Archives par mot-clé : Architecture

Le Tour de ville à l’époque Moderne – par Emilie d’Orgeix – vendredi 3 avril – Université Libre de Bruxelles

Orgeix-Bruxelles

 

Université Libre de Bruxelles, 3 avril 2015

LE TOUR DE VILLE A L’EPOQUE MODERNE : ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DISCIPLINAIRES

Emilie d’Orgeix, université Bordeaux-Montaigne

 Se fondant sur le vaste corpus de villes françaises que rassemble leur statut de places fortes, ces « villes plus que villes » selon Lazare Carnot, cette présentation abordera la question du tour de ville aux XVIIe et XVIIIe siècles, grand absent de l’historiographie urbaine de la période moderne. A l’articulation de l’histoire urbaine et architecturale, de l’histoire des techniques et de la construction et de l’anthropologie de l’espace urbain et périurbain, elle vise à approfondir quelques uns des outils méthodologiques que l’historien de l’architecture peut convoquer pour construire une réflexion sur la production, les usages et la symbolique des espaces établis en périphérie des villes dans la culture urbaine et architecturale des XVIIe et XVIIIesiècles.

Publication “Battre le Littoral. Histoire, reconversion et nouvelles perspectives de mise en valeur du petit patrimoine militaire maritime. 1”

Sous la direction de Nicolas Meynen et Émilie d’Orgeix.

 

Nous sommes heureux de vous annoncer la publication aux Presses Universitaires du Mirail du premier volume de la Série Patrimoine militaire consacré au patrimoine maritime. Le deuxième volume intitulé Fortifier la Montagne prévu pour janvier 2016.

BAttre le littoralRésumé :

Forts, redoutes, batteries, digues, abris de marine, tours et blockhaus souvent réalisés en série le long du littoral constituent un riche patrimoine maritime militaire qui se décline en une multitude d’ouvrages défensifs de dimension souvent modeste adoptant des formes et des typologies très diverses. Construits dans un milieu très agressif, en mouvement perpétuel, ces ouvrages à la mer ont constamment fait appel à l’ingéniosité de leurs bâtisseurs. Toujours en dialogue avec le site, matière première du projet architectural et paysager, ils ont su concilier économie de moyens, matériaux locaux et savoir-faire vernaculaires tout en développant des logiques d’adaptation au terrain et des innovations techniques souvent inédites et stimulantes.

Il est pourtant difficile aujourd’hui de conserver et de faire vivre ces lieux rugueux et fragiles, dont il ne reste parfois même que des traces dans le paysage. Les thèmes parcourus dans cet ouvrage collectif, invoquant l’importance de la mise en place de stratégies de documentation et de conservation coordonnées, illustrent combien les pratiques contemporaines de réhabilitation et de reconversion constituent, à l’aube du XXIe siècle, des outils de réflexion et d’expérimentation fondamentaux pour sauvegarder et mettre en valeur ces grands oubliés des politiques patrimoniales.

 

Nicolas Meynen et Émilie d’Orgeix (dir.), Battre le Littoral. Histoire, reconversion et nouvelles perspectives de mise en valeur du petit patrimoine militaire maritime, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail (Collection Architectures), 2014.

Sommaire :

Introduction

Battre le littoral : les enjeux du patrimoine militaire maritime par Nicolas Meynen et Émilie d’Orgeix


Histoire et documentation

Petites fortifications côtières et édition (XVIIe-XIXsiècles) : question de typologie et esquisse de grille d’analyse par Émilie d’Orgeix

Les tours et corps de garde de défense côtière de la monarchie de Juillet au Second Empire : un état des lieux par Patrick Jadé

Fortifications côtières en Sicile : études, conservation et valorisation par Liliane Dufour.

