Archives par mot-clé : Peinture

Bacchanales ! Ivresse des arts au XIXe siècle

Ouvrage publié sous la direction d’Adriana Sotropa, maître de conférences en histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne) et Sara Vitacca, docteure en histoire de l’art (université de Paris I).

Ce livre est issu du colloque international adossé à l’exposition Bacchanales modernes ! Le nu, l’ivresse et la danse dans l’art français du XIXe siècle (Palais Fesch-musée des Beaux-Arts d’Ajaccio ; Bordeaux, musée des Beaux-Arts). Sur ces manifestations, qui se sont tenues en 2016, voir : http://www.musba-bordeaux.fr/fr/Bacchanales

Au cours d’un XIXe siècle fortement marqué par la porosité des relations entre les arts, le thème dionysiaque est un témoignage efficace des correspondances constantes entre champs artistiques. La bacchanale pénètre en particulier les mythologies voisines qui s’élaborent autour de l’Orient et de l’Italie. Elle émerge dans un univers idyllique qui célèbre le retour à l’âge d’or, le culte de la fête champêtre et de la pastorale mais qui possède aussi un versant diabolique, dans les scènes de sabbat, de festin ou d’orgie des corps en tumulte. La bacchante côtoie de près l’image de la danseuse, de Salomé, en un mot, de la femme fatale. Simple prétexte iconographique souvent, occasion de dénonciation des tares d’une société bridée parfois, la figure de la bacchante n’a pas fini de livrer ses mystères. Protagoniste d’une mythologie particulière et secrète, ses travestissements sont en partie dévoilés dans les pages qui suivent. L’analogie de la bacchante et de la danseuse, particulièrement heureuse, révèle également le domaine où le dionysiaque trouve son parfait accomplissement à l’époque de la modernité : la danse.

Cette publication cherche à nourrir les réflexions des chercheurs qui s’intéressent au champ du dionysiaque et à sa réception à travers les siècles, mais s’adresse également à ceux et celles qui souhaitent regarder la création dix-neuviémiste sous un nouveau jour. Contournant et détournant les mouvements, les courants et les catégories historiographies traditionnelles, c’est à travers le prisme d’une inspiration commune, puisée dans les poétiques du vin, de l’extase et de la danse, que l’ivresse des arts du XIXe siècle est explorée.

Avant-propos, par Laurence Chesneau-Dupin, directrice de la culture à la Fondation pour la culture et les civilisations du vin – Bordeaux, La Cité du Vin

Préface, par Sophie Barthélémy, directrice du musée des Beaux-Arts de Bordeaux et Sandra Buratti-Hasan, directrice adjointe du musée des Beaux-Arts de Bordeaux

Trajectoires bachiques au XIXe siècle, Adriana Sotropa et Sara Vitacca

Bacchus et son cortège sur les cimaises officielles (1801-1900), Dominique Lobstein, historien de l’art

Nymphes, danses et tambourin : de la bacchanale à la saltarelle ou le monde merveilleux de Camille Corot, Nathalie Michel-Szelechowska, musée du Louvre

Autour de Ferdinand Levillain, Bacchus et la vigne dans les arts décoratifs du XIXe siècle, Michaël Vottero, conservateur des monuments historiques de Bourgogne

Dionysos et la musique dans la peinture de Lawrence Alma-Tadema (1836-1912), Daniela Cataldo, Università del Salento

Danseuses en métamorphoses: les bacchantes de la littérature fin-de-siècle, Valérie Lavigne, université de Nice Sophia-Antipolis

Bacchantes romantiques : réminiscences dionysiaques dans le ballet et ses représentations au XIXe siècle, Bénédicte Jarrasse, Université Paris 3

“En cette chair secouée habite, semble-t-il, toute la fièvre de la trépidante existence moderne”. Vierge folle/Het Zotte Geweld de Rik Wouters (1912), Herwig Todts, conservateur au musée royal des Beaux-Arts d’Anvers

