Appel à Communication : L’art des villes

COLLOQUE INTERDISCIPLINAIRE Scientifique et artistique

Jeudi 29, vendredi 30, samedi 31 janvier 2015

Cap Sciences, Bordeaux
 

Porteurs : Patrick BAUDRY, Pr et Cécile CROCE, MCF HDR

Ce colloque accueillera des invités extérieurs en conférences et des enseignants-chercheurs, doctorants, artistes en tables rondes. Il fera l’objet d’une publication dans un numéro spécial de la revue Figures de l’Art (Comité de lecture international). Le présent appel à communication s’adresse à tout doctorant de L’Ecole Doctorale de l’Université Bordeaux Montaigne travaillant sur le sujet et susceptible de participer à une table ronde puis de proposer un texte pour publication.

Envoyer vos propositions sous la forme d’un texte de 4000 signes espaces compris et d’une courte biobibliographie avant le 31 octobre 2014.

 

Argument :

L’expression « art de ville » propose de considérer la ville comme un être vivant, qui cherche à se parer, à se faire beau mais aussi à inscrire son devenir dans une élaboration active fondée sur la mise en place de projets. Elle implique la prise en compte des processus, et projets, gestes et pratiques économiques ou politiques qui distinguent l’esthétique d’une ville. L’« art des villes » est l’art de « se designer » en ville, belle et agréable à vivre pour ses citoyens comme pour ses visiteurs. Les artistes y sont sollicités ; or, ils peuvent se révéler fort critiques et engager à repenser les atmosphères urbaines qu’ils informent.

Si « la ville » semble de plus en plus se confondre avec la société elle-même — tout se passant comme si la construction urbaine équivalait à la production sociale ou encore comme si le devenir des villes permettait l’analyse d’une société en train de se faire — la mise en esthétique du cadre urbain apparaît comme l’une des données majeures de l’aménagement contemporain. Le « décor » ne se perçoit plus comme une spatialité d’illustrations : l’environnement se traite comme ce milieu qui doit générer des modalités perceptives et produire des ambiances. La question de l’ornementation en particulier doit être repensée.

L’esthétique comporte des enjeux majeurs en termes économiques : le traitement des centres villes et les soins apportés à la ville muséale ont, par exemple, des effets sur l’attractivité touristique. 

C’est aussi une vision des manières de vivre ensemble qui se trouve engagée par des politiques d’éclairage, la sollicitation d’un geste artistique, et, plus globalement, une logique de la recentration comme on peut l’observer dans l’ensemble des villes contemporaines.

Un mode de consensualité semblerait s’affirmer, liant l’appréciation d’un cadre de vie au sentiment d’une appartenance culturelle et à la pratique d’une citoyenneté. Cette esthétisation ne suffirait pas à rassembler les individus sociaux qui sont censés constituer la ville si ceux-ci sont eux-mêmes en grandes disparités, enfermés dans le fonctionnalisme de la ville hyper industrielle, voire coupés de l’ancrage au réel.

Il faut toutefois analyser de plus près ce qui relèverait d’une esthétisation généralisée. Ce sont en fait des pratiques plurielles (non seulement monuments et sculptures, mais aussi street-arts, actions participatives et performatives, installations, ou encore design urbain), éventuellement divergentes ou contradictoires, qu’il faut prendre en compte. Arts transgressifs ou bien au contraire constitutifs d’un véritable sens du vivre ensemble ? Qu’est ce qui fait l’art vivant des villes qui se distinguent des villes d’art qui ressemblent à des villes-musées –morgues ?

Dans la volonté de faire émerger de nouvelles compétences d’analyse concernant « le domaine » des arts et l’anthropologie urbaine, ce colloque veut mettre en exergue la notion d' »ambiance » et dépasser les représentations de sens commun que cette expression peut véhiculer en tenant compte également des pratiques artistiques urbaines citoyennes. Ainsi, l’ambiance est entendue comme ce qui, déployé à l’intersection du produit et de la personne, permet de générer des manières d’être à la ville qui font trace et s’offrent à l’appropriation collective.

Ce colloque réunit des enseignants-chercheurs, des artistes (architectes, plasticiens, designers, performeurs, artistes son, photographes) et des responsables de collectivités territoriales qui, en interrogeant la place des arts dans la ville, analysent les manières contemporaines de « faire ville ». Ce sont les questions de l’esthétisation, de l’urbanité et des ambiances qui seront abordées.

