Archives par mot-clé : Arts et cultures coloniales

Producteurs et acteurs des “arts indigènes” dans l’Empire français (1893-1962)

“8-Foumban (Cameroun). Artisanat Bamoum. Sculpteur sur bois”, s.d., photographie-carte, coll. part.

 

Annonce de colloque international. Dans le cadre de l’exposition « Tarz. Broder au Maroc hier et aujourd’hui », qui se déroule au musée d’Angoulême du 18 juin au 31 décembre 2022, avec une probable itinérance au Maroc dans le courant de l’année 2023, le centre de recherches en histoire de l’art – F.-G. Pariset (université Bordeaux Montaigne, UR 538) et le musée d’Angoulême organisent un colloque international portant sur les « arts indigènes » durant la période coloniale. Il  se tiendra les 8 et 9 novembre 2022, à Angoulême.

 

– Mardi 8 novembre 2022 –

Angoulême, auditorium de l’Alpha, 1 rue Coulomb (entrée libre)

9h30 – Accueil des participants et du public

9h45 – Ouverture du colloque – Émilie Salaberry-Duhoux, Directrice, service MAAM (Musées, archives municipales et artothèque de la Ville d’Angoulême) ; Laurent Houssais, maître de conférences, université Bordeaux Montaigne, directeur du CRHA F.-G. Pariset (UR 538)

10h00 – Introduction – Laurent Houssais, maître de conférences, université Bordeaux Montaigne, directeur du CRHA F.-G. Pariset (UR 538) ; Marion Lagrange, maîtresse de conférences, université Bordeaux Montaigne, CRHA F.-G. Pariset (UR 538)

Artefacts et savoir-faire au prisme de l’exposition

Présidence de séance – Émilie Salaberry-Duhoux, Directrice, service MAAM (Musées, archives municipales et artothèque de la Ville d’Angoulême)

10h15 – Acteurs, discours et représentations des « industries d’arts arabes » aux Expositions coloniales de 1906 et de 1922 à Marseille – Julie Rateau-Holbach, doctorante en histoire de l’art, Aix Marseille Université, Telemme  (UMR 7303)

10h45 – Exposer les « arts marocains » au pavillon de Marsan (1917-1919) : entre valorisation patrimoniale et vitrine de la colonisation – Laura Pirkelbauer, doctorante en histoire de l’art à l’École pratique des hautes études, SAPRAT (EA 4116) – Cité internationale de la Tapisserie

11h15 – L’Empire à Paris : arts et artisans « indigènes » d’Afrique subsaharienne aux expositions de 1931 et 1937 – Paloma Diez, doctorante en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne, CRHA F.-G. Pariset (UR 538)

11h45 – Discussion

12h15 – Pause déjeuner

 

Authenticité(s) et hybridation(s)

Présidence de séance – Dominique Jarrassé, professeur émérite en histoire de l’art contemporain, université Bordeaux Montaigne, CRHA F.-G. Pariset (UR 538)

14h00 – L’art du bronze du royaume Bamun au Cameroun sous tutelle française : (re)constitution symbolique et enjeux économiques – Nsangou Amadou, enseignant chargé de cours, université de Maroua (Cameroun) ; Jean-Paul Mountapmbeme, enseignant-chercheur, Institut des beaux-arts, université de Dschang (Cameroun)

14h30 – Au-delà des Ateliers d’art appliqué de Pierre Heidmann : cartographie du monde des artistes et artisans malgaches (1928-1947) – Pauline Monginot, pensionnaire à l’Institut national d’histoire de l’art, département des études et de la recherche

15h00 – Discussion

15h30 – Réévaluation des artisanats d’art et appropriations artistiques : l’exemple Tunisien – Mohamed-Ali Berhouma, maître assistant, Institut supérieur des beaux-arts de Nabeul (Tunisie)

16h00 – Tisseuses autochtones et missionnaires européennes : entre réinvention de l’artisanat « traditionnel » et industrie du souvenir touristique en Algérie coloniale (1910-1930) – Mélina Joyeux, doctorante en histoire contemporaine, Aix Marseille université, Telemme (UMR 7303)

16h30 – Discussion

17h00 – Fin de la première journée

 

– Mercredi 9 novembre 2022 –

Musée d’Angoulême, salle de conférences, rue Corneille, square Girard II, côté jardin (entrée libre)

En regard(s)

Présidence de séance – Rémi Labrusse, directeur d’études, École des hautes études en sciences sociales

9h30 – Ouverture de la seconde journée

9h45 – Les bijoux du Maghreb et leur réception française aux XIXe-XXe siècles – Sarah Lakhal, doctorante en histoire de l’art contemporain, Sorbonne Université, Orient & Méditerranée (UMR 8167)

10h15 – Le goût pour les « broderies indigènes » : le rôle des entrepreneuses et des décoratrices – Nathanaelle Tressol, doctorante en histoire de l’art contemporain, université de Poitiers, CRIHAM (UR 15507)

10h45 – Arts d’Islam à l’hôtel de ville de Reims : une collection disparue (1905-1914) – Clara Ilham Álvarez Dopico, maîtresse de conférences, Madrid, université Complutense

11h15 – Discussion

11h30 – Clôture du colloque – Dominique Jarrassé, professeur émérite en histoire de l’art contemporain, université Bordeaux Montaigne, CRHA F.-G. Pariset (UR 538)

12h00 – Fin du colloque 

 

Pour télécharger les programmes simples et détaillés :

Producteurs et acteurs des arts indigènes – programme simple

Producteurs et acteurs des arts indigènes – programme détaillé

Producteurs et acteurs des arts indigènes – affiche

 

Fiction coloniale et esthétique du divers. Le bas-relief d’Alfred Janniot au palais de la porte Dorée

Dominique Jarrassé, Fiction coloniale et esthétique du divers. Le bas-relief d’Alfred Janniot au palais de la porte Dorée, Le Kremlin-Bicêtre, Éditions Esthétiques du divers, 2022, 226 p.

