Archives de catégorie : Actualités

Espaces frontières. Objets non européens dans les intérieurs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle

Journée d’étude.  Organisée dans le cadre de l’exposition Così lontani, così vicini. Il fascino dell’esotismo negli interni europei tra Ottocento e Novecento (Firenze, Museo Stibbert, 5 ottobre 2023 – 4 maggio 2024), par Sabine du Crest et Enrico Colle, cette journée d’étude se présente comme une enquête complémentaire sur les manifestations artistiques de l’Orient présentes dans les intérieurs européens entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Elle se tiendra le 18 avril 2024 à Florence, au Museo Stibbert.

Pour plus de renseignements sur l’exposition : https://www.museostibbert.it/frontend/index.php?sez=evento&id_evento=74

Pour télécharger la présentation de cette manifestation scientifique et le programme : Pieghevole_ SPAZI FRONTIERA

PROGRAMME

10h – Enrico Colle, direttore Museo Stibbert ; Claudia Baroncini, direttrice Fondazione Alinari per la fotografia Alessandro Del Taglia, Presidente Associazione Amici del Museo Stibbert

10h30 – introduzione alla giornata: Spazi di frontiera. Storia di un nuovo concettoSabine du Crest, maîtresse de conférences HDR université Bordeaux Montaigne, CRHA-F.G. Pariset (UR 538)

Presiede Sabine du Crest, maîtresse de conférences HDR université Bordeaux Montaigne, CRHA-F.G. Pariset (UR 538)

11h00 – Henri Cernuschi e l’arte asiatica. Dall’intimità della dimora alla sobrietà di uno spazio museale – Manuela Moscatiello, chargée d’étude alla Maison de Victor Hugo, Parigi

11h30 – coffee break

12h00 – Identità e alterità in Gabriele d’Annunzio arredatore: villa ‘La Capponcina’ a Settignano (1898-1910) – Harald A. Hendrix, professore, Utrecht University

12h30 – Tavola rotonda. Le dimore di Ferdinando Panciatichi Ximenes d’Aragona, dei coniugi Acton Mitchell, Bernard Berenson e Frederick Stibbert veri e propri ‘spazi di frontiera’. Interverranno: Ethel Santacroce (Archivista) per la collezione Panciatichi; Francesca Baldry (Villa La Pietra, NYU) per la collezione Acton Mitchell; Ilaria Della Monica (Villa I Tatti, Harvard University) per la collezione Berenson e Martina Becattini (Museo Stibbert) per la collezione Stibbert.

13h30 – lunch

14h30 – visita alla mostra Così lontani, così vicini, Presiede Enrico Colle

15h00 – Stefano Bardini, antiquario “moderno”Antonella Nesi, storica dell’arte, già direttrice del Museo Bardini

15h30 – Vetri alla moda islamica fra fascino esotico e collezionismo – Silvia Ciappi, storica dell’arte

16h00 – Il ghetto di Firenze: porta d’oriente – Luca Scarlini, scrittore

17h00 – Parigi 1869. Il Duca di Martina e l’arte cinese – Francesco Morena, storico dell’arte

17h30 – Orientalismo musicale a Firenze: la collezione dei baroni Kraus, pionieri dell’etnomusicologi – Eleonora Negri, musicologa, Scuola di musica di Fiesole

Villes et universités. Quels patrimoines pour quel avenir partagé ?

Bordeaux Métropole s’est engagée, depuis 2010, vers une régénération urbaine profonde de son campus à travers sa contribution à l’Opération campus Bordeaux et l’Opération d’intérêt métropolitain BIC pour “Bordeaux Inno Campus”. L’Opération campus intervient sur le patrimoine immobilier des universités et poursuit l’ambition d’une insertion urbaine durable des campus via une perméabilité avec la ville et une diversification des fonctions et des usages qui y sont proposées.

Bordeaux Inno Campus, en collaboration avec la Maison des sciences de l’homme de l’université Bordeaux Montaigne et la Direction générale de l’aménagement de Bordeaux Métropole organisent, les 19 et 20 octobre 2023, des journées d’étude consacrées aux relations entre les villes et l’université dans une optique patrimoniale large et diachronique.

Pour télécharger le programme : Villes et universités 2023

Engagement et distanciation: quelle place pour la liberté académique en sciences humaines et sociales ?

