Archives de catégorie : Colloques / Journées d’études

Élèves et maîtresses : permanences et ruptures dans l’apprentissage des artistes femmes (France, 1849-1924)

Femina, n° 1941, 15 février 1909, p. 80

 

  • Appel à communication pour une journée d’étude organisée par le centre François-Georges Pariset (EA 538) et le musée Roybet-Fould (Courbevoie), en partenariat avec le musée Rodin. Cette journée d’étude se tiendra au musée Rodin, les 2-3 juin 2020.

Dans le cadre de l’exposition « Juana Romani (1867-1923), modèle et peintre. Un rêve d’absolu » (13 mai-20 septembre 2020), le musée Roybet-Fould de Courbevoie a souhaité approfondir la réflexion sur la formation des artistes femmes au XIXe siècle. Les problématiques de transmission pratique et intellectuelle ont notamment été explorées par Alain Bonnet et France Nerlich dans Apprendre à peindre. Les ateliers privés à Paris. 1780 à 1863, publication (2013) issue d’un colloque tenu en 2011. L’essai de Séverine Sofio dans ce même ouvrage, ainsi que ses recherches sur les artistes femmes de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle (2016), ont permis de faire émerger le rôle des artistes femmes en tant que formatrices. La pédagogie était également au cœur de la récente exposition Transmission/Transgression. Maîtres et élèves dans l’atelier : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier… (2019), contribuant à mettre en exergue les nombreuses sculptrices formées dans l’atelier d’Antoine Bourdelle. À la suite de deux colloques organisés par AWARE, l’un autour de la problématique de la parentèle (2016), l’autre sur la formation et la professionnalisation (2019), et ce sur une large période entre le XIXe et le XXe siècle, il paraît pertinent de se pencher sur la manière dont les élèves se sont construites en tant qu’artistes au travers de l’apprentissage auquel des femmes ont pu contribuer.

La question de la transmission dans ses continuités et ses ruptures demeure, en France, au cœur de la création dans une période où les femmes accèdent seulement à la fin du XIXe siècle à l’École des beaux-arts, institution publique garante d’une forme de professionnalisme. La transmission ne se résume pas aux seules problématiques plastiques mais s’étend à un ensemble de valeurs et de codes constituant la culture artistique à laquelle on pourrait rattacher la notion de réseau, enjeu primordial de l’accès à la professionnalisation.

Le terme de « maîtresses » renvoie bien entendu à l’emblématique ouvrage de Roszika Parker et Griselda Pollock (1981) et à ce désir de transgresser le récit canonique de l’histoire de l’art. Nous souhaitons attirer plus particulièrement l’attention sur le rôle de référent et de pédagogue de certaines femmes. Qui sont-elles dans ce contexte de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle ? Comment des femmes – telles Rosa Bonheur et sa sœur Juliette se retrouvant en 1849, à la suite de leur père, à la tête de l’École nationale de dessin pour les jeunes filles –, envisagent-elles la pédagogie ? À cet égard, la date nous paraît intéressante à retenir comme premier jalon de cette histoire. Un autre exemple marquant et peu étudié est celui de « l’Espagnole » Amélie Beaury-Saurel, longtemps dans l’ombre de Rodolphe Julian et contribuant à la formation artistique des femmes jusqu’à sa mort en 1924, dernier repère de notre étude. En outre, que savons-nous des massières et de leur rôle d’intermédiaire ? Il est évident que les figures masculines, nombreuses, ne peuvent être écartées de cette histoire.

Elles ont indéniablement joué un rôle important dans un cadre individuel ou collectif, tel l’atelier des dames de Carolus-Duran et Jean-Jacques Henner, l’atelier de Thomas Couture ou ceux de Ferdinand Humbert et Laurent Marqueste à l’École des beaux-arts.

Au-delà de la différenciation sexuelle des professeurs, on peut s’interroger sur l’organisation matérielle de l’apprentissage au sein de l’atelier. Les sujets, les méthodes et les enseignements connaissent-ils des distinctions ou variations genrées ? Comme le suggère Camille Mauclair dans son article, « L’art des femmes peintres et sculpteurs en France » (1901), le fait d’être femme et de devoir prouver sa capacité artistique conduit-il à se conformer à des modèles traditionnels ? À quelle histoire de l’art les artistes femmes se réfèrent-elles ? Quelles sont leurs sources artistiques et littéraires ? Quels canons et quels modèles reproduisent-elles ?

