Présentation de l’ouvrage Architectures de Guerre et de Paix : du modèle militaire antique à l’architecture civile moderne

Olga Medvedkova et Émilie d’Orgeix vous convient à la présentation de l’ouvrage Architectures de Guerre et de Paix : du modèle militaire antique à l’architecture civile moderne en présence de Laurence Bertrand-Dorléac (Sciences-Po Paris) à l’occasion du 3° Festival d’Histoire de l’Art.

Une table ronde aura lieu le samedi 31 mai 2014 de 12h00 à 13h30, dans le salon des fleurs du château de Fontainebleau http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/une-proposition-des-editions-mardaga/

Architectures de guerre et de paix  

Architectures de guerre et de paix – Du modèle militaire antique à l’architecture civile moderne
Sous la direction d’Olga Medvedkova (CNRS, centre André Chastel) et d’Émilie d’Orgeix (Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3).

Ancrées dans un héritage antique commun, architecture civile et architecture militaire ont cohabité pendant des siècles, chacune puisant librement dans le répertoire de l’autre. Ce n’est que depuis le XIXe siècle, qu’on les étudie individuellement comme si elles appartenaient à des cultures différentes que rien ne liait entre elles. Franchissant ces limites disciplinaires et croisant les  « thèmes » militaires et civils à travers leurs fondements antiques, l’ouvrage aujourd’hui présenté, « Architectures de guerre et de paix », traite de manière souvent paradoxale ce sujet rarement abordé en histoire de l’architecture et pourtant central pour la culture architecturale européenne.

Lien vers l’article précédemment publié : http://pariset.hypotheses.org/254
Télécharger l’avis de publication – pdf

 

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE DE LA FONDATION MARTINE AUBLET

ANNEE UNIVERSITAIRE 2014 – 2015

APPEL A CANDIDATURES

La Fondation Martine Aublet, sous l’égide de la Fondation de France, offre, pour l’année universitaire 2014-2015, une quinzaine de bourses de recherche doctorale à des étudiants inscrits en troisième cycle dans un établissement d’enseignement supérieur français ou en co-tutelle avec une université étrangère.

Les disciplines concernées sont l’anthropologie, l’ethnomusicologie, l’ethnolinguistique, l’histoire de l’art, l’histoire, l’archéologie, et la sociologie.

Ces bourses sont destinées à financer exclusivement des recherches de terrain en Afrique, en Asie, en Océanie, au Moyen-Orient, dans l’Océan Indien et les Amériques amérindienne, latine et caribéenne.

Si aucun domaine thématique de recherche n’est privilégié, il est impératif que la méthodologie d’enquête soit qualitative et relève de l’observation participante ethnographique, du traitement d’archives et de la documentation historiographique (collections comprises), de la participation à des chantiers de fouilles archéologiques ou bien de la conduite d’entretiens thématiques et directifs. Ces bourses concernent donc la phase initiale de la réalisation d’une thèse (première et deuxième année de 3° cycle) et non la phase de rédaction finale (à partir de la troisième année).

Ces bourses sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible, du 1er novembre au 31 octobre. Elles sont chacune d’un montant global de 15000 euros, versé en deux fois. Elles sont allouées après évaluation et sélection des dossiers par le Comité des rapporteurs et le Conseil Scientifique de la Fondation Martine Aublet, et validation par le Conseil d’administration de la Fondation. Aucune condition de nationalité n’est exigée.

MODALITES D’ENREGISTREMENT DES CANDIDATURES

Les demandes de bourses de recherche doctorale doivent être établies suivant un formulaire à télécharger, durant la période de l’appel à candidature, sur le site Internet du musée du quai Branly. Le dossier de candidature devra être accompagné d’une lettre du directeur de thèse arguant de la qualité du projet présenté. Les lauréats seront tenus de remettre à la Fondation un rapport succinct à mi-parcours de leur recherche, puis un rapport complet à l’issue de celle-ci qui sera publié dans des Annales de la Fondation.

Pour être enregistré, le dossier de candidature complet doit obligatoirement faire l’objet d’un double envoi  avant le 25 juin 2014 à minuit :

– par voie électronique, à l’adresse suivante : bourses.martineaublet(at)quaibranly.fr .

Les différents documents seront regroupés en un unique fichier pdf intitulé de la façon suivante NOMDUCANDIDAT_bourseFMA_2014.pdf . L’ensemble du dossier de candidature ne dépassera pas 5Mo.

– par courrier postal (avec mention ‘Candidature Bourse doctorale Fondation Martine Aublet’ portée sur l’enveloppe), avec le formulaire de candidature daté et signé, à l’adresse suivante :

Fondation Martine Aublet
Département de la recherche et de l’enseignement
musée du quai Branly
222, rue de l’Université
75343 Paris Cedex 07
La liste des candidatures sélectionnées et retenues sera affichée sur le site web du musée du quai Branly et diffusée à la fin du mois de septembre 2014. La cérémonie de remise des bourses aura lieu dans le courant du mois d’octobre.

