Pascal Bertrand

Professeur d’Histoire de l’Art moderne à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

Directeur de l’Équipe de recherche en Histoire de l’art, Centre François-Georges Pariset (EA 538).

Contacts :

Université Michel de Montaigne Bordeaux 3
UFR Humanités, Département d’Histoire de l’Art et Archéologie
Domaine Universitaire,
33606 PESSAC Cedex France

Pascal.Bertrand@u-bordeaux3.fr


PRINCIPAUX DOMAINES DE RECHERCHE

Histoire de la tapisserie en Europe du Moyen Âge à nos jours
Histoire de l’ameublement et de la décoration d’intérieur.
Histoire des arts textiles
Histoire des arts décoratifs
Histoire de la culture matérielle
Histoire sociale de l’art
Mobilité, circulation des artistes et des modèles
Grand décor, peinture des Temps modernes (XVe – XVIIIe s.).
Art et pouvoir
Réception
Histoire de l’Histoire de l’Art
Héritage de l’Antiquité
Histoire de l’art en province


TITRES UNIVERSITAIRES FRANCAIS

Habilité à diriger des recherches. Travail soutenu le 16 décembre 2000 à l’Université de Paris X – Nanterre

Docteur en Histoire de l’Art. Thèse sur Les tapisseries d’Aubusson au XVIIIe siècle. 1730-1791. Le reflet d’un grand art, sous la direction de M. Yves Bottineau, soutenue le 7 décembre 1988, à l’Université de Paris X – Nanterre ; mention Très Bien.


BOURSES et PRIX

– Prix Houllevigue décerné par l’Académie des Beaux-Arts, 1988, pour le livre sur les Tapisseries d’Aubusson et de Felletin. 1457-1791.

 – Bourses d’étude à l’École française de Rome. 1992 et 1993.

 – J. Clawsons Mills Fellowship. New York, The Metropolitan Museum of Art. Septembre 2012-Août 2013.


ENSEIGNEMENTS

Maître de conférences

Octobre 1992 – août 2001. Université de Toulouse 2 – Le Mirail, U.F.R. d’Histoire, d’Histoire de l’Art et d’Archéologie.

Professeur des Universités

Septembre 2001 – Août 2005. Université de Pau et des Pays de l’Adour, UFR de Sciences Humaines, Département d’Histoire de l’Art et d’Archéologie.

Depuis septembre 2005. Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, UFR d’Histoire de l’Art et Archéologie, puis UFR Humanités

Direction d’études

De septembre 2005 à juin 2009. Directeur du Master spécialité Histoire de l’art et Patrimoine (parcours recherche et parcours professionnel). Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3

Professeur invité

Professeur invité à l’université de Hambourg, semestre d’été 2009 (avril-juillet)


RECHERCHE

Membre de comité scientifique de revue

Membre du comité scientifique de la revue de l’équipe de recherche ERASME, Université de Toulouse 2 – Le Mirail, Anabases. Traditions et réception de l’Antiquité.

Membre du comité scientifique de la revue Essais. Revue interdisciplinaire d’Humanités de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3


Membre de commissions scientifiques

– Membre du comité scientifique de l’exposition sur les Arazzi dei Farnese e dei Borbone, Colorno, près de Parme (automne 1998).

– Membre du conseil scientifique de la Cité internationale de la Tapisserie et de l’Art tissé à Aubusson.


Commissariat d’exposition

Avec Bruno Ythier, conservateur de la Cité de la Tapisserie et de l’art tissé à Aubusson, commissariat de l’exposition Splendeurs d’Aubusson. Tapisserie de la Manufacture royale, fournisseur de l’Europe des Lumières, présentée au Musée Départemental de la Tapisserie à Aubusson, 15 Juin – 30 Octobre 2013.


Expertises

Expert auprès de L’INHA et du CTHS pour la publication d’une thèse dans la collection « L’art et l’essai », en 2007.

Expert auprès du FWO (Belgique) pour des projets de recherche depuis 2003.

Expert auprès de la revue Studies in the Decorative Arts du Bard Graduate Center de New York pour relire et donner un avis sur des propositions d’articles en 2002, 2003 et 2007.

Expert auprès de l’AERES en 2010 pour évaluer une équipe de recherche.


PROGRAMME DE RECHERCHE ANR 2011-2014

Responsable scientifique du projet de recherche « ARACHNE : Méthode critique de l’histoire de la Tapisserie : Préceptes, Circulation de modèles, Transferts de savoir-faire. France – XIVe-XXIe siècles » (déc. 2010- déc. 2014) dans le cadre du programme Sciences Humaines et Sociales – Thématique « La création : Processus, Acteurs, Objets, Contextes » de l’Agence Nationale de la Recherche. http://arachne.hypotheses.org/


PUBLICATIONS

(signées Pascal-François Bertrand)

 Livres

1. Les tapisseries d’Aubusson et de Felletin. 1457-1791, Paris, Solange Thierry Editeur, La Bibliothèque des Arts, 1988 (livre cosigné par D. et P. Chevalier qui ont financé ma thèse). 204 p., 150 ill. (prix Houllevigue décerné par l’Académie des Beaux-Arts en 1988). Ouvrage publié avant la soutenance de ma thèse de doctorat de 3e cycle sur ce sujet.

C-R par B. Scott dans Apollo, 130, n° 331 (1989) : 210-211 ; par F. Souchal dans La Chronique des Arts n° 1441, Gazette des Beaux-Arts, février 1989, p. 22.

2. Avec Fabienne Joubert et Amaury Lefébure, Histoire la tapisserie en Europe du Moyen Âge à nos jours, Paris, Flammarion, 1995. Ouvrage de 384 p., 175 ill. en coul. et env. 300 en n. et bl. Ma contribution a consisté à rédiger trois chapitres sur l’histoire de la tapisserie au XVIIIe siècle, au XIXe et au XXe (p.206-353).