Petite fortification et défense de la côte en Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles par Pol Vendeville

Les petits équipements maritimes : digues, quais et ouvrages de défense littorale par André Guillerme

L’aménagement paysager des fortifications : une question d’art militaire par Nicolas Meynen


Politiques de conservation et de 
 mise en valeur

De Vauban à Todt : dépasser la propagande pour s’approprier le patrimoine côtier. Le projet « Sur les traces du passé » à Martigues par Frédéric Saffroy

Le patrimoine militaire du front de mer toulonnais. État, réalisations et perspectives par Bernard Cros

Tours et petites batteries des îles maltaises par Stephen Spiteri

Le fort de Socoa. Histoire et paysage patrimonial par Michèle Virol

Approches du patrimoine militaire côtier en Finistère. Exemples de valorisation de batteries de côte par Jean-Yves Besselièvre

 

(Le deuxième volume intitulé Fortifier la Montagne prévu pour janvier 2016.)

Colloque international : FORTIFIER LA MONTAGNE XVIIIe-XXe siècles‏

HISTOIRE, RECONVERSION ET NOUVELLES PERSPECTIVES DE MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE MILITAIRE DE MONTAGN

aff-meynen_1412684557688-jpgToulouse 13 et 14 novembre 2014

COLLOQUE INTERNATIONAL
sous la direction scientifique d’Émilie d’Orgeix (Bordeaux – Montaigne) et de Nicolas Meynen (Toulouse – Jean Jaurès)

Quelle connaissance avons-nous aujourd’hui des fortifications de montagne (Pyrénées, Alpes, Jura, Vosges) et des documents historiques qui leur sont liés ? Comment les ingénieurs se sont-ils adaptés à l’anatomie si particulière de la montagne ? Comment construire en montagne, avec quels matériaux et dans quelles conditions ? Quelle délicate dialectique entre tradition vernaculaire et invention formelle et technique s’est mise en place ? Comment camoufler les ouvrages aux yeux des ennemis ? Et enfin, comment aujourd’hui conserver, mettre en valeur, faire vivre et connaître ces ouvrages aux typologies très variées, souvent difficiles d’accès et fragilisés par des conditions climatiques rigoureuses ?

Durant deux journées, ce colloque international organisé en collaboration entre les universités de Toulouse – Jean Jaurès et de Bordeaux-Montaigne, explorera ces diverses
questions à la lumière de cas d’études français et européens.


Programme :


Jeudi 13 novembre  2014  – Maison de la Recherche, Université Toulouse – Jean Jaurès, salle D29


10h00
 Introduction générale par Emilie d’Orgeix et Nicolas Meynen

SESSION 1. L’INTELLIGENCE DU TERRITOIRE
Présidence : Benoît Melon (Conseiller pour l’Architecture, DRAC Midi-Pyrénées)

10h30 La fortification des Alpes françaises de 1928 à 1940 : organisation, réalisations et usages par Philippe Garraud (Sciences Po, CNRS)

11h00 À l’école de la montagne : les expérimentations photographiques du commandant Allotte de la Fuÿe (1844-1939) à l’école du génie de Grenoble par Émilie d’Orgeix (Bordeaux-Montaigne)

11h30 Le général Haxo et le figuré du terrain par Yannick Guillou (historien)


12h00-13h30
 Pause déjeuner


SESSION 2. CONSTRUIRE EN ALTITUDE : ADAPTATION ET INVENTION
Présidence : Pascal Julien (Toulouse – Jean Jaurès)

13h30 Le flanquement de l’obstacle dans les ouvrages des Alpes entre 1874 et 1914 : entre pérennité formelle et adaptation normative par Martin Barros (Service Historique de la Défense, Vincennes)

14h00 Adaptations formelles et ressources matérielles dans les fortifications de la vallée de la Tarentaise entre 1888 et 1913 par Vincent Arpin (Pierre Mendès-France, Grenoble)

14h30 Des thermes militaires dans les Pyrénées par Nicolas Meynen (Toulouse – Jean Jaurès)


SESSION 3. TRAVAUX ÉTUDIANTS EN COURS
Présidence : Isabelle Warmoes (Musée des Plans-Reliefs, Paris)

15h00 La guerre dans les Alpes de Vauban à Bourcet par Nicolas Morestin (Paul Valéry Montpellier)

15h30 Conserver et mettre en valeur les fortifications, l’exemple du Castelgrande, de l’aménagement des remparts et de la Piazza del Sole par Laure Jacquin (Paris-Est-IPRAUS)

16h00 La patrimonialisation du champ de bataille du Linge dans les Vosges, une sauvegarde exemplaire entre volonté politique et initiatives individuelles par Florian Hensel (u. de Strasbourg)

17h00-18h30 Visite architecturale en ville organisée par l’association Mirabili’Art des étudiants-chercheurs du département d’Histoire de l’art de l’université Toulouse – Jean Jaurès.

