Appel à candidature : Bourse de recherche à Paris (INHA)

Pour effectuer un séjour de recherche à Paris durant l’année 2014, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) met à la disposition de chercheurs résidant hors Ile-de-France, douze défraiements de 500 euros (remboursement sur justificatifs).

Peuvent candidater: les doctorants inscrits dans une université européenne; les chercheurs engagés dans la vie professionnelle (maîtres de conférences, conservateurs du patrimoine, conservateurs territoriaux du patrimoine et attachés de conservation), sans condition de nationalité.

Le dossier de demande comprendra : – un curriculum vitae – une lettre de motivation adressée au Directeur Général de l’INHA, à l’attention du directeur du département des Etudes et de la recherche.
Ce courrier détaillera le projet scientifique, ainsi que les motifs de la recherche en région parisienne, la durée et la période envisagée.

Les demandes seront envoyées par courrier électronique à : der-dir@inha.fr avant le 31 janvier 2014 en spécifiant comme sujet : Séjour de recherche à Paris.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter le secrétariat du Département des études et de la recherche par courrier électronique : der-dir@inha.fr ou par téléphone au 01 47 03 85 81.

télécharger le PDF

 

APPEL A COMMUNICATIONS – FORTIFIER LA MONTAGNE (XVIIIe – XXe SIECLES) : HISTOIRE, RECONVERSION ET NOUVELLES PERSPECTIVES DE MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE MILITAIRE DE MONTAGNE


Colloque international sous la direction scientifique d’Émilie d’Orgeix (Bordeaux Montaigne, EA538-Centre FG Pariset) et de Nicolas Meynen (Toulouse II–Le Mirail, FRAMESPA/UMR5136 CNRS), en partenariat avec l’association Valoriser les Patrimoines Militaires.

Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014
Maison de la Recherche, Université de Toulouse II – Le Mirail

Argumentaire

Le patrimoine militaire constitue encore un champ d’étude largement en friche. Bien que les travaux se soient multipliés depuis quelques décennies, force est de constater que la définition, la connaissance et la mise en œuvre de pratiques architecturales et urbaines restent rares pour des objets patrimoniaux, dont la singularité, la pluralité, voire la sérialité, sont souvent confondantes. Si historiens et architectes du patrimoine ont abordé le sujet, ils l’ont généralement fait de manière contextuelle, privilégiant la multiplication d’histoires, de technicités locales et de questionnements ponctuels. Cette veine essentiellement historique et régionaliste, bien qu’elle ait activement participé de la constitution d’un paysage architectural militaire national, ne saurait assurer à elle seule la pérennité des recherches dans le domaine.

fortif montagne

Ce constat est à la source du présent programme de recherche commencé en 2012. Fruit d’une collaboration envisagée sur le long terme entre les universités de Toulouse II Le Mirail (Nicolas Meynen) et de Bordeaux Montaigne (Emilie d’Orgeix), il invite à opérer un renouvellement des problématiques liées au patrimoine militaire en croisant pratiques historiennes et architecturales. Conçu sous la forme de rencontres biennales publiées dans une série dédiée de la collection Architectures des Presses Universitaires du Mirail, il engage à l’étude de l’architecture militaire, non pas envisagée comme une sédimentation d’isolats et d’expériences « micro-territoriales », mais selon une double approche topographique et typologique. Ce parti pris permet d’éclairer les articulations fécondes qui unissent terrain et formes architecturales de manière diachronique tout en étudiant des territoires larges, rarement connectés.

S’inscrivant dans la continuité de premières rencontres consacrées en décembre 2012 au petit patrimoine militaire maritime (Battre le littoral. Histoire, reconversion et nouvelles perspectives de mise en valeur du petit patrimoine militaire maritime, 15 et 16 novembre 2012, Bordeaux, auditorium du Musée d’Aquitaine. Actes annoncés à paraître aux PUM au printemps 2014), ce deuxième appel à communications a pour ambition d’explorer la spécificité de la fortification de montagne si fortement marquée, tant sémantiquement (escarpes, défilés, lignes de crête) que structurellement (forts d’appui, d’arrêts, positions d’interdiction, casemates Mougin, cuirassement Séré de Rivières), par des paradigmes de terrain et de formes.