C.-R. par F. Souchal dans Chronique des Arts, Gazette des Beaux-Arts, 1996.

 3. Les tapisseries des Barberini et la décoration d’intérieur dans la Rome baroque, Turnhout, Brepols, 2005 (Studies in Western Tapestry, 2). 343 p., 16 pl. en coul. et 153 pl. en n. et bl. Il s’agit de la publication de l’étude remaniée que j’ai présentée pour l’obtention de l’Habilitation à diriger des recherches.

C-R par Nello Forti-Grazzini dans Bollettino d’Arte 133-134 (2005) : 181-190 ; Claudine Lebrun dans Bulletin de l’AHAI 11 (2005), p. 154 ; Thibaut Wolvesperges dans Revue de l’art 151 (2006) 1 : 80-81 ; Luc Smolderen dans Revue belge d’archéologie et d’histoire de l’art 75 (2006), p. 160-161 ; Leo de Ren dans De Zeventiende Eeuw 23 (2007) 2 : 315.

 4. Aubusson, Tapisseries des Lumières. Splendeurs de la Manufacture royale, fournisseur de l’Europe au XVIIIe  siècle, Heule, Éditions Snoeck ; Aubusson, Cité internationale de la tapisserie et de l’art tissé, 2013.  336 p., 500 ill.

Le propos de ce livre est double. Essayer tout d’abord de montrer comment la renommée européenne de la tapisserie d’Aubusson au XVIIIsiècle découle de l’augmentation et de l’intensification des échanges commerciaux internationaux caractéristiques des Lumières, répondant à une demande précise en ameublement de produits de luxe, de tapisseries de verdure essentiellement, c’est-à-dire représentant divers paysages, enrichies de fabriques et le plus souvent égayées d’animaux et de petits personnages. Reconstituer ensuite le corpus des tapisseries, sachant que les tapissiers d’Aubusson tissaient à la fois les cartons qui étaient mis à leur disposition par la Couronne et ceux qu’ils achetaient pour leur propre usage. Il a donc fallu définir des critères objectifs permettant de regrouper les tapisseries et de reconstituer les diverses tentures réalisées, tels que la répétition d’un même carton et la fréquence des associations d’un tissage avec d’autres, le format des pièces et les marques relevées.

 

Travaux éditoriaux

1. Travail éditorial de la thèse d’État de Mme Geneviève Souchal, Les Millefleurs dans la tapisserie à la fin du Moyen Age (soutenue en 1979), mai 1991

Ce travail, effectué à la demande de François Souchal et Daniel Wildenstein, a principalement consisté en une mise à jour bibliographique, une remise en forme de certaines parties compte tenu des récentes publications et un complément de l’illustration déjà très abondante (650 pages dactylographiées et env. 450 fig.). Ce travail a fait l’objet d’une publication confidentielle.

 2. « L’héritage de l’antique dans l’art européen ». Journée d’étude dans le cadre du séminaire transversal sur « les usages de l’analogie » de « l’Équipe de Recherche sur l’Antiquité d’hier à aujourd’hui : Survie, Mémoire, Enjeux » (ERASME), sous le patronage de l’Institut des Études Doctorales de l’Université de Toulouse II-Le Mirail (vendredi 28 janvier 2000), actes publiés dans Pallas, revue d’études antiques, 57 (2001) : 11-90.

3. Nicolas Tournier et la peinture caravagesque en Italie, en France et en Espagne, actes du colloque international, Université de Toulouse – Le Mirail, 7-9 juin 2001, CNRS-Université de Toulouse-Le Mirail-UMR 5136, 2003. 260 p., 149 ill. en n. et bl. et en coul.

C-R dans The Burlington Magazine, 146 (avril 2004) : 270 ; Michel de Piles dans La Tribune de l’art  (22 octobre 2004) http://www.latribunedelart.com/nicolas-tournier-et-la-peinture-caravagesque-en-italie-en-france-et-en-espagne-article00527.html


Articles dans des revues internationales à comité de lecture

1. « La seconde ‘tenture chinoise’ tissée à Beauvais et Aubusson. Relations entre Oudry, Boucher et Dumons », Gazette des Beaux-Arts, 116 (1990) : 173-184, 8 fig.

2. « Les sujets de la tenture des ‘Métamorphoses en animaux’ d’Oudry », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français (1990) : 95-107, 15 fig.

3. « Un grand décor tissé à Rome au XVIIe siècle : la Vie du pape Urbain VIII », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Age et temps modernes, 106-2 (1994) : 639-682, 1 pl., 21 fig.

Dernier tissage de grande ampleur réalisé entre 1663 et 1679 dans la manufacture Barberini, la Vie du Pape Urbain VIII, est un hommage que le cardinal Francesco Barberini, fondateur de la fabrique romaine, fit à la mémoire de son oncle, mort en 1644. Exaltant l’ascension dans la carrière ecclésiastique de Maffeo Barberini, son élection divine, son autorité spirituelle, sa puissance militaire, cette série est composée de dix grands tapis (Musées du Vatican), de quatorze dosserets-termes, dont deux, jusque là inédits, du Musée Jacquemart-André de l’abbaye de Chaalis, de dix entablements et d’autant de soubassements partiellement conservés. Elle présente une conception originale du décor textile organisé à l’image des grands cycles peints, les grandes tapisseries fonctionnant comme des tableaux compris dans un encadrement architectonique. L’idée d’une telle organisation semble revenir à Pierre de Cortone, qui a vraisemblablement aussi donné les compositions des premiers grands tableaux, les derniers ayant été dessinés par son plus habile élève, Ciro Ferri. Les cartons ont quant à eux été brossés par ses seguaci, Antonio Gherardi, Pietro Lucatelli, Giacinto Camassei, Fabio Cristofani, Lazzaro Baldi, Giuseppe Belloni et Giuseppe Passeri.

