Archives par mot-clé : Historiographie

Des archives pédagogiques pour une autre approche de l’enseignement de l’histoire de l’art. L’exemple des notes de cours d’un étudiant de la faculté des lettres de Bordeaux (1966-1967)

Annonce de mise en ligne. Le carnet dédié à François-Georges Pariset, historien de l’art au XXe siècle – Projet historiographique autour des pratiques de recherche et d’enseignement en histoire de l’art, vient de s’enrichir de cette nouvelle contribution, signée par Myriam Metayer.

Pour le consulter : https://fgp.hypotheses.org/1192

Francesca Romana Posca, boursière lauréate de l’Institut du Genre

Doctorante au Centre de recherche en histoire de l’art F.-G. Pariset (UR 538), Francesca Romana Posca a récemment obtenu une bourse de mobilité jeune recherche par l’Institut du Genre. Sa thèse, intitulée “Au-delà de la Péninsule : la scène artistique internationale, espace d’affirmation des artistes italiennes (1870-1915)”, est dirigée par Gilles Ragot, professeur en histoire de l’art contemporain, et Marion Lagrange, maître de conférences en histoire de l’art contemporain.

Afin d’encourager la mobilité internationale des jeunes chercheurs et chercheuses en études de genre, l’Institut du Genre finance des missions longues à l’étranger (observations, entretiens, dépouillement d’archives, recherches en bibliothèque, collaboration internationale…). Sont éligibles les doctorant·es ou post-doctorant·es relevant d’un établissement partenaire de l’Institut du Genre. Dix lauréats ont bénéficié d’un tel soutien en 2024. Pour plus de renseignements :

https://institut-du-genre.fr/

Camille Moulinier, lauréate du prix Robert Coustet 2023

Le Corbusier, « Pessac », L’Architecture vivante, automne-hiver 1927, p. 29-32

Actuellement doctorante au Centre de recherche en histoire de l’art F.-G. Pariset (UR 538), Camille Moulinier a obtenu le prix Robert Coustet 2023 pour son mémoire de maîtrise : La réception des Quartiers Modernes Frugès (1926-2016). Entre idéal social et artistique, la construction d’un discours critique et l’interprétation d’une expérience architecturale au cours des XXe et XXIe siècles. Ce mémoire, dirigé par Gilles Ragot, a été soutenu en 2018.

Dessiner, enseigner. François-Georges Pariset (1904-1980), historien de l’art au XXe siècle

Myriam Metayer, Adriana Sotropa (dir.), Dessiner, enseigner. François-Georges Pariset (1904-1980), historien de l’art au XXe siècle, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset hors-série n° 11, 2023, 227 p., 24 euros.

Ce volume  met en lumière des aspects inédits liés à la carrière et aux pratiques de François-Georges Pariset (1904-1980). Premier professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain de la faculté des lettres de Bordeaux, Pariset est principalement connu comme l’un des spécialistes de Georges de La Tour (1593-1652) et des artistes lorrains de la Renaissance. Le traitement récent de ses archives personnelles et professionnelles, aujourd’hui conservées à la bibliothèque de l’INHA, à la bibliothèque municipale de Bordeaux ou encore à l’université Bordeaux Montaigne, permet notamment d’étudier ses enseignements et de découvrir sa production graphique. Myriam Metayer et Adriana Sotropa explorent ces deux composantes significatives des fonds d’archives, contribuant à mieux analyser les racines intellectuelles de François-Georges Pariset. Les autrices reviennent ainsi sur les traces d’une histoire de l’art inscrite aux croisements de l’érudition, de la connaissance empirique des œuvres et de la compréhension des formes saisies dans leur contexte. Le cas de François-Georges Pariset soulève par ailleurs des questions relatives à la fabrique institutionnelle de la discipline, dans le cadre universitaire de l’immédiat après-guerre jusqu’aux années 1970.

