Archives de catégorie : Colloques / Journées d’études

« DIRE PRESQUE LA MÊME CHOSE ». L’HISTOIRE DE L’ART ET SES TRADUCTIONS (XIXe-XXIe siècles)

Journée d’étude

Vendredi 22 septembre 2017

Université Bordeaux Montaigne

 

Les historiens de l’art manifestent, depuis quelques années, un intérêt croissant pour les questions d’ordre linguistique, discursif et rhétorique appliquées à leur discipline. Qu’en est-il de la traduction interlinguistique de ces stratégies ?

Suite à l’édition, au printemps 2017, d’un ouvrage intitulé Le Récit de l’histoire de l’art. Mots et rhétoriques d’une discipline (Éditions Esthétiques du Divers), notre souhait est d’explorer « la rhétorique à l’épreuve de la traduction », dans le sillage du colloque Rhétorique et traduction, publié par la SEPTET en collaboration avec le Laboratoire Ligérien de Linguistique de l’Université d’Orléans en 2012.

Au-delà des questions d’ordre lexical ou terminologique, en lien avec la diffusion des traductions, questions préalablement étudiées, nous invitons les historiens de l’art à réfléchir aux mutations, transferts et transmissions discursives qui concernent notre discipline, dans les multiples facettes qu’impose la traduction. Appliquée à l’histoire de l’art, cette dernière n’est pas qu’une affaire de mots, mais une affaire de langage au sens large du terme. Dans son ouvrage consacré à la traduction, dont nous empruntons le titre, Umberto Eco évoquait d’ailleurs le lien entre le voir et le dire en nous rappelant que la signification d’origine de translatio est « changement » mais aussi « transport », tandis que « traducere signifie ‘’conduire au-delà’’ »[1]. Le travail d’interprétation qu’appelle l’histoire de l’art donne en effet sa spécificité à la traduction de textes eux-mêmes voués à l’explication des œuvres.

La traduction est-elle une continuation du texte original et le traducteur un créateur et un continuateur de la pensée de l’auteur, comme le proposait Benjamin ? Est-elle, au contraire, un processus servile et imitatif ? Ou serait-elle un « acte de négociation » comme envisagé par Umberto Eco ? Plusieurs axes de recherche peuvent d’ores et déjà être proposés : l’historien de l’art en tant que traducteur, l’historien de l’art face à ses sources en langues étrangères et à la disponibilité de leur traduction, les enjeux éditoriaux des traductions, l’absence de traduction.

Les doctorants et jeunes docteurs sont vivement encouragés à nous soumettre des propositions.

Les propositions des communications, de 300 mots environ, accompagnées d’un titre et indiquant les principales sources utilisées, de même qu’une brève notice biographique, sont à adresser avant le 1e mai 2017 à :

Adriana Sotropa (Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne) : adriana.sotropa@u-bordeaux-montaigne.fr.

Myriam Metayer (Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne) : myriam.metayer@u-bordeaux-montaigne.fr

Les réponses seront communiquées au plus tard le 15 mai 2017. Une prise en charge des frais de déplacement et d’hébergement est prévue.

Les communications ne devront pas excéder 25 minutes.

 

[1] Umberto Eco, Dire presque la même chose. Expériences de traduction, Paris, Le Livre de Poche, 2013, p. 297.

Odilon Redon, hier & aujourd’hui, colloque international

Bordeaux, 15-16 décembre 2016

REDON INÉDIT
Jeudi 15 décembre 2016
Bordeaux, Archives départementales de la Gironde
72, cours Balguerie-Stuttenberg

REDON AUX XXe ET XXIe SIÈCLES
Vendredi 16 décembre 2016
Bordeaux, La Cité du Vin
1, esplanade de Pontac

S’inscrivant dans le cadre du centenaire de la mort d’Odilon Redon (Bordeaux, 1840- Paris, 1916), anniversaire retenu au titre des Commémorations nationales, ce colloque présente les premiers résultats de l’étude du fonds d’archives privées Redon-Bacou, tout en abordant la réception et l’influence de Redon et de son art, de 1916 à nos jours.

Cette manifestation est organisée par le Centre François-Georges Pariset (EA 538, université Bordeaux Montaigne), en partenariat avec l’association Musée d’Art Gustave Fayet à Fontfroide (MAGFF), le Musée des beaux-arts de Bordeaux, l’université de Genève, l’UMR 7303 TELEMME AMU-CNRS, et avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine. Il se tient en parallèle de l’exposition La Nature silencieuse. Paysages d’Odilon Redon (Musée des beaux-arts de Bordeaux, 9 décembre 2016-27 mars 2017).

colloque-redon-programme-détaillé

Colloque Expositions et médias : enjeux d’une dialectique actuelle – 26 et 27 mai, Musée d’Aquitaine, Bordeaux

Porté par les laboratoires François-Georges Pariset et MICA de l’Université Bordeaux Montaigne, le colloque « Expositions et médias: enjeux d’une dialectique actuelle » entend questionner et analyser, à travers une approche pluridisciplinaire, la production et la réception des expositions à l’ère des Technologies d’Information et de Communication.

Du 26 au 27 mai au musée d’Aquitaine, le colloque comprend trois sessions de communications, deux conférences de Serge Chaumier et Jérôme Glicenstein et une demi-journée qui s’intéresse à la pratique des professionnels autour d’une visite des salles du musée et une table-ronde consacrée à la mise en exposition du patrimoine monumental.

Programme Colloque Expositions et Médias 26 27 mai 2016_Page_1

Programme Colloque Expositions et Médias 26 27 mai 2016_Page_2

Appel à communication : Exposition(s) et média(s) : enjeux d’une dialectique actuelle

Résumé

Ce colloque de doctorants, a pour ambition d’analyser, à travers une approche pluridisciplinaire, la dialectique exposition(s) et média(s) dans l’ère des Technologies d’information et de communication (TIC). Selon une logique allant de la production à la réception des expositions, quatre axes de recherche sont proposés : l’exposition comme média, exposer le média, la médiation de l’exposition et la médiatisation de l’exposition.