Chef-d’œuvre de la sculpture des années 1930, le bas-relief qui couvre la façade de l’ancien musée des Colonies, aujourd’hui, palais de la porte Dorée, est réalisé par Alfred Janniot pour l’Exposition coloniale de 1931. Sommet de l’art colonial, il demeure méconnu.

Dans un contexte d’appel au déboulonnage des statues liées à la colonisation, cet essai propose, posément et avec rigueur, une lecture approfondie et contextualisée de ce lieu majeur de notre mémoire coloniale où s’entremêlent fictions, idéologies, exaltation de la beauté et de la diversité…

Une postface dénonce, moins posément, le « boniment des placiers en produits [dé]coloniaux » et des nouveaux censeurs qui restaurent dénis et tabous.

SOMMAIRE

Avant-propos

Introduction

1. Aux marches du palais

  • Un non-lieu de mémoire ?
  • Des lectures dérivées
  • 1931, tournant anthropologique ?
  • Un chef-d’œuvre de l’Art Déco ?

2. Le chef-d’œuvre de l’art colonial n’est pas l’œuvre d’un “artiste colonial”

  • Pied de nez à la corporation
  • Le projet de Laprade et le rôle assigné à la sculpture
  • Le choix d’ “un” sculpteur
  • L’Unique et sa propriété

3. Mise en abyme de l’empire et de l’exposition

Angle Sénégal/Madagascar
  • Le programme iconographique du palais
  • Un atlas colonial
  • Mise en abyme et synthèse

4. Composition d’une fiction coloniale

  • “Le bas-relief est une œuvre de fiction”
  • Une “colonialité fictive”
  • Plastique et propagande

5. Tentative d’épuisement d’un bas-relief

  • Bas-relief ouest : Amérique-Océan Indien
  • Bas-relief sud-ouest : Afrique
  • Bas-relief est : Annam-Tonkin-Océanie
  • Bas-relief sud-est : Indochine
  • Portail central : la métropole

6. Modèles plastiques et sources documentaires

  • Un modèle “oriental hindou-khmer”?
  • Dictat réaliste et poids des sources
  • Une démarche naturaliste ?

7. Une poétisation du monde colonial par ellipse

  • Absence de troupes et de missionnaires
  • Les races
  • Les Travaux et les Jours
    La culture de l’hévéa (Indochine)

8. Une esthétique du divers

  • Exotique versus colonial
  • Un refus de l’histoire ?
  • Esthétique et domination
  • La nostalgie du Divers ?

9. Réceptions : puissance de l’image

  • Chronique d’un succès annoncé
  • Autorité des photos de Gilbert
  • Les méandres de la réception contemporaine

Postface : “Magnifique boniment de placiers en produits []coloniaux”

Brève chronologie. Quelques chiffres

Sources et bibliographie

 

 

L’Image nomade. La tapisserie des Indes et du Brésil au XVIIe siècle

Claudia P.  Damiani, A Imagem Nômade. A tapeçaria das Índias e o Brasil dos século XVII, Porto Alegre, ediPUCRS, 2022.

Chercheuse associée au CRHA, Claudia P.  Damiani publie dans la collection “História” un livre en partie issue des recherches entreprises au sein du Centre, sous la direction de Pascal Bertrand.

“L’omniprésence de l’image, dans ses différentes manifestations et procédés, est une empreinte dans le temps.

Peu de personnes ont conscience de la vigueur avec laquelle les images du monde extra-européen ont circulé au XVIIe siècle. La Tapisserie des Indes illustre l’ampleur de ce phénomène.

Cet ensemble de tapisseries véhicule des images de la connaissance et de la circulation mondiales, qui se manifestent par le biais de motifs exotiques.  La Tapisserie des Indes se fonde sur des images artistiques liées à l’occupation hollandaise au Brésil, diffusées par Maurice de Nassau. À partir de 1687, les thèmes brésiliens ont été tissés dans les ateliers de la Manufacture des Gobelins.

Ces images nomades possèdent une historicité, à savoir qu’elle sont connectées à des réseaux visuels et subissent, encore aujourd’hui, des transformations. Connaître une partie de l’histoire des images suppose une réflexion sur la vision du monde de l’humanité” (quatrième de couverture, traduit par Céline Ventura Teixeira)

Les pêcheurs (détail), tenture des Anciennes Indes, Manufacture royale des Gobelins, v. 1692-1723, Amsterdam, Rijksmuseum.

