Archives par mot-clé : Architecture

Annonce de soutenance d’Habilitation à Diriger les Recherches d’Émilie d’Orgeix, 26 septembre 2016

non-aedificandi_bruxelles-1

Emilie d’Orgeix, membre du centre François-Georges Pariset- EA538, soutiendra ses travaux en vue de l’obtention du diplôme d’habilitation à diriger des recherches à l’Académie d’architecture, 9 place des Vosges, 75004 Paris, le lundi 26 septembre 2016 à 14h30.

Composition du jury

Tuteur de l’habilitation : Antoine Picon, professeur, ENPC/ Harvard University.

Rapporteurs : Alexandre Gady, professeur, université Paris-IV ; Véronique Meyer, professeur, université de Poitiers ; Stéphane van Damme, professeur, European Institute of Florence.

Examinateurs : Jean-Marc Besse, directeur de recherches, CNRS-UMR Géographie-cité ; Jean-Philippe Garric, professeur, université Paris 1 ; Letizia Tedeschi, professeur, Archivio del Moderno, Università della Svizzera italiana, Mendrisio.

Le mémoire inédit que je présente s’intitule « Zones Non aedificandi. La politique du vide dans les places fortes (1550-1789) ». C’est une étude sur la périphérie urbaine à l’époque moderne qui se fonde sur l’intuition tout autant que la conviction que l’histoire de l’architecture est passée à côté d’un objet fondamental d’analyse urbaine – les zones non aedificandi établies autour des villes fortes, « ces villes plus que villes » selon Lazare Carnot. Au-delà de réconcilier des traditions historiographiques parallèles entre ville militaire et ville civile, j’y ai tenté d’ouvrir de nouvelles perspectives sur la manière de concevoir les marges de la ville moderne comme un chantier de travail. L’étude démontre combien cette périphérie militaire d’Ancien Régime, riche, opérationnelle, symbolique, convoitée par tous, souvent interlope et, dans tous les cas, pleinement partagée par les différents acteurs à l’œuvre dans la ville, constitue un socle sur lequel s’adosser pour s’attaquer à la question des mutations urbaines à l’articulation, tout d’abord des XVIIe et XVIIIe siècles (villes précocement déclassées, grands chantiers septentrionaux, recomposition des marges urbaines et périurbaines), puis des XVIIIe et XIXe siècles (ouverture de la ville, structuration, zonage et déclassement des territoires périurbains, infrastructures, embellissements, création des champs-de-Mars… ). C’est, en définitive, un essai qui, tout en s’adossant sur des sources militaires d’Ancien Régime très largement inédites, œuvre à reconstruire une généalogie brisée entre ville moderne et ville contemporaine en travaillant sur ces points de suture que sont les marges urbaines dans les nombreuses villes sous tutelle militaire que compte alors le royaume. La dimension n’est pas uniquement moderniste mais vise, plus largement, à réhabiliter un espace frontalement présent dans les débats actuels sur la ville, tout autant qu’il est négligé par l’historiographie de la période moderne, en proposant des ouvertures disciplinaires (histoire urbaine et histoire de l’environnement, histoire de la construction, expertise technique, partage des rôles entre acteurs (architectes, ingénieurs militaires, ingénieurs des ponts et chaussées) et méthodologiques (la ville forte comme typologie urbaine opérative). L’ambition en est, in fine, de recentrer la recherche sur des sites d’observation (les villes de province) qui échappent aux paradigmes des villes-capitales et des espaces périphériques (les marges de la ville) peu étudiés à l’époque moderne afin d’esquisser des orientations de travail susceptibles de soutenir un nouveau chantier de recherche collectif en histoire de l’architecture et de la ville.

La soutenance est publique.

Conférence : L’aventure du béton assemblé : de l’ossature au refend porteur

par Yvan Delemontey

Architecte, docteur en architecture et enseignant à l’EPFL

Mardi 12 avril 2016 – 18h00-19h30
Arc en rêve centre d’architecture, salle de communication (niveau 1)
Entrepôt, 7 rue Ferrère 33000 Bordeaux

Conférence organisée dans le cadre du séminaire “Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe-XXIe siècles)” coordination : Pr Gilles Ragot, Émilie d’Orgeix (UBM), Pr Gilles-Antoine Langlois, Gauthier Bolle (ENSAPBx)