 

Vendredi 14 novembre 2014  – Maison de la Recherche, Université Toulouse – Jean Jaurès, salle D31


SESSION 4. CAMOUFLER ET INTÉGRER LA NATURE
Présidence : Alain Monferrand (Association Vauban)

10h15 Camouflage & fortifications suisses par Maurice Lovisa (architecte diplômé de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), Suisse)

10h45 Formes, couleurs et optique : le camouflage, art ou science ? L’itinéraire de Pierre Gatier par Frédéric Saffroy (docteur en histoire, avocat au Barreau de Paris)

11h15 Présentation sur le Fort de Bard (Italie) par Alain Monferrand (Association Vauban)


12h00-13h30
 Pause déjeuner

 

SESSION 5. CONSERVER ET METTRE EN VALEUR
Présidence : Jean-Yves Besselièvre (Historien de la fortification, VPM)

13h30 Le fortificazioni campali alpine: archeologia del confine sabaudo par Fabrizio Zannoni (archéologue, Centro studi di architettura militare piemontese)

14h00 La ligne fortifiée des Pyrénées (1942-1944) par Guillem Castellvi (archéologue, missionné par le Conseil Général 66 et le Service Régional de l’Archéologie, Languedoc-Roussillon)

14h30 Histoire et mise en valeur d’un site : l’exemple du Fort du Portalet par Isabelle Warmoes (Musée des Plans-Reliefs, Paris) et Bernard Choy (communautés de Communes, vallée d’Aspe)

15H15 Mise en valeur et réflexion sur la réutilisation des éléments fortifiés des deux ceintures de Lyon : initiatives citoyennes par Bruno Morel (architecte du Patrimoine, Coordinateur de l’UFAL, Lyon)


16h00
 Débat et conclusion des journées

Télécharger le programme (pdf)

INFORMATIONS PRATIQUES :

ADRESSE
Université Toulouse – Jean Jaurès
5, allée Antonio Machado
31058 Toulouse cedex 9

ACCÈS
Métro Ligne A
arrêt Mirail-Université

 

Parution – Olga Medvedkova et Émilie d’Orgeix (dir.), Architectures de guerre et de paix – Du modèle militaire antique à l’architecture civile moderne

Architectures de guerre et de paix  Architectures de guerre et de paix – Du modèle militaire antique à l’architecture civile moderne

Sous la direction d’Olga Medvedkova (CNRS, centre André Chastel) et d’Émilie d’Orgeix (Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3).

Les études sur l’architecture civile et l’architecture militaire sont aujourd’hui conduites de manière trop souvent dissociée, comme si elles appartenaient à des cultures différentes que rien ne liait entre elles. C’est oublier que l’architecture militaire ne s’est détachée de l’ensemble des théories et des pratiques de la construction qu’à l’époque contemporaine et que les architectes du XVe au début du XIXe siècle étaient, pour la plupart, des ingénieurs militaires. Les liens entre ces deux architectures, ancrées dans un héritage antique commun, sont pourtant tout aussi symboliques, voire davantage. Les formules que la culture classique, tout particulièrement romaine, a élaborées face au territoire conquis, au champ de bataille, au trophée, au triomphe, aux machines nourrissent une abondante iconographie militaire continuellement présente dans l’architecture civile moderne. Plus l’architecture militaire se modernise, plus elle se justifie par l’image antique. Franchissant les limites disciplinaires et croisant les « thèmes » militaires et civils à travers leurs fondements antiques, les auteurs de ce livre traitent de sujets rarement abordés par l’histoire de l’architecture, pourtant centraux pour la culture architecturale européenne.

