Architecture et urbanisme de la Reconstruction en Nouvelle-Aquitaine (1940-1958) : sources, méthodes et outils

Cette journée d’étude, organisée par Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne, Centre F.-G. Pariset, EA 538) et Émilie d’Orgeix, directrice d’études à l’EPHE (PSL – Histara), se tiendra le jeudi 7 novembre 2019 à la Direction des Affaires régionales de Nouvelle-Aquitaine, salle chapelle, 54 rue Magendie, 33074 Bordeaux.

En France, les travaux consacrés au patrimoine de la seconde Reconstruction (1940-1958) portent essentiellement sur des ensembles urbains (Brest, Le Havre, Caen, Royan, Oradour-sur-Glane…) ou des départements massivement détruits tels le Nord-Pas-de-Calais, le Finistère ou la Normandie. Il est désormais nécessaire d’élargir ce spectre à des territoires plus vastes et plus inégalement touchés par la guerre. Cette inflexion permettra notamment d’affiner les typologies de destructions, d’étudier de manière exhaustive les processus d’interventions urbaines et rurales  et de documenter l’ensemble des postures professionnelles. D’un point de vue patrimonial, elle rendra également effective l’identification et la protection de sites et d’architectures remarquables qui ont échappé au crible des inventaires.

Le glissement à de nouvelles échelles territoriales, plus vastes et moins méthodiquement détruites, impose néanmoins des stratégies d’analyse fondamentalement différentes. Comment conformer ou adapter les méthodes de recherche déjà éprouvées, à petite ou moyenne échelle, pour rendre compte au Large de la politique urbaine, architecturale et territoriale mise en œuvre par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme ? Quels sites sélectionner et en fonction de quels critères ? Quelles stratégies d’analyse, de classement et de croisement des sources adopter face à des dossiers documentaires pléthoriques issus de fonds d’archives nationales, départementales, communales et privées ?

Se fondant sur la vaste enquête engagée en 2017 sur le patrimoine de la Reconstruction par la Direction régionale des affaires culturelles de Nouvelle-Aquitaine, cette journée d’étude invite à repenser la structuration de méthodes d’analyse architecturale et urbaine menée à l’échelle de la plus grande circonscription administrative de France. Les interventions présentées offriront l’occasion de revenir sur la méthodologie du travail et d’en réinterroger la pertinence dans le cadre d’une étude pionnière qui couvre les douze départements de la Nouvelle-Aquitaine, classée cinquième région pour le nombre de destructions à l’issue de la seconde guerre mondiale.

Pour les modalités pratiques et le programme des interventions : 

Fig. : vue d’une des salles de l’exposition « Reconstruire : Santé, Habitation, Urbanisme », organisée au musée des Beaux-Arts de Bordeaux, 2-25 mars 1946 (Bordeaux, musée des Beaux-Arts)

http://www.musba-bordeaux.fr/article/reconstruire-sant%C3%A9-habitation-urbanisme

Usages européens des matières et des denrées venues d’ailleurs aux XVIIIe et XIXe siècles

Tabatière. Paris, 1781-1783. Laque japonais, or, émail. Paris, musée du Louvre, département des Objets d’art. Legs Philippe Lenoir, 1874

Table ronde organisée dans le cadre des jeudis du MADD, jeudi 10 octobre à 18h

Les Amis du madd et le Centre François-Georges Pariset (EA 538, Université Bordeaux-Montaigne) proposent une table ronde dans le cadre de l’exposition « La passion de la liberté. Des Lumières au romantisme » qui est organisée conjointement par le madd-bordeaux et le musée des Beaux-Arts de Bordeaux, avec la participation exceptionnelle du musée du Louvre.  

La circulation des marchandises et le développement du commerce à l’époque moderne favorisent la création d’objets dédiés et l’apparition de nouveaux usages. Cette thématique sera abordée sous différents angles à l’occasion d’une discussion menée par Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, membre du Centre F.-G. Pariset. Elle réunira Geneviève Lacambre, conservateur général honoraire du patrimoine et spécialiste du japonisme, ainsi qu’Annick Notter, conservateur honoraire du musée d’Art et d’Histoire de la Rochelle.

Pour les modalités pratiques et la préinscription obligatoire, voir :

https://madd-bordeaux.fr/les-jeudis-du-madd