Archives par mot-clé : Architecture

Au pied du mur. Bâtir le vide autour des villes (XVIe-XVIIIe siècleS)

Émilie d’Orgeix, directrice d’études à l’École pratique des Hautes Études (Histara, EA 7347), membre du Centre F.-G. Pariset jusqu’en 2018, vient de publier cet ouvrage chez Mardaga, avec une préface d’Antoine Picon (École nationale des ponts et chaussées, Harvard University).

Dans la ville corsetée d’Ancien Régime où “les bourgeois sont, pour ainsi dire, les uns sur les autres” selon Vauban, les terrains situés au-delà de l’enceinte attisent toutes les convoitises. Si l’administration militaire impose officiellement l’établissement d’une zone non aedificandi où toute construction est interdite – vaste anneau périphérique qui ne cesse de s’élargir au cours des XVIIe et XVIIIe siècles -, l’ensemble des archives dévoile une réalité de terrain bien différente. Au pied des remparts, agents du roi, administrateurs municipaux, gestionnaires militaires et habitants se livrent une guerre sans merci pour s’approprier des espaces où tous se considèrent comme légitimes. La zone, souvent interlope, toujours bruyamment revendiquée par la population, bruisse d’infractions et de “petits arrangements” entre voisins de tout rang et de tout bord. Loin du portrait policé qu’offre la cartographie officielle, il n’y est question que de potagers clandestins établis dans les fortifications, de lavoirs, d’étendoirs, de mares à canards et même de futaies à haut vent plantées sur les glacis qui entravent les tirs depuis les bastions.

Gendarmer les populations n’est pourtant pas le seul défi auquel doit répondre l’administration militaire. Sur “les dehors” des villes, les ingénieurs du roi se retrouvent confrontés à des travaux titanesques impliquant la gestion simultanée d’un grand nombre de corps bâtisseurs et ouvriers, le transport de centaines de milliers de mètres cubes de terre, la construction d’imposants ouvrages militaires et l’établissement de terrains pouvant être rapidement inondés en cas d’attaque. Au fil des décennies, la lente expertise qu’ils acquièrent en fait le principal outil d’un système de modélisation du territoire qui transforme durablement la physionomie des villes.

Cet ouvrage traite ainsi de la construction des marges de la ville à l’époque moderne, tout en allant bien au-delà. Il illustre combien la périphérie urbaine, dont la naissance est encore souvent associée aux mutations de l’ère industrielle, a en réalité constitué l’un des principaux laboratoires de la fabrique urbaine d’Ancien Régime, reconstruisant par là même la généalogie brisée entre villes modernes et contemporaines.

François Joseph Bélanger (1744-1818). Architecture et société, de l’Ancien Régime à la Restauration

Ce colloque international est organisé par l’association GHAMU et le Centre F.-G. Pariset (EA 538 ; université Bordeaux Montaigne), avec le concours du Centre André Chastel (Sorbonne Université) et de l’HICSA (université – Panthéon-Sorbonne). Il se tiendra à Paris, du 6 au 8 décembre 2018 (voir programme joint infra).

Construire une maison de plaisance en trois mois : ce pari fou – et réussi –  entre la reine Marie-Antoinette et son beau-frère le comte d’Artois a marqué la carrière de François Joseph Bélanger. Avec ce coup d’éclat se dessine le portrait d’un architecte à la mode, chef d’orchestre des plaisirs de l’Ancien Régime, qui intéresse depuis longtemps les historiens. Dès 1930, Bélanger bénéficie d’une monographie grâce au travail documentaire minutieux de Jean Stern. Depuis les années 1970, les recherches se poursuivent avec des études plus spécifiques consacrées à son activité au service du prince (M. Constans, Ch. Baulez, J.-J. Gautier, Y. Delaborde, B. Baudez), à ses demeures privées (M. Gallet, P. Étienne, C. Faraggi, G. Joudiou, R. Perry), à son rôle de paysagiste (M. Mosser, K. Woodbridge, J. Barrier) et à ses bâtiments publics (M. Deming). Cette riche historiographie n’épuise pas pour autant le sujet. Parmi les perspectives fructueuses, il convient notamment d’approfondir le travail de l’architecte au quotidien, ses relations avec les dessinateurs et les artisans, ses réseaux et les mécanismes de la commande, ses stratégies de carrière, son éclectisme, sa maîtrise technique ou encore ses écrits sur ses confrères et le soin apporté à la diffusion de son œuvre. Le bicentenaire de la mort de l’architecte offre ainsi l’occasion de revenir sur cette carrière exceptionnelle et de la mettre en perspective à la lumière des travaux récents sur l’architecture dite « néoclassique » qui se poursuit jusqu’à l’Empire et la Restauration.

