Archives de catégorie : Conférences/séminaires/workshops

Usages européens des matières et des denrées venues d’ailleurs aux XVIIIe et XIXe siècles

Tabatière. Paris, 1781-1783. Laque japonais, or, émail. Paris, musée du Louvre, département des Objets d’art. Legs Philippe Lenoir, 1874

Table ronde organisée dans le cadre des jeudis du MADD, jeudi 10 octobre à 18h

Les Amis du madd et le Centre François-Georges Pariset (EA 538, Université Bordeaux-Montaigne) proposent une table ronde dans le cadre de l’exposition “La passion de la liberté. Des Lumières au romantisme” qui est organisée conjointement par le madd-bordeaux et le musée des Beaux-Arts de Bordeaux, avec la participation exceptionnelle du musée du Louvre.  

La circulation des marchandises et le développement du commerce à l’époque moderne favorisent la création d’objets dédiés et l’apparition de nouveaux usages. Cette thématique sera abordée sous différents angles à l’occasion d’une discussion menée par Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, membre du Centre F.-G. Pariset. Elle réunira Geneviève Lacambre, conservateur général honoraire du patrimoine et spécialiste du japonisme, ainsi qu’Annick Notter, conservateur honoraire du musée d’Art et d’Histoire de la Rochelle.

Pour les modalités pratiques et la préinscription obligatoire, voir :

https://madd-bordeaux.fr/les-jeudis-du-madd

Quel avenir pour notre-dame ?

Dans la nuit du 15 au 16 avril 2019, le monde entier assistait en direct, impuissant, à l’incendie de la charpente et de la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris. En une nuit disparaissait un élément iconique du ciel parisien. C’est, au-delà, un édifice majeur dans la relation des Français à l’égard de leur patrimoine qui a été atteint, et l’un des monuments les plus emblématiques des biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial. L’émotion a été immédiate, planétaire, et l’élan de solidarité aussi spectaculaire que l’avait été la catastrophe. L’exécutif a réagi sur le champ, avec l’annonce par le Président de la République que Notre-Dame serait rebâtie “plus belle” dans un délai de cinq ans, puis, par le Premier Ministre, qu’un concours d’architecture serait lancé pour la reconstruction de la flèche. Dans les jours qui ont suivi, les commentaires de spécialistes parfois improvisés se sont multipliés, et bien des propos fantaisistes ont été répétés sans contrôle, sur les causes de l’incendie, sur l’étendue des dégâts, sur l’état de la structure, sur les solutions envisageables pour le rétablissement de la toiture….

L’émotion passée, il apparaît nécessaire de revenir sur cette catastrophe, pour fournir à tous ceux qui le souhaitent des éléments fiables d’information, de compréhension et de réflexion sur la cathédrale Notre-Dame, son état actuel, son avenir, en s’appuyant sur l’expertise de spécialistes de domaines scientifiques et professionnels tels que l’histoire de l’architecture, l’archéologie, l’histoire des représentations, l’étude des matériaux du patrimoine, ou la restauration des monuments historiques. C’est l’objectif que se fixent, en partageant le plus largement possible leurs interrogations, les intervenants réunis à Bordeaux pour cette journée ouverte à tous les publics, étudiants, universitaires, amateurs et amoureux du patrimoine.

Le programme de cette journée de réflexion, qui se déroulera le 4 octobre 2019 à l’université de Bordeaux Montaigne (amphi 700), est téléchargeable ici, avec l’affiche.

L’organisation de cette journée est assurée par Yves Gallet, professeur d’histoire de l’art médiéval (Ausonius, UMR 5607) et Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’art contemporain (Centre François-Georges Pariset, EA 538)

 

TRANSFRONTALIERS

L’association TRANSFRONTALIERS lance les deux premières séances du séminaire destiné aux doctorants et jeunes chercheurs autour de deux thématiques qui sont au cœur de son projet.

