Pascal Bertrand, lauréat de la bourse “Getty Rothschild”

Pascal Bertrand, professeur d’histoire de l’art à l’université Bordeaux Montaigne est lauréat de la 4e bourse “Getty Rothschild” (offerte par la Fondation Getty et la Fondation Rothschild), pour mener un projet d’humanités numériques autour des tapisseries de Beauvais.

Pascal  Bertrand travaillera en lien avec la conservatrice du Getty Museum, Charissa Bremer-David, autour des registres de paie et de production de la manufacture de tapisserie de Beauvais au XVIIIe siècle (archives du Mobilier National). Les registres couvrent la production de plus de 2 320 tapisseries. Ils ont été numérisés et sont destinés à devenir une ressource en ligne. Son projet inclut l’indexation et l’étude des registres de production de la manufacture, l’identification des tapisseries conservées dans les musées, mais aussi, dans le cadre de cette bourse, l’étude des tapisseries de Waddesdon Manor (37 pièces) et du musée J. Paul Getty (16 pièces). Cette bourse permettra à Pascal Bertrand d’accéder aux archives des antiquaires et à la collection photographique du Getty Research Institute comme de s’appuyer sur les lexiques du Getty pour la mise en forme des données du projet. Le travail achevé devrait faire progresser de manière significative les connaissances autour de cette manufacture, de sa production, de l’économie préindustrielle et de l’histoire sociale.

Sa nomination est une occasion exceptionnelle d’explorer une source d’archives unique et de repenser l’histoire de la production de tapisseries françaises du XVIIIe siècle.

Pour en savoir plus sur cette bourse…

Cette bourse a été pensée pour soutenir des travaux novateurs en histoire de l’art et permettre au lauréat (historien de l’art, professionnel des musées ou restaurateur) de mener des recherches et d’étudier au Getty de Los Angeles et à Waddesdon Manor, dans le Buckinghamshire (Angleterre). Les boursiers reçoivent également une allocation pendant leur bourse et séjour aux deux endroits, qui n’excède pas huit mois. La bourse est administrée par la Getty Foundation.

Le J. Paul Getty Trust est une institution culturelle et philanthropique internationale dédiée aux arts visuels et regroupant le musée J. Paul Getty, le Getty Research Institute, le Getty Conservation Institute et la Getty Foundation. Les programmes J. Paul Getty Trust et Getty s’adressent à un public varié provenant de deux lieux : le Getty Center à Los Angeles et la Getty Villa à Pacific Palisades.  La Getty Foundation remplit la mission philanthropique du Getty Trust en soutenant des personnes et des institutions déterminées à faire progresser la compréhension et la préservation des arts à Los Angeles et dans le monde entier. Par le biais d’initiatives de subventions stratégiques, la Fondation renforce l’histoire de l’art en tant que discipline mondiale, promeut la pratique interdisciplinaire de la conservation, élargit l’accès aux collections de musées et d’archives. Des informations complémentaires sont disponibles sur :

http://www.getty.edu/foundation<http://www.getty.edu/foundation>

La Fondation Rothschild est une organisation caritative britannique présidée par Lord Rothschild. Elle perpétue la tradition philanthropique de la famille Rothschild, de soutien aux arts et au patrimoine. Outre la gestion du Manoir Waddesdon, l’une des dernières maisons Rothschild du XIXe siècle, la Fondation soutient des initiatives caritatives dans les domaines des arts et du patrimoine, de l’éducation, de l’environnement et du bien-être social. Pour des informations complémentaires, voir  :

http://surwww.rothschildfoundation.org.uk<http://www.rothschildfoundation.org.uk>

Double écran en tapisserie de Beauvais d’après François Boucher (Waddesdon Manor). Voir : https://waddesdon.org.uk/the-collection/item/?id=1319

Waddesdon Manor a été construit par le baron Ferdinand de Rothschild à partir de 1874 pour exposer sa remarquable collection d’art et recevoir ses invités. Il associe les arts décoratifs français du XVIIIe siècle de la plus haute qualité, de magnifiques portraits anglais et des peintures de maîtres anciens hollandais à l’un des plus beaux jardins victoriens de Grande-Bretagne, célèbre pour son parterre et sa volière ornementale. Légué au National Trust en 1957, Waddesdon est géré par la Fondation Rothschild pour le compte du National Trust.

Extrait de the GETTY – a World of Art, Research, Conservation, and Philanthropy Ι Fall 2019 :

Archives d’architectes en France. 1968-1998. Jeux d’acteurs et enjeux historiographiques autour de l’Institut français d’architecture

Nina Mansion soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art, dirigée par M. Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’art contemporain, le jeudi 28 novembre 2019, dans la salle des thèses (salle 001) de la Maison de la recherche (université de Bordeaux Montaigne, Esplanade des Antilles, Pessac). La soutenance est publique.