Les bacchanales d’Isadora Duncan : réaliser et déjouer un rêve de danse du XIXe siècle, Katharina Van Dyk, université Paris 8

Les arts coloniaux. Circulation d’artistes et d’artefacts entre la France et ses colonies

Colloque organisé sous la direction scientifique de Sarah Ligner, commissaire de l’exposition, conservatrice du patrimoine, responsable de l’unité patrimoniale Mondialisation historique et contemporaine, musée du quai Branly – Jacques Chirac ; Dominique Jarrassé, professeur en histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne, centre François-Georges Pariset ; Frédéric Keck, directeur, département de la Recherche et de l’Enseignement, musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Ce colloque se tiendra le mercredi 10 octobre 2018 à l’auditorium du Palais de la Porte dorée et le jeudi 11 octobre dans la salle de cinéma du musée du quai Branly-Jacques Chirac.

À l’occasion de l’exposition Peintures des lointains. La collection du musée du quai Branly-Jacques Chirac (30 janvier 2018 – 3 février 2019), le musée du quai Branly-Jacques Chirac et le Palais de la Porte Dorée s’associent pour organiser, en partenariat avec le centre Francois- Georges Pariset – UniversitéBordeaux-Montaigne, un colloque sur la notion d’« arts coloniaux ». Ce colloque pluridisciplinaire, au croisement de l’histoire de l’art, de la sociologie des institutions et des études postcoloniales, se propose d’interroger la circulation des artistes et des artefacts entre la France et les territoires de son Empire, comme support pour une réflexion sur la relation coloniale.

L’objectif est de mieux cerner la production artistique et artisanale en situation coloniale et cela dans une acceptation large, qu’il s’agisse d’artefacts produits par des artistes issus des populations colonisées ou par des artistes originaires de métropole. Pour ce faire, plusieurs axes ont étéretenus, afin d’interroger les catégories d’artefacts et les paradigmes qui sous-tendent leur production, leurs auteurs et leur statut, leurs promoteurs et leurs modes de diffusion, ainsi que les phénomènes de domination et d’appropriation qui ont pu s’exercer dans le domaine artistique et culturel. Tous ces aspects sont envisagés sous l’angle des réseaux de circulation de personnes, d’artefacts et de concepts, dans une pluralité de mouvements qui ne répondent pas à un schéma univoque.

Inscription sur : https://colloque-les-arts-coloniaux.eventbrite.fr

Programme (en pdf réduit) :

La tentation du symbolisme dans l’art roumain

Avec le soutien du Centre Pariset et l’Université Bordeaux Montaigne, vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes l’ouvrage d’Adriana Sotropa, La tentation du symbolisme dans l’art roumain : promoteurs, formes, discours.

Bénéficiant du relais de figures telles que le poète Alexandru Macedonski ou de mécènes comme Alexandru Bogdan-Piteştile, le Symbolisme mérite d’être réexaminé dans ses contours et son contenu, dans une Roumanie à la fois soucieuse de s’inscrire dans la modernité et en quête de racines. Cet ouvrage vise ainsi à faire découvrir tout un pan de l’histoire de l’art roumain du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres.

Odilon Redon, hier & aujourd’hui, colloque international

Bordeaux, 15-16 décembre 2016

REDON INÉDIT
Jeudi 15 décembre 2016
Bordeaux, Archives départementales de la Gironde
72, cours Balguerie-Stuttenberg

REDON AUX XXe ET XXIe SIÈCLES
Vendredi 16 décembre 2016
Bordeaux, La Cité du Vin
1, esplanade de Pontac

S’inscrivant dans le cadre du centenaire de la mort d’Odilon Redon (Bordeaux, 1840- Paris, 1916), anniversaire retenu au titre des Commémorations nationales, ce colloque présente les premiers résultats de l’étude du fonds d’archives privées Redon-Bacou, tout en abordant la réception et l’influence de Redon et de son art, de 1916 à nos jours.