On pourra également s’intéresser à l’incidence de la modernité et de l’individualisation croissante de la pratique artistique sur la formation. Comment les artistes femmes se positionnent-elles face à un enseignement qui apparaît de plus en plus désuet ? Quelle est la valeur accordée aux maîtres et maîtresses dans ces échanges tandis que les élèves paraissent s’émanciper de leur autorité ? L’atelier s’apparente-t-il à un lieu d’apprentissage d’un savoir technique ou d’une sociabilité professionnelle ? Les liens plus personnels – familiaux, amicaux ou amoureux – entretenus avec certains maîtres ou maîtresses permettent-ils de mieux s’affranchir d’un enseignement traditionnel ? Il paraît également intéressant de porter notre attention sur les académies d’été, comme celles qui accueillent les Finlandaises en Bretagne, ainsi que sur les circulations d’artistes femmes qui peuvent être porteuses de modèles artistiques différents.

  • Les propositions (350 mots au plus) devront être envoyées au plus tard le 17 février 2020, accompagnées d’une courte bio-bibliographie à :

marion.lagrange@u-bordeaux-montaigne.fr

adriana.sotropa@u-bordeaux-montaigne.fr

  • Les participants recevront une réponse le 24 février 2020.
  • Les communications devront durer 25 minutes au maximum.

Comité d’organisation

Marion Lagrange et Adriana Sotropa – Université Bordeaux Montaigne

Comité scientifique

Marion Lagrange et Adriana Sotropa – Université Bordeaux Montaigne

Emmanuelle Trief-Touchard – musée Roybet-Fould Courbevoie

Catherine Chevillot et Véronique Mattiussi – musée Rodin

 

La chambre et les arts. L’intime au defi

Étienne Boulanger, Single Room Hotel Skulpturenpark Berlin Zentrum, Berlin, 2007-2008.
Vue intérieure du Single Room Hotel (échafaudage, panneaux de bois aggloméré, plaques de plâtre, matériaux isolants, installation électrique, installation sanitaire, affichage
publicitaire, mobilier d’hôtel). Courtesy Association Étienne Boulanger

 

Dans la culture occidentale, la chambre est un espace clos, généralement intégré à un ensemble de plus grandes dimensions (la maison, l’hôtel, la cité universitaire, l’hôpital…). Cet effet gigogne fait d’elle un lieu particulièrement lié à l’ “intime”, dont l’étymologie renvoie au superlatif d’interior : plus intérieur que l’intérieur. Ce qui se passe dans la chambre serait à l’abri des regards et du monde dont le sujet semble s’extraire lorsqu’il se retire dans cette pièce. Depuis les années 1960, les artistes n’ont eu de cesse de jouer avec les a priori qu’engage une telle conception. En quelles mesures ont-ils fait de la chambre un laboratoire d’étude privilégié de l’évolution de nos comportements sociaux ? La chambre ne constituerait-elle pas une figure de référence dès lors qu’il s’agit d’explorer les contradictions de l’intime ?

Ainsi, nous entendons questionner les formes, les dispositifs et les stratégies auxquels les arts ont recours pour faire écho à la dualité de l’intime. La chambre se voit, en effet, fréquemment représentée, déplacée, investie, déformée, recréée dans de multiples domaines artistiques et à travers une diversité de médiums dont la présente manifestation souhaite témoigner.

Cette journée d’étude organisée par Marie Escorne (Artes) et Myriam Métayer (Centre F.-G. Pariset, EA 538) se tiendra à la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine (MSHA), salle Jean Borde, le mardi 18 février 2020.

Pour télécharger le programme :

Pour prendre connaissance des modalités de l’appel à communication :

https://pariset.hypotheses.org/3540

Cette journée d’étude s’inscrit dans le prolongement de l’un des programmes de l’épreuve d’histoire de l’art de l’agrégation d’arts plastiques portant, depuis la session 2019 et jusqu’en 2021, sur “l’intime dans l’art des années 1960 à nos jours”.

François-Georges Pariset (1904-1980) : objets et méthodes d’un historien de l’art

Le Centre François-Georges Pariset (université Bordeaux Montaigne, EA 538) et Passages (École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, UMR 5319) lancent cet appel à communication pour l’organisation d’une journée d’étude qui aura lieu le 9 octobre 2020, à Bordeaux, dans l’auditorium de la bibliothèque Mériadeck.

