Espaces frontière : la demeure comme œuvre

Colloque organisé par Sabine du Crest (université Bordeaux Montaigne, Centre F.-G. Pariset, EA 538 ; FF The Harvard University Center for Italian Renaissance Studies, Villa I Tatti), en collaboration avec le Museo Stibbert et l’Institut français de Florence.

Firenze, Museo Stibbert

Ce colloque, qui se tient le 1er octobre 2019 à Florence, au Museo Stibbert et à l’Institut français, a pour objet d’approfondir l’un des propos d’une future exposition : « Si loin si proche. L’Esotismo negli interni europei tra Ottocento e Novecento » (Museo Stibbert, septembre 2020-janvier 2021), dont le commissariat est assuré par Sabine du Crest. L’idée est de s’intéresser ici au cas le plus extrême, celui de la demeure comme œuvre, suivant l’idée de Walter Benjamin d’une transfiguration des objets introduits dans son intérieur par le collectionneur.

Pour une présentation plus détaillée et le programme de la journée, voir :

Quel avenir pour notre-dame ?

Dans la nuit du 15 au 16 avril 2019, le monde entier assistait en direct, impuissant, à l’incendie de la charpente et de la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris. En une nuit disparaissait un élément iconique du ciel parisien. C’est, au-delà, un édifice majeur dans la relation des Français à l’égard de leur patrimoine qui a été atteint, et l’un des monuments les plus emblématiques des biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial. L’émotion a été immédiate, planétaire, et l’élan de solidarité aussi spectaculaire que l’avait été la catastrophe. L’exécutif a réagi sur le champ, avec l’annonce par le Président de la République que Notre-Dame serait rebâtie « plus belle » dans un délai de cinq ans, puis, par le Premier Ministre, qu’un concours d’architecture serait lancé pour la reconstruction de la flèche. Dans les jours qui ont suivi, les commentaires de spécialistes parfois improvisés se sont multipliés, et bien des propos fantaisistes ont été répétés sans contrôle, sur les causes de l’incendie, sur l’étendue des dégâts, sur l’état de la structure, sur les solutions envisageables pour le rétablissement de la toiture….

L’émotion passée, il apparaît nécessaire de revenir sur cette catastrophe, pour fournir à tous ceux qui le souhaitent des éléments fiables d’information, de compréhension et de réflexion sur la cathédrale Notre-Dame, son état actuel, son avenir, en s’appuyant sur l’expertise de spécialistes de domaines scientifiques et professionnels tels que l’histoire de l’architecture, l’archéologie, l’histoire des représentations, l’étude des matériaux du patrimoine, ou la restauration des monuments historiques. C’est l’objectif que se fixent, en partageant le plus largement possible leurs interrogations, les intervenants réunis à Bordeaux pour cette journée ouverte à tous les publics, étudiants, universitaires, amateurs et amoureux du patrimoine.

Le programme de cette journée de réflexion, qui se déroulera le 4 octobre 2019 à l’université de Bordeaux Montaigne (amphi 700), est téléchargeable ici, avec l’affiche.

L’organisation de cette journée est assurée par Yves Gallet, professeur d’histoire de l’art médiéval (Ausonius, UMR 5607) et Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’art contemporain (Centre François-Georges Pariset, EA 538)