 

Producteurs et acteurs des « arts indigènes » dans l’Empire français (1893-1962)

Appel à communication. Dans le cadre de l’exposition « Tarz. Broder au Maroc hier et aujourd’hui », qui se déroulera au musée d’Angoulême du 18 juin au 31 décembre 2022, avec une probable itinérance au Maroc dans le courant de l’année 2023, le centre de recherches en histoire de l’art – F.-G. Pariset (université Bordeaux Montaigne, UR 538) et le musée d’Angoulême ont souhaité organiser une journée d’études portant sur les « arts indigènes » durant la période coloniale. Elle se tiendra le mardi 8 novembre 2022, à Angoulême.

Autour de 1900, différents rapports ou ouvrages dressent bilans et perspectives sur « les arts et industries indigènes »[1]. L’exposition d’art musulman organisée par Georges Marye (1842-1900) au palais de l’Industrie, en 1893, constitue de ce point de vue un jalon important car le but est d’« amener les moyens propres à provoquer [la] renaissance [des industries décoratives de l’Afrique du Nord] »[2] en revenant sur leur histoire. De nombreuses formules sont alors employées, non sans enjeux sous-jacents, pour désigner cette part importante des artefacts produits dans l’espace colonial. Des expressions telles qu’« artisanat indigène », « industries d’art indigènes », « curiosités indigènes », mais aussi « artisanat d’art », « ouvrages d’arts traditionnels », « arts populaires », peuvent être sollicitées pour qualifier et hiérarchiser des ensembles hétérogènes d’objets qui se retrouvent, de fait, infériorisés. Ce processus est d’autant plus prégnant que ces derniers sont généralement associés aux définitions d’un « art malgache » ou d’un « art tunisien », d’un « art arabe » ou d’un « art annamite », d’un « art musulman » ou d’un « art islamique », sans parler de « l’art nègre »… Autant de catégories qui excluent ou rattachent, en fonction des nécessités du moment : qu’on songe, par exemple, aux « arts indigènes d’Afrique du Nord » ou aux « arts de la France d’Outre-Mer ». Cette pluralité de termes et de catégories reflète le statut mouvant que le colonisateur entend donner aux artefacts des espaces colonisés, mais également à leurs producteurs, hommes et femmes, dans une perspective politique, artistique, éducative, historique, ethnographique ou commerciale.

La problématique des « arts indigènes » a été particulièrement traitée pour le Maghreb, notamment dans son rapport à l’architecture (Oulebsir 2004 ; Matri 2008 ; Bacha 2013 ; Saou-Dufrêne 2017). Parallèlement, la dialectique entre émergence d’une conscience patrimoniale et invention d’une tradition est au cœur du travail de Nabila Oulebsir (2004), Clara Ilham Álvarez Dopico (2018 ; 2020) et de Muriel Girard (2006). Les modes d’exposition et les enjeux des discours dans la construction de ces objets ont aussi constitué une approche fondamentale (L’Estoile 2007 ; Murphy 2009 ; Labrusse 2011 ; Saou-Dufrêne 2017 ; Jarrassé 2020 ; Jarrassé et Ligner 2021).

Largement employée à l’époque coloniale, la notion d’« arts indigènes » englobe toute production d’artefacts relevant d’une pratique « traditionnelle » autochtone. Elle exclut de fait, généralement, tout ce qui se rattache au champ des beaux-arts. Toutefois, un peintre miniaturiste comme Mohammed Racim (1896-1975) est alors souvent placé dans une posture intermédiaire (Benjamin 2003 ; Orif 1988). Le périmètre de cette journée d’études intéresse en premier lieu la première acception, mais sans s’interdire d’étudier de telles porosités au sein de la formation, de la création et de la valorisation, en lien avec le statut des créateurs.

Les processus d’invisibilisation qui touchent les producteurs dits « indigènes » nous amènent à vouloir mettre ces derniers en exergue. Qui sont-ils, de l’artisan travaillant dans une structure à ces « véritables “indépendants” » malgaches que Raymond Decary (1891-1973) signale lors de l’Exposition internationale de 1937[3] ? Les expositions favorisent leur repérage et l’étude de leur réception : à l’occasion de l’Exposition artistique de l’Afrique française, qui eut lieu à Meknès en 1952, les produits de céramistes, ferronniers, brodeurs ou tisseuses, nommément cités, sont ainsi regroupés en une « section d’arts décoratifs marocains ».

Plusieurs ouvrages ou articles sont spécifiquement dédiés aux « artisanes »[4] qui incarnent une forme de modèle d’émancipation au regard des attendus de la société coloniale. Il est intéressant, par ailleurs, de noter que les « arts indigènes féminins » – pour reprendre le titre de la plaquette que la peintre Madeleine Bunoust (1885-1974) consacre à la section correspondante du musée des Colonies[5] – constituent tant un objet spécifique qu’un référent historique comme le montre l’exemple précurseur d’Eugénie Luce (1804-1882) (Benjamin 2003 ; Rogers 2013). Ainsi s’agit-il d’interroger également l’implication de certaines métropolitaines dans leurs modalités d’action comme dans leurs motivations, en particulier féministes. La fondatrice et présidente de la Fédération féministe (1900), Pauline Savari (1859-1907), n’a-t-elle pas créé, en 1902, au sein de l’Exposition internationale des arts et métiers féminins, une section des industries algériennes et tunisiennes (Álvarez Dopico 2018) ?