Cette manifestation est organisée par le Centre François-Georges Pariset (EA 538, université Bordeaux Montaigne), en partenariat avec l’association Musée d’Art Gustave Fayet à Fontfroide (MAGFF), le Musée des beaux-arts de Bordeaux, l’université de Genève, l’UMR 7303 TELEMME AMU-CNRS, et avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine. Il se tient en parallèle de l’exposition La Nature silencieuse. Paysages d’Odilon Redon (Musée des beaux-arts de Bordeaux, 9 décembre 2016-27 mars 2017).

colloque-redon-programme-détaillé

Stéphanie Trouvé, Peinture et discours

Avec le soutien du Centre François-Georges Pariset vient d’être publié aux Presses Universitaires de Rennes le livre de Stéphanie Trouvé Peinture et discours. La construction de l’école de Toulouse, XVIIe-XVIIIe siècles.

Ce livre mène une enquête sur la peinture à Toulouse du XVIIe siècle à partir d’un corpus d’œuvres sans équivalent pour une ville de province, ainsi que d’une vingtaine de textes (littérature de dévotion, glorification d’un décor, description de tableaux, etc.). Ces écrits posent la question du statut du peintre, de la notion d’école, de l’éducation du regard pour distinguer une bonne peinture d’une mauvaise, de la réception d’une œuvre, d’un artiste et du développement de l’art en dehors d’une cour princière.

peinture-et-discours

Actes en ligne du colloque publié sous la direction d’Adriana Sotropa et de Catherine Méneux: Quêtes de modernités artistiques dans les Balkans au tournant du XXe siècle

Quêtes de modernité(s) artistique(s) dans les Balkans au tournant du XXe siècle

Sommaire

Adriana Sotropa, Introduction

Evgénios D. Matthiopoulos, La réception du symbolisme en Grèce à travers l’œuvre de Costis Parthénis pendant la période 1900-1930

Maria Katsanaki, Nikolaos Gysis (1842-1901) et la réception critique de ses œuvres allégoriques de la dernière décennie du XIXe siècle : Historia, Gloria, Bavaria

Spyros Petritakis, Quand le miroir devient lampion : aspects de la réception de l’œuvre tardive de Nikolaus Gysis entre Athènes et Munich

Philippe Gelez, Le modernisme en Bosnie, Croatie et Serbie : aspects polémiques

Irina Genova, Présence et absence du symbolisme en Bulgarie : réception critique et historiographie

Philipp Leu, Maturation, présence et visibilité de la société Tinerimea artistică à Munich

Adriana Sotropa, Le peintre Kimon Loghi (1871-1952) face aux critiques et à l’histoire

Les auteurs

Liens de téléchargement des articles:

 

 

“Nos artistes aux colonies”. Sociétés, expositions et revues dans l’Empire français (1851-1940)

Essais réunis par Dominique Jarrassé et Laurent Houssais, Paris, Éditions Esthétiques du Divers, 2015, 254 p., 71 ill.

Si les études coloniales et postcoloniales se développent avec succès, l’histoire de l’art n’a pas encore livré une contribution très significative, hormis quelques biographies. Pourtant la question d’un “art colonial”, trop exclusivement abordée par le biais de ses fonctions, notamment de propagande, en métropole et dans les colonies, est pourtant essentielle pour comprendre la spécificité d’une culture visuelle, fruit d’un véritable système. Les essais réunis ici privilégient en conséquence l’analyse de sociétés artistiques, souvent méconnues, et des modes de diffusion, salons, expositions et revues ; ils contribuent ainsi à la reconstitution indispensable de cette production artistique coloniale, largement perdue ou inaccessible, souvent signée par des artistes spécialisés. D’Alger à Dakar, d’Hanoï à Pointe-à-Pitre, en passant par les bureaux des rédactions, s’esquissent bien des enjeux et des ambivalences de la politique impériale française. S’y lisent aussi les complexités d’un siècle qui vit à la fois l’extension coloniale maximale, des bouleversements majeurs dans la fonction sociale des arts, l’apogée d’une confrontation directe à une altérité que “nos artistes coloniaux” tendaient à exalter et à réduire à des stéréotypes.