Thèmes proposés

L’appel à communications s’est organisé autour de quatre thèmes : 

1er thème — Au service des princes

Dessinateur (1767) puis inspecteur des Menus Plaisirs du roi (1775), Bélanger demeure seize ans dans la prestigieuse administration, principalement occupé à la création de décors pour les fêtes publiques et les spectacles de la cour. À partir de 1777, sa carrière prend un nouvel envol en devenant Premier architecte du comte d’Artois. Ce prince prodigue le sollicite pour toutes sortes de projets tels que des palais, une petite maison, un jeu de paume, des écuries, des embellissements intérieurs ou encore la création d’un nouveau quartier. Mais la Révolution sonne le glas des ambitions architecturales du prince et de son architecte. Ce dernier ne retrouvera les faveurs de la cour qu’en 1814 à la Restauration : revenu aux Menus Plaisirs, il termine sa carrière comme il l’avait commencée ! Entre-temps l’architecte a fait évoluer son art et l’on s’interrogera sur sa manière de servir le pouvoir, d’un frère à l’autre et d’un siècle à l’autre, entre agrément et décorum.

2e thème — Habitat et décor à la mode

L’architecture domestique constitue une part essentielle de l’activité de Bélanger avec une trentaine de chantiers parmi lesquels deux édifices devenus des symboles de l’art de vivre sous l’Ancien Régime : Bagatelle et la folie Sainte-James. Le colloque sera l’occasion de revenir sur ces chantiers exceptionnels mais aussi de mieux connaitre ses autres demeures notamment celles construites dans les années 1785-1800. Il conviendra également d’approfondir son rôle de décorateur d’intérieur, son intérêt pour le mobilier, les marbres et le papier peint. Enfin, on pourra examiner le répertoire de l’architecte qui, après le renouveau classique des années 1760, témoigne d’un impérieux besoin de variété en convoquant tour à tour l’Antiquité romaine, le dorique sans base de Paestum, la serlienne de Palladio, l’arc brisé gothique, le revêtement brique et pierre ou encore, dans les intérieurs, l’exotisme, les arabesques de Raphaël et d’Herculanum.

3e thème — Jardins et architecture pittoresque

Parmi les chantiers qui ont assuré la notoriété de Bélanger, les jardins occupent une place toute particulière. Il est en effet l’un des plus importants promoteurs du jardin anglo-chinois en France. Apprécié pour l’inventivité de ses fabriques, le luxe de leur conception, l’architecte s’adresse aux élites anglomanes alors que ses trois voyages outre-Manche (1774, 1778 et 1780) lui ont assuré une connaissance fine des jardins et un solide réseau amical chez les architectes anglais. Il conviendra d’étudier les jardins de Bélanger – Bagatelle (1777), la folie Sainte-James (1778), le parc de Méréville (1785-1786), le jardin de l’hôtel de Beaumarchais (1788) – dans ce rapport à l’Angleterre comme des créations affranchies de la tradition française du jardin régulier et nourries d’un imaginaire de fantaisie pour une clientèle en quête de nouveauté et d’exotisme

4e thème — Équiper la ville

Sous l’Empire, Bélanger consacre davantage de temps à l’architecture publique. En 1808, pour la Halle au blé, il innove avec la construction d’une gigantesque coupole en fer, recouverte de feuilles de cuivre. Mais à côté de ce célèbre exemple, d’autres bâtiments (réalisés ou non) tels les bains Vigier (1802), l’Opéra au Carrousel (1802), le réaménagement de Bruxelles (1804), la halle aux vins et les abattoirs de Rochechouart (1808) mériteraient d’être mis en lumière. Autant de projets variés témoignant d’une certaine vision de la ville moderne et qui conduisent à interroger les enjeux d’un renouveau – tant programmatique qu’esthétique – au début du XIXe siècle.