Parallèlement, on ne peut négliger les acteurs, tant privés que publics, qui agissent sur la formation, la production, la valorisation et la commercialisation. Certains travaux ont, par exemple, permis de redécouvrir les initiatives des ateliers de céramique de Jacob Chemla (1858-1938) à Tunis (Chemla, Goffard, Valensi, 2015) ou ceux d’Ernest Soupireau (1853-?) et de Langlois, père et fille, à Alger (Álvarez Dopico 2018), d’éclairer le rôle de l’Office des industries d’art indigènes du Maroc (1918) ou du service des arts indigènes (1920) (Girard 2006, Laillou 2004, Théliol 2011), sans oublier les différentes strates de l’institutionnalisation tunisienne, depuis le Laboratoire d’essais industriels et commerciaux indigènes (1913) jusqu’à l’Office des arts tunisiens (1947) (Berhouma 2020). Mais quid des écoles ou des coopératives par exemple, dont on ne connaît pas forcément tous les détails de leur organisation et dont le souci de perpétuer des traditions peut entrer en conflit avec les exigences de rentabilité du marché ? Cette histoire mérite d’être appréhendée dans le temps long. La Maison des artistes soudanais, créée par Jean-Georges Le Gall (1893-1966) et inaugurée en 1933 à Bamako, fait l’objet, après la seconde guerre mondiale, de vives critiques de la part d’ethnographes qui entendent instaurer une démarche scientifique dans les méthodes d’apprentissage et rétablir une forme d’« authenticité ».

L’institutionnalisation de l’apprentissage – que ce soit dans des écoles des beaux-arts, des écoles de dessin ou des ateliers d’arts appliqués, liés ou non aux coopératives – constitue un enjeu important. Il s’agit d’interroger leur rôle dans la transmission des savoir-faire et la définition de modèles référentiels, à l’échelle collective ou individuelle, comme d’évaluer leur impact et leur capacité à offrir de nouvelles opportunités. L’Algérien Boudjema Lamali (1890-1971), bénéficiaire d’une bourse de la manufacture de Sèvres (1914), contribue ainsi à l’essor de la céramique Safiote (1920). Cet exemple est aussi significatif des circulations existantes – de personnes et de pratiques – entre l’Algérie et le Maroc, voire de manière plus générale, entre les colonies. La question de la formation engage bien d’autres acteurs. Marc Alfred Chataud (1833-1908), l’un des fondateurs de la Société des peintres orientalistes algériens (1893) semble avoir joué un rôle dans la « rénovation » des « arts indigènes ». Il en est de même pour le Maroc, où Aline Réveillaud de Lens (1881-1925), soutenue par sa sœur, Marie-Thérèse de Lens, Suzanne Drouet-Réveillaud (1885-1970) et Marcel Vicaire (1893-1976) œuvrent au sein des ateliers aux côtés du peintre Azouaou Mammeri (1890-1954). Tous contribuent, conjointement, à l’animation de l’Association des peintres et sculpteurs du Maroc (1922-1933). La coexistence de ces différents acteurs est aussi susceptible de créer des passerelles : au sein de structures telles que les ateliers d’arts appliqués malgaches, les « indigènes » sont conduits à créer des œuvres hybridant un art traditionnel avec des modes de représentation occidentaux, posant en corollaire la problématique de l’authenticité des objets, voire du statut de leurs producteurs (Monginot 2019). Il n’est pas rare, en outre, que certains artistes – comme le fait Aly Ben Salem (1910-2001) – livrent aux Offices des modèles inspirés de leurs propres compositions (Berhouma 2020) ou se réapproprient les techniques : tels Nello Levy (1921-1992) pour la céramique ou Abdelaziz Gorgi (1928-2008) pour la tapisserie – et non sans connotation identitaire pour ce dernier dans le contexte de la montée des Indépendances. La mise en place, au niveau local et national, de récompenses telles que le « Meilleur ouvrier de la France d’Outre-Mer » dénote un souci de valoriser des parcours individuels, alors que l’échelon de l’école ou des coopératives prime généralement.

Les questions liées à la promotion, à la diffusion, à la réception des « arts indigènes » (expositions, presse, guides de voyage, livres d’art ou manuels…) relèvent du périmètre de cette journée d’étude. On peut observer de ce point de vue que les mêmes objets peuvent être présentés au sein d’événements où priment la dimension économique, telles que la foire-exposition, comme au sein d’expositions artistiques. Cette cohabitation traduit l’instabilité du statut de ces productions, tantôt parées des vertus de « l’authenticité », tantôt ravalées au rang d’une sous-production pour touristes. Loin de se résoudre aux échanges entre chaque colonie et la métropole, ces questions peuvent être envisagées au prisme d’une économie internationale dominée par la concurrence.

Si le Maghreb, en raison de l’exposition adossée, constitue un terrain d’étude privilégié, les propositions peuvent concerner tous les espaces colonisés par la France, quel que soit leur statut.

—-

Les propositions (350 mots au plus) devront être envoyées au plus tard le 16 juin 2022 (délai repoussé par rapport à l’appel initial), accompagnées d’une courte bio-bibliographie à :

laurent.houssais@u-bordeaux-montaigne.fr et marion.lagrange@u-bordeaux-montaigne.fr

Les participants recevront une réponse le 24 juin 2022.

Les communications devront durer 25 minutes au maximum.

Cette journée d’études donnera lieu à publication, et ce après examen des manuscrits par le comité scientifique.