4. « La tenture de l’Histoire de saint Étienne de la cathédrale de Toulouse et la peinture dans la capitale du Languedoc vers 1530-1540 », Gazette des Beaux-Arts, 131 (1998) : 139-160, 21 fig.

Le Trésor de la cathédrale de Toulouse conserve parmi ses tapisseries les vestiges d’une tenture de l’Histoire de saint Étienne, exécutée vers 1532-1535 à la demande du chapitre par le tapissier toulousain Jean Péchaut qui utilisa des modèles italianisants. Les tissus présentent des bordures architecturées, agrémentées d’ornements qui sont largement inspirés de ceux de l’Antiquité et qu’on retrouve dans des gravures et des enluminures exécutées à Toulouse vers 1535. Les miniatures ont été peintes par Charles et Côme Pingault, artistes lyonnais, qui ont contribué à l’adoption de l’art de la Renaissance italienne par les peintres toulousains dans les années 1530.

5. « Une exposition de tapisseries pour le centenaire du Gesù », Antologia di Belle Arti, 59-62 (2000) : 156-168, 12 fig.

6. « A New Method of Interpreting the Valois Tapestries, through a History of Catherine de Médicis », Studies in The decorative Arts, 14-1 (2006-2007): 27-52.

L’histoire des Tapisseries des Valois, une des plus célèbres tentures du dernier quart du XVIe siècle du musée des Offices de Florence, longtemps échafaudée sans preuve (Yates, 1959), se clarifie sans parvenir à être parfaitement justifiée (Groër, 1989). La série a été, non pas offerte en 1585 à Catherine de Médicis par les ambassadeurs néerlandais, mais plutôt commandée par la reine florentine elle-même vers 1575. Cette dernière l’a mise ensuite dans la dot de sa petite-fille, Christine de Lorraine, à l’occasion de son mariage en 1589 avec le grand duc Ferdinand Ier. Le thème de la tenture n’a pas été pleinement saisi jusqu’à aujourd’hui. Les historiens qui se sont penchés sur la question y ont vu une représentation des grandes heures de la cour de Catherine de Médicis, et plus particulièrement des fêtes données de 1564 à 1582. Or ces fêtes sont traitées au second plan. Il ne peut donc s’agir que d’images complémentaires du thème principal, généralement placé au premier plan. Ce dernier est ici le lieu privilégié de portraits de la Reine et de ses enfants.

7. Avec Guy Delmarcel, « L’histoire de la tapisserie, 1500-1700. Trente-cinq ans de recherche », Perspective. La revue de l’INHA (2008-2) : 227-250.


Articles dans des revues nationales à comité de lecture

1. « Une suite de l’Ancien et du Nouveau Testament tissée à Aubusson conservée dans l’église Notre-Dame de Niort », Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 2e série, t.XVII-1 (1984) : 29-49, 12 fig. (étude tirée de mon mémoire de maîtrise soutenue à l’Université de Poitiers en 1984 sur les Tapisseries des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles conservées dans les collections publiques du Poitou, sous la dir. de G. Souchal ; mention Très Bien).

 2. « Tapisseries de l’Histoire d’Alexandre tissées dans les ateliers de la Marche », Mémoires de la Société des Sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, 42 (1985) : 417-424, 4 fig. (étude tirée de mon mémoire de maîtrise).

3. « À propos d’une tapisserie de Roby : quelques notes sur les cartonniers d’Aubusson au XVIIIe siècle », Mémoires de la Société des Sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, 43 (1989) : 652-657, 1 fig.

4. « Le commerce de la tapisserie au XVIe siècle : échanges artistiques entre Toulouse, Aubusson et les Flandres », Mém. Soc. arch. Midi de la France, 55 (1995) : 129-144, 4 fig.

À la lumière de nouveaux documents, dont un permettant d’identifier Jean Péchaut comme étant le tapissier qui a exécuté au début des années 1530 la tenture de l’Histoire de saint Étienne de la cathédrale de Toulouse, cet article se propose d’évoquer l’usage des tapisseries à Toulouse au XVIe siècle, en s’intéressant à la clientèle et aux tapissiers. Cette étude s’attache dans un premier temps à recenser les tapisseries qui se trouvaient principalement dans les églises de la ville, appartenant à leur chapitre ou à leurs paroissiens, ainsi qu’aux nombreuses confréries qui semblent avoir particulièrement apprécié les tentures. Elle montre dans un second temps les circuits commerciaux, les places de négoces importantes, comme Paris et Lyon, et tente de distinguer – ce qui n’est pas toujours aisé – les marchands des fabricants, les Flamands, les Aubussonnais et les Toulousains.

5. « Une suite des Actes des Apôtres de Raphaël oubliée dans la cathédrale de Toulouse », Mém. Soc. arch. Midi de la France, 56 (1996) : 241-250, 11 fig.

Trois tapisseries de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse (le Christ remettant les clés à saint Pierre, la Guérison du paralytique et la Lapidation de saint Étienne), jusqu’alors inédites, composent une réplique en variante de la célèbre tenture des Actes des Apôtres de Raphaël, dont l’Editio princeps a été tissée à Bruxelles entre 1517 et 1521 pour le pape Léon X. Il s’agit d’une série tardive, car les compositions ont subi des modifications, très importantes parfois. Cette brève étude a pour autre intérêt de montrer un exemple de circulation des modèles. L’attitude de saint Étienne dans le tapis de la Lapidation est reprise à l’identique dans un tissu consacré à son martyre appartenant à la Vie de saint Étienne et des évêques de Toulouse, une tenture destinée à orner les stalles de la cathédrale, tissée en 1609-1611 à Toulouse même, à la demande de Jean Daffis, évêque de Lombez et prévôt de la cathédrale (in situ).


