de l’exposition Così lontani, così vicini. Il fascino dell’esotismo negli interni europei tra Ottocento e Novecento (Firenze, Museo Stibbert, 5 ottobre 2023 – 4 maggio 2024), par Sabine du Crest et Enrico Colle, cette journée d’étude se présente comme une enquête complémentaire sur les manifestations artistiques de l’Orient présentes dans les intérieurs européens entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Elle se tiendra le 18 avril 2024 à Florence, au Museo Stibbert.

Pour plus de renseignements sur l’exposition : https://www.museostibbert.it/frontend/index.php?sez=evento&id_evento=74

Pour télécharger la présentation de cette manifestation scientifique et le programme : Pieghevole_ SPAZI FRONTIERA

PROGRAMME

10h – Enrico Colle, direttore Museo Stibbert ; Claudia Baroncini, direttrice Fondazione Alinari per la fotografia Alessandro Del Taglia, Presidente Associazione Amici del Museo Stibbert

10h30 – introduzione alla giornata: Spazi di frontiera. Storia di un nuovo concettoSabine du Crest, maîtresse de conférences HDR université Bordeaux Montaigne, CRHA-F.G. Pariset (UR 538)

Presiede Sabine du Crest, maîtresse de conférences HDR université Bordeaux Montaigne, CRHA-F.G. Pariset (UR 538)

11h00 – Henri Cernuschi e l’arte asiatica. Dall’intimità della dimora alla sobrietà di uno spazio museale – Manuela Moscatiello, chargée d’étude alla Maison de Victor Hugo, Parigi

11h30 – coffee break

12h00 – Identità e alterità in Gabriele d’Annunzio arredatore: villa ‘La Capponcina’ a Settignano (1898-1910) – Harald A. Hendrix, professore, Utrecht University

12h30 – Tavola rotonda. Le dimore di Ferdinando Panciatichi Ximenes d’Aragona, dei coniugi Acton Mitchell, Bernard Berenson e Frederick Stibbert veri e propri ‘spazi di frontiera’. Interverranno: Ethel Santacroce (Archivista) per la collezione Panciatichi; Francesca Baldry (Villa La Pietra, NYU) per la collezione Acton Mitchell; Ilaria Della Monica (Villa I Tatti, Harvard University) per la collezione Berenson e Martina Becattini (Museo Stibbert) per la collezione Stibbert.

13h30 – lunch

14h30 – visita alla mostra Così lontani, così vicini, Presiede Enrico Colle

15h00 – Stefano Bardini, antiquario “moderno”Antonella Nesi, storica dell’arte, già direttrice del Museo Bardini

15h30 – Vetri alla moda islamica fra fascino esotico e collezionismo – Silvia Ciappi, storica dell’arte

16h00 – Il ghetto di Firenze: porta d’oriente – Luca Scarlini, scrittore

17h00 – Parigi 1869. Il Duca di Martina e l’arte cinese – Francesco Morena, storico dell’arte

17h30 – Orientalismo musicale a Firenze: la collezione dei baroni Kraus, pionieri dell’etnomusicologi – Eleonora Negri, musicologa, Scuola di musica di Fiesole

Dessiner, enseigner. François-Georges Pariset (1904-1980) historien de l’art au XXe siècle

Présentation d’ouvrage. Suite à la publication de Dessiner, enseigner. François-Georges Pariset (1904-1980), historien de l’art au XXe siècle, Myriam Metayer et Adriana Sotropa présenteront cet ouvrage co-écrit et dirigé par leurs soins le jeudi 4 avril à 18h30 à l’auditorium de la bibliothèque municipale de Bordeaux / Mériadeck.

Pour plus de renseignements sur cette publication des Cahiers du Centre François-Georges Pariset : https://pariset.hypotheses.org/wp-admin/post.php?action=edit&post=5597

Pour télécharger le flyer : Présentation livre Pariset

Francesca Romana Posca, boursière lauréate de l’Institut du Genre

Doctorante au Centre de recherche en histoire de l’art F.-G. Pariset (UR 538), Francesca Romana Posca a récemment obtenu une bourse de mobilité jeune recherche par l’Institut du Genre. Sa thèse, intitulée “Au-delà de la Péninsule : la scène artistique internationale, espace d’affirmation des artistes italiennes (1870-1915)”, est dirigée par Gilles Ragot, professeur en histoire de l’art contemporain, et Marion Lagrange, maître de conférences en histoire de l’art contemporain.