Comité scientifique

Janine Barrier (Université Panthéon-Sorbonne) ; Alexandre Gady (Sorbonne Université) ; Jean-Philippe Garric (Université Panthéon-Sorbonne) ; Alexia Lebeurre (Université Bordeaux Montaigne) ; Christophe Loir (Université libre de Bruxelles) ; Werner Oechslin (Polytechnique de Zürich) ; Claire Ollagnier (Université Panthéon-Sorbonne) ; Monique Mosser (CNRS, Centre André Chastel) ; Eduardo Piccoli (Politecnico de Turin) ; Daniel Rabreau (université Panthéon-Sorbonne) ; José Luis Sancho (Patrimonio Nacional de Madrid) ; Létizia Tedeschi (Archivio del Moderno, Mendrisio) ; Richard Wittman (University of California Santa Barbara)


Faire l’histoire de l’architecture : acteurs, méthodes, enjeux

Cette journée d’étude, organisée par Nina Mansion (Centre F.-G. Pariset EA 538) et Gauthier Bolle (UMR Passages), se tiendra le vendredi 9 novembre 2018 à l’amphithéâtre de la Maison des Sud à Pessac.

Elle constitue le séminaire inaugural d’un cycle de séminaires qui auront lieu dans plusieurs villes françaises. L’objectif de notre groupe de travail est d’interroger la manière dont la « discipline » s’est constituée plus spécifiquement en France au fil du second XXe siècle, selon quelles méthodes et dans quelles directions, en questionnant les liens et les réseaux des acteurs qui ont marqué son développement sur des territoires précis. La diversité de l’enseignement et de la recherche en histoire de l’architecture, que ce soit au sein des départements d’histoire de l’art à l’université, des écoles d’architecture et d’institutions patrimoniales, est à l’origine de nos questionnements.

Le séminaire inaugural permet donc d’éclairer l’exemple bordelais, en croisant les regards et expériences d’acteurs qui y ont fait l’histoire de l’architecture.

La matinée sera consacrée à des communications sur l’histoire nationale et locale de la discipline et l’après-midi sera dédiée à deux tables-rondes.



L’Armée dans la ville. Forces en présence, architectures et espaces urbains partagés (XVIe-XIXe siècle)

Affiche_coll_armee_ville_2018

Colloque international, Toulouse, hôtel d’Assézat, place d’Assézat, 18-19 octobre 2018, sous la direction de Nicolas Meynen (université Toulouse-Jean Jaurès) et Émilie d’Orgeix (Ephe)

Aborder la ville à travers la présence militaire, c’est épaissir une histoire urbaine qui a longtemps produit des études monographiques essentiellement centrées sur des archives civiles.
Le colloque “L’Armée dans la ville” entend ainsi faire une mise au point fine sur les interactions architecturales et urbaines entre sphères militaire et civile dans les villes. S’intéressant au large spectre de projets et réalisations organisant la vie des garnisons en temps de paix comme en temps de guerre (logements des gens de guerre, poudrières, magasins aux vivres, manufactures, hôpitaux, écoles militaires, hôtels de commandement), il visera aussi à approfondir les notions d’implantation et de répartition des espaces (discussions et controverses entre acteurs), la nature des contraintes, leur perméabilité, points de suture et conséquences (servitudes défensives) ainsi que la transmission des modèles. Il s’agira enfin de faire état d’expériences récentes menées en matière de restauration, de réhabilitation et de mise en valeur de propriétés militaires déclassées en ville.
Les échelles convoquées englobent tant la composition (et/ou la recomposition) des villes (incluant leurs marges) que celle de l’architecture (des ingénieurs militaires ayant pu concevoir des églises et des plans d’alignement et des architectes des casernes…).

Programme :

Prog_coll_armee_ville_2018

Contacts :

nmeynen@univ-tlse2.fr

emilie.dorgeix@ephe.sorbonne.fr

Renée Leulier, L’architecte André Portier (1702-1770) et l’art rocaille à Bordeaux

Mme Renée Leulier soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire de l’art le samedi 8 septembre 2018 à 9h00, dans la salle des thèses de la Maison de la Recherche. Cette thèse a été menée sous la direction de M. Christian Taillard, professeur émérite. La soutenance est publique.

Le jury sera composé de Mme Laurence Baudoux, maître de conférences HDR (université d’Artois), M. Laurent Coste, professeur des universités (université de Bordeaux Montaigne), M. Jean-Pierre Poussou, professeur émérite (université Paris 4 Paris-Sorbonne), Mme Hélène Rousteau-Chambon, professeur des universités (université de Nantes), de M. Christian Taillard, professeur émérite (université de Bordeaux Montaigne).