Journée d’étude interdisciplinaire. Historiquement, la légitimité et la validité des savoirs des sciences humaines et sociales ont été construites grâce au développement de méthodes fondées sur un double principe de rationalité et de neutralité. Face à ce mythe fondateur, les travaux d’épistémologie et les études critiques ont mis en lumière que la neutralité n’est qu’illusoire et que les savoirs sont toujours situés ; s’il y a bien de l’objectivité en sciences humaines et sociales, c’est une objectivité construite, consciente des perspectives à partir desquelles ces savoirs ont été produits. La déconstruction du mythe du savoir neutre a fait émerger au sein du monde universitaire de nouvelles manières de penser, de dire et de construire les discours de connaissance. Les disciplines académiques ont ainsi fait l’expérience renouvelée du pluralisme, passant de discours relativement homogènes à une diversité et une concurrence affirmée entre modes de production de savoirs. L’irruption de ce pluralisme des perspectives peut être perçue comme portant en son sein le risque du relativisme.

Or, si les anciens et nouveaux discours universitaires se voient souvent opposés et ne semblent pas toujours partager les mêmes conditions de véridiction, la rencontre entre ces perspectives plurielles paraît porter la possibilité d’une meilleure compréhension des objets de recherche. En effet, le croisement des perspectives et la construction d’une logique dialectique entre ces discours semblent permettre d’enrichir et de préciser notre appréhension du monde. Loin de céder à la tentation de positions dogmatiques, l’université doit garantir les conditions de l’élaboration et de la préservation d’une conversation académique entre ces perspectives plurielles. Dans ce contexte, la notion de liberté académique semble offrir les conditions nécessaires à l’affirmation et à la construction d’une université comme lieu dialectique entre différentes formes de discours de connaissance. Cette notion, souvent dévoyée dans les discours politiques, constitue ainsi un objet dont il devient nécessaire de se saisir pour repenser les conditions de construction des savoirs dans le nouveau pluralisme universitaire. 

En ce sens, cette journée d’étude interdisciplinaire et pluri-institutionnelle encourage une réflexion collective autour des enjeux éthiques de la recherche, de la liberté académique et de la responsabilité civique des chercheurs. Elle vise à créer un espace d’échanges scientifiques sur les pratiques et les défis actuels de la recherche, tout en questionnant l’éthique, sa définition, son rôle pour la constitution des savoirs dans le contexte du pluralisme universitaire.

Face à la dimension interdisciplinaire des problématiques soulevées, cette manifestation propose de faire se rencontrer et échanger des chercheurs en sciences humaines et sociales provenant d’horizons académiques différents.

Pour ce faire, la journée s’organisera autour de trois tables rondes thématiques. La première table ronde, intitulée “Liberté académique : réflexions sur la légitimité et la validité des discours”, portera sur la double dimension épistémologique et éthique de l’objet de recherche. La deuxième table ronde, internationale, rassemblera des juristes autour du thème “Liberté académique : les enjeux et conditions juridiques de la production de connaissance”. Enfin, et pour conclure cette journée, une troisième table ronde intitulée “Liberté académique : le cas d’étude des mondes coloniaux” proposera une approche empirique sur un terrain de recherche spécifique.

Organisée par Paloma Diez, doctorante du CRHA F.-G. Pariset (université de Bordeaux Montaigne, UR 538), Victor Janin, doctorant en histoire du droit (université de Bordeaux, IRM, UR 7434) et Marie Padilla, maîtresse de conférences en droit public (université de Bordeaux, CERCCLE, UR 7436), cette journée d’étude interdisciplinaire se tiendra les 5 et 6 octobre, à la Maison des Sciences de l’Homme de Bordeaux. 

Pour celles et ceux qui souhaiteraient assister à distance à cet événement, via Zoom :

Jeudi : https://u-bordeaux-montaigne-fr.zoom.us/j/81608930263?pwd=dUZYU1ViSG15bXA0M0xtNytYVFdvdz09

Vendredi : https://u-bordeaux-montaigne-fr.zoom.us/j/81878010273?pwd=bzY1Nk9uN3JzTXNaZHVsQXJiMGFyUT09

Liberté académique : réflexions sur la légitimité et la validité des discours

Face à des discours concurrents qui prétendent représenter une légitimité équivalente, voire supérieure aux discours académiques, cette première table ronde s’intéressera aux points de discordances et de convergences entre eux. En ce qui concerne les désaccords, elle s’interrogera sur les conditions de validité du savoir académique, parfois pris dans un étau entre présupposés méthodologiques d’une part, et valeurs d’autre part. Malgré toutes les précautions épistémologiques, aucune démarche ne peut être totalement hermétique aux valeurs. Il s’agira d’étudier quelles précautions méthodologiques sont nécessaires pour tenter d’atteindre sinon une neutralité axiologique illusoire, du moins une objectivité construite. Cette table ronde tentera d’identifier des outils pour permettre la rencontre “délicate”, mais inévitable, entre science et valeur.

