Archives de catégorie : Projets ANR

Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes un ouvrage édité par Pascal-François Bertrand et Audrey Nassieu Maupas, Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie.

Médium polysémique, la tapisserie touche des domaines variés comme l’histoire politique, économique ou sociale. Médium complexe dans son élaboration, elle permet, en histoire de l’art à proprement parler, d’aborder des questions essentielles, comme celles de l’invention, de la reproduction ou de la réception, à travers notamment l’étude toujours renouvelée des rôles respectifs des différents intervenants dans son processus de création.

Arachné

Vient de paraître chez les Esthétiques du divers Arachné : Histoire de l’histoire de la tapisserie et des arts décoratifs qui réunit sous la direction de Pascal-François Bertrand divers essais qui portent un regard nouveau sur l’histoire de l’histoire de la tapisserie.

La tapisserie a longtemps été étroitement liée à la peinture, puis à l’architecture. Elle est aujourd’hui rangée parmi les arts décoratifs qui constituent une des quatre catégories d’arts, la plus récente puisqu’elle a ainsi été désignée au cours du XIXe siècle, les trois autres plus anciennes, la peinture, la sculpture et l’architecture, composant ce qu’il est convenu d’appeler les beaux-arts. Les arts décoratifs sont définis par trois qualités : 1) leur capacité à orner, à décorer ; 2) leur fonctionnalité, les arts décoratifs sont utiles ; 3) leur caractère multiple, ce qui renvoie à la notion de reproductibilité. Ils sont généralement étudiés selon trois principes directeurs : la fonction, la technique et le style. Cet ouvrage a pour objet d’analyser la façon dont les notions fondamentales que sous-tend l’art de la tapisserie ont été utilisées dans l’écriture de l’histoire et d’étudier les conditions de l’élaboration de cette histoire, tant d’un point de vue historique, qu’institutionnel, philosophique et idéologique. Cela nécessite de replacer cette histoire au sein de l’histoire des arts décoratifs et celle-ci à l’intérieur de l’histoire de l’art. Il résulte essentiellement des travaux d’un séminaire tenu dans le cadre d’un programme de recherche en sciences humaines et sociales : « Arachné ».

Appel à contribution aux étudiants inscrits en doctorat à l’Université Bordeaux 3 – Exogenèses : La production d’objets-frontières dans l’art En Europe depuis 1500

Date : jeudi 17 avril 2014 
Horaire : 11h00 -18h00
Localisation : CAPC (Centre d’Arts Plastiques Contemporains de Bordeaux)  –  7 rue Ferrère 33000 Bordeaux
Organisatrice :  Sabine.Du-Crest@u-bordeaux3.fr 

Dans le cadre du programme ANR Exogenèses ce SID propose de réfléchir sur le concept « d’objets-frontières », ces objets nés de l’ exogenèse, c’est-à-dire du contact avec des matériaux, des techniques, des formes, des connaissances ou des objets venus des antipodes. Le propos se situe au croisement de l’histoire interconnectée, des transferts culturels et de la culture matérielle. 

De tels objets ainsi définis et conçus en Europe continuent le lien entre Nous et les Autres (T. Todorov, Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Éditions du Seuil, 1989) depuis le 16e siècle où la connaissance des quatre continents est acquise. Si l’histoire des objets est un domaine habituel de l’historiographie de l’art, le point de vue adopté utilisant les méthodes les plus actuelles des anthropologues sur les objets, concentrateurs de sens, et les appliquant à l’étude de l’Europe entendue comme terrain de rencontre est novateur puisque ce sont les phénomènes de métabolisme qui sont analysés. Ainsi la discipline de l’histoire de l’art est elle-même poussée vers ses frontières. À travers l’étude des usages de tels objets l’histoire même de la construction de l’identité européenne par le dialogue avec les Autres peut être saisie. L’objet est un porteur encore insuffisamment étudié en tant que tel de l’histoire interconnectée économique, politique ou sociale, même s’il est parfois intégré dans un discours historique ou artistique. A fortiori, l’objet produit par un rapport avec un objet extra-européen a été encore peu souvent placé au centre de la réflexion. 
La fabrication du sens des objets par le contexte, l’ambivalence des objets (M. Jeudy-Ballini-B. Derlon, La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs, Gallimard, 2008) sont des questions centrales. Un « objet-frontière» type étudié récemment a été vu comme un « reliquaire d’un genre nouveau »: le nautile des mers du Sud du Pacifique monté par les orfèvres allemands à la fin du XVIe siècle (S. du Crest, ”Des reliquaires d’un genre nouveau”, Cannibalismes disciplinaires. Quand l’histoire de l’art et l’anthropologie se rencontrent, Th. Dufrêne et A. Ch. Taylor, éds., Musée du Quai Branly-INHA, 2009 pp. 325-334). Le goût, l’imitation, la stimulation, l’hybridation sont des étapes essentielles du processus d’acculturation (R. Labrusse, Islamophilies. L’Europe moderne et les arts de l’Islam, Somogy, 2011). Appuyé sur l’analyse de la contextualisation de ces objets, la réflexion s’attache aux causes et aux conséquences de la production des « objets-frontières » qui gardent de leurs origines la trace de l’exogenèse. Le rapport à l’Autre jouant entre fascination et répulsion est rendu visible dans le rapport entretenu avec ces objets.

lien de l’appel sur le site de l’université : http://www.u-bordeaux3.fr/fr/recherche/ecole_doctorale/offre-scientifique/seminaires_interdisciplinaires_doctoraux/sid_offre_2012_2013-1.html#N101A6.

Si les études concernant l’altérité, les transferts culturels, la mondialisation, la culture matérielle correspondent le mieux aux attentes, aucun champ ne sera écarté. 

Les propositions devront être envoyées d’ici le 21 février à l’adresse suivante : Sabine.Du-Crest@u-bordeaux3.fr