Archives par mot-clé : Architecture

Camille Moulinier, lauréate du prix Robert Coustet 2023

Le Corbusier, « Pessac », L’Architecture vivante, automne-hiver 1927, p. 29-32

Actuellement doctorante au Centre de recherche en histoire de l’art F.-G. Pariset (UR 538), Camille Moulinier a obtenu le prix Robert Coustet 2023 pour son mémoire de maîtrise : La réception des Quartiers Modernes Frugès (1926-2016). Entre idéal social et artistique, la construction d’un discours critique et l’interprétation d’une expérience architecturale au cours des XXe et XXIe siècles. Ce mémoire, dirigé par Gilles Ragot, a été soutenu en 2018.

En 1982, Robert Coustet signait dans les pages de Sites et monuments un vibrant plaidoyer intitulé « Peut-on sauver la cité Frugès ? » L’historien de l’art alertait alors sur l’état de dégradation de cet ensemble majeur, tant dans l’œuvre de Le Corbusier que dans l’histoire de l’architecture du XXe siècle. Un an après la mort de son architecte, en 1965, le maire de Pessac, Jean-Claude Dalbos, avait entrepris des démarches pour faire classer la cité aux Monuments historiques. Cette initiative, longtemps infructueuse, n’avait débouché, en 1980, que sur le classement d’une maison. Robert Coustet recommandait dans son article l’acquisition d’une maison témoin par la mairie, ce qui fut fait en 1983, et on lança à cette époque une première étude afin de mettre en place une politique de restauration et de sauvegarde de l’ensemble des 51 maisons, construites dans les années 1920 par Le Corbusier et son cousin, Pierre Jeanneret, à la demande de l’industriel bordelais Henry Frugès. Cet ensemble proposait des solutions innovantes pour résoudre les problèmes du logement social.

La cité Frugès a suscitée de nombreuses critiques à l’époque de sa création. Elle a fait l’objet de multiples transformations de la part de ses habitants avant qu’un processus de revalorisation et de patrimonialisation ne se mette en place et débouche sur un classement au patrimoine mondial de l’Unesco en 2016, sur la liste de l’œuvre architecturale de Le Corbusier. Gilles Ragot fut l’un des principaux artisans de cette entreprise.

En portant son attention sur la réception de la cité Frugès à l’échelle locale, nationale et internationale, le tout sur près d’un siècle, Camille Moulinier a signé un travail aussi scrupuleusement documenté que novateur. Elle a su confronter l’opinion des spécialistes – architectes, critiques et historiens – à celle des habitants.

Son étude montre que la cité Frugès, au-delà des critiques reçues, est passée relativement inaperçue à Bordeaux et dans sa région, que sa modernité, souvent incomprise, fut perçue par le grand public comme non familière, étrange, voire étrangère puisqu’elle semblait faire écho à l’architecture méditerranéenne ou orientale. Parallèlement, Camille Moulinier étudie pour la première fois en détail le large écho qu’elle a suscité dans le milieu architectural, en France et à l’étranger, tout au long du XXe siècle, dans l’entre-deux-guerres mais également bien plus tard, dans les années 1970, lorsque l’architecture moderne et ses principes sont contestés. La cité se retrouve alors au cœur du débat architectural international, notamment dans les propos d’un architecte américain, Charles Jencks, qui la prend en exemple pour affirmer la mort de l’architecture moderne en 1977.

Les enjeux de ce mémoire dépassent donc de loin l’histoire locale : Camille Moulinier a signé par cette entrée un travail éclairant sur les conditions d’émergence et d’affirmation de l’architecture moderne, de son renouvellement, des débats auxquels elle a donné lieu, puis de sa patrimonialisation.

La remise du prix s’est déroulée le 21 mai, dans les salons de la mairie de Bordeaux. Les prix ont été remis par Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, et de Maxime Lebreton, président fondateur de Mécénart, président du jury du Prix Coustet.

Les archives iconographiques et audiovisuelles de la Reconstruction en France, de 1940 aux années 1960

Fruit d’un partenariat entre les Archives nationales et les Écoles nationales supérieures d’architecture, la journée d’étude sur « les archives iconographiques et audiovisuelles de la Reconstruction, de 1940 aux années 1960 », qui s’est tenue en 2021, s’inscrit dans un programme de recherche initié par le Bureau de la recherche architecturale urbaine et paysagère [BRAUP] du ministère de la Culture, intitulé « Architecture du XXe siècle, matière à projet pour la ville durable du XXIe siècle » (2016-2020).