SOMMAIRE

 Avant-propos. Laurent Houssais et Dominique Jarrassé,

Introduction. Dominique Jarrassé, « Le système colonial de l’art. Perspective historiographique ».

Études

Adrien Eudeline et Laurent Houssais, « Sociétés et premières expositions artistiques algéroises : une histoire revisitée (1851-1880) ».

Catherine Méneux, « “Initier nos colonies d’Indo-Chine à l’art français” : la section Beaux-Arts à l’exposition internationale d’Hanoï (1902-1903) ».

Anne-Sophie Aguilar, « Le Maroc, nouvel horizon de l’art national ? L’Art et les Artistes et l’impérialisme français dans l’entre-deux-guerres ».

René-Augustin Bougourd, « Deux artistes normands au Salon tunisien : Auguste et Cécile Bougourd ».

Laurent Houssais, « La vie artistique dans les colonies vue par Le Monde colonial illustré (1923-1940) : aspects et enjeux d’une propagande coloniale ».

Christelle Lozère, « Germaine Casse et la mission de 1923 en Guadeloupe : un mirage politique ? »

Marion Lagrange, « La Société des amis des arts de Dakar durant l’entre-deux-guerres et la perspective d’une “École d’Afrique” ».

Annexes

Dominique Jarrassé, « De l’orientalisme à l’art colonial. La création des sociétés coloniales artistiques ».

Catherine Méneux, « Catalogue de la “Section métropolitaine des Beaux-Arts” à l’exposition de Hanoï (1902) ».

Laurent Houssais, « Dépouillement du Monde colonial illustré (1923-1940) ».

Marion Lagrange, « Tableau récapitulatif de l’activité de la Société des amis des arts de Dakar (1922-1939) ».

Bibliographie

Les auteurs

Index

 

 

Bacchanales ! Colloque international – appel à communication

Bacchanales !

Le nu, l’ivresse et la danse au XIXe siècle

Colloque international

(Bordeaux, 4-5 février 2016)

 Bacchanale

Le mythe de Bacchus, dieu vagabond de l’ivresse, de l’extase contagieuse et de l’inspiration créatrice, connaît de multiples résurgences au cours de l’histoire. Au XIXe siècle, ce « dieu mystérieux », qui vit selon Baudelaire « caché dans les fibres de la vigne », revient en force troubler et nourrir la création artistique. Alors que les mythographes redécouvrent le culte du dieu antique et que les poètes romantiques, de Schlegel à Schelling, en raniment les profondeurs orphiques et spirituelles, les artistes se laissent également emporter par les pouvoirs enivrants de Bacchus et de son cortège. Bien avant Nietzsche, bacchanales, fêtes orgiaques, cortèges de faunes et satyres, ménades dansantes et triomphes de Continuer la lecture de Bacchanales ! Colloque international – appel à communication

Marché(s) de l’art en province 1870-1914

Marché(s) de l’art en province 1870-1914, études réunies par Laurent Houssais et Marion Lagrange, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset, n° 8, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2010. 167 p.

Alors que le marché de l’art parisien a fait l’objet de nombreuses études qui ont permis d’identifier les différents acteurs et favorisé la compréhension des enjeux sous-jacents, la situation en province est plus difficile à appréhender. Ce champ de recherches a fait l’objet d’une première enquête en 1964 par la sociologue Raymonde Moulin. Il bénéficie ensuite, dans les années 1980, des investigations menées sur l’histoire des collections et des institutions. Le présent ouvrage complète et approfondit notre vision, encore imparfaite, du marché de l’art provincial. Il dresse un premier bilan des recherches tout en soulignant la richesse de ce domaine et la variété des approches.

Les contributions réunies dans ce recueil mettent en lumière la diversité des situations et des enjeux, explorent la multiplicité des échanges engendrés par ces marchés, en particulier avec la scène artistique parisienne. Elles permettent de se libérer d’une vision rétrograde et stéréotypée de la province tout en encourageant une réflexion sur la méthodologie de ce domaine d’études partagé entre histoire de l’art, sociologie de l’art, histoire culturelle et géographie artistique.

