Temps forts, temps faibles. Le temps en effet(s)

Le colloque « temps forts, temps faibles : le temps en effet » s’inscrit dans les Initiatives Doctorantes de l’École

doctorale Montaigne‑Humanités, avec le soutien des laboratoires Ameriber, Centre François‑Georges Pariset, Passages et Telem.

Rien n’est moins égal à une heure qu’une autre heure. Le temps apparaît élastique, il se dilate ou se contracte en autant de temps forts qui se distinguent d’apparents temps faibles. Le temps ne doit donc pas être considéré comme une évidence, mais plutôt comme un construit intime, social et épistémologique dont il s’agit de comprendre les mécanismes. Ce colloque se donne pour projet de mesurer le coefficient d’intensité du moment vécu, ainsi que les oscillations et retournements impliqués par le couple notionnel « temps forts / temps faibles », tant dans sa construction théorique que dans son expérimentation pratique.

Fruit d’un croisement disciplinaire, cet événement vise à interroger notre rapport au temps en ce qu’il est vécu et pensé de façon clivée entre deux pôles réversibles ou complémentaires.

Se déroulant les 15 et 16 mars 2018 de 9h à 17h à la MSHA de l’UBM, « Temps forts, temps faibles, le temps en effet(s) » s’organise en six sessions pluridisciplinaires et une projection-débat en partenariat avec le cinéma Utopia de Bordeaux. Vous trouverez le programme ici.

Si vous souhaitez assister à la projection, veuillez nous indiquer votre présence par mail à l’adresse colloquetemps@gmail.com avant le 14 mars.

Au plaisir de vous y retrouver nombreux,

Les organisatrices : Ninon Huerta, doctorante en géographie (UMR 5319 – Passages) ; Julie Lageyre, doctorante en histoire de l’art (Centre François-Georges Pariset – EA 538) ; Chloé Morille, doctorante en littérature comparée (Telem – EA 4195) ; Vanessa Saint-Martin, doctorante en études hispaniques (Ameriber – EA 3656)

Contact : colloquetemps@gmail.com

Montaigne’s Art History Lab

Les étudiants du Master 1 recherche histoire de l’art de l’université Bordeaux Montaigne, sous la direction d’Adriana Sotropa, organisent un cycle de cinq workshops axés autour des problématiques différentes, issues des réflexions portées sur leurs sujets de recherche, au sein du séminaire d’anglais.

Certains de ces workshops seront « parrainés » par des doctorantes du centre François-Georges Pariset.

Ces manifestations se dérouleront entre le 15 mars et le 12 avril. Toutes les informations pratiques se retrouvent sur les flyers ci-joints :

Livret de présentation et le programme général

1e séance, 15 mars

2e séance, 22 mars

3e séance, 29 mars

4e séance, 5 avril

5e séance, 12 avril

 

La tentation du symbolisme dans l’art roumain

Avec le soutient du Centre Pariset et l’Univertsité Bordeaux Montaigne, vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes l’ouvrage d’Adriana Sotropa, La tentation du symbolisme dans l’art roumain : promoteurs, formes, discours.

Bénéficiant du relais de figures telles que le poète Alexandru Macedonski ou de mécènes comme Alexandru Bogdan-Piteştile, le Symbolisme mérite d’être réexaminé dans ses contours et son contenu, dans une Roumanie à la fois soucieuse de s’inscrire dans la modernité et en quête de racines. Cet ouvrage vise ainsi à faire découvrir tout un pan de l’histoire de l’art roumain du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres.

Musées Monde, Workshop du Centre Pariset

Le 6 décembre au Musée d’Aquitaine aura lieu le Workshop du Centre François-Georges Pariset « Musées Monde. Des musées pour interroger le monde : Concepts – Espaces – Objets » dont vous trouverez le programme ici. Cet atelier se propose d’étudier les missions des musées dans la mondialisation à travers six interventions regroupées autour de trois axes – concepts, espaces et objets – suivies d’une discussion. La journée sera close par des visites-conférences au musée.

 

Passeurs, lieux de passage

Une journée d’études consacrée aux réseaux de sociabilité artistique en Normandie au 19e siècle aura lieu mardi 3 octobre à Rouen. Cette journée se propose d’explorer les nouveaux apports de la recherche en la matière, en étudiant les acteurs (les passeurs) et les institutions artistiques, constitutifs de ces réseaux, notamment entre Paris et la Normandie.

Avec la participation de Zané Purmale, doctorante du Centre François-Georges Pariset.

Programme ici

Université & histoire de l’art. Objets de mémoire (1870-1970)

Avec le soutien du Centre François-Georges Pariset, vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes un ouvrage sous la direction de Marion Lagrange sur le patrimoine universitaire Université & histoire de l’art.

L’enseignement des chaires d’archéologie et d’histoire de l’art antique se développa à partir du dernier tiers du XIXe siècle en prenant appui sur un Lehrapparat, concept allemand désignant l’ensemble du matériel pédagogique – objets originaux, moulages en plâtre, tirages photographiques papier, vues à projection, ouvrages à planches, livres. L’étude de ces objets conduit à inscrire la discipline dans l’histoire universitaire, tandis que la démarche de l’historien de l’art permet de considérer dans cet ouvrage l’université dans sa matérialité (architecture et décor), en l’ancrant dans une perspective historique.

« Dire presque la même chose ». L’histoire de l’art et ses traductions

Vous trouverez ici le programme pour la journée d’étude « Dire presque la même chose ».  L’histoire de l’art et ses traductions (XIXe-XXIe siècles) qui aura lieu le 22 septembre 2017 à la MSHA, à l’Université de Bordeaux Montaigne (Salle Jean Borde).

Cette journée d’études est organisée par Adriana Sotropa et Myriam Metayer

Le récit de l’histoire de l’art

Vient de paraître aux Éditions esthétiques du divers Le récit de l’histoire de l’art : mots et rhétoriques d’une discipline qui rassemble des essais réunis par Myriam Metayer et Adriana Sotropa.

Interroger l’écriture de l’histoire de l’art constitue une des préoccupations les plus délicates, encore confidentielles, de nos confrères. Si les historiens, les littéraires et les philosophes ont maintes fois réexaminé leur langage, où se place l’historien de l’art par rapport à ses mots, à ses discours ? L’organisation des faits historiques, la mise en œuvre de dispositifs rhétoriques et le choix des termes, qu’ils soient descriptifs ou analytiques, n’ont rien d’opérations gratuites. Ils sont porteurs de concepts, de lieux communs et d’intrigues que les essais réunis ici explorent. Ces derniers tracent les linéaments des écritures institutionnelles, idéologiques et narratives de l’histoire de l’art telles qu’elles ont pu se développer de la fin du XIX e siècle jusqu’aux années 1980. De la nécessaire attitude réflexive que convoque l’analyse de l’écriture émergent les enjeux méthodologiques de ce travail de déconstruction. Si la contextualisation historique est privilégiée, la sémiologie et la narratologie offrent d’autres voies possibles pour interroger le récit de l’histoire de l’art.

 

Centre François-Georges Pariset