Archives de catégorie : L’équipe

Montaigne’s Art History Lab

Les étudiants du Master 1 recherche histoire de l’art de l’université Bordeaux Montaigne, sous la direction d’Adriana Sotropa, organisent un cycle de cinq workshops axés autour des problématiques différentes, issues des réflexions portées sur leurs sujets de recherche, au sein du séminaire d’anglais.

Certains de ces workshops seront « parrainés » par des doctorantes du centre François-Georges Pariset.

Ces manifestations se dérouleront entre le 15 mars et le 12 avril. Toutes les informations pratiques se retrouvent sur les flyers ci-joints :

Livret de présentation et le programme général

1e séance, 15 mars

2e séance, 22 mars

3e séance, 29 mars

4e séance, 5 avril

5e séance, 12 avril

 

La tentation du symbolisme dans l’art roumain

Avec le soutient du Centre Pariset et l’Univertsité Bordeaux Montaigne, vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes l’ouvrage d’Adriana Sotropa, La tentation du symbolisme dans l’art roumain : promoteurs, formes, discours.

Bénéficiant du relais de figures telles que le poète Alexandru Macedonski ou de mécènes comme Alexandru Bogdan-Piteştile, le Symbolisme mérite d’être réexaminé dans ses contours et son contenu, dans une Roumanie à la fois soucieuse de s’inscrire dans la modernité et en quête de racines. Cet ouvrage vise ainsi à faire découvrir tout un pan de l’histoire de l’art roumain du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres.

Le récit de l’histoire de l’art

Vient de paraître aux Éditions esthétiques du divers Le récit de l’histoire de l’art : mots et rhétoriques d’une discipline qui rassemble des essais réunis par Myriam Metayer et Adriana Sotropa.

Interroger l’écriture de l’histoire de l’art constitue une des préoccupations les plus délicates, encore confidentielles, de nos confrères. Si les historiens, les littéraires et les philosophes ont maintes fois réexaminé leur langage, où se place l’historien de l’art par rapport à ses mots, à ses discours ? L’organisation des faits historiques, la mise en œuvre de dispositifs rhétoriques et le choix des termes, qu’ils soient descriptifs ou analytiques, n’ont rien d’opérations gratuites. Ils sont porteurs de concepts, de lieux communs et d’intrigues que les essais réunis ici explorent. Ces derniers tracent les linéaments des écritures institutionnelles, idéologiques et narratives de l’histoire de l’art telles qu’elles ont pu se développer de la fin du XIX e siècle jusqu’aux années 1980. De la nécessaire attitude réflexive que convoque l’analyse de l’écriture émergent les enjeux méthodologiques de ce travail de déconstruction. Si la contextualisation historique est privilégiée, la sémiologie et la narratologie offrent d’autres voies possibles pour interroger le récit de l’histoire de l’art.