Télecharger le formulaire de candidature (format pdf)

Appel à communication – Investigating “lateness” in Early Modern Art and Architecture

61st Annual Meeting of the Renaissance Society of America – Berlin, 26-28 March, 2015

Investigating “lateness” in Early Modern Art and Architecture

This panel seeks to engage with notions of lateness and what constitutes lateness in the artistic and architectural production of the early modern period. What does it mean for something to be late? How has the concept of lateness been applied to art and architecture during the early modern period, and in what ways has modern scholarship adhered to progress models of stylistic change that presuppose a nascent, fully-realized, and late style in art? How do we explain ‘medieval’ artistic forms that persist well into the seventeenth century and pose problems to existing periodizations?

We invite papers that address the concept of lateness across different media, and a broad geographical range in the early modern period. Papers could explore topics such as:

•The persistence of enduring and/or conservative styles in art or architecture

•“Mature style” – perceived differences in artworks created late in an artist’s life versus those created earlier in his or her oeuvre

•Artworks that received recognition and praise long after their creation

•Examinations of existing periodizations

•“Hybridity” and eclectic styles in art and architecture

•Renaissance Gothic

Please submit an abstract (no more than 150 words), along with a title and keywords, as well as a brief CV to Jennifer Gear ( gearj@umich.edu ) by Monday, 2 June 2014.

Co-organizers: Jennifer Gear and Alice Isabella Sullivan, Department of the History of Art, University of Michigan, Ann Arbor

more information :
http://www.rsa.org/?page=2015Berlin

Avis de soutenance de thèse de Xuehui ZHANG le 19 mai – Peinture et philosophie dans la Chine du XVIIIè siècle des Mings : Shi Tao et Zhu Da

Mme Xuehui Zhang présente ses travaux en soutenance le : 19 mai 2014 à 14h00

Université Bordeaux Montaigne – Salle des thèses – Bâtiment Accueil 2ème étage

En vue de l’obtention du diplôme : Doctorat Histoire de l’art

La soutenance est publique.

Titre des travaux : Peinture et philosophie dans le Chine du XVIIe siècle des Mings : Shi Tao et Zhu Da

Ecole doctorale : Montaigne-Humanités

Formation doctorale : DEA Histoire, économie et art, des origines des temps modernes aux temps présents

Section CNU : 22 – Histoire/civilisations : mondes modernes

Unité de recherche : Equipe d’accueil et de recherche en Histoire de l’Art

Directeur : M. Christian Taillard, Professeur émérite

Membres du Jury :

M. Philippe Loupes, Professeur émérite, Université Bordeaux Montaigne

M. Jean-Pierre Poussou, Professeur émérite, Université Paris IV Paris-Sorbonne

Mme Hélène Rousteau-Chambon, Professeur des Universités, Université Nantes

M. Christian Taillard, Professeur émérite, Université Bordeaux Montaigne

 

Résumé de la thèse :

Au XVIIe siècle, la Chine connaît une période d’effervescence intellectuelle extraordinaire, de transformations économiques et sociales, mais également de grands bouleversements politiques: en 1644, l’ancienne dynastie des Ming est renversée par les Mandchous, qui fondent la nouvelle dynastie des Qing (1644-1911).

Sous les dynasties Ming et Qing, l’organisation du pouvoir dans la société chinoise reste certes de type féodal mais, dés le milieu de l’époque Ming, les choses bougent : les bases d’une société capitaliste sont établies, les centres urbains se vouent au commerce, l’artisanat prend de l’ampleur, une économie matérielle et une société de plus en plus hierarchisée se développent, faisant naître une demande croissante de biens culturels.

Les Quatre bonzes vivaient à la fin de la dynastie Ming et du début de la dynastie Qing. Ils ont connu la chute de la dynastie Ming. Dans les bouleversements sociaux qui ont suivi la prise du pouvoir par les Mandchous, un certain nombre de peintres ont continué à prêter allégeance à la dynastie déchue des Ming. Par leurs poèmes et peintures, ils exprimaient leur opposition à la domination des Mandchous et leur attitude de non collaboration avec l’occupant. Beaucoup d’entre eux se sont faits bonzes afin de fuir un monde hostile.

Ces bonzes les plus remarquables étaient les peintres Hong Ren, Kun Can, Shitao et Zhu Da. Soit en tant membre de la famille impériale de la dynastie Ming, soit en tant que partisan de la dynastie précédente, ils ne voulaient pas suivre le gouvernant de la dynastie Qing; donc, ils ont créé un nouveau style anti-orthodoxe en soulignant l’expression de la personnalité.