S’étendant sur une dizaine d’années depuis la Libération, la Reconstruction est une période décisive dans l’histoire de l’architecture française. Elle se caractérise à la fois par la mise en œuvre à l’échelle nationale des théories urbanistiques modernes issues de l’entredeux-guerres et par la volonté d’industrialiser le bâtiment. Sous ce dernier aspect, on assiste au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à l’essor fulgurant d’une multitude de procédés novateurs – en grande partie liés à la préfabrication – qui tentent de résoudre, dans un contexte d’urgence et de pénurie, une équation particulièrement difficile : construire en masse, plus vite et meilleur marché. Jusqu’ici peu enclin à se moderniser, le secteur de la construction va pourtant connaître un bouleversement sans précédent, transformant en profondeur et en peu de temps ses pratiques, ainsi que les relations entre ses différents acteurs (architectes, ingénieurs, entrepreneurs, industriels, bureaux d’étude Continuer la lecture de Conférence : L’aventure du béton assemblé : de l’ossature au refend porteur

Conférence : “Janus architecte : la double temporalité de l’architecture”

par Philippe Potié

Architecte, historien, professeur à l’ENSA Versailles et membre du laboratoire LéaV

Mardi 15 Mars 2016 – 18h00
Arc en rêve centre d’architecture, salle de communication (niveau 1)
Entrepôt, 7 rue Ferrère 33000 Bordeaux

Conférence organisée dans le cadre du séminaire “Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe-XXIe siècles)” coordination : Pr Gilles Ragot, Émilie d’Orgeix (UBM), Pr Gilles-Antoine Langlois, Gauthier Bolle (ENSAPBx)

L’espace architectural fait résonner une double temporalité dont on ne perçoit pas toujours les accords. Distraits par les bruits de débats que jouent ici la modernité contre la postmodernité, comme autrefois les Anciens contre les Modernes, la complémentarité des temps dont l’architecture se fait le théâtre est largement éclipsée par le vacarme de la querelle stylistique. Nous voudrions faire sentir le jeu subtil de duettiste auquel se livrent dans le dessin des édifices, le temps court de l’action et le temps long de la contemplation. Nous formulerons l’hypothèse que l’architecture se découvre dans Continuer la lecture de Conférence : “Janus architecte : la double temporalité de l’architecture”

séminaire : “Au delà du béton brut : Rudolph, Pei, Kahn et la matérialisation du matériau” par Réjean Legault

Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe -XXIe siècles)
séminaire 2015-2016 / séance du 09.02.2016 – 18h00-19h30

Travaillant depuis plusieurs années sur la question des rapports entre matériau et modernité architecturale, j’ai été amené à étudier plusieurs bâtiments emblématiques de l’architecture Américaine des années soixante. Fondées sur l’analyse attentive des archives et des objets bâtis, ces études examinaient la façon dont leurs concepteurs ont négocié le passage du béton figuré à sa réalisation matérielle, en une séquence que j’ai appelé « la matérialisation des matériaux ». Empruntant aux travaux qui replacent le matériau et le « faire » au centre de la réflexion théorique en art et en anthropologie, la conférence propose une relecture de mes essais sur Paul Rudolph, I.M. Pei et Louis Kahn, ainsi qu’un retour sur leur inspiration première : le béton brut de Le Corbusier. Ce nouvel éclairage invite à penser que la production des formes matérielles découle d’une véritable lutte entre l’architecte et la matière, en un processus où se manifeste « l’indiscipline du matériau ». La conférence vise ainsi à jeter un autre regard sur le travail créatif de l’architecte, et le processus de concrétisation de l’objet architectural.

Réjean Legault est professeur à l’Ecole de design de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Diplômé en architecture de l’Université de Montréal, il a soutenu en 1997 une thèse e doctorat intitulée « L’appareil de L’architecture moderne: New Materials and Architectural Modernity in France (1889- 1934) ». au Massachusetts Institute of Technology de Boston. Après avoir travaillé au Centre d’archives d’architecture du XXe siècle de l’Institut français d’architecture (IFA) à Paris (1991-1995), il a participé à la création du centre de recherche du Centre Canadien d’Architecture de Montréal. Ses travaux portent sur l’historiographie de l’architecture moderne, sur la culture architecturale en Amérique du Nord et sur la tectonique et les cultures constructives. Ses publications incluent Anxious Modernisms: Experimentation in Postwar Architectural Culture (coédité avec Sarah Williams Goldhagen, The MIT Press, 2000) ainsi que de nombreuses contributions dans des revues spécialisées, des ouvrages collectifs et des catalogues d’expositions.

 

séminaire 2015-2016

Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe -XXIe siècles) Pr Gilles Ragot, Émilie d’Orgeix (UBM), Pr Gilles-Antoine Langlois, Gauthier Bolle (ENSAPBx)

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier et Varia

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier et Varia, études rassemblées par Pascal-François Bertrand, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset, n° 9, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2015.