Editions Mardaga

Parution : septembre 2013
Collection : architecture
Format : 17 x 24 cm
Pagination : 224 pages
Façonnage : broché
ISBN : 978-2-8047-0153-6
Code Sodis : S515499
Prix : 29 euros

Éditrice / personne de contact :
Anne Wuilleret
T. +32 (0)2 894 09 47
anne.wuilleret@editionsmardaga.com
Rue du Collège, 27
B-1050 Bruxelles
T. +32 (0)2 894 09 40
info@editionsmardaga.com
www.editionsmardaga.com

 

Architectures de guerre et de paix – Du modèle militaire antique à l’architecture civile moderne

Sommaire

Introduction

L’ARCHITECTURE MILITAIRE ET CIVILE : LES JEUX ET LES ENJEUX DISCIPLINAIRES
Olga Medved kova , Émilie d’Orgeix

I- Du texte au plan

CÉSAR, PENSEUR DE LA TECHNIQUE. LECTURES ARCHITECTURALES DU CORPUS CÉSARIEN À LA RENAISSANCE (ALBERTI ET PALLADIO)
Pierre Caye

LA COLONNE COMME TROPHÉE DANS L’HISTOIRE NATURELLE DE PLINE L’ANCIEN
Olga Medved kova

REDESIGNING THE MEDIEVAL EXEGETICAL MAP: THE DESERT ENCAMPMENT AND EZEKIEL’S CANAAN IN THE SIXTEENTH CENTURY
Catherine Delano-Smith

SOCIAL STRATIFICATION IN THE IDEAL CITY
Ingrid D. Rowland

LA FORTUNE DES TEXTES MILITAIRES DE L’ANTIQUITÉ DANS LA LITTÉRATURE ARCHITECTURALE (XVIe-XVIIe siècles)
Frédérique Lemerle

UNE ÉDITION EN TEMPS DE GUERRE : LE LIVRE DE MARS DE PIERRE LE GRAND
Irina Khmelevskikh

II – Des formes pa rlantes

LE CHAMP DE BATAILLE COMME LIEU D’INSPIRATION URBAINE ET ARCHITECTURALE
Émilie d’Orgeix

LA BASE DEL MONUMENTO EQUESTRE DI NICOLÒ III A FERRARA: ARCO TRIONFALE O COLONNA ONORARIA?
Marco Folin

LE THÈME DU TRIOMPHE : MILITAIRE, CIVIL ET RELIGIEUX
Yves Pauwels

COLONNES ET CANONS. DÉCORS, USAGES ET SYMBOLES
Philippe Malgouyres

LA GUERRE COMME DÉCOR : EXPRESSIONS CONTRASTÉES DE L’HUMANISME MILITAIRE DANS LES TAPISSERIES
Cecilia Paredes

CHARLES PERCIER (1764-1838) ET PIERRE FONTAINE (1762-1853), ARCHITECTES DE LA VICTOIRE
Jean-Philippe Garric

Index

Les auteurs

Table des matières

Victor Louis et son temps

Victor Louis et son temps, études rassemblées par Christian Taillard, Bordeaux, Centre F.-G. Pariset / Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 2004. 349 p.

Actes du colloque international tenu au Palais Soubise, organisé par la Société Victor Louis du 14 au 16 décembre 2000 dans le cadre des célébrations nationales

Table des matières

Avant-propos par Christian Taillard, professeur d’histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

1. Autour de Victor Louis

Victor Louis. Découvertes récentes et questions en suspens (1991-2000) – Christian Taillard, professeur d’histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Annexe 1. Opuscule de La Font de Saint-Yenne de 1762 évoquant la chapelle des Âmes du Purgatoire à Sainte-Marguerite de Charonne

Annexe 2. Lettres d’Ebert à Caroline de Bade concernant Victor Louis (archives de la famille de Bade-Durlach)

Notes sur Victor Louis et la sculpture – Guilhem Scherf, conservateur en chef au département des sculptures du musée du Louvre

À propos de Victor Louis et de la table de fer poli de Varsovie, les familles Deumier et Perez – Christian Baulez