Afin d’encourager la mobilité internationale des jeunes chercheurs et chercheuses en études de genre, l’Institut du Genre finance des missions longues à l’étranger (observations, entretiens, dépouillement d’archives, recherches en bibliothèque, collaboration internationale…). Sont éligibles les doctorant·es ou post-doctorant·es relevant d’un établissement partenaire de l’Institut du Genre. Dix lauréats ont bénéficié d’un tel soutien en 2024. Pour plus de renseignements :

https://institut-du-genre.fr/

Camille Moulinier, lauréate du prix Robert Coustet 2023

Le Corbusier, « Pessac », L’Architecture vivante, automne-hiver 1927, p. 29-32

Actuellement doctorante au Centre de recherche en histoire de l’art F.-G. Pariset (UR 538), Camille Moulinier a obtenu le prix Robert Coustet 2023 pour son mémoire de maîtrise : La réception des Quartiers Modernes Frugès (1926-2016). Entre idéal social et artistique, la construction d’un discours critique et l’interprétation d’une expérience architecturale au cours des XXe et XXIe siècles. Ce mémoire, dirigé par Gilles Ragot, a été soutenu en 2018.

Le tournant environnemental de l’art : accommoder le regard et les pratiques

Séverine Hubard, Les Orgues des Landes, Arjuzanx, 2016-2023, œuvre n° 16 de La Forêt d’Art Contemporain. Photographie : Marie Escorne, 2023.

Table ronde et entretien. Cette manifestation scientifique – qui se tiendra le 6 mars 2024, de 14h à 17h à la salle Jean Borde, Maison des Sciences de l’Homme de Bordeaux – se propose d’évoquer la façon dont les enjeux environnementaux travaillent le monde de l’art à différents niveaux.

Cette demi-journée, co-organisée par Marie Escorne, maîtresse de conférences en arts plastiques, et Myriam Metayer, maîtresse de conférences en histoire de l’art contemporain, est soutenue par Artes (UR 24141) et le CRHA F.-G. Pariset (UR 538).

Table ronde, avec la participation de :

  • Felizitas Diering, diplômée d’histoire de l’art et de littérature de l’Université Albert-Ludwig de Fribourgen-Brisgau, dirige depuis 2017 le FRAC Alsace à Sélestat. Depuis 2018, elle y développe le programme « Natures », thème entendu en un sens large qui permet de porter un regard nouveau sur les œuvres et la collection du FRAC.

  • Lydie Palaric a fait ses études aux Beaux-Arts de Bordeaux. Elle dirige depuis 2009 la Forêt d’Art Contemporain qui a permis à ce jour l’implantation de 27 œuvres dans le Sud Gironde et les Landes. Elle est également artiste et commissaire d’exposition indépendante.

  • Feda Wardak est architecte, constructeur, artiste et chercheur indépendant. Dans le cadre d’une résidence
    avec les Ateliers Médicis, il mène depuis 2019 un projet intitulé « En dessous, la forêt, à Bondy ». Il développe
    également une réflexion sur la gestion de l’eau à travers plusieurs actions en France et en Afghanistan.

Entretien avec Bénédicte Ramade

L’historienne de l’art reviendra sur son parcours de chercheuse, enseignante et commissaire d’exposition. Elle est l’autrice de Vers un art anthropocène. L’art écologique américain pour prototype (Dijon, Presses du réel, 2022). Elle a assuré le commissariat de plusieurs expositions en lien avec des thématiques écologiques, telles Acclimatation (Centre National d’Art Contemporain, Villa Arson, 2008-2009) et REHAB, l’art de refaire (Espace Fondation EDF, 2010-2011).