SOMMAIRE

Préface – Laurent Houssais

Avant-propos – Myriam Metayer et Adriana Sotropa

Patrimonialisation des modi operandi d’un historien de l’art  – Myriam Metayer & Adriana Sotropa

Dessiner pour mieux voir : archéologie d’une pratique ininterrompueAdriana Sotropa

  • Introduction
  • Amy, Jeanne et Mina : les « tantes de Nancy qui m’ont donné le goût de l’Art »
  • Dessiner d’après les maîtres : les débuts d’une carrière
  • Un purgatoire éternel ? Le Pariset de Georges de La Tour
  • De la pratique de l’aquarelle au stylo « Bic
  • La vie des formes selon Pariset

Un professeur à la faculté des lettres de Bordeaux (1952-1974)Myriam Metayer

  • Introduction
  • La « chaire » d’histoire de l’art moderne et contemporain : enjeux d’une dénomination
  • Les certificats d’histoire de l’art : un cadre national pour une spécificité régionale d’enseignement et de recherche
  • Liste des enseignements de François-Georges Pariset (1952-1968)
  • Aux sources du cours magistral
  • Par-delà le support pédagogique : une collection de diapositives pour un institut de  recherche

Panorama des archives : les fonds Pariset

Le fonds Pariset de l’Institut national d’histoire de l’art : une vie en archives – Sophie Derrot

Le fonds Pariset de la bibliothèque municipale de Bordeaux – Clotilde Angleys & Hélène Fleury Ameztoy

ANNEXES

Formation et carrière de François-Georges Pariset : chronologie indicative

Publications de François-Georges Pariset

Les expositions d’architecture en France : des premières initiatives à une institutionnalisation (1914-1977)

Léa Tichit soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire de l’art contemporain, intitulée Les expositions d’architecture en France : des premières initiatives à une institutionnalisation (1914-1977)le 23 octobre 2023 à 14h00 dans la salle des thèses de la Maison de la Recherche (université de Bordeaux Montaigne, esplanade des Antilles, Pessac). La soutenance est publique.
 
Cette thèse a été menée sous la codirection de Gilles Ragot, professeur en histoire de l’art contemporain à l’université Bordeaux Montaigne (CRHA F.-G. Pariset UR 538), et Nicolas Meynen, maître de conférences à l’université Toulouse Jean Jaurès. 
 
Le jury est composé des directeurs de thèse, de Jean-Philippe Garric, professeur à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Richard Klein, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, Barry Bergdoll, professeur à la Columbia University de New York, Hélène Jannière, professeur à l’université Rennes 2 et Elke Mittmann, maître de conférences HDR à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg. 
 
Résumé
 
Au cours du XXe siècle en France, les expositions temporaires d’architecture ne cessent de progresser dans le débat : prises en main dès le début du siècle par de jeunes architectes modernes soucieux de faire connaître leurs idées et de promouvoir leurs projets, leur nombre augmente de manière significative à partir du milieu des années 1960, jusqu’à l’institutionnalisation de la pratique à la fin des années 1970, via la création de structures dédiées à la valorisation de l’architecture.
 
Vue de l’exposition “Architecture et urbanisme” (Besançon, Abbatiale Saint Paul, 1967). Arch. du musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon
Cette thèse propose de mettre en exergue les différentes étapes qui jalonnent cette histoire des expositions et de révéler le développement de cette pratique, à partir d’une analyse des expositions temporaires organisées sur le territoire français, de 1914 à 1977, année marquée par la promulgation de la loi sur l’architecture qui reconnait cette discipline comme expression de la culture et par l’inauguration du Centre Georges Pompidou dont un des départements, le Centre de Création Industrielle, porte des préoccupations architecturales en son sein. À partir de l’important travail de recensement des événements opéré en amont et de la récolte des sources associées que sont les catalogues et les articles de presse spécialisée, l’intention est de répondre à une série de questions élémentaires mais néanmoins cruciales : pourquoi, par qui et pour qui, comment et dans quel cadre les expositions d’architecture se sont-elles développées au siècle dernier ? En outre, il s’agit de questionner ces événements au regard d’une histoire institutionnelle : ces expositions ont-elles été motrices du processus d’institutionnalisation qu’a connu l’architecture au tournant des années 1980 ?
 
 

« Une splendide aberration ! ». La réception critique de la peinture anglaise en France (1900‑1938)

Madame Julie Lageyre soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art contemporain, « Une splendide aberration ! ». La réception critique de la peinture anglaise en France (1900‑1938), le vendredi 13 octobre 2023 à 14h00 à l’amphithéâtre de la maison des Suds (université Bordeaux Montaigne, Esplanade des Antilles, Pessac). La soutenance est publique.