Autres articles

1. « Eighteenth Century German Chinoiserie Tapestries », Apollo, 124 (n° 296, oct. 1986): 310-314, 6 fig. et 2 pl. (article cosigné par D. et P. Chevalier ; traduit par B. Scott).

2. « Les verdures de Beauvais tissées sous le règne de Louis XIV », Biennale des Antiquaires, n° hors série de Connaissance des Arts (1988) : 42-47, 6 fig. (article cosigné par D. et P. Chevalier).

3. « La tapisserie à travers les âges en Europe », Métiers d’art, 47-48 (1992) : 20-22.

4. « Apollon, Déborah et les abeilles Barberini », Filoforme. Quadrimestriale di storia, arte e restauro dei tessili (edizioni il prato), 3 (2002), p. 3-7, 4 fig. (article livrant quelques résultats de mon étude sur les tapisseries des Barberini).

5. « Les Sujets de la Fable des Gobelins. Le parallèle entre les peintres mis en tapisserie sous le règne de Louis XIV », Archéothéma, n° spécial 20 (avril 2012) : 74-77, 4 fig.


Contributions à des ouvrages collectifs internationaux

1. « Le manifatture reali dei Gobelins e di Beauvais », dans Gli Arazzi dei Farnese e dei Borbone. Le collezioni dei secoli XVI-XVIII, catalogue d’exposition sous la dir. de G. Bertini et N. Forti Grazzini, Colorno, Palazzo Ducale, 19 septembre – 29 novembre 1998, Milan, Electa, 1998: 30-40, 7 fig.

 2. Notice sur la tapisserie de Saint-Mammès du Louvre co-signée avec Thomas Campbell dans Campbell (ed), Tapestry in the Renaissance : Art and Magnificence (exhibition catalogue 12 mars – 19 juin 2002), New York, The Metropolitan Museum of Art, New Haven et Londres, Yale University Press, 2002 : 477-480 (notice n° 56).

 3. « Tapisseries de Flandres et autres tentures parmi les dessins d’archéologie de Roger de Gaignières », dans Koenraad Brosens (ed.), Flemish Tapestry in European and American Collections. Studies in Honour of Guy Delmarcel, Turnhout, Brepols, 2003: 23-35.

 4. “Tapestry Production at the Gobelins during the Reign of Louis XIV, 1661-1715,” in Thomas P. Campbell (ed), Tapestry in the Baroque: Threads of Splendor (exhibition catalogue octobre 2007-janvier 2008), New York, The Metropolitan Museum of Art, New Haven et Londres, Yale University Press, 2007, p. 341-355; edition en espagnol Hilos de esplandor. Tapices del Barroco (cat. exposición Madrid, Palacio Real, mars-juin 2008), Madrid, Patrimonio Nacional, 2008: 341-355.

 5. “La Manifattura reale dei Gobelins e l’Accademia Reale di Pittura e di Scultura all’inizio del XVIII secolo”, introduction à Nello Forti Grazzini et Francesca Zardini, Divinità, Scimmie e Segni Zodiacali. I Dodici Mesi Grotteschi su bande da Claude III Audran (cat. d’exposition), Milan, Moshe Tabibnia, 2007: 13-18.

 6. Entrées “The Petition and The Feast from The Story of Artemisia”, “Archery from Amusements champêtres (Country Sports)” and “The Outdoor Market from Village Festivals” dans Koenraad Brosens and Christa Mayer-Thurman (eds.), European Tapestries in The Art Institute of Chicago, Chicago/Londres/New Haven, Yale University Press, 2008: 236-244 (n° 39 A-B), 304-308 (n° 51) et 309-319 (n° 52).

 7. « Louis XIII, Richelieu et la tapisserie », dans Jean-Claude Boyer, Barbara Gaehtgens et Bénédicte Gady (eds.), Richelieu, patron des arts, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (collection Passages/Passagen, Centre Allemand d’Histoire de l’Art, Deutsches Forum für Kunstgeschichte, volume 17), 2009 : 293-312.

 8. « ‘Réduire ces sujets en grand, qui ne sont exécutés qu’en petites figures’ », dans Marc Bayard, Arnauld Brejon de Lavergnée et Éric de Chassey (eds.), Poussin et Moïse. Du dessin à la tapisserie. Rome : Drago, 2011, vol. 1 : 55-62.


Contributions à des ouvrages collectifs nationaux

1. « L’origine des Tenières », introduction cosignée par V. Rigot-Chevalier, dans Les Tenières, scènes de la vie villageoise d’après David Teniers (Cat. d’exposition Angers, Abbatiale du Ronceray, 27 juin – 20 septembre 1987), Angers, Musée d’Angers, et Paris, Galerie Chevalier, 1987 : 7-10.

 2. Notices (n° 4-6, 11-12, 16-19 et 25-29), dans Marie-Dominique Nivière (ed.), Tapisseries anciennes en Rhône-Alpes (cat. d’exposition Bourg-en-Bresse, musée et église de Brou, 27 juin – 16 septembre 1990; Montélimar, château des Adhémar, 23 septembre – 25 novembre 1990; Roanne, Musée Déchelette, 1er décembre 1990 – 4 février 1991), Bourg-en-Bresse, 1990.

 3. Introduction au catalogue de l’exposition Tapisseries XVIe – XVIIe siècles. Mythes, Légendes et Bible, Marcq-en-Barœul, Fondation Septentrion, 16 février – 12 mai 1991 : 8-11.