Intitulée « Intervenir dans les logements reconstruits : de la méthodologie de recherche aux stratégies d’action », la recherche dirigée dans ce cadre par Christel Palant proposait, dans l’esprit de l’appel à projet, une articulation forte entre recherche, enseignement et stratégies d’intervention, sur un patrimoine souvent qualifié d’« ordinaire », mais qui constitue aujourd’hui une grande part de notre cadre de vie, urbain et bâti.

Ce premier état des lieux sur les sources iconographiques et audiovisuelles de la Seconde Reconstruction, disponibles dans les fonds d’archives publiques, doit permettre de donner aux chercheurs et aux professionnels œuvrant dans les territoires et les collectivités locales, une meilleure visibilité de la richesse des fonds disponibles et des possibilités qu’elles offrent, et ainsi concilier connaissance scientifique et intervention sur l’existant.

La publication, en ligne, est consultable ici :

https://books.openedition.org/pan/2911

Les expositions d’architecture en France : des premières initiatives à une institutionnalisation (1914-1977)

Léa Tichit soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire de l’art contemporain, intitulée Les expositions d’architecture en France : des premières initiatives à une institutionnalisation (1914-1977)le 23 octobre 2023 à 14h00 dans la salle des thèses de la Maison de la Recherche (université de Bordeaux Montaigne, esplanade des Antilles, Pessac). La soutenance est publique.
 
Cette thèse a été menée sous la codirection de Gilles Ragot, professeur en histoire de l’art contemporain à l’université Bordeaux Montaigne (CRHA F.-G. Pariset UR 538), et Nicolas Meynen, maître de conférences à l’université Toulouse Jean Jaurès. 
 
Le jury est composé des directeurs de thèse, de Jean-Philippe Garric, professeur à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Richard Klein, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, Barry Bergdoll, professeur à la Columbia University de New York, Hélène Jannière, professeur à l’université Rennes 2 et Elke Mittmann, maître de conférences HDR à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg. 
 
Résumé
 
Au cours du XXe siècle en France, les expositions temporaires d’architecture ne cessent de progresser dans le débat : prises en main dès le début du siècle par de jeunes architectes modernes soucieux de faire connaître leurs idées et de promouvoir leurs projets, leur nombre augmente de manière significative à partir du milieu des années 1960, jusqu’à l’institutionnalisation de la pratique à la fin des années 1970, via la création de structures dédiées à la valorisation de l’architecture.
 
Vue de l’exposition “Architecture et urbanisme” (Besançon, Abbatiale Saint Paul, 1967). Arch. du musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon
Cette thèse propose de mettre en exergue les différentes étapes qui jalonnent cette histoire des expositions et de révéler le développement de cette pratique, à partir d’une analyse des expositions temporaires organisées sur le territoire français, de 1914 à 1977, année marquée par la promulgation de la loi sur l’architecture qui reconnait cette discipline comme expression de la culture et par l’inauguration du Centre Georges Pompidou dont un des départements, le Centre de Création Industrielle, porte des préoccupations architecturales en son sein. À partir de l’important travail de recensement des événements opéré en amont et de la récolte des sources associées que sont les catalogues et les articles de presse spécialisée, l’intention est de répondre à une série de questions élémentaires mais néanmoins cruciales : pourquoi, par qui et pour qui, comment et dans quel cadre les expositions d’architecture se sont-elles développées au siècle dernier ? En outre, il s’agit de questionner ces événements au regard d’une histoire institutionnelle : ces expositions ont-elles été motrices du processus d’institutionnalisation qu’a connu l’architecture au tournant des années 1980 ?
 
 

Villes et universités. Quels patrimoines pour quel avenir partagé ?

Bordeaux Métropole s’est engagée, depuis 2010, vers une régénération urbaine profonde de son campus à travers sa contribution à l’Opération campus Bordeaux et l’Opération d’intérêt métropolitain BIC pour “Bordeaux Inno Campus”. L’Opération campus intervient sur le patrimoine immobilier des universités et poursuit l’ambition d’une insertion urbaine durable des campus via une perméabilité avec la ville et une diversification des fonctions et des usages qui y sont proposées.