Résumé de la thèse

Les embellissements considérables, réalisés à Bordeaux durant le XVIIIe siècle, sont effectués, en grande partie, selon les vœux des intendants et les plans de leurs architectes.

Grâce à l’intendant Claude Boucher, Bordeaux se dote d’une place Royale, affichant ainsi une piété monarchique assez tardive par rapport aux autres villes de province. Le projet de l’architecte Héricé étant contesté par le Parlement, le contrôleur général Le Pelletier envoie l’architecte Jacques V Gabriel aplanir les différends. Non seulement il y parvient, mais en deux mois, durant l’été 1729, il met au point trois projets. L’un d’eux est retenu par la ville et, le 7 février 1730, le Conseil d’État prononce un arrêt en faveur de son exécution et nomme Jacques V directeur des travaux. Il emmène à Bordeaux deux hommes de confiance, François Bonfin, l’un des entrepreneurs des bâtiments du roi et André Portier (1702-1770), un jeune architecte de son bureau.

Quand Portier arrive à Bordeaux au cours de l’été 1730, il découvre une ville enserrée dans ses remparts où perdure encore le tracé de la fin du Moyen Âge. L’augmentation des faubourgs, surtout au nord et au nord-ouest, est le seul changement notable. Les rues et les habitations prolifèrent aux Chartrons où, extra muros au-delà du Château-Trompette, se forme une seconde ville. Le faubourg Saint-Seurin, à l’ouest, se densifie, tandis qu’au sud et au sud-ouest les faubourgs moins peuplés laissent une plus grande place aux vignes et aux jardins. Le tissu urbain de la ville ne change donc guère : aucun percement notable de rues n’a été effectué ; la rive n’est bordée que par l’amorce d’un quai ; les faubourgs sont mal reliés entre eux. La circulation est difficile autour de la ville qui garde un aspect très médiéval avec ses maisons de bois à colombages.

Formé chez Jacques V Gabriel, le jeune architecte a déjà travaillé sous ses ordres. En le faisant nommer inspecteur des travaux de la place Royale, son maître le charge de la conduite des travaux en tenant compte de ses avis. Portier dresse des procès-verbaux, procède aux toisés qui permettent d’estimer les ouvrages et assure leur réception : cette dernière opération est essentielle pour vérifier la qualité des ouvrages et payer les entrepreneurs.

Lorsque Gabriel père meurt en avril 1742, c’est son fils, Ange-Jacques Gabriel (1698-1782) qui poursuit son œuvre à Bordeaux mais le Premier architecte du roi s’en désintéresse de plus en plus. Contrairement à Jacques V, il se repose sur André Portier et lui délègue une partie des travaux. Sous l’autorité lointaine d’Ange-Jacques, il s’émancipe peu à peu. Le concours de l’inspecteur de la place Royale est plus important encore lors de l’achèvement de l’arrière place.

La réalisation de la place royale, avec la construction des hôtels des Fermes et de la Bourse et la mise en place de la statue équestre de Louis XV, est le point de départ de la transformation édilitaire de Bordeaux au XVIIIe siècle : le mur de ville remontant à l’époque médiévale est enfin ouvert du côté du fleuve.

À l’intendance de la Guyenne, Tourny a remplacé Boucher en septembre 1743. Face au manque d’intérêt de Gabriel fils pour ses ouvrages, le marquis de Tourny se tourne de plus en plus vers André Portier pour qui il a la plus grande estime et fait de lui son architecte. Sous sa direction et grâce à son appui, Portier modifie profondément l’architecture et l’urbanisme bordelais.

Fortement marqué par l’esprit de son maître, Portier reprend certaines des idées de Jacques V Gabriel comme les allées en avant du glacis du Château-Trompette ou la façade sur les quais le long de la Garonne : les allées de Tourny trouvent leur origine dans son troisième projet pour la place Royale, l’aménagement de la façade des quais a été commencé par « l’îlot Gabriel » établi au sud de l’hôtel des Fermes.