Argumentaire

Désignant « aussi bien ce qui est exposé que l’espace où l’on expose, l’acte d’exposer et l’exposition en tant que “produit” actualisé par le visiteur »[1], l’exposition a pu recouvrir des formes et fonctions très diverses depuis les « proto-musées » jusqu’à « la promenade comme le centre commercial »[2]. Témoignage de son temps, l’exposition est Continuer la lecture de Appel à communication : Exposition(s) et média(s) : enjeux d’une dialectique actuelle

Journée d’étude : « Une rhétorique de l’histoire de l’art ? Pratiques et dispositifs de l’écriture » (Bordeaux, 20 novembre 2015)

Comme toute discipline, l’histoire de l’art communique au travers de formes discursives normalisées. La littérature grise dont les articles et les thèses, les catalogues d’exposition, les essais ou bien encore les ouvrages de vulgarisation scientifique sont censés répondre à des critères de narration implicites (énonciation impersonnelle, emploi du conditionnel, vocabulaire spécialisé…) qui légitiment d’autant mieux l’argumentation de leurs auteurs. Dans sa pratique dite académique, l’écriture apparaît à bien des égards comme le point nodal entre la synthèse des recherches et la diffusion des connaissances. Ainsi, en organisant cette journée d’étude, nous invitons les historiens de l’art à s’interroger sur la nature et la qualité des principes langagiers de leurs propres discours, héritiers d’une discipline qui, en Europe, s’est imposée au cours du XIXe siècle en tant que champ de savoir autonome avant d’être institutionnalisée, notamment en France en 1899 lorsque la Sorbonne créa, pour Henry Lemonnier, sa première chaire d’histoire de l’art. Depuis cette période comment et en quoi l’histoire de l’art s’est-elle constituée en tant que communauté disciplinaire jusque dans l’essence de son écriture ?

Continuer la lecture de Journée d’étude : « Une rhétorique de l’histoire de l’art ? Pratiques et dispositifs de l’écriture » (Bordeaux, 20 novembre 2015)

Colloque international : Les acteurs de la rocaille

Colloque international organisé par l’INHA, en partenariat avec le Centre François‐Georges Pariset – EA 538 de l’université Bordeaux-Montaigne, le laboratoire TELEMME de l’université Aix‐ Marseille et le Ghamu

L’étude des arts décoratifs fédère aujourd’hui une large communauté de chercheurs et engage, par-delà l’histoire artistique des objets et des décors, des spécialités et des compétences variées (littérature, critique, esthétique, sociologie, visual studies, gender studies). Dans la perspective des travaux d’envergure menés sur la production rocaille de certains grands ornemanistes (Jacques de Lajoüe, Juste-Aurèle Meissonnier, François Boucher), le colloque « Les acteurs de la rocaille » entend opérer un retour à l’objet tout en mettant à profit les récentes conclusions énoncées dans le domaine des sciences humaines.

Marquant le 300e anniversaire du début de la Régence, dont la rocaille fut l’une des expressions majeures, il explorera cet art libre et inventif dans Continuer la lecture de Colloque international : Les acteurs de la rocaille

Colloque : Ancrage et déterritorialisation des artistes : réécrire l’histoire

Call for papers : BACCHANALIA ! – International Conference (Bordeaux, 4th – 5th February 2016)

BACCHANALIA!

NUDE, ECSTASY AND DANCE IN XIXTH CENTURY ART

International Conference (Bordeaux, 4th – 5th February 2016)

Bacchanale-anglais

The myth of Bacchus, wandering god of drunkenness, contagious euphoria and creative inspiration, experienced a series of revivals throughout history. In the XIXth century, this “mysterious god”, living “hidden amongst the vines” as Baudelaire once said, reemerged to both trouble and nourish artistic creation. In a time when mythographs rediscover the cult of the Antic god and romantic poets from Schlegel to Schelling, bringing back its Orphic and spiritual depths, the artists of the period also show a lot of interest in the mysterious call of Bacchus and his procession. Long before Nietzsche, bacchanals, orgiastic celebrations, cortege of fauns and satyrs, dancing Maenads and Bacchus’ triumphs invaded the artistic, cultural and social imagination of the period, from Delacroix to Böcklin, from Berlioz to Wagner. The Antic Myth is thus transformed. This feverish taste for Dionysian disorder, which Continuer la lecture de Call for papers : BACCHANALIA ! – International Conference (Bordeaux, 4th – 5th February 2016)

Bacchanales ! Colloque international – appel à communication

Bacchanales !

Le nu, l’ivresse et la danse au XIXe siècle

Colloque international

(Bordeaux, 4-5 février 2016)

 Bacchanale

Le mythe de Bacchus, dieu vagabond de l’ivresse, de l’extase contagieuse et de l’inspiration créatrice, connaît de multiples résurgences au cours de l’histoire. Au XIXe siècle, ce « dieu mystérieux », qui vit selon Baudelaire « caché dans les fibres de la vigne », revient en force troubler et nourrir la création artistique. Alors que les mythographes redécouvrent le culte du dieu antique et que les poètes romantiques, de Schlegel à Schelling, en raniment les profondeurs orphiques et spirituelles, les artistes se laissent également emporter par les pouvoirs enivrants de Bacchus et de son cortège. Bien avant Nietzsche, bacchanales, fêtes orgiaques, cortèges de faunes et satyres, ménades dansantes et triomphes de Continuer la lecture de Bacchanales ! Colloque international – appel à communication