Les différentes interventions présentées durant ces journées s’inscriront dans les thématiques suivantes :

1. L’intelligence du territoire

Quelle connaissance avons-nous de la conduite des opérations militaires en montagne (Pyrénées, Alpes, Jura, Vosges) et des types de documents servant à son intelligence ? Comment l’anatomie de la montagne, à laquelle les ingénieurs du génie faisaient référence au XVIIIe siècle (notamment les levés de terrain) s’est-elle exprimée ? Quelle est la part de l’écrit (mémoires, rapports, visites) dans la documentation spécifiquement liée à la montagne ? Et de manière plus spécifique, peut-on définir des moments de rupture et de renouvellement marqués par la mise en place de nouvelles techniques de représentations (plans-reliefs, plan à courbes de niveau équidistantes, photogrammétrie)


2. Construire en altitude : adaptation et invention formelles et techniques

Constructions sous roc ou enracinées sur la falaise, passages souterrains, galeries à flanc de falaise, abris sous-roche, grottes casematées dans le rocher…, la construction en milieu contraint a conduit à déployer pleinement les inventions techniques en montagne. L’occupation de mêmes sites pendant plusieurs générations, la reprise de constructions existantes peut-être plus que partout ailleurs, ont conduit à adapter les plans et à innover techniquement et formellement. Peut-on parler de modèle fortifié montagnard ? En montagne, la rareté fait-elle exception ? De même, la question des matériaux (acheminement, disponibilité, résistance au climat) se pose de manière particulière : utilisation de circuits courts (marbre vert de Serennes pour le fort de Tournoux, par exemple), adaptation des cuirassements, réflexion sur l’utilisation du béton, de sa composition et de son armement …

fortif montagne2

3. Camoufler et intégrer la nature

En haute montagne, le terrain tout autant que la végétation participent naturellement à l’intégration des constructions dans le paysage. Pour autant, le camouflage, décor artificiel, a pu marquer certains ouvrages : l’artillerie « Bison » prenant l’aspect de faux-rocher, une batterie « coiffée » d’un pseudo chalet en bois dans un style régional,… On s’attachera non seulement à comprendre les raisons de dissimuler, mais aussi à montrer l’inventivité pour ainsi dire artistique déployée par les ingénieurs militaires pour fondre ces ouvrages dans ce territoire dur.


4. Un réseau défensif mais pas seulement…

En montagne où le terrain est par nature difficile aux opérations de siège, les forts se couvrent mutuellement en ligne de crête pour contrôler des passages et défendre les places-fortes en contrebas (Colmar-Les-Alpes, Guillaume, Mont-Louis,…). De nombreux ouvrages annexes (redoutes, batteries,…) permettent de compléter le système là où les vues échappent aux forts. La montagne s’équipe par ailleurs de places-fortes, de casernes, d’hôpitaux militaires de proximité, d’établissements thermaux réservés aux malades (Cauterets par exemple).

 fortif montagne3

5. Conserver et mettre en valeur

Ce dernier volet s’attachera à dresser un état des expériences récentes menées en matière de restauration et de mise en valeur des ouvrages dont la difficulté d’accès et la dureté du climat ont pu freiner leur prise en compte patrimoniale. En outre, en raison de sa faible densité d’habitants, la haute montagne peut être oubliée de la question primordiale de l’aménagement durable du territoire. Dès lors, la pérennisation des ouvrages et, d’une manière plus complexe, le maintien de la trace, directement, sont-ils fragilisés ? Des sentiers de montagnes existent pourtant mais ne relèvent-ils pas d’abord d’une approche « nature » ?

Les propositions de communication (1 page maximum, bibliographie comprise) devront être envoyées avant le 25 avril 2014 conjointement à Nicolas Meynen (nicolas.meynen@univ-tlse2.fr ) et à Emilie d’Orgeix (emilie.dorgeix@u-bordeaux3.fr).

Pour plus d’informations, vous pouvez les contacter.

Bibliographie sélective :

SOURCES

-BOURCET Pierre Joseph (de), Principes de la guerre de montagnes, Paris, Imprimerie Nationale, 1888.
-DARDE (commandant), Étude sur la guerre de montagne d’après les enseignements de la campagne d’Orient, Ministère de la Guerre – Etat-Major de l’armée, Imprimerie nationale, 1921
-DELABORDE Pierre, Réflexion sur la géographie militaire des Alpes françaises, Recueil des travaux de l’institut de géographie alpine, Vol.3, 1915, p.425-431.
-SANDIER Jean-Marie, capitaine du génie, De l’attaque et de la défense des positions d’arrêt situées en pays moyennement accidenté et en pays de montagne, Paris / Nancy, Berger-Levrault et Cie éditeurs, 1894.
TOUZAC (M.), Traité de la défense intérieure et extérieure des redoutes avec les méthodes de les construire tant en plaine qu’au sommet et au pied des montagnes, enfin entre le sommet et le pied des montagnes et dans les vallons, Paris, Claude Hérissant, 1762.