Bordeaux Inno Campus, en collaboration avec la Maison des sciences de l’homme de l’université Bordeaux Montaigne et la Direction générale de l’aménagement de Bordeaux Métropole organisent, les 19 et 20 octobre 2023, des journées d’étude consacrées aux relations entre les villes et l’université dans une optique patrimoniale large et diachronique.

Pour télécharger le programme : Villes et universités 2023

Que connaissons-nous d’une ville ? Notre culture architecturale à travers les ouvrages sur Bordeaux

Annonce de conférence. Cette conférence d’Alicia Pertoldi, doctorante du CRHA F.-G. Pariset, se tiendra le lundi 20 mars 2023 de 19h à 20h, à la bibliothèque Mériadeck. Elle sera précédée, à partir de 18h30, par une présentation des documents de la bibliothèque en lien avec le sujet.

De Paris à Bordeaux, collection Guides-Joanne, Paris, Hachette, 1859

Cette conférence, organisée dans le cadre des cafés du patrimoine, se propose d’analyser le processus de formation et de transmission d’une culture architecturale en prenant appui sur le cas de Bordeaux.  Il sera question de définir ce qui caractérise cette culture et de voir son évolution au fil des siècles, en prenant comme support privilégié les guides de voyages publiés par les éditions Hachette, du  XIXe au XXIe siècle.

Lecture historique et architecturale des édifices religieux d’Alger de la période coloniale

Alger, basilique Notre-Dame-d’Afrique

Madame Naouel Nessark soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire de l’art contemporain, Lecture historique et architecturale des édifices religieux d’Alger de la période coloniale, le 6 mars 2023, à la salle de conférences de l’université de Biskra. Cette thèse en co-tutelle (université Bordeaux Montaigne et université Mohamed Khider, Biskra) a été menée sous la direction de Dominique Jarrassé, professeur émérite d’histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne), et la codirection de Mohammed Dahli, maître de conférences à l’université Mouloud Mammeri (Tizi Ouzou).

Le jury est composé de Dominique Jarrassé, Mohammed Dahli, Abdella Ferhi, professeur en architecture (université Mohamed Khider, Biskra), Nabila Oulebsir, maître de conférences HDR en histoire de l’art contemporain (université de Poitiers), Simon Texier, professeur d’histoire de l’art contemporain (université de Picardie Jules-Verne, Amiens), Noureddine Zemmouri, professeur en architecture (université Mohamed Khider, Biskra).

Cette thèse porte sur les édifices religieux de la période coloniale à Alger, legs peu exploré en dépit de son indéniable intérêt scientifique. Elle s’interroge sur les modes de transfert des savoirs et des modèles entre la métropole et la colonie, ainsi que sur le rôle joué par ces édifices dans la diffusion et l’émergence de certaines tendances et courants architecturaux de l’époque. Dégager les étapes clés de leur évolution formelle et stylistique permettra indubitablement de les replacer dans la chronologie de l’histoire de l’architecture coloniale à Alger. Le travail propose  une lecture analytique sans a priori relatif à leur histoire. Outre leur intérêt pour l’histoire de l’architecture religieuse, ces édifices reflètent également tous les changements sociaux qu’a traversé l’Algérie indépendante.  Cette thèse entend enfin contribuer à une meilleure conservation et une reconnaissance patrimoniale de cet héritage.

 

Fiction coloniale et esthétique du divers. Le bas-relief d’Alfred Janniot au palais de la porte Dorée

Dominique Jarrassé, Fiction coloniale et esthétique du divers. Le bas-relief d’Alfred Janniot au palais de la porte Dorée, Le Kremlin-Bicêtre, Éditions Esthétiques du divers, 2022, 226 p.

Chef-d’œuvre de la sculpture des années 1930, le bas-relief qui couvre la façade de l’ancien musée des Colonies, aujourd’hui, palais de la porte Dorée, est réalisé par Alfred Janniot pour l’Exposition coloniale de 1931. Sommet de l’art colonial, il demeure méconnu.

