Centre François-Georges Pariset

EA538 – François-Georges Pariset : Centre de recherche en Histoire de l’art de l’Université Bordeaux Montaigne.

Le projet scientifique du Centre de Recherche François-Georges Pariset s’articule autour d’une nouvelle thématique : « Objets et Patrimoines : Production, Exposition, Réception ».

Le terme « objet » est pris dans un sens large. Il n’est pas associé à un adjectif pour ne pas restreindre le champ d’étude à un secteur précis (par exemple, le mot objet d’art renvoie trop exclusivement au domaine des arts dits décoratifs alors que la notion d’exotisme peut être associée au terme d’« objet ») tout en étant abordé dans sa relation dynamique avec la notion de patrimoine. L’ampleur des patrimoines couverts par l’activité des membres du Centre ( patrimoine universitaire, ultramarins et coloniaux ou bordelais ) justifie pleinement l’usage du pluriel. De même, les notions de production, d’exposition et de réception permettent de fédérer les membres du Centre et sont souvent inscrites dans le même champ d’étude, comme les expositions (Salons coloniaux) ou le marché de l’art.

Trois champs d’étude ont été définis :

A – Le patrimoine universitaire, une approche épistémologique et artistique (sous la dir. de Marion Lagrange)

À Bordeaux se manifeste la volonté de rendre public et de valoriser des collections fondamentales pour la compréhension de la formation des disciplines, des méthodes d’enseignement et des mécanismes de la recherche. Le réaménagement et la réouverture du Musée d’ethnographie de l’Université Bordeaux Segalen (MEB) en est l’exemple le plus frappant. Désireuse d’accompagner ce processus, le Centre François-Georges Pariset (EA 538) entend engager une étude du patrimoine artistique de l’Université de Bordeaux. L’approche spécifique de l’historien de l’art consistera à inventorier et documenter les objets spécifiques à son champ d’étude, à savoir l’architecture, les objets d’art (peintures, tapisseries, sculptures, objets d’art décoratif), les collections photographiques, la collection de moulages en plâtre et la collection archéologique (statuettes de Myrina et objets proto-corinthiens). Ce programme associe à sa démarche le programme ARPEGE (École nationale d’architecture et de paysage de Bordeaux), le MEB, le musée d’Aquitaine et le Service Régional d’Inventaire.

B – Patrimoines ultramarins et coloniaux (sous la dir. de Dominique Jarrassé)

Dans la perspective de recentrement des axes de recherche du Centre Pariset, il est apparu qu’un domaine demeurait important en raison de son ancrage régional, des opportunités locales et des champs d’investigation de plusieurs chercheurs : celui des patrimoines ultramarins et coloniaux. En effet, Sabine Du Crest travaille sur les «objets des mondes lointains», Dominique Jarrassé et plusieurs de ses étudiants, parfois en cotutelle avec la Tunisie, poursuivent des recherches au Maghreb, plusieurs docteurs et doctorants rattachés au Centre explorent les relations artistiques entre la France et l’Amérique latine. Aussi a-t-il été décidé d’inscrire dans le cadre du présent contrat quadriennal, en lien avec les compétences des enseignants-chercheurs, une série de projets concrets qui croisent également leurs préoccupations en matière d’historiographie ou d’analyse du marché de l’art.

Trois orientations sont mises en oeuvre :

● Expositions et marché de l’art dans les colonies françaises (sous la dir. de Laurent Houssais).

● Architecture de la période coloniale au Maghreb (sous la dir. de Dominique Jarrassé).

C – Histoire des arts décoratifs (sous la dir. de Pascal Bertrand)

L’histoire des arts décoratifs apparaît au XIXe siècle, au moment où sont institués des musées spécifiques appelés d’« arts décoratifs », en Angleterre (Manchester et Londres), puis en Allemagne (Berlin, Hambourg) et en France (Paris). Les arts décoratifs tiennent également une place importante dans les expositions des produits de l’industrie et les Expositions universelles. Ce domaine d’étude, encore peu abordé à l’université et plutôt réservé au milieu des conservateurs de musées, a été abordé selon deux approches principales et une secondaire : des études empiriques d’une part, s’appuyant sur l’utilisation de sources et sur la connoisseurship, visant dans l’absolu à la connaissance de l’objet en lui-même mais, en pratique, à l’analyse de ses techniques de fabrication, de son pédigrée et de son esthétique (depuis Havard jusqu’à Verlet et aussi chez Falke, Kris, Kimball…) ; d’autre part, des études qui partent de la demeure et de la fonction des pièces pour étudier les objets qu’elle contient, car c’est par l’étude de la sphère domestique que l’on peut apprécier les changements culturels, artistiques et socio-économiques plus larges qui ont affecté la vie quotidienne des gens (depuis les Cultural Studies de Burkhardt) ; une autre approche de l’objet touche enfin à la question de l’ornement (depuis Riegl). Le programme vise à repenser la question des arts décoratifs, de l’ameublement et de la décoration d’intérieur, du grand décor peint et tissé en reconsidérant les fondements et les méthodes utilisés par les historiens de l’art des arts décoratifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Centre François-Georges Pariset