« Ma thèse en 180 secondes » : deux doctorantes du Centre sélectionnées

Deux doctorantes du Centre F.-G. Pariset, Paloma Diez et Manon Grégoire, ont été sélectionnées pour participer au concours « Ma thèse en histoire de l’art et d’archéologie en 180 secondes », organisé dans le cadre du Festival de l’histoire de l’art, à Fontainebleau, le samedi 5 juin 2021. Les dix finalistes présenteront leurs recherches de 10 h. à 12 h. :

https://www.festivaldelhistoiredelart.fr/programmation/ma-these-en-histoire-de-lart-et-darcheologie-en-180-secondes/

Leurs interventions s’intitulent respectivement :

« Je vois l’Afrique multiple et une » : colonisation culturelle et héritages dans la création artistique contemporaine (Paloma Diez)

La critique d’art au féminin sous la Troisième République : réception et promotion des artistes femmes (Manon Grégoire)

 

Une tradition révolutionnaire. Les arts figuratifs de Rome à Paris 1905-1940

Une tradition révolutionnaire. Les arts figuratifs de Rome à Paris 1905-1940, sous la direction de Jérôme Delaplanche et Dominique Jarrassé, Rome, Académie de France à Rome – Villa Médicis, coll. Histoire de l’art, 2020, 271 p.

Réécrire l’histoire de l’art du premier XXe siècle en y intégrant des tendances longtemps écartées au nom d’un dictat moderniste qui s’est érigé en norme absolue du droit d’entrer ou non dans l’histoire, tel est l’objectif des auteurs de cet ouvrage, conscients de la nécessité non pas tant de dénoncer les -ismes ou la suprématie du moderne que de remettre à leur place les productions figuratives entre 1905 et 1940, en privilégiant celles, souvent décriées, des Prix de Rome.

Yves Brayer (1907-1990). Séminaristes allemands à Rome. Huile sur toile, 1932. Paris, musée Carnavalet.

Cela permet de découvrir des artistes bien plus originaux et divers que ne le laisse prévoir le discours convenu, et il semble, dès lors, bien vain de se demander s’ils étaient académiques, antimodernes, modernes qui s’ignorent, voire d’arrière-garde…

Et s’ils représentaient une tradition révolutionnaire, propre à faire exploser les rhétoriques et les positionnements idéologiques de notre discipline ? Cette réécriture passe par les trois phases qui ordonnent ce livre. En premier lieu, est proposé un examen critique des notions clés et des catégories historiographiques, d’ « académisme » à « tradition » en passant par « décoratif » ou « moderne », pour échapper aux impasses.

La démarche historiographique est ensuite complétée par une contextualisation des œuvres qui privilégie le cadre des directorats de l’Académie de France, car elles subissent les interférences de la politique franco-italienne particulièrement complexe, certain directeur se posant même en ambassadeur… Enfin, les auteurs s’attachent à cerner les valeurs spécifiques défendues par les artistes passés par la Villa Médicis, figuration, métier, dessin, monumentalité… préoccupations que ces artistes partagent avec leur temps et auxquelles ils offrent des réponses.

SOMMAIRE

Avant-propos – Jérôme Delaplanche

Suivre la tradition serait-il révolutionnaire ? – Dominique Jarrassé

Dictionnaire

Académisme – Louis Deltour

Antimodernes ou non modernes ? – Dominique Jarrassé

Art Déco – Dominique Jarrassé

Décoratif – Pierre Sérié

Moderne / modernité / modernisme – Claire Garcia

Retour à l’ordre – Dominique Jarrassé

Tradition – Pierre Sérié

Directorats

Albert Besnard ou le directorat du trait d’union (1913-1921) – Sarah Linford

Denys Puech : autonomie de l’Académie de France à Rome, engagement politique et éclectisme esthétique (1921-1933) – Dominique Jarrassé

La « Mission à Rome » de Paul Landowski ou la Villa Médicis au temps de l’alliance entre la France et l’Italie fasciste (1933-1937) – Catherine Fraixe

Jacques Ibert, un temps suspendu (1937-1940) – Dominique Jarrassé et Pierre Sérié

Tradition, révolution

Le pouvoir, le mur, l’artiste : éthique et esthétique monumentale des Prix de Rome – Louis Deltour

« Des murs pour les sculpteurs ! » – Amélie Simier et Claire Garcia

Dissymétries : dialogues manqués sur la peinture murale, le retour au métier, l’histoire de l’art – Laura Iamurri

Tradition à l’horizon : messianisme réactionnaire d’une poignée de Romains – Pierre Sérié

De la ligne à la chair : les luttes pour la définition d’une pratique du dessin – Louis Deltour

Académies anglo-saxonnes à Rome : résistance à la modernité dans les démocraties libérales en perspective – Pierre Sérié

Conclusion

Vue de Rome – Laura Iamurri

Annexes

Présence des pensionnaires de l’Académie de France à Rome par directorat (1913-1939) – Patrizia Celli

Liste de pensionnaires (1913-1939)

Bibliographie