L’appel, en version PDF, est aussi téléchargeable ici :

Appel journėe d’ėtudes Les arts indigènes

—-

Comité scientifique

Mohamed-Ali Berhouma, maître assistant, Institut supérieur des beaux-arts de Nabeul

Laurent Houssais, maître de conférences, université Bordeaux Montaigne

Marion Lagrange, maîtresse de conférences, université Bordeaux Montaigne

Émilie Salaberry, directrice des musées d’Angoulême

Comité d’organisation

Laurent Houssais, maître de conférences, université Bordeaux Montaigne

Marion Lagrange, maîtresse de conférences, université Bordeaux Montaigne

Émilie Salaberry, directrice des musées d’Angoulême

—-

Bibliographie indicative

Clara Ilham Álvarez Dopico, « Salons et expositions d’art industriel à Tunis (1896 et 1898) », dans Laurent Houssais et Dominique Jarrassé (dir.), Expositions et culture coloniale. Les Arts en Tunisie sous le Protectorat, coll. « Arts et anthropologie », [Le Kremlin-Bicêtre], Éditions Esthétiques du divers, 2020, p. 63-85.

Clara Ilham Álvarez Dopico, « Une nouvelle tradition : la céramique algéroise à l’aube du XXe siècle », ABE Journal [En ligne], n° 13, 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018. URL: http://journals.openedition.org/abe/4333.

Myriam Bacha, Patrimoine et monuments en Tunisie (1881-1920), coll. « Art & Société », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Roger Benjamin, Orientalist Aesthetics. Art, Colonialism and French North Africa 1880-1930, Berkeley, University of California Press, 2003.

Mohamed-Ali Berhouma, « L’Œuvre de l’Office des arts tunisiens : de l’exposition propagandiste à la muséographie partimonialisante », dans Laurent Houssais et Dominique Jarrassé (dir.), Expositions et culture coloniale. Les Arts en Tunisie sous le Protectorat, coll. « Arts et anthropologie », [Le Kremlin-Bicêtre], Éditions Esthétiques du divers, 2020, p. 107-125.

Jacques Chemla, Monique Goffard et Lucette Valensi, Un siècle de céramique d’art en Tunisie, Paris, éditions de l’Éclat ; Tunis, Déméter, 2015.

Muriel Girard, « Invention de la tradition et authenticité sous le Protectorat au Maroc : l’action du Service des Arts indigènes et de son directeur Prosper Ricard », Socio-anthropologie, vol. 19, 2006-1, p. 31-46. [En ligne] URL : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.563.

Muriel Girard, « Imaginaire touristique et émotion patrimoniale dans la médina de Fès (Maroc) », Culture & Musées, n° 8, 2006-2, p. 61-90. [En ligne] URL: https://www.persee.fr/doc/pumus_1766-2923_2006_num_8_1_1405.

Dominique Jarrassé, « Identité tunisienne et artisanat dans les expositions internationales et coloniales 1851-1939 », dans Laurent Houssais et Dominique Jarrassé (dir.), Expositions et culture coloniale. Les Arts en Tunisie sous le Protectorat, coll. « Arts et anthropologie », [Le Kremlin-Bicêtre], Éditions Esthétiques du divers, 2020, p. 31-61.

Dominique Jarrassé et Sarah Ligner (dir.), Les Arts coloniaux. Circulation d’artistes et d’artefacts entre la France et ses colonies, [Le Kremlin-Bicêtre], Éditions Esthétiques du divers, 2021.

Rémi Labrusse (dir.), Islamophilies : L’Europe moderne et les arts de l’Islam, cat. exp. (Lyon, musée des beaux-arts, 2 avril – 4 juillet 2011), Lyon, Musée des beaux-arts de Lyon ; Paris, Somogy, 2011.

Yves Laillou, Arts et indigènes et colonisation au Maroc, à Madagascar et en Indochine : de la création de l’Office des arts indigènes en 1916 à l’Exposition coloniale de 1931, thèse de doctorat sous la direction de Dominique Jarrassé, université Bordeaux Montaigne, 2004.

Benoît de L’Estoile, Le goût des autres : de l’Exposition coloniale aux arts premiers, Paris, Flammarion, 2007 (rééd. 2010).

Faiza Matri, Tunis sous le Protectorat. Histoire de la conservation du patrimoine architectural et urbain de la médina, Tunis, Centre de publication universitaire, 2008.

Pauline Monginot, Artiste ou mpanakanto ? Construction sociale et stylistique de la figure du peintre dans les villes des Hautes Terres malgaches : l’exemple de Tananarive (1880-1972), thèse de doctorat sous la direction de Faranirina V. Rajaonah et d’Alain Bonnet, université Paris Diderot Paris 7, 2019.

Maureen Murphy, De l’imaginaire au musée : Les arts d’Afrique à Paris et à New York, 1931-2006, Saint-Étienne, Presses du Réel, 2009.

Mustapha Orif, « De l’“art indigène” à l’art algérien », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 75, novembre 1988, p. 35-49. [En ligne] URL: https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1988_num_75_1_2867.

Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2004.

Rebecca Rogers, A Frenchwoman’s Imperial Story, Stanford, Stanford University Press, 2013.

Bernadette Nadia Saou-Dufrêne, « Arts traditionnels au Maghreb : transmission des savoir-faire et enjeux de leurs expositions », Al-Sabîl : Revue d’Histoire, d’Archéologie et d’Architecture Maghrébines [En ligne], n° 3, 2017. URL: http://www.al-sabil.tn/?p=2821.

