Nina Mansion-Prud’homme, lauréate du Prix Valois

Nina Mansion-Prud’homme, auteure d’une thèse de doctorat d’histoire de l’art intitulée « Archives d’architectes en France, 1968-1998 », a obtenu le prix de thèse « Valois – Jeunes chercheuses et chercheurs » du ministère de la Culture.

Créé en 2017 par le ministère de la Culture et placé sous l’égide de son Comité d’histoire, ce prix récompense chaque année trois thèses de doctorat pour leur qualité, leur originalité et leur apport essentiel aux politiques menées par le ministère. Il a vocation à encourager les jeunes chercheuses et chercheurs à partager leurs travaux de recherche sur les politiques publiques de la culture, quelles que soient les disciplines et les champs culturels (patrimoines, création, médias et industries culturelles) et ce, dans tous les aspects de ces politiques (institutions, professions, socio économie de la culture, etc.). Une somme de 8000 euros est allouée à chaque lauréat pour la publication.

Nina Mansion-Prud’homme a soutenu sa thèse en novembre 2019. Bénéficiant d’un contrat doctoral à l’université de Bordeaux Montaigne, ses travaux ont été menés sous la direction de Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’art contemporain (EA 538, Centre François-Georges Pariset) et de David Peyceré, Conservateur du Patrimoine (École du Louvre). Voir : https://pariset.hypotheses.org/3588

La thèse porte sur la création et l’institutionnalisation des archives d’architectes à travers la genèse et le développement de l’Institut français d’architecture, durant le dernier tiers du XXe siècle, tout en interrogeant l’évolution de l’histoire de l’architecture comme discipline.

La présentation de cette thèse, par Nina Mansion-Prud’homme, est disponible en vidéo sur le site du ministère de la Culture :

https://www.culture.gouv.fr/Nous-connaitre/Decouvrir-le-ministere/Histoire-du-ministere/Evenements/Recherche/Prix-de-these-Valois-Jeunes-chercheuses-et-checheurs/Edition-2020

 

Nouveaux horizons des sciences humaines. Nos disciplines à l’ère du numérique

Annonce de séminaire interdisciplinaire doctoral. Cette journée est organisée par trois doctorantes du Centre François-Georges Pariset, Sarah Crépieux-Duytsche, Marta Francia et Nawel Nessark, avec le soutien de l’École doctorale « Montaigne Humanités » (ED 480). Elle se tiendra le lundi 14 décembre 2020, en ligne.

Les évolutions numériques ont permis et permettent aux champs de recherche de s’ouvrir et se développer. En histoire, histoire de l’art, archéologie, arts plastiques, ces nouveaux outils nous permettent de transformer les façons avec lesquelles nous faisons de la recherche ainsi que ses applications.

Cette journée de séminaire interdisciplinaire doctoral propose d’aborder ce que le numérique peut apporter et transformer dans la pratique de nos disciplines. Pour cela, le séminaire sera organisé en trois axes, le premier traitant de la recherche, le second de la professionnalisation et le dernier de la vulgarisation. Nous verrons ainsi comment les bases de données, la reconstitution, la modélisation, les relevés 3D ainsi que la cartographie numérique sont des outils dont nous pouvons nous saisir, que ce soit dans notre activité de chercheurs ou de professionnels du patrimoine. Nous traiterons également la manière dont nos champs d’études peuvent quitter leurs cadres, lorsque nos recherches ont des applications concrètes dans des médias tels que les jeux vidéo et les films, notamment grâce au développement de la 3D.

Cette journée est ouverte aux doctorantes et doctorants, chercheuses et chercheurs, ainsi qu’aux professionnels.

Cette journée se tiendra en ligne, via Zoom. Les participants, les membres et les doctorants du Centre Pariset ont reçu par courriel le lien et les identifiants nécessaires. Celles et ceux qui souhaiteraient assister à cette journée sont priés de contacter Marta Francia à l’adresse suivante : marta.francia@etu.u-bordeaux-montaigne.fr

Le programme de cette journée est téléchargeable ici :