 

Contact : cecile.croce@iut.u-bordeaux3.fr

Colloque international : FORTIFIER LA MONTAGNE XVIIIe-XXe siècles‏

HISTOIRE, RECONVERSION ET NOUVELLES PERSPECTIVES DE MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE MILITAIRE DE MONTAGN

aff-meynen_1412684557688-jpgToulouse 13 et 14 novembre 2014

COLLOQUE INTERNATIONAL
sous la direction scientifique d’Émilie d’Orgeix (Bordeaux – Montaigne) et de Nicolas Meynen (Toulouse – Jean Jaurès)

Quelle connaissance avons-nous aujourd’hui des fortifications de montagne (Pyrénées, Alpes, Jura, Vosges) et des documents historiques qui leur sont liés ? Comment les ingénieurs se sont-ils adaptés à l’anatomie si particulière de la montagne ? Comment construire en montagne, avec quels matériaux et dans quelles conditions ? Quelle délicate dialectique entre tradition vernaculaire et invention formelle et technique s’est mise en place ? Comment camoufler les ouvrages aux yeux des ennemis ? Et enfin, comment aujourd’hui conserver, mettre en valeur, faire vivre et connaître ces ouvrages aux typologies très variées, souvent difficiles d’accès et fragilisés par des conditions climatiques rigoureuses ?

Durant deux journées, ce colloque international organisé en collaboration entre les universités de Toulouse – Jean Jaurès et de Bordeaux-Montaigne, explorera ces diverses
questions à la lumière de cas d’études français et européens.


Programme :


Jeudi 13 novembre  2014  – Maison de la Recherche, Université Toulouse – Jean Jaurès, salle D29


10h00
 Introduction générale par Emilie d’Orgeix et Nicolas Meynen

SESSION 1. L’INTELLIGENCE DU TERRITOIRE
Présidence : Benoît Melon (Conseiller pour l’Architecture, DRAC Midi-Pyrénées)

10h30 La fortification des Alpes françaises de 1928 à 1940 : organisation, réalisations et usages par Philippe Garraud (Sciences Po, CNRS)

11h00 À l’école de la montagne : les expérimentations photographiques du commandant Allotte de la Fuÿe (1844-1939) à l’école du génie de Grenoble par Émilie d’Orgeix (Bordeaux-Montaigne)

11h30 Le général Haxo et le figuré du terrain par Yannick Guillou (historien)


12h00-13h30
 Pause déjeuner


SESSION 2. CONSTRUIRE EN ALTITUDE : ADAPTATION ET INVENTION
Présidence : Pascal Julien (Toulouse – Jean Jaurès)

13h30 Le flanquement de l’obstacle dans les ouvrages des Alpes entre 1874 et 1914 : entre pérennité formelle et adaptation normative par Martin Barros (Service Historique de la Défense, Vincennes)

14h00 Adaptations formelles et ressources matérielles dans les fortifications de la vallée de la Tarentaise entre 1888 et 1913 par Vincent Arpin (Pierre Mendès-France, Grenoble)

14h30 Des thermes militaires dans les Pyrénées par Nicolas Meynen (Toulouse – Jean Jaurès)


SESSION 3. TRAVAUX ÉTUDIANTS EN COURS
Présidence : Isabelle Warmoes (Musée des Plans-Reliefs, Paris)

15h00 La guerre dans les Alpes de Vauban à Bourcet par Nicolas Morestin (Paul Valéry Montpellier)

15h30 Conserver et mettre en valeur les fortifications, l’exemple du Castelgrande, de l’aménagement des remparts et de la Piazza del Sole par Laure Jacquin (Paris-Est-IPRAUS)

16h00 La patrimonialisation du champ de bataille du Linge dans les Vosges, une sauvegarde exemplaire entre volonté politique et initiatives individuelles par Florian Hensel (u. de Strasbourg)

17h00-18h30 Visite architecturale en ville organisée par l’association Mirabili’Art des étudiants-chercheurs du département d’Histoire de l’art de l’université Toulouse – Jean Jaurès.

 

Vendredi 14 novembre 2014  – Maison de la Recherche, Université Toulouse – Jean Jaurès, salle D31


SESSION 4. CAMOUFLER ET INTÉGRER LA NATURE
Présidence : Alain Monferrand (Association Vauban)

10h15 Camouflage & fortifications suisses par Maurice Lovisa (architecte diplômé de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), Suisse)

10h45 Formes, couleurs et optique : le camouflage, art ou science ? L’itinéraire de Pierre Gatier par Frédéric Saffroy (docteur en histoire, avocat au Barreau de Paris)

11h15 Présentation sur le Fort de Bard (Italie) par Alain Monferrand (Association Vauban)


12h00-13h30
 Pause déjeuner

 

SESSION 5. CONSERVER ET METTRE EN VALEUR
Présidence : Jean-Yves Besselièvre (Historien de la fortification, VPM)

13h30 Le fortificazioni campali alpine: archeologia del confine sabaudo par Fabrizio Zannoni (archéologue, Centro studi di architettura militare piemontese)

14h00 La ligne fortifiée des Pyrénées (1942-1944) par Guillem Castellvi (archéologue, missionné par le Conseil Général 66 et le Service Régional de l’Archéologie, Languedoc-Roussillon)

14h30 Histoire et mise en valeur d’un site : l’exemple du Fort du Portalet par Isabelle Warmoes (Musée des Plans-Reliefs, Paris) et Bernard Choy (communautés de Communes, vallée d’Aspe)