Table des matières

Avant-propos par Marion Lagrange, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, université Bordeaux III

Préface par Raymonde Moulin, sociologue, directrice de recherche honoraire au CNRS

Le « sol ingrat de la province », introduction par Laurent Houssais et Marion Lagrange, maîtres de conférences en histoire de l’art contemporain, université Bordeaux III

Entre art et politique : la Société des amis des arts de Strasbourg (1870-1918) – Anne-Doris Meyer, chargée de mission aux Musées de la Ville de Strasbourg

La Société des amis des arts de Nantes : l’action d’une association sur le marché de l’art local – Alain Bonnet, maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université de Nantes

Les loteries des salons de province, entre économie et philanthropie – Nicolas Buchaniec, docteur en histoire de l’art contemporain, université Charles de Gaulle-Lille III

L’exposition des Nabis en 1894 à La Dépêche de Toulouse : un essai de décentralisation artistique – Aurélie Peylhard, chargée d’études au musée Gustave Moreau

L’atelier-musée des frères Carli et la promotion de la sculpture religieuse à Marseille – Laurent Noet, docteur en histoire de l’art contemporain – université Paul Valéry Montpellier III

La Société des amis des arts de Bordeaux face à la presse nationale et locale : quelle critique d’art pour la province ? – Dominique Dussol, professeur en histoire de l’art contemporain à l’université de Pau et des Pays de l’Adour

Les Artistes normands au Salon : un outil de promotion locale des artistes normands exposant aux expositions de province – Dominique Lobstein, responsable de la bibliothèque du musée d’Orsay

À la recherche d’amateurs : l’exemple de la participation du peintre parisien Gustave Moreau aux expositions de province – Geneviève Lacambre, conservateur en chef honoraire au musée d’Orsay

Edmond Sagot et l’affichomanie en province : commerce et valorisation de l’affiche comme nouveau genre artistique – Nicholas-Henry Zmelty, doctorant en histoire de l’art contemporain – université de Picardie Jules Verne, Amiens ; chargé d’études et de recherche à l’INHA

Les interactions et les échanges artistiques Paris-province à partir de la prosopographie du Conseil supérieur des beaux-arts (1875-1914) – Marie-Claude Genet-Delacroix, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université de Reims Champagne-Ardenne

La fin de l’exclusion artistique. Le marchand d’art berlinois Louis Friedrich Sachse à la conquête de la province – France Nerlich, maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université François Rabelais, Tours

Annexe. Rapport de Roger Ballu, dit Roger-Ballu (1852-1908), inspecteur des Beaux-Arts, commissaire principal des expositions des Beaux-Arts en France et à l’étranger, sur l’activité des sociétés en province, 26 décembre 1893

Apollon. Enquête sur un mythe

Apollon. Enquête sur un mythe, études rassemblées par Sabine du Crest, photographies de Jacques de Givry, Bordeaux, Centre F.-G. Pariset / université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 2006. 154 p.

Table des matières

Avant-propos par Béatrix Saule, Conservateur en chef. Directeur du Centre de recherche du château de Versailles.

Introduction par Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

L’enquête
Le Signe apollinien

Renaissances d’Apollon – Frank Lestringant, professeur de littérature française, université de Paris IV-Sorbonne

L’avènement d’un Apollon moderne – Emmanuel Bury, professeur de littérature française, université Versailles Saint-Quentin

Du bon usage d’Apollon

La cristallisation d’Apollon à Versailles – Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Un autre Apollon : Apollon devant le tribunal des Dieux de Cornelis Cornelisz. Van Haarlem – Colette Nativel, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Paris I-Panthéon Sorbonne

Le parc palpite d’ombres et de lumières

L’âme du parc, textes de Jean-Pierre Néraudeau. Photographies de Jacques de Givry