Dessiner, enseigner. François-Georges Pariset (1904-1980), historien de l’art au XXe siècle

Myriam Metayer, Adriana Sotropa (dir.), Dessiner, enseigner. François-Georges Pariset (1904-1980), historien de l’art au XXe siècle, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset hors-série n° 11, 2023, 227 p., 24 euros.

Ce volume  met en lumière des aspects inédits liés à la carrière et aux pratiques de François-Georges Pariset (1904-1980). Premier professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain de la faculté des lettres de Bordeaux, Pariset est principalement connu comme l’un des spécialistes de Georges de La Tour (1593-1652) et des artistes lorrains de la Renaissance. Le traitement récent de ses archives personnelles et professionnelles, aujourd’hui conservées à la bibliothèque de l’INHA, à la bibliothèque municipale de Bordeaux ou encore à l’université Bordeaux Montaigne, permet notamment d’étudier ses enseignements et de découvrir sa production graphique. Myriam Metayer et Adriana Sotropa explorent ces deux composantes significatives des fonds d’archives, contribuant à mieux analyser les racines intellectuelles de François-Georges Pariset. Les autrices reviennent ainsi sur les traces d’une histoire de l’art inscrite aux croisements de l’érudition, de la connaissance empirique des œuvres et de la compréhension des formes saisies dans leur contexte. Le cas de François-Georges Pariset soulève par ailleurs des questions relatives à la fabrique institutionnelle de la discipline, dans le cadre universitaire de l’immédiat après-guerre jusqu’aux années 1970.

SOMMAIRE

Préface – Laurent Houssais

Avant-propos – Myriam Metayer et Adriana Sotropa

Patrimonialisation des modi operandi d’un historien de l’art  – Myriam Metayer & Adriana Sotropa

Dessiner pour mieux voir : archéologie d’une pratique ininterrompueAdriana Sotropa

  • Introduction
  • Amy, Jeanne et Mina : les « tantes de Nancy qui m’ont donné le goût de l’Art »
  • Dessiner d’après les maîtres : les débuts d’une carrière
  • Un purgatoire éternel ? Le Pariset de Georges de La Tour
  • De la pratique de l’aquarelle au stylo « Bic
  • La vie des formes selon Pariset

Un professeur à la faculté des lettres de Bordeaux (1952-1974)Myriam Metayer

  • Introduction
  • La « chaire » d’histoire de l’art moderne et contemporain : enjeux d’une dénomination
  • Les certificats d’histoire de l’art : un cadre national pour une spécificité régionale d’enseignement et de recherche
  • Liste des enseignements de François-Georges Pariset (1952-1968)
  • Aux sources du cours magistral
  • Par-delà le support pédagogique : une collection de diapositives pour un institut de  recherche

Panorama des archives : les fonds Pariset

Le fonds Pariset de l’Institut national d’histoire de l’art : une vie en archives – Sophie Derrot

Le fonds Pariset de la bibliothèque municipale de Bordeaux – Clotilde Angleys & Hélène Fleury Ameztoy

ANNEXES

Formation et carrière de François-Georges Pariset : chronologie indicative

Publications de François-Georges Pariset

Les archives iconographiques et audiovisuelles de la Reconstruction en France, de 1940 aux années 1960

Fruit d’un partenariat entre les Archives nationales et les Écoles nationales supérieures d’architecture, la journée d’étude sur « les archives iconographiques et audiovisuelles de la Reconstruction, de 1940 aux années 1960 », qui s’est tenue en 2021, s’inscrit dans un programme de recherche initié par le Bureau de la recherche architecturale urbaine et paysagère [BRAUP] du ministère de la Culture, intitulé « Architecture du XXe siècle, matière à projet pour la ville durable du XXIe siècle » (2016-2020).

Intitulée « Intervenir dans les logements reconstruits : de la méthodologie de recherche aux stratégies d’action », la recherche dirigée dans ce cadre par Christel Palant proposait, dans l’esprit de l’appel à projet, une articulation forte entre recherche, enseignement et stratégies d’intervention, sur un patrimoine souvent qualifié d’« ordinaire », mais qui constitue aujourd’hui une grande part de notre cadre de vie, urbain et bâti.