 4. « Les ateliers de tapisserie », dans L’Histoire artistique de l’Europe (sous la direction de Georges Duby et Michel Laclotte, avec la collaboration de Philippe Sénéchal), 2. La Renaissance (sous la direction de J. Delumeau et R. Lightbrown), Paris, Seuil, 1996 : 252-257, 5 fig.

 5. « De l’évêque au martyr : la légende de saint Saturnin dans la tapisserie moderne (1527-1649) », dans Saint-Sernin de Toulouse. IXe centenaire, Toulouse, Association du IXe centenaire de Saint-Sernin, 1996 : 271-304, 27 fig.

Les représentations de Saturnin, l’évêque fondateur du christianisme à Toulouse, supplicié en 250, privilégient l’évêque et son martyre. Toutefois la légende du saint, qui en a fait un disciple de saint Jean-Baptiste, puis du Christ et un des sept pontifes qui ont reçu la mission d’évangéliser la Gaule, n’a presque exclusivement été traitée qu’en tapisserie à l’époque moderne. Trois tentures glorifiant la vie et l’apostolat de saint Saturnin ont ainsi été créées, dont deux subsistent encore. Cet article se propose de se remémorer la fable, ou plus exactement ses différentes versions, et tente de rassembler les vestiges d’une iconographie rare et oubliée, faisant ressortir les caractères anecdotiques et pittoresques de la légende.

 6. « Les tapisseries de Roger Bissière, ‘Ces images faites de pièces et de morceaux en les cousant…’ », dans Bissière 1947, catalogue d’exposition Les Sables d’Olonne, Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, 28 juin – 14 septembre 1997, Cahier de l’Abbaye Sainte-Croix, 82, 1997 : 27-32.

 7. Millefleurs, Paris, Galerie Blondeel-Deroyan, 24 mai-15 juillet 2000. 35 p., ill. en coul. (texte en français et en anglais). Évocation de ce genre de tapisseries très prisé à la fin du moyen âge à l’occasion d’une exposition d’une vingtaine de pièces présentées par les antiquaires Bernard Blondeel et Armand Deroyan.

 8. « L’Histoire d’Alexandre de Charles Le Brun : grand décor palatial ou modèles de tapisseries ? », dans Jean Vittet (ed), La Tenture de l’Histoire d’Alexandre le Grand (cat. d’exposition Paris, Galerie des Gobelins, 21 septembre 2008 – 1er mars 2009), Paris, RMN, 2008 : 19-24.

 9. L’expérience de la laine, dans Philippe Bouchet (ed), Charles Lapicque. Le dérangeur, cat. d’exposition Issoudun, Musée de l’Hospice Saint-Roch (7 mars – 1er juin 2009), Colmar, Musée d’Unterlinden (20 juin – 12 octobre 2009), Les Sables d’Olonne (20 décembre 2009 – 25 avril 2010), Ennery, Thalia édition, 2009 : 109-121. Ce livre a reçu le prix Bordin de l’Académie des Beaux-Arts.


Contributions à des colloques internationaux

 1. « Pietro da Cortona e l’arazzo », dans Pietro da Cortona. Atti del convegno internazionale Roma – Firenze, 12-15 novembre 1997, Electa, 1998: 62-72, 12 fig.

L’activité de peintre de cartons de tapisseries de Pierre de Cortone est bien connue, grâce aux travaux d’Urbano Barberini (1950) et d’Anna Maria De Strobel (1989) : complément de l’Histoire de Constantin, Nativité pour la chapelle Sixtine, fresque de la Crucifixion transposée dans la Vie du Christ, la Rencontre d’Énée et de Vénus reprise par Romanelli dans l’Histoire de Didon et Énée ; j’y ajoute la conception de la Vie du pape Urbain VIII. De ce fait le propos de cet exposé est centré sur la manière de travailler du peintre, qui se conduisait en organisateur : il donnait des dessins et brossait rapidement quelques bozzetti que ses élèves étaient chargés d’agrandir en réalisant les cartons à la détrempe. L’apport de Pierre de Cortone transparaît aussi dans l’œuvre de son meilleur disciple, Romanelli, qui a créé plusieurs séries : les Giochi di putti pour Urbain VIII, la Vie du Christ et l’Histoire d’Apollon pour le cardinal Francesco Barberini, l’Histoire de Didon et Énée, cette dernière ayant été tissée non pas à Rome comme les précédentes, mais à Anvers. La méthode de Pierre de Cortone annonçait celle de Le Brun aux Gobelins.

 2. « Usages de la tapisserie à Toulouse au XVIIe siècle », dans Catherine Arminjon et Nicole de Reyniès (eds.), La tapisserie au XVIIe siècle et les collections européennes, actes du colloque international de Chambord, 18-19 octobre 1996, Paris, éditions du patrimoine, 1999 (Cahiers du Patrimoine, 57) : 89-98, 9 fig.

 3. « Tapissiers flamands en France aux XVe et XVIe siècles », dans Flemish Tapestry Weavers Abroad. Emigration and the Founding of Manufactories in Europe. Lissiers flamands de par le monde. Leur émigration et la fondation de manufactures en Europe. Actes du colloque international de Malines, 2-3 octobre 2000 (sous la dir. de G. Delmarcel), Presses Universitaires de Louvain (Symbolae, series B / vol. 27), 2002 : 185-201, 9 fig.

 4. « La tapisserie et Rubens », dans Michèle-Caroline Heck (éd.), Le Rubénisme en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles, actes du colloque international organisé par l’Université Charles de Gaulle – Lille III, Lille, Palais des Beaux-Arts, et Arras, Musée des Beaux-Arts, 1-2 avril 2004, Turnhout, Brepols, 2005 : 95-102.