La séance du 17 mai (18h00 – Salle Benjamin, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, Paris, 75002) sera consacrée à la traduction et à ses enjeux dans la théorie et dans la pratique de l’histoire de l’art.

Des manifestations et des colloques récents ont mis l’accent sur la place déterminante que la traduction occupe dans la démarche des chercheurs. Les intervenants sont invités à prendre la parole sur le sujet, pour partager leurs approches aux problématiques de la langue et de la traduction, à partir d’études de cas précis. Parmi les axes qui pourront être abordés on peut évoquer les difficultés liées aux traductions controversées de sources majeures, la question de l’absence ou de la mauvaise traduction, le problème de mots ou de concepts intraduisibles, ou encore la mise en valeur d’un important travail de traduction dans le cadre d’une thèse ou d’une publication.

Les réflexions autour de la traduction nous introduiront au sujet de la séance du 19 juin (18h00 – Salle Jullian, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, Paris, 75002), consacrée aux problèmes de l’accès aux sources pour les historiens de l’art transfrontaliers. Les intervenants sont invités à évoquer les difficultés affrontées lors de leurs recherches sur un sujet étranger. Les propositions pourront aborder, par exemple, la difficulté de repérer une bibliographie en langue étrangère dans les bibliothèques françaises, les différences dans les démarches à suivre pour avoir accès aux archives dans un pays étranger, ou bien l’impossibilité de repérer les sources et d’y accéder, comme dans le cas de fonds d’archives conservés dans des pays en conflit. Encore une fois, il sera question d’interroger l’impact de ces questions pratiques sur la réflexion théorique.

Chaque séance accueillera jusqu’à trois intervenants pour des communications courtes, de la durée de 15 minutes, ciblées autour de cas précis. Les communications seront suivies d’un débat animé par un répondant autour des points communs. Les propositions, de 300 mots maximum, accompagnées d’une courte notice biographique, sont à envoyer d’ici le 07 avril 2019 au plus tard à l’adresse transfrontaliers@contact.net, en précisant la date de la séance envisagée dans l’objet du mail.

Le comité organisateur

Eveline Deneer

Marta Francia

Jacopo Ranzani

Sara Vitacca

Vous trouverez ci-joint une présentation du groupe de recherche Transfrontaliers, ainsi qu’une version téléchargeable de l’appel à communication.


Montaigne’s Art History Lab

Les étudiants du Master 1 recherche histoire de l’art de l’université Bordeaux Montaigne, sous la direction d’Adriana Sotropa, organisent un cycle de cinq workshops axés autour des problématiques différentes, issues des réflexions portées sur leurs sujets de recherche, au sein du séminaire d’anglais.

Certains de ces workshops seront « parrainés » par des doctorantes du centre François-Georges Pariset.

Ces manifestations se dérouleront entre le 15 mars et le 12 avril. Toutes les informations pratiques se retrouvent sur les flyers ci-joints :

Livret de présentation et le programme général

1e séance, 15 mars

2e séance, 22 mars

3e séance, 29 mars

4e séance, 5 avril

5e séance, 12 avril

 

Musées Monde, Workshop du Centre Pariset

Le 6 décembre au Musée d’Aquitaine aura lieu le Workshop du Centre François-Georges Pariset “Musées Monde. Des musées pour interroger le monde : Concepts – Espaces – Objets” dont vous trouverez le programme ici. Cet atelier se propose d’étudier les missions des musées dans la mondialisation à travers six interventions regroupées autour de trois axes – concepts, espaces et objets – suivies d’une discussion. La journée sera close par des visites-conférences au musée.

 

Conférence – présentation du livre Exotismus und Globalisierung. Brasilien auf Wandteppichen: die Tenture des Indes

Jeudi 8 décembre 2016 à 10h30 aura lieu la conférence de Gerlinde Klatte présentant l’ouvrage qui vient de paraître sous sa direction : Exotismus und Globalisierung. Brasilien auf Wandteppichen: die Tenture des Indes. La conférence sera présentée en français.

Lieu : amphi Cirot (Université Bordeaux Montaigne)