Cette thèse analyse les jalons de la fabrication d’une politique publique et nationale de conservation et de valorisation des archives d’architectes en France dans le dernier quart du XXe siècle, ainsi que ses effets sur l’histoire de l’architecture française contemporaine. En parcourant une période qui s’étend de la fin des années 1960 au début des années 2000, ce travail met en exergue le rôle d’une institution : l’Institut français d’architecture.

“Impression d’artiste de la salle de consultation et de conservation des Archives d’architecture du XXe siècle”, dessin de Jean-Philippe Garric (1987), repr. dans la plaquette de présentation du Centre d’archives d’architecture du XXe siècle de l’IFA (1988)

 

Il s’agit d’examiner, d’une part, les modalités d’émergence et d’institutionnalisation des structures chargées de la collecte et de la valorisation des archives d’architectes sur le territoire national en restituant les « jeux d’acteurs » – c’est-à-dire à la fois les enjeux de concurrence institutionnelle, les jalons du débat programmatique et les trajectoires individuelles – et, d’autre part, d’interroger, par le biais la question des archives d’architectes, la construction de la discipline historique en architecture. En dressant le portrait d’un milieu, l’étude questionne l’autonomie d’un champ disciplinaire partagé entre des lieux d’enseignement isolés et divisé entre des ambitions divergentes. En examinant les évolutions de la collecte et de ses modalités de valorisation à travers les publications et expositions, l’étude établit la place de l’IFA et de son Centre d’archives d’architecture du XXe siècle dans la fabrication de l’histoire de l’architecture récente en France.

À travers l’analyse croisée de sources écrites et de sources orales, ce travail propose de considérer trois périodes (1968-1980 ; 1980-1988 ; 1988-1998) au cours desquelles l’élaboration d’une politique de conservation des archives des architectes a défini un cadre institutionnel, méthodologique et épistémologique grâce auquel l’histoire de l’architecture a pu entreprendre sa rénovation. Outre les dynamiques institutionnelles, administratives et politiques, la thèse souligne le rôle de quelques personnalités pionnières (André Chastel, Maurice Culot, Bruno Foucart, etc.) qui ont façonné l’histoire de l’architecture française contemporaine telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Abstract

This thesis analyses the milestones of the development of a public and national policy for the conservation of the archives of architects in France in the last quarter of the 20th century and its effects on the history of contemporary French architecture. Covering a period from the late 1960s to the early 2000s, this work highlights the role of an institution: the Institut français d’architecture.

On the one hand, the thesis analyses the modalities of emergence and institutionalization of structures in charge of collecting architectural archives in France by looking into the challenges of institutional competition, the stakes of the programmatic debate and the individual trajectories. On the other hand, through the question of the archives of architects, this work questions the construction of the historical discipline in architecture. By drawing the portrait of a milieu, the study questions the autonomy of a disciplinary field divided between different educational institutions and between divergent ambitions. By examining the evolution of its collection and the way history was written through publications and exhibitions, the study establishes the place of the IFA and its Centre d’archives d’architecture du XXe siècle in the production of the history of recent architecture in France.

Through the cross-referenced analysis of written and oral sources, this work proposes to consider three periods (1968-1980; 1980-1988; 1988-1998) during which the development of a policy for the conservation of the archives of architects defined an institutional, methodological and epistemological framework which renovated the way architectural history was made, taught and written. In addition to the institutional, administrative and political dynamics, the thesis highlights the role of pioneering personalities (André Chastel, Maurice Culot, Bruno Foucart, etc.) who have shaped contemporary architectural French history as we know it today.

François-Georges Pariset (1904-1980) : objets et méthodes d’un historien de l’art

Le Centre François-Georges Pariset (université Bordeaux Montaigne, EA 538) et Passages (École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, UMR 5319) lancent cet appel à communication pour l’organisation d’une journée d’étude qui aura lieu le 9 octobre 2020, à Bordeaux, dans l’auditorium de la bibliothèque Mériadeck.

À l’occasion du quarantième anniversaire de sa disparition et du dépôt récent à l’INHA d’une part importante de ses archives personnelles, cette journée d’étude souhaite réévaluer les travaux de François-Georges Pariset (1904-1980) et considérer les enjeux de l’érudition en histoire de l’art, à la lumière de son positionnement méthodologique.

François-Georges Pariset tenant un exemplaire de L’Art classique (Paris, Presses universitaires de France, coll. « Les Neuf muses » – Histoire générale des Arts, 1965), photographie non datée, archives privées.