Shi Tao, artiste aux talents très variés, autant de poésies et d’essais, se penche aussi sur la peinture et la calligraphie. Ses peintures sont d’une valeur exceptionnelles, qu’il s’agisse de paysages des monts et des fleuves ou de plantes (Chlorophytums et bambous). Même si elles se souviennent des points forts des ancêtres de toutes les générations historiques, ses peintures de paysage ne se limitent pas à la tradition orthodoxe de telle école ou courant. Il est à la fois héritier de techniques traditionnelles parfaitement assimilées et précurseur de la peinture aquatique de sa génération. La nature,qui constitue l’inspiration principale de ses œuvres, lui fournit des sources pour perfectionner et diversifier sa technique de création picturale.

Shi Tao s’est opposé aux conventions routinières et a préconisé le développement de la personnalité. Cette opinion était originale à son époque. Il ne suit pas les règles traditionnelles de la peinture quand il décrit des éléments de la nature, comme les oiseaux et les fleurs, les chlorophytums et les bambous. Sa peinture émane du fond de son cœur. Sa manière de faire couler les encres et d’utiliser le pinceau varie selon son intérêt ou ses besoins. C’est là son originalité.

Sa vie est donc marquée par une contradiction entre le rêve et la réalité. Il a envie d’accomplir ses ambitions politiques en raison de son origine impériale, et pourtant, en tant qu’artiste, il tend à s’éloigner des hommes politiques.

La pensée philosophique de Shi Tao se présente, d’une manière implicite, dans toutes les formes de sa peinture. Mais pour ce qui est de son expression explicite, ses idées apparaissent le plus souvent dans la postface ou la préface de ses tableaux. Cette réflexion, de plus, est structurée sous la forme d’un système cohérent avec un concept original.

Dans « Propos sur la peinture du moine citrouille-amère » il témoigne de la haute idée qu’il se fait du geste de peindre. Il fonde sa pensée hors du temps, au delà des œuvres et des écoles et s’inscrit dans une longue tradition tout en exprimant par écrit une volonté d’invention formelle et d’expression personnelle qui ouvre la voie à la modernité.

Le fief de la famille de ZHU Da (1626-1705) avait été à Nanchang sous les Ming, Nanchang a été considéré à ce titre comme son lieu d’origine. Après l’extinction de la dynastie Ming, ZHU Da est d’abord devenu moine, et puis prêtre. Quand il était dans le Temple Jianqingyunpu de Nanchang, il a fait le sourd et le muet en collant le mot « muet » sur la porte, et en ne communiquant avec les autres que par signes.

La peinture de Zhu Da, pâle et austère, simple et distante, semble vraiment à l’image de son âme. Il a connu la douleur de la ruine du pays, sans aucun autre centre d’intérêt que les paysages, sans aucun autre moyen de s’évader que l’alcool et la poésie, n’ayant pour amis que des paysans et les vagabonds. De sa moralité irréprochable, le pinceau, l’encre créent naturellement l’idéal; mais ses sentiments profonds se cachent aussi  en dehors du pinceau et de l’encre.

Les poissons, les merles huppés de Chine, les canards et les chats peints par lui étaient tous récalcitrants, la tête haute. Leurs yeux sont excessivement ouverts, les prunelles, noires et grandes, sont dans le coins de l’oeil, ce qui leur donne l’air de mépriser toutes choses.

Son style très varié, mais aussi très rythmique, mis en parfaite harmonie avec la nature raffinée, est le résultat de la combinaison naturelle d’une recherche inlassable menée toute sa vie durant et de la combinaison de son inspiration et de sa dextérité. C’est cette originalité de Ba Da Shan Ren qui le rend unique et irremplaçable dans l’histoire de la peinture classique chinoise. Chez lui, le noir a différentes expressions et sensibilités, la couleur noire peut par elle-même, rendre les nuances d’intensité, les reliefs par les degrés de tons du gris dilué au noir profond. C’est un langage particulier exprimé par l’encre, sa dilution et sa concentration.

Il connut une vie mouvementée et nous laissa une œuvre abontante. Ses propos créatifs sur la peinture ont exercé et exercent encore une influence profonde sur la postérité. Depuis plusieurs siècle, les recherches sur ce grand peintre et l’assimilation de ses techniques sont aussi poussées que profondes. Malgré la spécificité de chacun des nombreux commentaires, l’avis général est que les virages de sa vie représentent les caractéristiques de son art et le style de sa création, et traduisent l’essence de ses oeuvres peintes.

Les vies de SHI Tao et ZHU Da sont remplies par les turbulences, de grands bouleversements et une riche variété d’expériences lourdes. Cette pression là, les pousse à s’éloigner de la tradition artistique classique, en exprimant, chacun à sa façon, la tristesse, la joie, ou l’excitation.