 OUVRAGES

 –CULMAN (général F.), La Fortification permanente aux frontières, Charles-Lavauzelle & Cie, Paris, 1931.
-DARDE (commandant), Étude sur la guerre de montagne d’après les enseignements de la campagne d’Orient, ministère de la Guerre – état-major de l’armée, Imprimerie nationale, 1921.
-GARIGLIO (D.) et MINOLA (M.), Le fortezze delle Alpi occidentali, L’Arciere, Cuneo, 1994.
-ORTHOLAN (colonel H.), Le général Séré de Rivières, Bernard Giovanangeli, Paris, 2003.
-ROCOLLE (colonel P.), Deux mille ans de fortification française, Charles-Lavauzelle, Paris, 1973.
-TRUTTMANN (lieutenant-colonel P.), La Barrière de Fer, Gérard Klopp, Thionville, 2000, p.421 et 531.
-TRUTTMANN (capitaine), « Les fortifications alpines de 1888 à 1940 », Revue historique des armées, n°1/1988, p.39-45.
-TRUTTMANN (lieutenant-colonel. P.), La Muraille de France, ou la Ligne Maginot, Gérard Klopp, Thionville, 1985.
-VILLATE (R.), Les conditions géographiques de la guerre, Paris, Payot, 1925.

télécharger l’appel à communications

 

 

Appel à contribution aux étudiants inscrits en doctorat à l’Université Bordeaux 3 – Exogenèses : La production d’objets-frontières dans l’art En Europe depuis 1500

Date : jeudi 17 avril 2014 
Horaire : 11h00 -18h00
Localisation : CAPC (Centre d’Arts Plastiques Contemporains de Bordeaux)  –  7 rue Ferrère 33000 Bordeaux
Organisatrice :  Sabine.Du-Crest@u-bordeaux3.fr 

Dans le cadre du programme ANR Exogenèses ce SID propose de réfléchir sur le concept « d’objets-frontières », ces objets nés de l’ exogenèse, c’est-à-dire du contact avec des matériaux, des techniques, des formes, des connaissances ou des objets venus des antipodes. Le propos se situe au croisement de l’histoire interconnectée, des transferts culturels et de la culture matérielle. 

De tels objets ainsi définis et conçus en Europe continuent le lien entre Nous et les Autres (T. Todorov, Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Éditions du Seuil, 1989) depuis le 16e siècle où la connaissance des quatre continents est acquise. Si l’histoire des objets est un domaine habituel de l’historiographie de l’art, le point de vue adopté utilisant les méthodes les plus actuelles des anthropologues sur les objets, concentrateurs de sens, et les appliquant à l’étude de l’Europe entendue comme terrain de rencontre est novateur puisque ce sont les phénomènes de métabolisme qui sont analysés. Ainsi la discipline de l’histoire de l’art est elle-même poussée vers ses frontières. À travers l’étude des usages de tels objets l’histoire même de la construction de l’identité européenne par le dialogue avec les Autres peut être saisie. L’objet est un porteur encore insuffisamment étudié en tant que tel de l’histoire interconnectée économique, politique ou sociale, même s’il est parfois intégré dans un discours historique ou artistique. A fortiori, l’objet produit par un rapport avec un objet extra-européen a été encore peu souvent placé au centre de la réflexion. 
La fabrication du sens des objets par le contexte, l’ambivalence des objets (M. Jeudy-Ballini-B. Derlon, La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs, Gallimard, 2008) sont des questions centrales. Un « objet-frontière» type étudié récemment a été vu comme un « reliquaire d’un genre nouveau »: le nautile des mers du Sud du Pacifique monté par les orfèvres allemands à la fin du XVIe siècle (S. du Crest, ”Des reliquaires d’un genre nouveau”, Cannibalismes disciplinaires. Quand l’histoire de l’art et l’anthropologie se rencontrent, Th. Dufrêne et A. Ch. Taylor, éds., Musée du Quai Branly-INHA, 2009 pp. 325-334). Le goût, l’imitation, la stimulation, l’hybridation sont des étapes essentielles du processus d’acculturation (R. Labrusse, Islamophilies. L’Europe moderne et les arts de l’Islam, Somogy, 2011). Appuyé sur l’analyse de la contextualisation de ces objets, la réflexion s’attache aux causes et aux conséquences de la production des « objets-frontières » qui gardent de leurs origines la trace de l’exogenèse. Le rapport à l’Autre jouant entre fascination et répulsion est rendu visible dans le rapport entretenu avec ces objets.

lien de l’appel sur le site de l’université : http://www.u-bordeaux3.fr/fr/recherche/ecole_doctorale/offre-scientifique/seminaires_interdisciplinaires_doctoraux/sid_offre_2012_2013-1.html#N101A6.

Si les études concernant l’altérité, les transferts culturels, la mondialisation, la culture matérielle correspondent le mieux aux attentes, aucun champ ne sera écarté. 

Les propositions devront être envoyées d’ici le 21 février à l’adresse suivante : Sabine.Du-Crest@u-bordeaux3.fr