Liberté académique : les enjeux et conditions juridiques de la production de connaissance

Depuis une perspective juridique, la liberté académique constitue une liberté singulière, qui témoigne de la valeur reconnue à l’université dans le développement et le renforcement de la démocratie. Longtemps présentée et affirmée dans les démocraties libérales comme une condition nécessaire du vivre ensemble, le champ et l’étendue de cette liberté sont pourtant aujourd’hui interrogés. Face à ce constat, cette deuxième table ronde se propose de revenir, depuis une perspective comparée, sur la définition juridique de la “liberté académique” comme garantie des conditions de production de la connaissance au sein de l’université.

Liberté académique : le cas d’étude des mondes coloniaux

Cette troisième et dernière table ronde, appuyée sur des expériences de recherche et de terrain, questionnera la reconfiguration des champs disciplinaires ainsi que la modification des conditions, voire de la nature même du travail scientifique, autour du passé et des héritages coloniaux. Elle abordera ce terrain de recherche, pouvant revêtir une dimension polémique, en questionnant le développement et les conséquences de postures militantes dans sa conception. Elle interrogera enfin les retombées méthodologiques et épistémologiques suscitées par l’implication du mouvement “décolonial” dans le monde académique.

Pour télécharger le programme :Programme Engagement et distanciation

 

Pierre Alexandre Morlon (1878-1951), sculpteur et médailleur, une stratégie de carrière ?

Le CRHA F-G. Pariset est partenaire de la journée d’études organisée par les musées de Mâcon, à l’occasion de l’exposition Pierre Alexandre Morlon (1878-1951), un art au service de la République (23 juin-5 novembre 2023)

https://www.macon.fr/vivre-et-bouger-a-macon/culture/musee-des-ursulines/saison-programmation/expositions-temporaires/pierre-alexandre-morlon-1878-1951-un-art-au-service-de-la-republique

Cette journée se tiendra à l’Amphithéâtre Guillemin, 18 Cours Moreau, à Mâcon, le 5 octobre 2023.

Réservation gratuite et obligatoire avant le 3 octobre 2023 par ce formulaire :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScxe8JNxR-kXpP0B9j03c3xSrnFF2lBQJ_RSBhgIBM7UIhCEg/viewform

Pour télécharger le programme :

Légende : Pierre Alexandre Morlon, Gallia, 1907. Médaille en bronze. coll. part. © B. Mahuet, musée des Ursulines de Mâcon

Muses, Égéries, Pygmalions. Créations et rapports de genre

Annonce de colloque. Ce colloque d’initiative doctorante se tiendra les 25 et 26 avril 2023 à l’université Bordeaux Montaigne, Maison de la Recherche, salle des thèses. Il bénéficie du soutien de l’École doctorale Montaigne Humanités, du Centre de recherche en histoire de l’art F.-G. Pariset (UR 538), d’ARTES (Université Bordeaux Montaigne, UR 24141) et de BIG (Bordeaux interdisciplinaire genre), équipe-réseau de l’université Bordeaux Montaigne.

Malgré leur fréquente utilisation, les notions de muses, d’égéries et de pygmalions n’ont pourtant pas fait l’objet d’un travail de définition clair, aussi en histoire de l’art que dans les arts du spectacle.Les relations entre la muse et l’artiste, ou l’égérie et son pygmalion apparaissent comme centrales, puisqu’elles conditionnent des rapports de genre bien souvent déséquilibrés au sein d’un dispositif de collaboration composé d’un homme en action qui crée et d’une femme support. Sans délimitation temporelle ni géographique, ce colloque a pour ambition d’amorcer un travail historiographique à travers les formes d’art et de littératures les plus diverses et autour des quatre axes qui questionnent le mythe, l’imaginaire qu’il convoque, les rapports de force que supposent ces relations et l’étude du renversement des rapports de genre.