15H15 Mise en valeur et réflexion sur la réutilisation des éléments fortifiés des deux ceintures de Lyon : initiatives citoyennes par Bruno Morel (architecte du Patrimoine, Coordinateur de l’UFAL, Lyon)


16h00
 Débat et conclusion des journées

Télécharger le programme (pdf)

INFORMATIONS PRATIQUES :

ADRESSE
Université Toulouse – Jean Jaurès
5, allée Antonio Machado
31058 Toulouse cedex 9

ACCÈS
Métro Ligne A
arrêt Mirail-Université

 

Journée d’études, samedi 8 novembre 2014 : L’architecture des ingénieurs, 1650-1850

Versailles, Bibliothèque municipale
5, rue de l’Indépendance Américaine

Organisée par les universités
Bordeaux-Montaigne, Paris-Sorbonne, Paris-Ouest,
avec le concours du Ghamu

Reims
Jean-Gabriel Legendre, projet de place de l’hôtel de ville à Reims,
1758, Archives nationales

Les années 1980 furent propices à l’étude du travail des ingénieurs : en 1981, Anne Blanchard publiait un Dictionnaire des ingénieurs militaires actifs en France entre 1691 et 1791, témoignant par son volume de l’importance de leur activité, tandis qu’en 1988, Antoine Picon, dans son ouvrage Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, accordait enfin aux ingénieurs des Ponts l’attention qu’ils méritaient et examinait leur formation et leurs méthodes de travail au regard de celles des architectes de l’Académie royale d’architecture.

Au-delà des programmes attendus, fortifications, ouvrages hydrauliques, ponts et routes, les ingénieurs, militaires et des Ponts et Chaussées, honorèrent des commandes dans le domaine de l’architecture publique monumentale, de l’architecture religieuse et hospitalière, mais aussi dans celui de l’architecture domestique et de l’art des jardins.

L’historiographie fait la part belle aux architectes dans les embellissements de la capitale, tandis que les études récentes sur la province accordent aux ingénieurs une place de plus en plus importante : le tableau est en réalité bien plus nuancé. Cette journée sera l’occasion de présenter les limites de cette opposition et d’initier un travail systématique sur l’activité des ingénieurs du règne de Louis XIV à la monarchie de Juillet.

Cette première rencontre se concentre plus particulièrement sur l’architecture privée et son décor, la distribution et le projet urbain. Une deuxième rencontre se déroulera en 2015.

Direction scientifique : Basile Baudez, maître de conférences, Paris-Sorbonne, Alexia Lebeurre, maître de conférences, Bordeaux-Montaigne, et Dominique Massounie, maître de conférences, Paris Ouest-Nanterre.

Contacts : alexia.lebeurre@gmail.com, basile.baudez@gmail.com, dommassounie@aol.com

Jacques-Pierre-Jean Rousseau, ingénieur des ponts et chaussées, puis architecte de la ville d’Amiens, reliefs de la façade du théâtre de la ville, 1778, Archives départementales de la Somme

 

Jacques-Pierre-Jean Rousseau, ingénieur des ponts et chaussées, puis architecte de la ville d’Amiens, reliefs de la façade du théâtre de la ville, 1778, Archives départementales de la Somme

 

 

 

 

 

Programme :

Matinée L’ingénieur et l’habitat

10h – Introduction et présidence, Dominique Massounie, maître de  conférences, Paris Ouest-Nanterre-La Défense

10h15 – Jean-Loup Leguay, attaché de conservation, musée de Picardie, Amiens
Le château de Saint-Gratien, près Amiens, une merveille de l’ingénieur Rousseau

10h45 – Adrian Almoguera, doctorant, allocataire-moniteur, Paris-Sorbonne
L’influence des ingénieurs militaires français sur l’architecture espagnole au XVIIIe siècle : Charles Lemeaur (1720-1785) et le palais Rajoy à Saint-Jacques de Compostelle

11h15 – Alexia Lebeurre, maître de conférences, Bordeaux-Montaigne
Charles-François Mandar et la décoration intérieure : les projets pour l’hôtel d’Osuna à Madrid (1799)

11h45 – Débats

Déjeuner

Après-midi L’art urbain des ingénieurs

Présidente de séance, Alexia Lebeurre, maître de conférences, Bordeaux-Montaigne

14h – Samuel Bothamy, doctorant, Bordeaux-Montaigne
L’ingénieur militaire Isaac Robelin à Rennes (1721-1724) : plan d’embellissement, transfert foncier, système global des constructions

14h30 – Agueda Iturbe-Kennedy, doctorante, université Laval, Québec
La porte de ville au sein du projet urbain de l’ingénieur

15h – Linnéa Rollenhagen-Tilly, umr ausser
Joseph-Marie de Saget, ingénieur des États du Languedoc (1725-1782)

15h30 – Raphaël Tassin, doctorant, ephe
Richard Mique. Chantiers publics et urbanistiques en Lorraine (1755-1766)

16h – Débats et conclusion

Télécharger le programme