Mylène Théliol, « Le Service des beaux-arts, antiquités et monuments historiques, clef de voûte de la politique patrimoniale française au Maroc sous la résidence de Lyautey (1912-1925) », Outre-mers, t. 98, n° 370-371, 1er semestre 2011, p. 185-193. [En ligne] URL: https://www.persee.fr/doc/outre_1631-0438_2011_num_98_370_4545.

—-

[1] Jules Pillet, Les Industries d’art de la Tunisie, Paris, Gauthier-Villars, 1896 ; Émile Violard, Industries d’art indigènes en Algérie, Alger, Imprimerie Baldachino-Laronde, 1902 ; Arsène Alexandre, Réflexion sur les arts et industries d’art en Algérie, Alger, Akhbar, 1907 ; Jean Gallotti, « Les industries d’art indigène en 1913 », France-Maroc, n° 82 (septembre 1923), p. 165-168 ; n° 84 (novembre 1923), p. 205-210 ; n° 87 (février 1924), p. 23-25.

[2] Georges Marye, « Première exposition d’art musulman », 1893. Exposition d’Art musulman, Catalogue officiel, Palais de l’Industrie, Paris, Impr. A. Bellier et Cie, 1893, p. 9-15, cit. p. 12.

[3] Raymond Decary, « Madagascar », Le Monde colonial illustré, n° 173, novembre 1937, p. 273-274, cit. p. 274.

[4] Marguerite A. Bel, Les arts indigènes féminins en Algérie, Alger, s.é., [1939].

[5] Madeleine Bunoust, Musée des colonies. Section des arts indigènes féminins, Paris, G. Schlégel, 1931.

Les arts coloniaux. Circulation d’artistes et d’artefacts entre la France et ses colonies

Les Arts coloniaux. Circulation d’artistes et d’artefacts entre la France et ses colonies, sous la dir. de Dominique Jarrassé et Sarah Ligner, Le Kremlin-Bicêtre, Éditions Esthétiques du Divers, 2021, 208 p.

À la suite de l’exposition Peintures des lointains. La collection du musée du quai Branly – Jacques Chirac, qui avait révélé les richesses, longtemps enfouies, d’œuvres à sujets exotiques et coloniaux, cet ouvrage propose un nouveau regard sur les productions artistiques en situation coloniale, loin de celui des prêcheurs de repentance et des déboulonnages, ou encore des nostalgiques. Les Arts coloniaux donne une définition de ce champ méconnu ou instrumentalisé, en privilégiant les circulations, celle des artistes comme des notions ou des pratiques, celle des artefacts et leur mise en collection. Ces processus ont provoqué une mondialisation artistique qui a durablement modelé les imaginaires et les mémoires. Sans nier les messages ouvertement colonialistes, ni les appropriations, sans écarter non plus ce qui se joue d’émerveillement devant la beauté et la diversité du monde, il s’agit de contextualiser pour comprendre.

SOMMAIRE

Ouverture – Dominique Jarrassé et Sarah Ligner


Circulations. Images, appropriations, expositions

Des arts coloniaux. Notion extensive et affinités appropriatives – Dominique Jarrassé

Le portrait à Saint-Domingue – Carlo A. Célius

Éduquer et séduire. Les arts coloniaux dans les images scolaires (1871-1958) – Sophie Leclercq

Identité africaine et idéologie coloniale. Les expositions artistiques de l’Afrique française (1928-1939) – Marion Lagrange

Notice. Artiste “indigène”, “musulman”, “africain” – ML

Annexe. Expositions artistiques de l’Afrique française (1928-1956) – ML

Au service de l’Empire. La promotion des arts coloniaux dans les Salons de la France d’Outre-Mer – Laurent Houssais

“Y a-t-il un art à Madagascar ?” Circulation et réception de la création malgache en France durant la période coloniale – Alexandre Girard-Muscagorry

Notice. De l’artisanat colonial à l’art contemporain africain : les poteaux de Jean-Jacques Efiaimbelo – A G-M.

Suzanne Truitard, couverture de Togo-Cameroun, avril 1930

Graver et dessiner les colonies pendant l’entre-deux-guerres. Les arts du Cameroun vus par Suzanne Truitard – Isidore Pascal Njock Nyobe

Notice. Togo-Cameroun, un magazine de propagande – I. P. N.N.

La création de l’école des arts appliqués de Fort-de-France. Les graines de la rébellion artistique 1943-1945 – Christelle Lozère


Collections. Une transmission suspendue et retrouvée ?

Les arts coloniaux sous le prisme des collections – Sarah Ligner

Des collections réinventées pour un palais déshérité – Hélène Boccard

Un musée précurseur. Les collections d’art colonial du musée des Années trente – Claire Poirion

De l’Algérie en peinture à la peinture en Algérie, au prisme d’une collection – Florence Hudowicz

De la “mission civilisatrice” au “réveil des arts indigènes”. Dessins d’écoliers dans les colonies – Mathilde Allard

“Premiers essais de tailleurs d’images chrétiens en Afrique”, Le Patriote illustré, 11 octobre 1931

De l’Afrique à la Bretagne. Arts missionnaires, arts coloniaux : une mission et un destin commun ? – Gwenaël Ben Aissa

Notice. Musée spiritain des arts africains à Allex – G. B. A.