 5. « Le statut de la tapisserie sous l’Ancien Régime et en particulier aux Gobelins du temps de Louvois (1683-1691) », dans Marc Favreau et Patrick Michel (ed.), « L’objet d’art en France du XVIe et XVIIIe siècles : de la création à l’imaginaire », actes du colloque international de Bordeaux, 12-14 janvier 2006, Bordeaux, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset, Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3 (n° 7), 2007 : 231-251.

 6. « L’uso dell’arazzo a Roma: l’esempio del Cardinale Francesco Barberini », dans Lorenza Mochi Onori, Sebastian Schütze et Francesco Solinas (ed.), I Barberini e la cultura europea del Seicento, actes du colloque de Rome, Palazzo Barberini alle Quattro Fontane, 7-11 décembre 2004, Rome, De Luca, 2007 : 421-430.

 7. « A Question of Scale : Was it necessary to weave Poussin’s painting », dans Thomas P. Campbell and Elizabeth A. H. Cleland (éd.), Tapestry in the Baroque. New Aspects of Production and Patronage, New York, The Metropolitan Museum of Art, New Haven et Londres, Yale University Press (The Metropolitan Museum of Art Symposia), 2010: 84-101.

 8. « Les Reines de Perse aux pieds d’Alexandre ou la Famille de Darius : un sujet emblématique pour l’Académie royale de peinture et pour la Manufacture royale des Gobelins ? », dans Arnauld Brejon de Lavergnée et Jean Vittet (eds.). La tapisserie hier et aujourd’hui. Paris : École du Louvre, 2011 (24e Rencontres de l’École du Louvre) : 43-63.


Contributions à d’autres colloques, congrès et journées d’étude

1. « La collection de tapisseries du château de la Court d’Aron », dans Congrès de Luçon, 5 et 6 octobre 1985, 38e congrès des Sociétés savantes du Centre Ouest, La Roche-sur-Yon, Société d’émulation de la Vendée, 1986 : 47-53.

 2. « Deux remarques sur la tenture de la Vie de saint Martin de l’ancienne collégiale Saint-Martin de Montpezat-de-Quercy », Journée commémorative du 650e anniversaire de la collégiale Saint-Martin, Montpezat, 3 octobre 1993, dans le Bulletin de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne, 118, 1993 : 225-238, 11 fig.

 3. « Jean Cousin le Père et la tapisserie », dans Langres, ville épiscopale, Quinzièmes journées d’art et d’histoire, Chaumont et Langres, 15-16 avril 1994, publié par Les Cahiers haut-marnais, n° 210-211, 3e et 4e trimestre 1997 : 44-65, 12 fig.

Il s’agit d’un état de la question fondé sur un vaste ensemble de documents et d’œuvres (archives, sources imprimées, dessins, tapisseries) liés aux tentures exécutées d’après Jean Cousin le Père ou qui lui sont attribuées : Vie de sainte Geneviève (disparue), Histoire de saint Mammès (Louvre et cathédrale de Langres) et Histoire de Diane (en partie détruite). La question secondaire relative aux lieux d’exécution des tapisseries (Paris ou Fontainebleau) est rapidement réglée, avant de rappeler les sujets des tentures et leur signification. C’est ensuite le problème du modèle et de sa transcription tissée qui est abordé. Enfin sont évoquées les discussions sur les attributions à Cousin et aux peintres de l’« école » de Fontainebleau.

 4. « Hic Domus : le cardinal Francesco Barberini et le thème de ses premières tapisseries », dans Deuxième journée d’études italiennes (organisée par C. Goguel et M. Brock), Paris, 21 octobre 1999, Bulletin de l’Association des Historiens de l’Art Italien, 6, 1999-2000 : 34-40, 5 fig. (communication livrant quelques résultats de mon étude sur les tapisseries des Barberini).

 5. « L’Ancienne église des Carmélites de Toulouse et son décor », dans Congrès archéologique de France. 154e session. 1996. Toulousain et Comminges, Paris, Société française d’archéologie, 2002 : 167-176, 7 fig.

Cette brève étude rappelle les circonstances de la construction de l’ancienne église des Carmélites de Toulouse, un édifice sobre de brique, à nef unique (1622-1643) et s’arrête sur son décor peint. Consacré aux thèmes fondamentaux de méditation de l’Ordre (origine millénaire des Carmes, ardente dévotion à la Vierge et glorification de sainte Thérèse), ce cycle, projeté au XVIIe siècle par les Rivalz, a été exécuté entre 1737 et 1752, par Despax et peut assurément être considéré comme son chef-d’œuvre.

 6. « Les tapisseries de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse », dans Congrès archéologique de France. 154e session. 1996. Toulousain et Comminges, Paris, Société française d’archéologie, 2002 : 211.

 7. « Les ateliers secondaires de tapisserie en France : méthode d’analyse », dans Regards sur la tapisserie, actes du colloque tenu à Angers du 18 au 20 mai 2000 (sous la dir. de G. Massim-Le Goff et É. Vacquet), Arles, Actes Sud, 2002 : 25-42.

On connaît bien aujourd’hui l’histoire des manufactures françaises, grâce aux nombreux travaux de la fin du XIXe siècle et du début du XXe des Guiffrey, Müntz, Badin et Fenaille, et plus récemment des Weigert, Lestoquoy et Coural. Mais comment effectivement reconnaître une tapisserie de Tours, d’Aubusson, de Toulouse ou de Cadillac, d’un tissage de Paris ou de Beauvais ou encore d’un tissu de Bruxelles ? En d’autres termes, quelle est la spécificité de tel ou tel centre de tissage ? Cet exposé se propose de réfléchir sur la méthode d’analyse des tapisseries anciennes produites dans un centre secondaire, en s’attachant à bien définir le domaine des questions relatives à la clientèle, aux modèles et aux cartons, au tissage proprement dit, tout en vérifiant les réponses par la confrontation des textes anciens et des œuvres subsistantes. Nous nous arrêterons plus particulièrement sur le cas de Tours, en raison de la découverte d’un marché passé en 1631 par un tapissier de cette ville avec un parlementaire aixois.