L’histoire de la tapisserie s’est concentrée d’une part sur les grands ensembles tissés et leurs propriétaires successifs et d’autre part les lieux de production, ce qui a entrainé la création de modèles historiques impliquant une hiérarchie, une idée d’expansion, de rayonnement d’un art national, tels que la primauté des ateliers bruxellois au XVIe siècle et l’excellence de la manufacture des Gobelins au XVIIIe. Les études relatives au métier de tapissier, à la production et à l’organisation du commerce ont été délaissées, hormis au début de la IIIe République, dans un contexte favorable aux métiers et aux ouvriers (construction d’un siège des juridictions commerciales et ouvrières, création d’écoles municipales d’apprentissage et initiatives privées, construction de bourses du travail et projet d’institutions de prévoyance). L’exposition universelle de 1878 a révélé la vitalité des métiers. Le mot tapissier désigne plusieurs activités et corps de métiers : un tapissier est tantôt un ouvrier qui garnit des sièges et qui tend des tentures de toutes sortes dans les demeures, tantôt un marchand impliqué dans le négoce de tapisseries, de tapis, de textiles et de divers meubles, tantôt encore un fabricant de tapisseries et d’autres tissus d’ameublement. Ceci entraine des ambiguïtés, des confusions qu’il convient de clarifier en revenant sur la définition de ces métiers, sur leur organisation et leur production, en abordant des questions de lexicographie, de hiérarchie, d’estimation de leur importance en nombre d’ouvriers, en volume et en qualité de production.

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier

Introduction par Pascal-François Bertrand, professeur, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Remarques sur les métiers de tapissiers à Paris à la Renaissance – Audrey Nassieu Maupas, maître de conférences à l’École pratique des Hautes Études, Saprat (EA 4116)

Les enjeux pour le tapissier du XXe siècle : l’exemple de la manufacture Pinton à Aubusson – Nathalie Fontes, docteure en histoire de l’art, université Toulouse 2 le Mirail,

Les tapissiers de Bordeaux sous l’Ancien Régime (1620-1791). L’ouverture du système corporatif – Xavier Bonnet, étudiant de troisième cycle à l’École du Louvre

Brodeurs et broderies dans la France d’Ancien Régime – Danièle Véron Denise, Conservateur honoraire du Patrimoine

Varia

La fenêtre agenouillée : Michel-Ange, Vasari et Antonio da Sangallo le Jeune. Une attribution erronée et oubliée dans l’histoire de l’art ? – Édouard Degans, doctorant en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Le programme architectural d’Isaac Robelin à Rennes (1721-1724) – Samuel Bothamy, doctorant en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Un projet inédit de Jean-Baptiste Dufart (1752-1820) à Bordeaux : la décoration de la loge maçonnique du Triangle – Laurence Chevallier, docteure en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Les limites de l’interprétation chez Dora et Erwin Panofsky : l’exemple de l’Eva prima Pandora de Jean Cousin le Père – Agnès Faure, docteure en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

La perception de l’art musulman par les théoriciens de l’Art nouveau en France. Une appréciation au service des théories artistiques contemporaines – Anna Jolivet, docteure en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Réévaluation de l’Art Déco à Mumbai et remise en cause du concept de Périphérie culturelle – Élodie Lacroix Di Méo, docteure en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Retour à l’ordre et crise de l’art contemporain : analyse de la réception de l’œuvre de Martial Raysse et Gérard Garouste dans les années 80 et 90 – Sébastien Harosteguy, docteur en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne (EA 538)

 

Le Tour de ville à l’époque Moderne – par Emilie d’Orgeix – vendredi 3 avril – Université Libre de Bruxelles

Orgeix-Bruxelles

 

Université Libre de Bruxelles, 3 avril 2015

LE TOUR DE VILLE A L’EPOQUE MODERNE : ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DISCIPLINAIRES

Emilie d’Orgeix, université Bordeaux-Montaigne

 Se fondant sur le vaste corpus de villes françaises que rassemble leur statut de places fortes, ces « villes plus que villes » selon Lazare Carnot, cette présentation abordera la question du tour de ville aux XVIIe et XVIIIe siècles, grand absent de l’historiographie urbaine de la période moderne. A l’articulation de l’histoire urbaine et architecturale, de l’histoire des techniques et de la construction et de l’anthropologie de l’espace urbain et périurbain, elle vise à approfondir quelques uns des outils méthodologiques que l’historien de l’architecture peut convoquer pour construire une réflexion sur la production, les usages et la symbolique des espaces établis en périphérie des villes dans la culture urbaine et architecturale des XVIIe et XVIIIesiècles.