À l’occasion du quarantième anniversaire de sa disparition et du dépôt récent à l’INHA d’une part importante de ses archives personnelles, cette journée d’étude souhaite réévaluer les travaux de François-Georges Pariset (1904-1980) et considérer les enjeux de l’érudition en histoire de l’art, à la lumière de son positionnement méthodologique.

François-Georges Pariset tenant un exemplaire de L’Art classique (Paris, Presses universitaires de France, coll. « Les Neuf muses » – Histoire générale des Arts, 1965), photographie non datée, archives privées.

La carrière de François-Georges Pariset épouse les grandes dynamiques de l’implantation de l’histoire de l’art dans le paysage universitaire, entre les années 1930 et les années 1970. Issu d’une famille d’érudits, sa formation d’historien à l’université de Strasbourg marque son approche documentaire et archivistique de la connaissance des œuvres d’art. Parmi ses premiers soutiens, on compte Louis Réau, René Schneider et Pierre Lavedan mais aussi Lucien Febvre qui, en 1950, publie dans les Annales un compte rendu de la monographie consacrée à Georges de La Tour (Paris, Henri Laurens, 1948), issue de sa thèse soutenue en Sorbonne en 1947. Quel bilan faire de ce type d’approche et, plus largement, de l’apport de Pariset dans le processus de redécouverte des œuvres de La Tour ?

L’ancrage régional constitue un trait de la trajectoire intellectuelle de François-Georges Pariset. De l’est de la France à l’Aquitaine, son itinéraire l’amène, au fil des années, à considérer de nouveaux sujets. Grünewald, Jacques de Bellange, Hans Baldung Grien et Georges de La Tour constituent, dès ses premiers articles publiés dans les années 1930, quelques-uns de ses artistes de prédilection, auxquels s’ajoute Claude Deruet à la fin des années 1940. À son arrivée à Bordeaux, en 1952, suite à sa nomination en tant que professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à la Faculté des Lettres, son intérêt se focalise davantage sur l’architecture bordelaise, en particulier du XVIIIe siècle. Son goût de l’enquête sur le terrain, dont il s’attache souvent dans ses articles à restituer les étapes, l’amène à produire plusieurs études consacrées à Victor Louis et Louis Combes. Des peintres alsaciens et lorrains de la Renaissance à l’architecture classique et néo-classique, la province se révèle être au cœur du discours historique que Pariset développe et consolide jusqu’aux années 1970. Comment appréhender ce parcours, non seulement au regard d’une carrière jalonnée par les échanges avec l’Allemagne (détachement à l’Institut français de Berlin de 1931 à 1932, docteur honoris causa de l’université de Hambourg), mais aussi à l’échelle de l’histoire transnationale de l’art ?

Ce sont donc les enjeux méthodologiques et institutionnels promus par l’un des représentants académiques de l’histoire de l’art, sur lesquels cette journée d’étude entend revenir. Sur la base d’une relecture critique de ses écrits, nous proposons de réexaminer l’apport de François-Georges Pariset à l’histoire de l’art et de recontextualiser les liens, échanges et collaborations qu’il a pu établir avec ses confrères. En quelle mesure contribua-t-il à la redécouverte de nombreux artistes ? Comment lire Pariset aujourd’hui ? Ces questions sont d’autant plus légitimes que cet historien de l’art est quelque peu tombé dans l’oubli.

La manifestation sera accompagnée d’une exposition des dessins de François-Georges Pariset qui se tiendra à la bibliothèque municipale Mériadeck de Bordeaux à la rentrée 2020.

Comité scientifique et organisateur

Laurence Chevallier (École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, UMR 5319)

Myriam Metayer (université Bordeaux Montaigne, EA 538)

Adriana Sotropa (université Bordeaux Montaigne, EA 538)


Les propositions de communication, de 300 mots environ, accompagnées d’un titre et indiquant les principales sources utilisées, de même qu’une brève notice biographique, sont à adresser avant le 1er février 2020 à :

   – Laurence Chevallier : laurence.chevallier@bordeaux.archi.fr

   – Myriam Metayer : myriam.metayer@u-bordeaux-montaigne.fr

   – Adriana Sotropa : adriana.sotropa@u-bordeaux-montaigne.fr

Les réponses seront communiquées au plus tard à la fin du mois de février 2020.