8. « Les peintres attachés au service des manufactures de tapisseries : figures oubliées, figures de l’oubli ? », dans Guillaume Glorieux (ed.), « Les vicissitudes du goût en peinture au XVIIIe siècle. Figures oubliées, figures de l’oubli. », actes de la journée d’études de Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal (2 février 2007), dans Revue d’Auvergne, 122, n° 587 (2008-2) : 23-35.

9. « Écrire l’histoire de la tapisserie de la Renaissance en France », dans Marc Bayard et Henri Zerner, Renaissance en France, renaissance française ? Actes du colloque « Les Arts visuels de la Renaissance en France (XVe – XVIe siècles) », Rome, Villa Médicis. 7-9 juin 2007, Collection d’histoire de l’art de l’Académie de France à Rome, Rome et Paris, Académie de France à Rome et Somogy, 2009 : 173-193. CR par Yassana Croizat-Glazer dans Renaissance Quarterly 62-4 (winter 2009): 1266-1268.

10. « Les tapisseries à sujets religieux dans la production des Gobelins sous Louis XIV », dans Françoise Michaud-Fréjaville (éd.), Tapisseries et broderies : relecture des mythes antiques et iconographie chrétienne, Actes du colloque d’Angers, 4-6 octobre 2007, Cahiers de Rencontre avec le Patrimoine Religieux 27, 2009 : 129-135.


Comptes-rendus

1. Comptes-rendus pour la Chronique des Arts, dans la Gazette des Beaux-Arts

« Colloque sur les cartons et l’exécution des tapisseries du Moyen Age et de la Renaissance, Bâle, 27 octobre 1990 », mai-juin 1991, p.13 ;

« Exposition de tapisseries du Musée des Arts décoratifs, été 1991 », janvier 1992, p.3-4 ;

« Candace ADELSON, European Tapestry in The Minneapolis Institute of Arts, Minneapolis, The Minneapolis Institue of Arts, 1994 », janv. 1995, p.12-13 ;

« Exposition Collections anciennes du Musée départemental de la tapisserie d’Aubusson, été 1994 », janv. 1995, p.4-5 ;

« Nello FORTI GRAZZINI, Gli Arazzi. Il Patrimonio artistico del Quirinale, Milan, Electa, 1994 », 126, octobre 1995, p. 11 ;

« Dora HEINZ, Europaïsche Tapisseriekunst des 17. und 18. Jahrhunderts : die Geschichte der Produktionsstätten und ihre künstlerichen Zielsetzungen (la tapissierie européenne des XVIIe et XVIIIe siècles : histoire des centres de fabrication et de leur production), Vienne, Cologne, Weimar, Böhlau, 1995 », 128, juill.-août 1996, p. 19 ;

« Exposition Lisses et délices. Chefs-d’œuvre de la tapisserie d’Henri IV à Louis XIV. Château de Chambord, septembre 1996 – janvier 1997 », 129, avril 1997, p. 3 ;

« Exposition La Vierge, le roi et le ministre. Le décor du chœur de Notre-Dame de Paris au XVIIe siècle (cat. par G. Ambroise, A. Notter et N. Sainte Fare Garnot), Musée des Beaux Arts d’Arras, 1996 », 129, mai-juin 1997, p. 7 ;

« Clifford M. BROWN et Guy DELMARCEL, avec la collaboration de Anna Maria LORENZONI, Tapestries for the Courts of Federico II, Ercole, and Ferrante Gonzaga, 1522-63, Seattle et Londres, College Art Association et University of Washington Press, 1996 », 129, mai-juin 1997, p. 28-29 ;

« Exposition Rubenstextiel / Rubens’s Textiles (cat. par Guy Delmarcel, Nora De Poorter, Paul Huvenne et al.), Hessenhuis d’Anvers, 1997 », 130, oct. 1997, p. 10-11 ;

«  Exposition Avignon. Histoires tissées. La légende de saint Étienne. Palais des Papes (cat. sous la dir. de S. Lagabrielle). Brocarts célestes. Musée du Patit Palais (cat. sous la dir. d’Esther Mœnch), juin – septembre 1997, Avignon, RMG, 1997 », 130, déc. 1997, p. 5-6 ;

« Charissa BREMER-BAVID, French Tapestries and Textiles in the J. Paul Getty Museum, Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, 1997 », 132, déc. 1998, p. 14 ;

« Lucia MEONI, Gli arazzi nei musei fiorentini. La collezione medicea. Catalogo completo. I. La manifattura da Cosimo I a Cosimo II (1545-1621), Livourne, Sillabe, 1998 », 134, oct. 1999, p. 21-22 ;

« Guy DELMARCEL, La tapisserie flamande, Paris, Imprimerie nationale, 1999 » ;

« Lisses et délices. Chefs-d’œuvre de la tapisserie de Henri IV à Louis XIV, cat. exp. Château de Chambord. 7 septembre 1996 – 5 janvier 1997, Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 1999 » ;

« Maria HENNEL-BERNASIKOWA, Gobeliny XV-XIX Wieku w Zamku Królewskim na Wawelu. Tapestries at Wawel Royal Castle 15th – 19th Centuries, Cracovie, Château royal du Wawel, 2000 » ;

« Guy DELMARCEL, Los Honores. Tapisseries flamandes pour Charles Quint, Pandora, SDZ, 2000 » ;