Annexe. Extrait des conventionset marchés passés du 17 janvier au 3 avril 1767 entre Mgr Pierre-Augustin Bernardin de Rosset de Rocozel de Fleury, évêque de Chartres, et Charles-Claude d’Archambault, chanoine

Les débuts de Victor Louis vus par Jean-Antoine Morand, peintre et architecte lyonnais (1727-1794) – Sylvain Chuzeville, doctorant, université Lumière Lyon II

Le portique de l’église Saint-Éloi de Dunkerque ou fortune critique d’une œuvre deLouis – Anita Oger-Leurent, chercheur au service de l’Inventaire général, Conservateur délégué des Antiquités et Objets d’Art du Nord

Annexe 1. Approbation du plan de Louis par le Magistrat et la fabrique, 18 décembre 1782

Annexe 2. Brouillon de la lettre adressée par Charles de Calonne à Victor Louis à propos du dessin de la place ordonnancée projetée devant l’église Saint-Éloi, 1er avril 1783

Annexe 3. « Église de Saint-Éloi à Dunkerque (Nord). Rapport sur l’état du péristyle de ce monument », 24 décembre 1875, par Denis Darcy, architecte attaché à la commission des Monuments historiques

2. Artistes et pouvoirs au temps de Louis

Les artistes dans le cercle des Orléans – Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Charles-Alexandre de Calonne et les milieux intellectuels et artistiques des Lumières (1760-1784) – Eric Leroy, doctorant CHRENO, Lille III

Les parlementaires du XVIIIe siècle amateurs d’art ? L’exemple rouennais – Olivier Chaline, professeur d’histoire moderne, université de Paris IV-Sorbonne

De l’hôtel aristocratique à l’immeuble de rapport. Les vicissitudes de l’hôtel de Lorge à Versailles – Philippe Béchu, Archives nationales-Section ancienne

3. Le milieu artistique au temps de Louis

Théâtre et architecture dans l’EncyclopédieJuan Calatrava Escobar, professeur d’histoire de l’architecture, université de Grenade

Entre utilité et plaisir : les collections d’architectes en France au XVIIIe siècle – Patrick Michel, maître de conférences, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

La bibliothèque d’un architecte savant, Jean-Baptiste Dufart – Laurence Chevallier, doctorante, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Annexe. La bibliothèque de Jean-Baptiste Dufart

Un tableau attribué à Julien-Léopold ou Jules Boilly (1796-1874), La vente Philippe CaffieriCécile Navarra-Le Bihan, doctorante, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Le retard artistique de Bordeaux dans le dernier quart du XVIIIe siècle : mythe ou réalité ? – Eugène Goudiaby, doctorant, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Arts et identités régionales

Arts et identités régionales, études rassemblées par Dominique Jarrassé, Bordeaux, Éditions Bergeret, 2001. 112 p.

Actes de la 1ère journée d’études d’histoire de l’art moderne et contemporain, novembre 1998.

Table des matières

1. Arts et identités régionales au XIXe siècle

De quelques identités régionales et de quelques problèmes de définition – Dominique Jarrassé, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Le désert, une image emblématique du paysage provençal sous le Second Empire – Jean-Roger Soubiran, professeur d’histoire de l’art contemporain, université de Poitiers

Une école toulousaine ? 1888-1914 : hypothèses,vérifications, conclusions – Luce Barlangue, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Paul Valéry-Montpellier III

Un aspect de la peinture bayonnaise : « l’École de Bayonne » à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle – Florence Guionneau-Joie, doctorante, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

L’identité juive portugaise au XIXe siècle en Aquitaine à travers l’architecture et l’art funéraire – Dominique Jarrassé, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

2. La question de l’architecture bordelaise

Maisons privées sous le règne de Louis XIV : naissance et affirmation du classicisme bordelais – Laurent Chavier, doctorant, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

 Permanence de la construction traditionnelle et apparition d’un décor « nouveau » dans l’architecture bordelaise du derniers tiers du XVIIIe siècle – Philippe Maffre, Inventaire Aquitaine/docteur en histoire de l’art