Dans un contexte d’appel au déboulonnage des statues liées à la colonisation, cet essai propose, posément et avec rigueur, une lecture approfondie et contextualisée de ce lieu majeur de notre mémoire coloniale où s’entremêlent fictions, idéologies, exaltation de la beauté et de la diversité…

Une postface dénonce, moins posément, le « boniment des placiers en produits [dé]coloniaux » et des nouveaux censeurs qui restaurent dénis et tabous.

SOMMAIRE

Avant-propos

Introduction

1. Aux marches du palais

  • Un non-lieu de mémoire ?
  • Des lectures dérivées
  • 1931, tournant anthropologique ?
  • Un chef-d’œuvre de l’Art Déco ?

2. Le chef-d’œuvre de l’art colonial n’est pas l’œuvre d’un “artiste colonial”

  • Pied de nez à la corporation
  • Le projet de Laprade et le rôle assigné à la sculpture
  • Le choix d’ “un” sculpteur
  • L’Unique et sa propriété

3. Mise en abyme de l’empire et de l’exposition

Angle Sénégal/Madagascar
  • Le programme iconographique du palais
  • Un atlas colonial
  • Mise en abyme et synthèse

4. Composition d’une fiction coloniale

  • “Le bas-relief est une œuvre de fiction”
  • Une “colonialité fictive”
  • Plastique et propagande

5. Tentative d’épuisement d’un bas-relief

  • Bas-relief ouest : Amérique-Océan Indien
  • Bas-relief sud-ouest : Afrique
  • Bas-relief est : Annam-Tonkin-Océanie
  • Bas-relief sud-est : Indochine
  • Portail central : la métropole

6. Modèles plastiques et sources documentaires

  • Un modèle “oriental hindou-khmer”?
  • Dictat réaliste et poids des sources
  • Une démarche naturaliste ?

7. Une poétisation du monde colonial par ellipse

  • Absence de troupes et de missionnaires
  • Les races
  • Les Travaux et les Jours
    La culture de l’hévéa (Indochine)

8. Une esthétique du divers

  • Exotique versus colonial
  • Un refus de l’histoire ?
  • Esthétique et domination
  • La nostalgie du Divers ?

9. Réceptions : puissance de l’image

  • Chronique d’un succès annoncé
  • Autorité des photos de Gilbert
  • Les méandres de la réception contemporaine

Postface : “Magnifique boniment de placiers en produits []coloniaux”

Brève chronologie. Quelques chiffres

Sources et bibliographie

 

 

Pierre Fabre & Roger Taillibert. L’industriel et l’architecte : histoire d’une longue collaboration

Léa Tichit, Pierre Fabre & Roger Taillibert. L’industriel et l’architecte : histoire d’une longue collaboration, Toulouse, Presses universitaires du Midi, coll. Tempus Artis, disponible à partir du 13 septembre 2022, 66 p., 76 fig.

Doctorante du CRHA-F-G. Pariset (UR 538), Léa Tichit publie dans la collection dirigée par Quitterie Cazes, un ouvrage issu de ses premières recherches touchant l’architecture du xxe siècle. À travers cet ouvrage, elle souhaite rendre hommage à une collaboration exceptionnelle entre deux hommes profondément investis dans leurs milieux respectifs, à l’origine d’une architecture qui reflète les préoccupations et les valeurs de son commanditaire.

Roger Taillibert, centre de recherche Pierre Fabre, Castres, 1965. Photographie. © Groupe Pierre Fabre

La collaboration entre l’architecte Roger Taillibert (1926-2019) et l’industriel Pierre Fabre (1926-2013), qui s’étend sur plus d’un demi-siècle (1963-2016), a marqué le monde architectural et industriel. Cet ouvrage met au jour un pan méconnu de la carrière de Roger Taillibert : reconnu pour ses réalisations de complexes sportifs tels que le Parc des Princes de Paris ou le complexe olympique de Montréal, il livre également des édifices industriels à la demande de l’entreprise pharmaceutique Pierre Fabre. C’est de là qu’une réelle entente professionnelle et amicale va unir les deux hommes pour donner naissance à une écriture architecturale spécifique qui place la nature et l’humain au cœur des projets.