Administration des artistes, des œuvres et de leur exposition dans l’Empire colonial français. Quelles sources aux archives nationales ? – Pascale Riviale et Clothilde Roullier

Les auteurs

Index

Expositions et culture coloniale. Les Arts en Tunisie sous le Protectorat

Expositions et culture coloniale. Les Arts en Tunisie sous le Protectorat, sous la direction de Laurent Houssais et Dominique Jarrassé, Paris, Éditions Esthétiques du Divers, 2020, 302 p.

Faisant suite à “Nos artistes aux colonies”. Sociétés, expositions et revues dans l’empire français (1851-1940), ce volume poursuit l’étude des arts coloniaux en se concentrant sur un pays, la Tunisie. Ce champ d’étude favorise une approche élargie des arts, tant beaux-arts qu’artisanat ou “arts indigènes”, en contexte colonial. Entre 1881 et 1956 se construit progressivement un système colonial des arts qui repose sur trois piliers principaux : le Salon tunisien, dont l’histoire s’échelonne de 1894 à 1984, l’École des beaux-arts de Tunis, créée en 1923, l’Office des arts tunisiens, qui entendait sauvegarder et promouvoir l’artisanat. En revanche, aucun musée des beaux-arts qui eût complété le musée du Bardo consacré à l’archéologie et aux arts arabes, n’a été mis en place et cette lacune se fait sentir encore aujourd’hui. L’originalité de la situation tunisienne tient enfin à l’apparition, dès les années 1930, d’artistes qui, sans discrimination, élaborent une scène artistique originale, incarnée par la fameuse “École de Tunis”, dont le dynamisme perdure après l’indépendance.

Armand Vergeaud et ses élèves à l’exposition de l’Association des élèves, anciens élèves et amis du Centre d’enseignement d’art, 1929, musée d’Angoulême

Ce livre engage, sur la base d’un important travail documentaire, une réflexion sur la fabrication d’une image de la Tunisie à travers les expositions comme sur son identité plurielle. Nourri d’une démarche historiographique critique, il contribue à la nécessaire réécriture d’une histoire de l’art en Tunisie, encore très lacunaire.

SOMMAIRE

Avant-propos

Introduction

Ré)écrire l’histoire des arts en situation coloniale – Laurent Houssais et Dominique Jarrassé

Mise en scène des “arts indigènes” et images de la Tunisie

Identité tunisienne et artisanat dans les expositions internationales et coloniales (1851-1939) – Dominique Jarrassé

Salons et expositions d’art industriel à Tunis (1896 et 1898) – Clara Álvarez Dopico

Art et artisanat tunisiens selon Victor Valensi. Ses pavillons d’expositions internationales (1925, 1931 et 1937) – Dominique Jarrassé

L’Œuvre de l’Office des arts tunisiens : de l’exposition propagandiste à la muséographie patrimonialisante – Mohamed-Ali Berhouma

Sociétés, écoles et expositions artistiques dans la Tunisie coloniale

Un Salon pour Tunis (1894-1939) : retours sur une histoire – Laurent Houssais

La fabrique des artistes “tunisiens”. L’institutionnalisation d’une École des beaux-arts durant le Protectorat (1923-1956) – Marion Lagrange

Défaire une histoire de la peinture tunisienne : l’ “École de Tunis” (1936-1956) – Marion Lagrange

Les expositions à travers la presse tunisienne

Notes sur quelques figures de la critique d’art dans la presse tunisienne francophone – Alain Messaoudi

Actualité et communauté italienne : l’activité de la Société Dante Alighieri et de la presse italophone – Silvia Finzi et Sonia Gallico

Les expositions dans la presse juive tunisienne et l’émergence d’ “artistes juifs” – Dominique Jarrassé

Annexes

Chronologie

Biographies (Albert Aublet – Pierre Berjole – Pierre Boucherle – Pierre Boyer – Alphonse Clément – André Delacroix – Alexandre Fichet – Gaston-Louis Le Monnier – Paul Proust – Jacques Revault – Armand Vergeaud – Yahia Turki)

Alexandre Roubtzoff, Les Membres de l’institut de Carthage, photographie d’une huile sur toile présentée au Salon tunisien de 1924 et calque d’identification des personnages représentés

Bibliographie

Présentation des auteurs

Index

Écrire l’histoire de l’art: aux frontières de la discipline

Cette seconde édition de la journée des doctorants et doctorantes du Centre F.-G. Pariset est organisée par Sarah Crépieux-Duytche, Naouel Nessark et Léa Tichit. Elle a pour objectif de mettre en valeur les différentes thématiques des thèses portées au sein du laboratoire. Par des communications et tables rondes seront interrogées les interconnexions et les frontières de nos objets d’étude. Une intervention des membres de l’association transfrontaliers, association de doctorants et docteurs en histoire de l’art fondée en 2018, nous permettra d’appréhender bien des contours de la recherche transnationale.

Elle se tiendra le jeudi 14 novembre 2019, à l’université Bordeaux Montaigne, Odéon de l’Archéopôle.