Cette thèse a été menée sous la direction de Dominique Jarrassé, professeur émérite d’histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne, CRHA F.-G. Pariset UR538).

Le jury est composé de Dominique Jarrassé, Anne‑Florence Gillard‑Estrada, professeure de littérature et arts visuels britanniques (université de Rouen Normandie), Catherine Méneux, maîtresse de conférences HDR en histoire de l’art contemporain (université Paris 1‑Panthéon Sorbonne), Frédéric Ogée, professeur de littérature et d’histoire de l’art britanniques (université Paris Cité), Laurence Roussillon‑Constanty, professeure en littérature britannique, esthétique et épistémologie (université de Pau et des Pays de l’Adour).

Résumé

Depuis le XVIIIsiècle, la réception française témoigna, de manière continue, d’une certaine fascination envers la peinture anglaise. Pourtant, persiste l’idée que cette production n’a jamais véritablement traversé le Détroit et demeure toujours un objet méconnu et secret. De fait, le silence entourant la médiation des peintres anglais en France résulte de la répétition de schémas historiographiques, de la circulation de préconceptions et d’a priori, d’autant de barrages conceptuels et cognitifs à déconstruire.

Reproduction extraite du numéro « L’Art vivant en Angleterre », L’Art vivant, n° 160, mai 1932, p. 234

Aussi, par l’étude croisée des discours critiques, de l’histoire des échanges culturels et des modalités du visible, cette thèse propose d’interroger et de contextualiser les catégorisations et sémantisations effectuées autour de la peinture anglaise, au cours de la période cruciale de la première moitié du XXe siècle. La détermination d’une esthétique nationale passait alors par des formes de dénigrement, qu’il importe de ne plus réduire à un simple rejet. Car le sens esthétique et l’imagination plastique ne faisaient pas partie des attributs associés traditionnellement à la psychologie anglaise.

Reproduction extraite de l’article de Georges Grappe, « La peinture anglaise », L’Art vivant, n° 160, mai 1932, p. 239.

Cette thèse étudie donc la qualification d’un objet dont la première caractéristique aurait été de ne pas être une expression « naturelle » du caractère anglais. En ce sens, selon la réception française, la peinture d’outre‑Manche existait de manière antinomique. Aberration artistique, elle présentait une expérience matérielle, mais elle était un non‑sens pictural. Son histoire devenait alors le récit d’oppositions pour permettre l’éclosion d’un art national, lutte contre un territoire hostile, lutte contre des dispositions dites naturelles, lutte d’indépendance contre des influences extérieures. En outre, introduit comme l’anti‑héros d’une histoire de la peinture, l’objet servit de contre-exemple pour renforcer la légitimité d’une « voie française ». Cette thèse souligne ainsi comment des procédés critiques, parfois toujours opérants, participèrent d’une invisibilisation de la production picturale d’outre‑Manche en France, au regard de la démonstration d’une exceptionnalité française.

Élèves & maîtresses. Apprendre et transmettre l’art (1849-1928)

Élèves & maîtresses. Apprendre et transmettre l’art (1849-1928), sous la direction de Marion Lagrange et Adriana Sotropa, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2022, 127 p., 53 ill.

Existe-t-il une spécificité de l’enseignement artistique au féminin ? À la fin du XIXe siècle, un nombre croissant de femmes accèdent à une professionnalisation, de la miniature au tableau de chevalet, en passant par la gravure. Certaines envisagent la pratique artistique sans avoir la nécessité d’en vivre, mais avec tout autant d’implication, rejetant le statut d’amatrices dans lequel on voudrait les circonscrire. En outre, l’artiste comme enseignante, souvent invisibilisée, occupe une place non négligeable dans les processus d’apprentissage. Cette mosaïque de profils et de trajectoires a pu émerger par le biais d’enseignements où la différenciation sexuée et la hiérarchisation des objets sont encore prégnantes. Appréhender cette histoire nécessite une déconstruction des schémas narratifs et une refonte des conventions linguistiques, l’introduction du mot maîtresse pouvant en faire partie.