Les communications ne devront pas excéder 25 minutes.


Pour télécharger le présent appel :

 

Écrire l’histoire de l’art: aux frontières de la discipline

Cette seconde édition de la journée des doctorants et doctorantes du Centre F.-G. Pariset est organisée par Sarah Crépieux-Duytche, Naouel Nessark et Léa Tichit. Elle a pour objectif de mettre en valeur les différentes thématiques des thèses portées au sein du laboratoire. Par des communications et tables rondes seront interrogées les interconnexions et les frontières de nos objets d’étude. Une intervention des membres de l’association transfrontaliers, association de doctorants et docteurs en histoire de l’art fondée en 2018, nous permettra d’appréhender bien des contours de la recherche transnationale.

Elle se tiendra le jeudi 14 novembre 2019, à l’université Bordeaux Montaigne, Odéon de l’Archéopôle.

Pour les modalités pratiques et le programme de cette journée :

Architecture et urbanisme de la Reconstruction en Nouvelle-Aquitaine (1940-1958) : sources, méthodes et outils

Cette journée d’étude, organisée par Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne, Centre F.-G. Pariset, EA 538) et Émilie d’Orgeix, directrice d’études à l’EPHE (PSL – Histara), se tiendra le jeudi 7 novembre 2019 à la Direction des Affaires régionales de Nouvelle-Aquitaine, salle chapelle, 54 rue Magendie, 33074 Bordeaux.

En France, les travaux consacrés au patrimoine de la seconde Reconstruction (1940-1958) portent essentiellement sur des ensembles urbains (Brest, Le Havre, Caen, Royan, Oradour-sur-Glane…) ou des départements massivement détruits tels le Nord-Pas-de-Calais, le Finistère ou la Normandie. Il est désormais nécessaire d’élargir ce spectre à des territoires plus vastes et plus inégalement touchés par la guerre. Cette inflexion permettra notamment d’affiner les typologies de destructions, d’étudier de manière exhaustive les processus d’interventions urbaines et rurales  et de documenter l’ensemble des postures professionnelles. D’un point de vue patrimonial, elle rendra également effective l’identification et la protection de sites et d’architectures remarquables qui ont échappé au crible des inventaires.

Le glissement à de nouvelles échelles territoriales, plus vastes et moins méthodiquement détruites, impose néanmoins des stratégies d’analyse fondamentalement différentes. Comment conformer ou adapter les méthodes de recherche déjà éprouvées, à petite ou moyenne échelle, pour rendre compte au Large de la politique urbaine, architecturale et territoriale mise en œuvre par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme ? Quels sites sélectionner et en fonction de quels critères ? Quelles stratégies d’analyse, de classement et de croisement des sources adopter face à des dossiers documentaires pléthoriques issus de fonds d’archives nationales, départementales, communales et privées ?

Se fondant sur la vaste enquête engagée en 2017 sur le patrimoine de la Reconstruction par la Direction régionale des affaires culturelles de Nouvelle-Aquitaine, cette journée d’étude invite à repenser la structuration de méthodes d’analyse architecturale et urbaine menée à l’échelle de la plus grande circonscription administrative de France. Les interventions présentées offriront l’occasion de revenir sur la méthodologie du travail et d’en réinterroger la pertinence dans le cadre d’une étude pionnière qui couvre les douze départements de la Nouvelle-Aquitaine, classée cinquième région pour le nombre de destructions à l’issue de la seconde guerre mondiale.

Pour les modalités pratiques et le programme des interventions : 

Fig. : vue d’une des salles de l’exposition “Reconstruire : Santé, Habitation, Urbanisme”, organisée au musée des Beaux-Arts de Bordeaux, 2-25 mars 1946 (Bordeaux, musée des Beaux-Arts)

http://www.musba-bordeaux.fr/article/reconstruire-sant%C3%A9-habitation-urbanisme

Espaces frontière : la demeure comme œuvre

Colloque organisé par Sabine du Crest (université Bordeaux Montaigne, Centre F.-G. Pariset, EA 538 ; FF The Harvard University Center for Italian Renaissance Studies, Villa I Tatti), en collaboration avec le Museo Stibbert et l’Institut français de Florence.