Durant quatorze ans, l’intendant fait rationaliser par l’architecte le pourtour de la ville, dans un souci d’embellissement urbain et de préoccupation hygiéniste. Le système défensif rendu obsolète par l’évolution des techniques militaires cède la place à de larges cours plantés d’ormeaux le long desquels des bâtiments, aux élévations ordonnancées, occultent les remparts contre lesquels ils s’appuient. Ces longues voies rectilignes relient de nouvelles entrées de ville qui s’ouvrent sur la campagne et le fleuve : les portes de Tourny (1744-1750), Dijeaux (1744-1750), Dauphine (1746-1751), de Bourgogne (1750-1755) et d’Aquitaine (1754-1757) s’inscrivent dans un alignement de constructions homogènes, à l’articulation de deux places. Un simple dégagement, ménagé du côté de l’agglomération, conduit à des rues rectilignes qui pénètrent le bâti, tandis qu’une place à programme – de plus amples dimensions – s’étend du côté des faubourgs. Partout les remparts s’effacent mais la barrière d’octroi demeure.

Le long du Château-Trompette, les allées de Tourny et la rue des fossés du Chapeau-Rouge sont dévolues à la promenade ; elles s’ouvrent sur la campagne et le port par des portes à claire-voie. En homme des Lumières, amateur de jardins, Tourny accorde toute son attention à la création du Jardin public. Portier conçoit la terrasse au sud qui compense la forte dénivellation du terrain tout en permettant de contempler les parterres. Le jardin est aussi mis en valeur par le cadre architectural : sur la terrasse se dressent des portiques et, à chacune de ses extrémités, un logis pour les gardes. Au nord du jardin est installée l’école d’équitation : Portier donne les plans du manège qui sont légèrement modifiés par Ange-Jacques Gabriel. Le Jardin public est l’une des pièces maîtresses du grand programme urbain de l’intendant et de son architecte car il permet de relier les faubourgs Saint-Seurin et des Chartrons mais également ces faubourgs à la ville.

La façade des quais est un ensemble décoratif joignant la grandeur à l’élégance, qui correspond à l’alignement des maisons « uniformément bâties » s’étirant de la place de la Bourse au n°4 du quai de la Monnaie, puis avec une élévation différente, jusqu’à la porte de la Monnaie. Si la façade n’est qu’un des embellissements de la ville, elle demeure cependant le principal d’entre eux comme l’affirme le marquis de Tourny à l’intendant des Finances, M. de Courteille : « de l’exécution entière dudit projet, il résultera qu’il y aura de fait, le long du port, quelque chose de très beau, et peut-être unique en France ».

À la demande de l’intendant, André Portier conçoit notamment les plans de la Halle aux poids, de l’hôtel de l’Intendance, de l’Hôtel de ville et du Collège de Guyenne, de l’hôpital des Enfants-Trouvés, de l’hôtel de la Monnaie, mais aussi de l’église Saint-Louis des Chartrons… Seule une partie de ces œuvres est réalisée.

Tourny remarque et encourage le réel talent d’urbaniste de Portier en favorisant ses desseins. Grâce à ce dernier, Bordeaux se trouve doté d’une périphérie qui élargit notablement l’espace urbain : l’architecte trace le nouveau périmètre de la cité, la ville et sa banlieue sont englobées dans le même système de voirie.

Très vite, André Portier est sollicité par une clientèle privée : se procurer les services de l’inspecteur de la place Royale est, pour les plus fortunés, la seule solution envisageable afin de bénéficier du confort de nouveaux appartements et de montrer ainsi leur rôle social et leur fortune. Il donne les plans de plusieurs hôtels particuliers entre 1739 et 1744 : les hôtels Lecomte de Latresne, Leberthon, de Ruat, de Saint-Savin.

Tourny, nommé conseiller d’État en 1755, revient à Paris en 1757 après avoir initié son fils, Claude-Louis, aux fonctions qu’il devait remplir mais le nouvel intendant n’est que le pâle successeur de son père. Les projets pour l’hôpital des Enfants-Trouvés et le petit séminaire marquent le pas, Portier doit subir les réclamations incessantes des juges-gardes et modifier les plans de l’hôtel de la Monnaie sans que Tourny fils ne leur impose des limites.

En 1759, il s’absente souvent. L’année suivante, il se fait plus rare encore et finit par séjourner continuellement dans ses terres en Touraine. Cet architecte, qui a joué un rôle majeur dans la transformation de Bordeaux au XVIIIe siècle, abandonne ses fonctions « sans réclamer de pension ni d’autres grâces pécuniaires ».