« Nicolas Tournier. 1590-1639. Un peintre caravagesque, catalogue d’exposition par Axel Hémery, Musée des Augustins de Toulouse, 29 mars – 1er juillet 2001 », mai-juin 2001, p. 11

« Le Retour d’Esther. Les fastes retrouvés du château de La Roche-Guyon, textes réunis par Ch. Olivereau et I. Williame, Paris, éditions Creaphis, 2001 »,

« Jean PENENT, Le Temps du caravagisme. La peinture de Toulouse et du Languedoc de 1590 à 1650, Paris, Somogy, et Toulouse, Musée Paul Dupuy, 2001. 263 p., nombreuses ill. »,

 2. Comptes-rendus pour Studies in the Decorative Arts :

« Guy DELMARCEL, Flemish Tapestry, New York, Harry N. Abrams, 1999 ». vol. X, n° 2, 2003, p. 136-138.

« Tapestry in the Renaissance : Art and Magnificence, catalogue de l’exposition New York organisée par Tom Campbell, Metropolitan Museum of Art, 12 mars – 19 juin 2002 ». vol. XI, n° 1, 2003-04, p. 111-113.

« Patrick MICHEL, Mazarin, prince des collectionneurs, Paris, RMN, 1999 ». vol. XI, n° 1, 2003-04, p. 114-117.

 3. Compte-rendu pour Anabases. Traditions et Réception de l’Antiquité

« Salvatore Settis, Futuro del ‘classico’, Turin, Giulio Einaudi editore, 2004. 127 p. ». n° 1, 2005, p. 301-303.

4. Compte-rendu pour The Burlington Magazine

« French royal tapestries”. C.-R. du catalogue de l’exposition Women in Power: Caterina and Maria de’ Medici. The Return to Florence of Two Queens of France. Edited by Clarice Innocenti. 192 pp. incl. 106 col. + b. & w. ills. (Mandragora, Florence, 2008). 151 (mars 2009) : 190-192.

C.-R du livre La Collection de tapisseries de Louis XIV. By Jean Vittet and Arnauld Brejon de Lavergnée. 456 pp. incl. more than 400 col. + b. & w. ills. (Editions Faton, Dijon, 2010), 154 (juin 2012): 427-428.

C.-R du livre Rubens. Subjects from History 3: The Constantine Series. London: Harvey Miller Publishers; Turnhout: Brepols, 2011. Corpus Rubenianum Ludwig Burchard, XIII (3) by Koenraad Brosens. 155 (juin 2013): 419.

 

5. Compte-rendu pour la Revue de l’Art

« Giselle Eberhard Cotton (ed.), La collection Toms. Tapisseries du XVIe au XIXe siècle, Lausanne, Fondation Toms Pauli, et Sulgen/Zürich, Verlag Niggli AG, 2010. 339 p., env. 300 ill couleur et n/b ». 173 (2011-3) : 81-82.


Dictionnaires

1. Entrées « Lice ou lisse (Haute lice, basse lice) », « Tapisserie », « Tissus » et « Vêtements », dans François Bluche (ed.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p.877, 1501-1502, 1517-1518, 1566 et 1584-1587.

 2. Notices pour l’Allgemeines Künstlerlexikon, Günter Meissner (ed), publié par SAUR à Leipzig depuis 1991, puis par De Gruyter (refonte du Thieme et Becker) :

 « Bertrand, Jacques » (vol. 10), « Besnier, Nicolas » (vol. 10), « Charron, André-Charlemagne » (vol. 18), « Comans, Mars, Charles, Alexandre et Hippolyte » (vol. 20), « Cornouaille, Servais » (vol. 21), « Cosset, Jean » (vol. 21), « Cozette, Michel-Henri et Pierre-François » (vol. 22.), « Crozat, Ambroise » (vol. 22), « Damour, Pierre » (vol. 24), « Dardet, Jean » (vol. 24), « Deschazeaux, Jean I et II et Laurent » (vol. 24), « Despax, Jean-Baptiste » (vol. 26), « Dessarteaux » (vol. 26), « Dubout, famille de tapissiers » (vol. 30), « Dumons, Jean-Joseph » (vol. 30), « Dupont, famille de tapissiers » (vol. 31), « Durand, Antoine » (vol. 31), « Duval, famille de tapissiers » (vol. 31), « Dury, famille de tapissiers » (vol. 31), « Englentier, Gilles » (vol. 34), « Fabert, Antoine » (vol. 36), « Fagot, Nicolas » (vol. 36), « Faguelin, Jean » (vol. 36) , « Favier, Antoine » (vol. 37), « Fayet, François » (vol. 37), « Ferret, Jean » (vol. 39), « Finet, famille de peintres » (vol. 41), « Fontan, famille de sculpteurs » (vol. 41), « Frédeau, famille de peintres » (vol. 45), « Frison, Pélegrin », (vol. 45), « Galery » (vol. 47) ; « Grellet » (vol. 60), « Antoine Guépin » (vol. 00), Philippe Hardy (vol. 00), Hinard (Louis (vol. 00) …

 3. « Tapisserie », Encyclopædia Universalis, éd. 1995, p.60-66, 6 fig. n. et bl., 5 ill. en  coul.(pl. I et II après la p. 576).

 4. Notices « Maurice Fenaille » et  « Antoine-Louis Lacordaire (né Adrien-Léon L.) », dans Philippe Sénéchal et Claire Barbillon (eds.), Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, Paris, site web de l’INHA, 2009

http://www.inha.fr/spip.php?article2315

http://www.inha.fr/spip.php?article2386


Base de données

ARACHNE. Base de données sur les tapissiers français. XIVe-XXIe siècle. Dans le cadre du programme Arachné soutenu par l’ANR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Centre François-Georges Pariset