Huit approches monographiques, études de cas d’élèves femmes, de maîtres et de maîtresses, à la tonalité parfois intimiste, entendent questionner la formation auprès d’un homme ou d’une femme. Des éléments de compréhension des relations et des enjeux qui s’établissent au sein de l’atelier, dans un contexte d’émancipation féminine, y seront également apportés.

SOMMAIRE

Préface – Séverine Sofio et Julie Verlaine

Dans les coulisses de l’enseignement artistique au féminin – Marion Lagrange et Adriana Sotropa

APPRENTISSAGE(S) GENRÉ(S)

L’atelier parisien de Félix-Joseph Barrias (1822-1907) et la formation des artistes femmes – Margarida Güell-Baró

Une élève à la recherche d’un maître : Dorothy Tennant (1855-1926) et Jean-Jacques Henner (1829-1905) – Mathilde Leduc

Juliette Roche (1884-1980) à l’académie Ranson. Une émancipation au prisme des maîtres – Fériel Dridi

TRANSMISSION(S) AU FÉMININ

Delphine de Cool (1830-1921), artiste et enseignante – Dominique Lobstein

Du Muséum à l’université des arts : l’enseignement de Madeleine Lemaire (1845-1928) – Michaël Vottero

Amélie Beaury-Saurel (1848-1924) : maîtresse et “férule bienveillante” à l’académie Julian – Magdalena Illán Martín et Custodio Velasco Mesa

Gabrielle Debillemont-Chardon (1860-1957). Grande maîtresse en miniature – Camille Lesbros

Professeures “spinsters” : Constance Mary Pott (1862-1957) et Laura Sylvia Gosse (1881-1968) – Camille Belvèze


Jalons pour une histoire de l’enseignement des artistes femmes (1849-1928) – Marion Lagrange

Bibliographie – Manon Grégoire

Repères chronologiques – Manon Grégoire

Que connaissons-nous d’une ville ? Notre culture architecturale à travers les ouvrages sur Bordeaux

Annonce de conférence. Cette conférence d’Alicia Pertoldi, doctorante du CRHA F.-G. Pariset, se tiendra le lundi 20 mars 2023 de 19h à 20h, à la bibliothèque Mériadeck. Elle sera précédée, à partir de 18h30, par une présentation des documents de la bibliothèque en lien avec le sujet.

De Paris à Bordeaux, collection Guides-Joanne, Paris, Hachette, 1859

Cette conférence, organisée dans le cadre des cafés du patrimoine, se propose d’analyser le processus de formation et de transmission d’une culture architecturale en prenant appui sur le cas de Bordeaux.  Il sera question de définir ce qui caractérise cette culture et de voir son évolution au fil des siècles, en prenant comme support privilégié les guides de voyages publiés par les éditions Hachette, du  XIXe au XXIe siècle.

De Rosa Bonheur à Hélène Dufau : la critique d’art au féminin

Hélène Dufau, La Fronde, 1898, lithographie

Cette conférence de Manon Grégoire, doctorante du CRHA, se tiendra le 16 janvier de 19h à 20h, à la bibliothèque Mériadeck. Elle sera précédée par une présentation des documents de la bibliothèque en lien avec le sujet à partir de 18h30.

Cette conférence, organisée dans le cadre des cafés du patrimoine, se propose de revenir sur les carrières respectives de Rosa Bonheur (1822-1899) et d’Hélène Dufau (1869-1937) en insistant sur leurs rôles au sein des réseaux artistiques féminins des XIXe et XXe siècles et leur réception par des critiques d’art femmes.

Pierre-Alexandre Morlon (1878-1951), sculpteur et médailleur : un artiste du XXe siècle parmi d’autres ?

Appel à communication. À l’occasion du centenaire de l’installation de deux groupes sculptés qui décorent depuis 1923 la ville de Mâcon, Les Vendangeurs et le Monument aux morts, le musée des Ursulines consacre une importante exposition à Pierre-Alexandre Morlon (1878-1951), généralement connu comme sculpteur et médailleur.

Une journée d’étude sera organisée le 5 octobre 2023 à l’amphithéâtre Henri Guillemin, 18 cours Moreau, à Mâcon.

Pour télécharger l’appel :

Appel à communication Morlon

La date limite de réponse à l’appel est fixée au 15 février 2023