Pour les modalités pratiques et le programme de cette journée :

Les arts coloniaux. Circulation d’artistes et d’artefacts entre la France et ses colonies

Colloque organisé sous la direction scientifique de Sarah Ligner, commissaire de l’exposition, conservatrice du patrimoine, responsable de l’unité patrimoniale Mondialisation historique et contemporaine, musée du quai Branly – Jacques Chirac ; Dominique Jarrassé, professeur en histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne, centre François-Georges Pariset ; Frédéric Keck, directeur, département de la Recherche et de l’Enseignement, musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Ce colloque se tiendra le mercredi 10 octobre 2018 à l’auditorium du Palais de la Porte dorée et le jeudi 11 octobre dans la salle de cinéma du musée du quai Branly-Jacques Chirac.

À l’occasion de l’exposition Peintures des lointains. La collection du musée du quai Branly-Jacques Chirac (30 janvier 2018 – 3 février 2019), le musée du quai Branly-Jacques Chirac et le Palais de la Porte Dorée s’associent pour organiser, en partenariat avec le centre Francois- Georges Pariset – UniversitéBordeaux-Montaigne, un colloque sur la notion d’« arts coloniaux ». Ce colloque pluridisciplinaire, au croisement de l’histoire de l’art, de la sociologie des institutions et des études postcoloniales, se propose d’interroger la circulation des artistes et des artefacts entre la France et les territoires de son Empire, comme support pour une réflexion sur la relation coloniale.

L’objectif est de mieux cerner la production artistique et artisanale en situation coloniale et cela dans une acceptation large, qu’il s’agisse d’artefacts produits par des artistes issus des populations colonisées ou par des artistes originaires de métropole. Pour ce faire, plusieurs axes ont étéretenus, afin d’interroger les catégories d’artefacts et les paradigmes qui sous-tendent leur production, leurs auteurs et leur statut, leurs promoteurs et leurs modes de diffusion, ainsi que les phénomènes de domination et d’appropriation qui ont pu s’exercer dans le domaine artistique et culturel. Tous ces aspects sont envisagés sous l’angle des réseaux de circulation de personnes, d’artefacts et de concepts, dans une pluralité de mouvements qui ne répondent pas à un schéma univoque.

Inscription sur : https://colloque-les-arts-coloniaux.eventbrite.fr

Programme (en pdf réduit) :

“Nos artistes aux colonies”. Sociétés, expositions et revues dans l’Empire français (1851-1940)

Essais réunis par Dominique Jarrassé et Laurent Houssais, Paris, Éditions Esthétiques du Divers, 2015, 254 p., 71 ill.

Si les études coloniales et postcoloniales se développent avec succès, l’histoire de l’art n’a pas encore livré une contribution très significative, hormis quelques biographies. Pourtant la question d’un “art colonial”, trop exclusivement abordée par le biais de ses fonctions, notamment de propagande, en métropole et dans les colonies, est pourtant essentielle pour comprendre la spécificité d’une culture visuelle, fruit d’un véritable système. Les essais réunis ici privilégient en conséquence l’analyse de sociétés artistiques, souvent méconnues, et des modes de diffusion, salons, expositions et revues ; ils contribuent ainsi à la reconstitution indispensable de cette production artistique coloniale, largement perdue ou inaccessible, souvent signée par des artistes spécialisés. D’Alger à Dakar, d’Hanoï à Pointe-à-Pitre, en passant par les bureaux des rédactions, s’esquissent bien des enjeux et des ambivalences de la politique impériale française. S’y lisent aussi les complexités d’un siècle qui vit à la fois l’extension coloniale maximale, des bouleversements majeurs dans la fonction sociale des arts, l’apogée d’une confrontation directe à une altérité que “nos artistes coloniaux” tendaient à exalter et à réduire à des stéréotypes.

SOMMAIRE

 Avant-propos. Laurent Houssais et Dominique Jarrassé,

Introduction. Dominique Jarrassé, « Le système colonial de l’art. Perspective historiographique ».

Études

Adrien Eudeline et Laurent Houssais, « Sociétés et premières expositions artistiques algéroises : une histoire revisitée (1851-1880) ».

Catherine Méneux, « “Initier nos colonies d’Indo-Chine à l’art français” : la section Beaux-Arts à l’exposition internationale d’Hanoï (1902-1903) ».

Anne-Sophie Aguilar, « Le Maroc, nouvel horizon de l’art national ? L’Art et les Artistes et l’impérialisme français dans l’entre-deux-guerres ».

René-Augustin Bougourd, « Deux artistes normands au Salon tunisien : Auguste et Cécile Bougourd ».

Laurent Houssais, « La vie artistique dans les colonies vue par Le Monde colonial illustré (1923-1940) : aspects et enjeux d’une propagande coloniale ».

Christelle Lozère, « Germaine Casse et la mission de 1923 en Guadeloupe : un mirage politique ? »

Marion Lagrange, « La Société des amis des arts de Dakar durant l’entre-deux-guerres et la perspective d’une “École d’Afrique” ».

Annexes

Dominique Jarrassé, « De l’orientalisme à l’art colonial. La création des sociétés coloniales artistiques ».

Catherine Méneux, « Catalogue de la “Section métropolitaine des Beaux-Arts” à l’exposition de Hanoï (1902) ».

Laurent Houssais, « Dépouillement du Monde colonial illustré (1923-1940) ».

Marion Lagrange, « Tableau récapitulatif de l’activité de la Société des amis des arts de Dakar (1922-1939) ».

Bibliographie

Les auteurs

Index

 

 

Colloque : Ancrage et déterritorialisation des artistes : réécrire l’histoire