Firenze, Museo Stibbert

Ce colloque, qui se tient le 1er octobre 2019 à Florence, au Museo Stibbert et à l’Institut français, a pour objet d’approfondir l’un des propos d’une future exposition : “Si loin si proche. L’Esotismo negli interni europei tra Ottocento e Novecento” (Museo Stibbert, septembre 2020-janvier 2021), dont le commissariat est assuré par Sabine du Crest. L’idée est de s’intéresser ici au cas le plus extrême, celui de la demeure comme œuvre, suivant l’idée de Walter Benjamin d’une transfiguration des objets introduits dans son intérieur par le collectionneur.

Pour une présentation plus détaillée et le programme de la journée, voir :

La chambre et les arts. L’intime au défi

Étienne Boulanger, Single Room Hotel Skulpturenpark Berlin Zentrum, Berlin, 2007-2008.
Vue intérieure du Single Room Hotel (échafaudage, panneaux de bois aggloméré, plaques de plâtre, matériaux isolants, installation électrique, installation sanitaire, affichage publicitaire, mobilier d’hôtel). Courtesy Association Étienne Boulanger.
  • Appel pour une journée d’étude organisée à l’université de Bordeaux Montaigne par Marie Escorne (CLARE, EA 4593 – ARTES) et Myriam Métayer (Centre F.-G. Pariset, EA 538). Elle se tiendra le 18 février 2020 à la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, salle Jean Borde.

Dans la culture occidentale, la chambre est un espace clos, généralement intégré à un ensemble de plus grandes dimensions (la maison, l’hôtel, la cité universitaire, l’hôpital…). Cet effet gigogne fait d’elle un lieu particulièrement lié à l’« intime », dont l’étymologie renvoie au superlatif d’interior : plus intérieur que l’intérieur. Ce qui se passe dans la chambre est en effet à l’abri des regards et du monde dont le sujet semble s’extraire lorsqu’il se retire dans cette pièce. Les usages de la chambre (lieu du sommeil, de la sexualité, de la convalescence) renforcent le lien avec l’intime et l’intériorité. Comme les profondeurs du psychisme, la chambre se révèle ainsi, de prime abord, tel un antre que seuls quelques privilégiés peuvent pénétrer.

La chambre apparaît de manière récurrente dans les mises en scène de l’intimité par les artistes habituellement affiliés à la tendance des « mythologies individuelles » (Nan Goldin, Sophie Calle, Pierrick Sorin…). Issue de l’existant ou créée de toutes pièces, la chambre comme environnement, à commencer par Bedroom Ensemble de Claes Oldenburg (1963), se fait aussi espace dialectique, bousculant les représentations sensorielles et psychiques que nous nous faisons de l’intime. Enfin, lorsqu’elle devient espace d’exposition, la chambre met en péril le concept moderniste du white cube, qui se voudrait neutre et épuré, pour situer l’art au cœur de la création dans sa dimension individuelle et singulière. Depuis les années 1960, les artistes se sont donc emparés du territoire de la chambre. En quelles mesures en ont-ils redessiné les bornes, faisant de ce lieu du repli un espace public, de surcroît un laboratoire d’étude privilégié de l’évolution de nos comportements sociaux ? La chambre ne constituerait-elle pas une figure de référence dès lors qu’il s’agit de questionner les contradictions de l’intime ?

Excluant a priori d’autres définitions (la chambre au sens d’un dispositif technique, comme la chambre noire, ou au sens plus large d’une salle pouvant accueillir des réunions, etc.), la journée d’étude que nous organisons propose d’envisager avant tout la chambre à coucher, en tant qu’espace sensible étroitement associé à l’histoire de l’intimité.

Cette journée s’adosse à l’un des programmes de l’épreuve d’histoire de l’art de l’agrégation d’Arts plastiques portant, depuis la session 2019 et jusqu’en 2021, sur « l’intime dans l’art des années 1960 à nos jours ». La chambre dépasse cependant le domaine des arts plastiques et se voit fréquemment représentée, déplacée, investie, déformée, recréée à travers différents médiums et différentes expressions artistiques (cinéma, théâtre, design, architecture…) qui auront leur place dans la journée d’étude. Il s’agira ainsi d’interroger, dans une triple perspective historique, culturelle et artistique, les formes, les dispositifs et les stratégies auxquels les arts ont recours pour faire écho à la dualité de l’intime. Entre repli et partage, à l’heure des réseaux sociaux, la chambre est-elle encore le territoire privilégié de l’intime ? Afin d’interroger cette proposition les contributions pourront s’inscrire dans les axes de réflexion suivants :

La chambre, lieu de la construction de soi

La chambre apparaît souvent comme le reflet de son occupant : la disposition, les objets que l’on choisit d’y conserver, les images affichées, témoignent des goûts et éventuellement du caractère d’un individu. Les installations des époux Kabakov et les photographies de John Thrackway, par exemple, explorent ce lien de manières très différentes.