La carrière de François-Georges Pariset épouse les grandes dynamiques de l’implantation de l’histoire de l’art dans le paysage universitaire, entre les années 1930 et les années 1970. Issu d’une famille d’érudits, sa formation d’historien à l’université de Strasbourg marque son approche documentaire et archivistique de la connaissance des œuvres d’art. Parmi ses premiers soutiens, on compte Louis Réau, René Schneider et Pierre Lavedan mais aussi Lucien Febvre qui, en 1950, publie dans les Annales un compte rendu de la monographie consacrée à Georges de La Tour (Paris, Henri Laurens, 1948), issue de sa thèse soutenue en Sorbonne en 1947. Quel bilan faire de ce type d’approche et, plus largement, de l’apport de Pariset dans le processus de redécouverte des œuvres de La Tour ?

L’ancrage régional constitue un trait de la trajectoire intellectuelle de François-Georges Pariset. De l’est de la France à l’Aquitaine, son itinéraire l’amène, au fil des années, à considérer de nouveaux sujets. Grünewald, Jacques de Bellange, Hans Baldung Grien et Georges de La Tour constituent, dès ses premiers articles publiés dans les années 1930, quelques-uns de ses artistes de prédilection, auxquels s’ajoute Claude Deruet à la fin des années 1940. À son arrivée à Bordeaux, en 1952, suite à sa nomination en tant que professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à la Faculté des Lettres, son intérêt se focalise davantage sur l’architecture bordelaise, en particulier du XVIIIe siècle. Son goût de l’enquête sur le terrain, dont il s’attache souvent dans ses articles à restituer les étapes, l’amène à produire plusieurs études consacrées à Victor Louis et Louis Combes. Des peintres alsaciens et lorrains de la Renaissance à l’architecture classique et néo-classique, la province se révèle être au cœur du discours historique que Pariset développe et consolide jusqu’aux années 1970. Comment appréhender ce parcours, non seulement au regard d’une carrière jalonnée par les échanges avec l’Allemagne (détachement à l’Institut français de Berlin de 1931 à 1932, docteur honoris causa de l’université de Hambourg), mais aussi à l’échelle de l’histoire transnationale de l’art ?

Ce sont donc les enjeux méthodologiques et institutionnels promus par l’un des représentants académiques de l’histoire de l’art, sur lesquels cette journée d’étude entend revenir. Sur la base d’une relecture critique de ses écrits, nous proposons de réexaminer l’apport de François-Georges Pariset à l’histoire de l’art et de recontextualiser les liens, échanges et collaborations qu’il a pu établir avec ses confrères. En quelle mesure contribua-t-il à la redécouverte de nombreux artistes ? Comment lire Pariset aujourd’hui ? Ces questions sont d’autant plus légitimes que cet historien de l’art est quelque peu tombé dans l’oubli.

La manifestation sera accompagnée d’une exposition des dessins de François-Georges Pariset qui se tiendra à la bibliothèque municipale Mériadeck de Bordeaux à la rentrée 2020.

Comité scientifique et organisateur

Laurence Chevallier (École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, UMR 5319)

Myriam Metayer (université Bordeaux Montaigne, EA 538)

Adriana Sotropa (université Bordeaux Montaigne, EA 538)


Les propositions de communication, de 300 mots environ, accompagnées d’un titre et indiquant les principales sources utilisées, de même qu’une brève notice biographique, sont à adresser avant le 1er février 2020 à :

   – Laurence Chevallier : laurence.chevallier@bordeaux.archi.fr

   – Myriam Metayer : myriam.metayer@u-bordeaux-montaigne.fr

   – Adriana Sotropa : adriana.sotropa@u-bordeaux-montaigne.fr

Les réponses seront communiquées au plus tard à la fin du mois de février 2020.

Les communications ne devront pas excéder 25 minutes.


Pour télécharger le présent appel :

 

Écrire l’histoire de l’art: aux frontières de la discipline

Cette seconde édition de la journée des doctorants et doctorantes du Centre F.-G. Pariset est organisée par Sarah Crépieux-Duytche, Naouel Nessark et Léa Tichit. Elle a pour objectif de mettre en valeur les différentes thématiques des thèses portées au sein du laboratoire. Par des communications et tables rondes seront interrogées les interconnexions et les frontières de nos objets d’étude. Une intervention des membres de l’association transfrontaliers, association de doctorants et docteurs en histoire de l’art fondée en 2018, nous permettra d’appréhender bien des contours de la recherche transnationale.

Elle se tiendra le jeudi 14 novembre 2019, à l’université Bordeaux Montaigne, Odéon de l’Archéopôle.

Pour les modalités pratiques et le programme de cette journée :