Roger Taillibert, hôtel Pierre Fabre, Avène, 2016. Photographie. © Groupe Pierre Fabre

 

SOMMAIRE

Avant-propos – Nicolas Meynen

Introduction – Deux hommes, une amitié, un parcours conjugué

  • Récit d’une rencontre
  • Le sport pour passion commune
  • Un rapport de confiance

Une écriture soumise aux contraintes de l’industrie

  • Des lieux fonctionnels
  • Des organisations spatiales ouverte
  • Des constructions de verre et de métal

La nature au cœur du propos

  • Des ouvertures sur l’extérieur
  • Des cadres paysagers construits
  • Des formes courbes à organiques

Conclusion – Une architecture au service d’une entreprise et de ses usagers

  • Prendre soin de l’Homme
  • Vers une architecture iconique

Appendice – Suite de l’aventure castraise au côté de Jacques Limouzy

 

Autour de Bélanger : rencontre avec Pierre-Antoine Gatier

Claude-Louis Châtelet, Vue du grand rocher de la folie Sainte-James à Neuilly, vers 1780-1790. Huile sur toile, 96 x 128 cm. Coll. part.

 

À l’occasion de la parution de la monographie François-Joseph Bélanger, artiste architecte (1744-1818), les directrices de l’ouvrage, Alexia Lebeurre et Claire Ollagnier, vous convient à une rencontre autour de son œuvre.

Pierre-Antoine Gatier, architecte en chef et inspecteur général des monuments historiques, présentera les défis posés par la restauration de deux œuvres emblématiques de Bélanger : le grand rocher de la folie Sainte-James et la coupole en fonte de fer de la Bourse de commerce. 

La présentation aura lieu à 18h le jeudi 21 octobre à l’INHA, 2 rue Vivienne, Paris, 2e – Galerie Colbert, salle Walter Benjamin (rez-de-chaussée).

François-Joseph Bélanger, artiste architecte (1744-1818)

François-Joseph Bélanger, artiste architecte (1744-1818), sous la dir. d’Alexia Lebeurre et Claire Ollagnier, Paris, Éditions Picard, 2021. 256 p., 217 ill.

Construire Bagatelle en trois mois : ce pari fou – et réussi – entre la reine Marie-Antoinette et son beau-frère le comte d’Artois a marqué la carrière de François-Joseph Bélanger. Avec ce coup d’éclat se dessine le portrait d’un architecte à la mode qui, aux côtés de Ledoux, Chalgrin, De Wailly et Brongniart, fut parmi les architectes les plus talentueux de son temps.

Il excella tout particulièrement dans la conception de l’habitat et des jardins, livrant alors quelques-unes des demeures les plus remarquées de l’Ancien Régime. Mais Bélanger ne fut pas seulement le chef d’orchestre des plaisirs d’un monde finissant : au cours de sa carrière, il traita aussi les programmes les plus divers tels que lotissements, halles, abattoirs, bains publics ou encore salles de spectacle ; il sut répondre également aux nouveaux défis de l’architecture en expérimentant de façon audacieuse des matériaux tels que le fer et la fonte à la Halle au blé.

L’architecte – qui n’a jamais fait le voyage à Rome mais qui s’est rendu à trois reprises en Angleterre – fit preuve d’une grande curiosité. Des embellissements urbains à la tabatière en passant par la petite maison ou la voiture hippomobile, la carrière de Bélanger offre une matière riche qui interroge les frontières de sa discipline. 

SOMMAIRE

Préface. Monographie d’un polyarchitecte – Jean-Philippe Garric

Introduction

Les femmes de Bélanger – Olivier Blanc

Carrière, honoraires et fortune – Dominique Massounie

La collaboration avec Jallier de Savault (1772-1775) – Yvon Plouzennec

Les dîners de la « société académique » : une chimère aux premières heures de l’Empire – Yvon Plouzennec

Au service des princes

Bélanger décorateur des Menus Plaisirs : une expérience fondatrice – Sandra Bazin-Henry

Meubles et pièces d’orfèvrerie pour la corbeille de mariage de Marie-Antoinette– Vincent Bastien

Le « grand carrosse du corps du roy » pour le sacre de Louis XVI – Alexia Lebeurre