Le thème de la chambre se prête à un questionnement sur l’identité sexuelle ou sur le genre. Peut-on en conclure qu’il y a des enjeux particuliers pour les femmes, mais aussi pour les minorités, dans la réflexion sur cet espace ?

On pourra enfin s’interroger sur la place des chambres dans le parcours et la mémoire d’un individu, un aspect en particulier exploré par Rachel Whiteread, Heidi Bucher ou encore Armelle Caron.

La chambre, espace d’exposition

Quelles expériences singulières les artistes provoquent-ils lorsqu’ils transforment, à l’exemple de Jeremy Deller (Open Bedroom, 1993), leur chambre en lieu d’exposition alternatif ?  

La chambre envisagée comme une œuvre d’art « totale » pourra aussi être abordée : pensons à la recréation de la chambre de 2001 : L’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrik par Simon Birch et Paul Kember (The Barmecide Feast, 2016) et aux projets utopistes de Joep van Lieshout.  

Cet axe permet en outre de questionner la relation du collectionneur à cet espace particulier (par exemple, la reconstitution de la chambre de Ghislain Mollet-Viéville au Mamco de Genève).

La chambre, espace relationnel ?

Le fait que la chambre soit un espace clos, délimité, normalement réservé à un ou deux individus, lui donne un aspect mystérieux qui suscite la curiosité et l’indiscrétion. Mais le caractère confiné de la chambre est aussi une contrainte qui s’avère parfois créatrice. La Chambre de Chantal Akerman (1972) ou l’adaptation d’Un homme qui dort de Georges Pérec par Bruno Queysanne (1974) pourraient ici être évoqués.

On peut citer les artistes qui ouvrent a contrario leurs chambres, celles-ci devenant de véritables espaces « relationnels » : c’est le cas de Sophie Calle avec Les Dormeurs (1979) ou Chambre avec vue (2003) et plus récemment Caroline Newton avec A Bedroom For Strangers (2018).

Regard sur des chambres impersonnelles

Cette piste de réflexion propose d’envisager des lieux plus impersonnels, tels que les chambres d’hôpital, les chambres d’hôtel ou encore les chambres universitaires, qu’il serait possible de rapprocher de la définition que Marc Augé donne des « non-lieux ». Ces chambres sont cependant liées à un imaginaire particulier, perceptible à travers de nombreux films mais aussi des installations comme Motel Room de Georges Segal (1967) ou les œuvres de Chiharu Shiota (Flowing Water, 2009, Flow of Life, 2017).

On pourra analyser ici des installations fonctionnant comme des chambres d’hôtel (Étienne Boulanger, Single Room Hotel, 2007, Tatzu Nishi, Villa Victoria, Liverpool, 2002).

Des enjeux politiques apparaissent enfin lorsque des artistes s’intéressent par exemple aux chambres dans les hôpitaux psychiatriques ou les centres de détention (Raymond Depardon, Grégoire Korganow).

  • Les communications ne devront pas excéder 30 minutes. La journée d’étude se veut pluridisciplinaire. Elle est ouverte aux jeunes chercheurs et chercheurs confirmés.
  • Merci d’envoyer votre proposition de contribution (500 mots), accompagnée d’un titre et de 5 mots clés, ainsi qu’une courte biographie aux organisatrices de la journée d’étude :

Marie Escorne, maître de conférences en arts plastiques : marie.escorne@u-bordeaux-montaigne.fr

Myriam Métayer, maître de conférences en histoire de l’art contemporain : myriam.metayer@u-bordeaux-montaigne.fr

  • Date limite d’envoi des propositions : 10 septembre 2019
  • Date de réponse : mi-octobre 2019

CAPEYRON BLANC : L’ART DÉCO EN QUESTION

La villa Capeyron Blanc de Mérignac est inclassable et résiste à toute recherche d’interprétation unique. Cette maison de Raoul Perrier, imaginée dans les années trente et construite au début des années cinquante, se dérobe à toute appellation réductrice. Elle n’est authentiquement ni une œuvre du Mouvement moderne, parfois qualifié de Style international, ni une œuvre Art déco, pas davantage un exemple pur de classicisme. Éclectique, elle est l’enfant étonnant et improbable de ces multiples ascendances.