Ce premier état des lieux sur les sources iconographiques et audiovisuelles de la Seconde Reconstruction, disponibles dans les fonds d’archives publiques, doit permettre de donner aux chercheurs et aux professionnels œuvrant dans les territoires et les collectivités locales, une meilleure visibilité de la richesse des fonds disponibles et des possibilités qu’elles offrent, et ainsi concilier connaissance scientifique et intervention sur l’existant.

La publication, en ligne, est consultable ici :

https://books.openedition.org/pan/2911

Les expositions d’architecture en France : des premières initiatives à une institutionnalisation (1914-1977)

Léa Tichit soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire de l’art contemporain, intitulée Les expositions d’architecture en France : des premières initiatives à une institutionnalisation (1914-1977)le 23 octobre 2023 à 14h00 dans la salle des thèses de la Maison de la Recherche (université de Bordeaux Montaigne, esplanade des Antilles, Pessac). La soutenance est publique.
 
Cette thèse a été menée sous la codirection de Gilles Ragot, professeur en histoire de l’art contemporain à l’université Bordeaux Montaigne (CRHA F.-G. Pariset UR 538), et Nicolas Meynen, maître de conférences à l’université Toulouse Jean Jaurès. 
 
Le jury est composé des directeurs de thèse, de Jean-Philippe Garric, professeur à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Richard Klein, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, Barry Bergdoll, professeur à la Columbia University de New York, Hélène Jannière, professeur à l’université Rennes 2 et Elke Mittmann, maître de conférences HDR à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg. 
 
Résumé
 
Au cours du XXe siècle en France, les expositions temporaires d’architecture ne cessent de progresser dans le débat : prises en main dès le début du siècle par de jeunes architectes modernes soucieux de faire connaître leurs idées et de promouvoir leurs projets, leur nombre augmente de manière significative à partir du milieu des années 1960, jusqu’à l’institutionnalisation de la pratique à la fin des années 1970, via la création de structures dédiées à la valorisation de l’architecture.
 
Vue de l’exposition “Architecture et urbanisme” (Besançon, Abbatiale Saint Paul, 1967). Arch. du musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon
Cette thèse propose de mettre en exergue les différentes étapes qui jalonnent cette histoire des expositions et de révéler le développement de cette pratique, à partir d’une analyse des expositions temporaires organisées sur le territoire français, de 1914 à 1977, année marquée par la promulgation de la loi sur l’architecture qui reconnait cette discipline comme expression de la culture et par l’inauguration du Centre Georges Pompidou dont un des départements, le Centre de Création Industrielle, porte des préoccupations architecturales en son sein. À partir de l’important travail de recensement des événements opéré en amont et de la récolte des sources associées que sont les catalogues et les articles de presse spécialisée, l’intention est de répondre à une série de questions élémentaires mais néanmoins cruciales : pourquoi, par qui et pour qui, comment et dans quel cadre les expositions d’architecture se sont-elles développées au siècle dernier ? En outre, il s’agit de questionner ces événements au regard d’une histoire institutionnelle : ces expositions ont-elles été motrices du processus d’institutionnalisation qu’a connu l’architecture au tournant des années 1980 ?
 
 

Villes et universités. Quels patrimoines pour quel avenir partagé ?

Bordeaux Métropole s’est engagée, depuis 2010, vers une régénération urbaine profonde de son campus à travers sa contribution à l’Opération campus Bordeaux et l’Opération d’intérêt métropolitain BIC pour “Bordeaux Inno Campus”. L’Opération campus intervient sur le patrimoine immobilier des universités et poursuit l’ambition d’une insertion urbaine durable des campus via une perméabilité avec la ville et une diversification des fonctions et des usages qui y sont proposées.

Bordeaux Inno Campus, en collaboration avec la Maison des sciences de l’homme de l’université Bordeaux Montaigne et la Direction générale de l’aménagement de Bordeaux Métropole organisent, les 19 et 20 octobre 2023, des journées d’étude consacrées aux relations entre les villes et l’université dans une optique patrimoniale large et diachronique.

Pour télécharger le programme : Villes et universités 2023

Centre François-Georges Pariset

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search