François-Joseph Bélanger, Projet de décoration pour le sacre de Louis XVIII à Reims, élévation d’une structure avec le trône, 1814. Graphite, plume et encre, aquarelle, 74,9 x 55,9 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art

Premier architecte d’un prince du sang : au service du comte d’Artois – Anaïs Bornet

Saint-Germain-en-Laye et Maisons : les grands projets pour le comte d’Artois – Étienne Faisant

Bagatelle : le pari fou d’un libertin – Alexia Lebeurre et Claire Ollagnier

Le lotissement du fief d’Artois – Francesco Guidoboni

Les écuries du comte d’Artois au faubourg du Roule – Christophe Morin

Les écuries d’Artois et la maison de l’architecte à Fontainebleau – Vincent Droguet

L’obélisque du Pont-Neuf – Yvon Plouzennec

1814, le « retour à l’ordre » ou les fastes de la Restauration – Adrian Almoguera

Projet pour le sacre de Louis XVIII à Reims, 1814 – Jean-Philippe Garric

Un architecte à la mode

Sentimental et spéculateur : Bélanger et l’habitat – Claire Ollagnier

La folie Sainte-James à Neuilly – Marie-Geneviège Lagardère

Les maisons parisiennes, architecture remarquable et remarquée (1789-1809) – Charlotte Duvette

Les lotissements de petite envergure : projets et réalisations – Charlotte Duvette

Armand-Parfait Prieur d’après François-Joseph Bélanger, Salle de bains et boudoir de la maison de Mlle Dervieux, vers 1792-1793. Eau-forte et aquarelle, 49,9 x 32,2 cm. Paris, musée Carnavalet.

La décoration intérieure ou les charmes de la variété – Alexia Lebeurre

Une architecture osée : le goût arabesque chez Mlle Dervieux – Iris Moon

La cheminée réinventée – Emmanuel Sarméo

Raffinements mobiliers : la griffe de l’architecte – Alexia Lebeurre

Le goût des matériaux luxueux : les pierres dures et les marbres – Sophie Mouquin

Le goût des matériaux luxueux : l’acajou – Jean-François Belhoste

Jardins et architecture pittoresque

Bélanger, « jardineur » de la modernité – Monique Mosser

Le jardin du prince de Ligne à Belœil – Nathalie de Harlez de Deulin

Les voyages en Angleterre : sensations sublimes et pittoresques – Sigrid de Jong

Le parc de la Folie Sainte-James – Pierre-Antoine Gatier

Ce que le jardin de Méréville nous dit de Bélanger – Nicole Gouiric

Un hymne à la liberté pour Beaumarchais – Maryline Assante

François-Joseph Bélanger, Projet pour l’entrée du jardin Beaumarchais sur le boulevard Saint-Antoine, vers 1789. Plume, lavis et aquarelle, 20,2 x 33 cm. Paris, BNF.

Une amitié des Lumières : l’architecte et le « botaniste-filosophe » – Nicole Gouiric et Monique Mosser

Chez Monsieur et Madame Bélanger à Santeny – Nadine Villalobos

L’utile et l’agréable au jardin de Monsieur Le Picard – Nadine Villalobos

Équiper la ville

Les projets d’Opéra pour la réunion du Louvre et des Tuileries (1781-1809) – Daniel Rabreau

Le projet de place Louis XVI au Louvre – Alexandre Gady

Bélanger et la scène – Marc-Henri Jordan

François-Joseph Bélanger, Projet du Grand théâtre des Arts ou Temple d’Apollon au Carrousel, vue perspective, 1789. Eau-forte et aquatinte, 28,5 x 49 cm. Paris, BNF

Entretien et sécurité à la Bibliothèque nationale – Pauline Chougnet

Les bains Vigier : rebâtir une carrière au service de l’utilité publique sous le Directoire – Ronan Bouttier

Un sanctuaire pour le dieu Apis : les projets d’abattoirs (1805-1811) – Pauline Chougnet et Pierre Coffy

Approvisionner la ville sous l’Empire : la halle aux vins – Pierre Coffy

L’inlassable essayeur de matériaux – Jean-François Belhoste

La coupole en fonte et fer forgé de la Halle au blé (1809-1813) – Matteo Porrino

Une absence : la commande religieuse – Emmanuelle Bordure