La journée d’étude, qui aura lieu le jeudi 18 avril, interrogera les limites et la validité de l’étiquette Art déco à travers les interventions de trois historiens de l’art, la visite commentée des collections arts déco du Musée des arts décoratifs de Bordeaux et la visite critique de la villa Capeyron Blanc elle-même.

Toutes les modalités pratiques et le programme de cette manifestation, organisée par le Centre F.-G. Pariset et l’UMR CNRS Passages, se trouvent dans le fichier téléchargeable ci-dessous.

François Joseph Bélanger (1744-1818). Architecture et société, de l’Ancien Régime à la Restauration

Ce colloque international est organisé par l’association GHAMU et le Centre F.-G. Pariset (EA 538 ; université Bordeaux Montaigne), avec le concours du Centre André Chastel (Sorbonne Université) et de l’HICSA (université – Panthéon-Sorbonne). Il se tiendra à Paris, du 6 au 8 décembre 2018 (voir programme joint infra).

Construire une maison de plaisance en trois mois : ce pari fou – et réussi –  entre la reine Marie-Antoinette et son beau-frère le comte d’Artois a marqué la carrière de François Joseph Bélanger. Avec ce coup d’éclat se dessine le portrait d’un architecte à la mode, chef d’orchestre des plaisirs de l’Ancien Régime, qui intéresse depuis longtemps les historiens. Dès 1930, Bélanger bénéficie d’une monographie grâce au travail documentaire minutieux de Jean Stern. Depuis les années 1970, les recherches se poursuivent avec des études plus spécifiques consacrées à son activité au service du prince (M. Constans, Ch. Baulez, J.-J. Gautier, Y. Delaborde, B. Baudez), à ses demeures privées (M. Gallet, P. Étienne, C. Faraggi, G. Joudiou, R. Perry), à son rôle de paysagiste (M. Mosser, K. Woodbridge, J. Barrier) et à ses bâtiments publics (M. Deming). Cette riche historiographie n’épuise pas pour autant le sujet. Parmi les perspectives fructueuses, il convient notamment d’approfondir le travail de l’architecte au quotidien, ses relations avec les dessinateurs et les artisans, ses réseaux et les mécanismes de la commande, ses stratégies de carrière, son éclectisme, sa maîtrise technique ou encore ses écrits sur ses confrères et le soin apporté à la diffusion de son œuvre. Le bicentenaire de la mort de l’architecte offre ainsi l’occasion de revenir sur cette carrière exceptionnelle et de la mettre en perspective à la lumière des travaux récents sur l’architecture dite « néoclassique » qui se poursuit jusqu’à l’Empire et la Restauration.

Thèmes proposés

L’appel à communications s’est organisé autour de quatre thèmes : 

1er thème — Au service des princes

Dessinateur (1767) puis inspecteur des Menus Plaisirs du roi (1775), Bélanger demeure seize ans dans la prestigieuse administration, principalement occupé à la création de décors pour les fêtes publiques et les spectacles de la cour. À partir de 1777, sa carrière prend un nouvel envol en devenant Premier architecte du comte d’Artois. Ce prince prodigue le sollicite pour toutes sortes de projets tels que des palais, une petite maison, un jeu de paume, des écuries, des embellissements intérieurs ou encore la création d’un nouveau quartier. Mais la Révolution sonne le glas des ambitions architecturales du prince et de son architecte. Ce dernier ne retrouvera les faveurs de la cour qu’en 1814 à la Restauration : revenu aux Menus Plaisirs, il termine sa carrière comme il l’avait commencée ! Entre-temps l’architecte a fait évoluer son art et l’on s’interrogera sur sa manière de servir le pouvoir, d’un frère à l’autre et d’un siècle à l’autre, entre agrément et décorum.

2e thème — Habitat et décor à la mode

L’architecture domestique constitue une part essentielle de l’activité de Bélanger avec une trentaine de chantiers parmi lesquels deux édifices devenus des symboles de l’art de vivre sous l’Ancien Régime : Bagatelle et la folie Sainte-James. Le colloque sera l’occasion de revenir sur ces chantiers exceptionnels mais aussi de mieux connaitre ses autres demeures notamment celles construites dans les années 1785-1800. Il conviendra également d’approfondir son rôle de décorateur d’intérieur, son intérêt pour le mobilier, les marbres et le papier peint. Enfin, on pourra examiner le répertoire de l’architecte qui, après le renouveau classique des années 1760, témoigne d’un impérieux besoin de variété en convoquant tour à tour l’Antiquité romaine, le dorique sans base de Paestum, la serlienne de Palladio, l’arc brisé gothique, le revêtement brique et pierre ou encore, dans les intérieurs, l’exotisme, les arabesques de Raphaël et d’Herculanum.

3e thème — Jardins et architecture pittoresque

Parmi les chantiers qui ont assuré la notoriété de Bélanger, les jardins occupent une place toute particulière. Il est en effet l’un des plus importants promoteurs du jardin anglo-chinois en France. Apprécié pour l’inventivité de ses fabriques, le luxe de leur conception, l’architecte s’adresse aux élites anglomanes alors que ses trois voyages outre-Manche (1774, 1778 et 1780) lui ont assuré une connaissance fine des jardins et un solide réseau amical chez les architectes anglais. Il conviendra d’étudier les jardins de Bélanger – Bagatelle (1777), la folie Sainte-James (1778), le parc de Méréville (1785-1786), le jardin de l’hôtel de Beaumarchais (1788) – dans ce rapport à l’Angleterre comme des créations affranchies de la tradition française du jardin régulier et nourries d’un imaginaire de fantaisie pour une clientèle en quête de nouveauté et d’exotisme

4e thème — Équiper la ville

Sous l’Empire, Bélanger consacre davantage de temps à l’architecture publique. En 1808, pour la Halle au blé, il innove avec la construction d’une gigantesque coupole en fer, recouverte de feuilles de cuivre. Mais à côté de ce célèbre exemple, d’autres bâtiments (réalisés ou non) tels les bains Vigier (1802), l’Opéra au Carrousel (1802), le réaménagement de Bruxelles (1804), la halle aux vins et les abattoirs de Rochechouart (1808) mériteraient d’être mis en lumière. Autant de projets variés témoignant d’une certaine vision de la ville moderne et qui conduisent à interroger les enjeux d’un renouveau – tant programmatique qu’esthétique – au début du XIXe siècle.

Comité scientifique

Janine Barrier (Université Panthéon-Sorbonne) ; Alexandre Gady (Sorbonne Université) ; Jean-Philippe Garric (Université Panthéon-Sorbonne) ; Alexia Lebeurre (Université Bordeaux Montaigne) ; Christophe Loir (Université libre de Bruxelles) ; Werner Oechslin (Polytechnique de Zürich) ; Claire Ollagnier (Université Panthéon-Sorbonne) ; Monique Mosser (CNRS, Centre André Chastel) ; Eduardo Piccoli (Politecnico de Turin) ; Daniel Rabreau (université Panthéon-Sorbonne) ; José Luis Sancho (Patrimonio Nacional de Madrid) ; Létizia Tedeschi (Archivio del Moderno, Mendrisio) ; Richard Wittman (University of California Santa Barbara)


Faire l’histoire de l’architecture : acteurs, méthodes, enjeux

Cette journée d’étude, organisée par Nina Mansion (Centre F.-G. Pariset EA 538) et Gauthier Bolle (UMR Passages), se tiendra le vendredi 9 novembre 2018 à l’amphithéâtre de la Maison des Sud à Pessac.

Elle constitue le séminaire inaugural d’un cycle de séminaires qui auront lieu dans plusieurs villes françaises. L’objectif de notre groupe de travail est d’interroger la manière dont la « discipline » s’est constituée plus spécifiquement en France au fil du second XXe siècle, selon quelles méthodes et dans quelles directions, en questionnant les liens et les réseaux des acteurs qui ont marqué son développement sur des territoires précis. La diversité de l’enseignement et de la recherche en histoire de l’architecture, que ce soit au sein des départements d’histoire de l’art à l’université, des écoles d’architecture et d’institutions patrimoniales, est à l’origine de nos questionnements.

Le séminaire inaugural permet donc d’éclairer l’exemple bordelais, en croisant les regards et expériences d’acteurs qui y ont fait l’histoire de l’architecture.

La matinée sera consacrée à des communications sur l’histoire nationale et locale de la discipline et l’après-midi sera dédiée à deux tables-rondes.