Le programme est téléchargeable ici :

programme_muse001

Pour plus de précisions sur la manifestation :

https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/muses-egeries-pygmalions-creations-et-rapports-de-genre.html#

Peintures et ouvrages illustrés : correspondances dans l’oeuvre de Gaston Bussière

Annonce de conférence. Cette conférence d’Emeline Larroudé, doctorante du CRHA F.-G. Pariset, se tiendra le lundi 4 avril 2023 de 19h à 20h, à la bibliothèque Mériadeck.

Gaston Bussière, Salammbô, ill. pour Gustave Flaubert, Salammbô, Paris, Ferroud, 1921, II, p. 38 ; Gaston Bussière, Salammbô, 1920, huile sur toile, 116 x 88 cm, Mâcon, musée des Ursulines

Quels liens peut-il y avoir entre peintures et ouvrages illustrés ? Dans l’œuvre de Gaston Bussière (1862-1928), ceux-ci sont très prégnants. Faisant fi des distinctions arts majeurs/arts mineurs qui peuvent subsister, l’artiste prend le parti de devenir un véritable « touche à tout », explorant à travers différents procédés et techniques les grandes thématiques qui lui sont chères.

 

Que connaissons-nous d’une ville ? Notre culture architecturale à travers les ouvrages sur Bordeaux

Annonce de conférence. Cette conférence d’Alicia Pertoldi, doctorante du CRHA F.-G. Pariset, se tiendra le lundi 20 mars 2023 de 19h à 20h, à la bibliothèque Mériadeck. Elle sera précédée, à partir de 18h30, par une présentation des documents de la bibliothèque en lien avec le sujet.

De Paris à Bordeaux, collection Guides-Joanne, Paris, Hachette, 1859

Cette conférence, organisée dans le cadre des cafés du patrimoine, se propose d’analyser le processus de formation et de transmission d’une culture architecturale en prenant appui sur le cas de Bordeaux.  Il sera question de définir ce qui caractérise cette culture et de voir son évolution au fil des siècles, en prenant comme support privilégié les guides de voyages publiés par les éditions Hachette, du  XIXe au XXIe siècle.

Pierre-Alexandre Morlon (1878-1951), sculpteur et médailleur : un artiste du XXe siècle parmi d’autres ?

Appel à communication. À l’occasion du centenaire de l’installation de deux groupes sculptés qui décorent depuis 1923 la ville de Mâcon, Les Vendangeurs et le Monument aux morts, le musée des Ursulines consacre une importante exposition à Pierre-Alexandre Morlon (1878-1951), généralement connu comme sculpteur et médailleur.

Une journée d’étude sera organisée le 5 octobre 2023 à l’amphithéâtre Henri Guillemin, 18 cours Moreau, à Mâcon.

Pour télécharger l’appel :

Appel à communication Morlon

La date limite de réponse à l’appel est fixée au 15 février 2023

 

 

 

Art et altérité dans l’Europe moderne. “Une loge au théâtre du monde”. Les espaces frontière des intérieurs européens à l’époque moderne

Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Bordeaux Montaigne, soutiendra son habilitation à diriger des recherches, « Art et altérité dans l’Europe moderne. “Une loge au théâtre du monde”. Les espaces frontière des intérieurs européens à l’époque moderne », le vendredi 16 décembre à 14h00, bâtiment administratif, salle Montaigne.

Le jury est composé de Pascal-François Bertrand, professeur d’histoire de l’art moderne, université Bordeaux Montaigne, garant ; Pascal Dubourg-Glatigny, directeur de recherche, CNRS, Centre Alexandre Koyré, Paris ; Étienne Jollet, professeur d’histoire de l’art moderne, université Paris I Panthéon-Sorbonne ; Monica Juneja, Professor and Chair of Global Art History, Heidelberg Center for Transcultural Studies, Karl Jaspers Center ; Christian Michel, professeur ordinaire d’histoire de l’art moderne, université de Lausanne ; Alina A. Payne, Alexander P. Misheff, Professor of History of Art and Architecture, Harvard University-Paul E. Geier Director, Villa I Tatti, The Harvard University Center for Italian Renaissance Studies.

Muses, Égéries, Pygmalions : créations et rapports de genre

Appel à communication. Ce colloque d’initiative doctorante se tiendra les 25 et 26 avril 2023 à l’université Bordeaux Montaigne, Maison de la Recherche, salle des thèses. Il bénéficie du soutien de l’École doctorale Montaigne Humanités, du Centre de recherche en histoire de l’art F.-G. Pariset (UR 538), d’ARTES (Université Bordeaux Montaigne, UR 24141) et de BIG (Bordeaux interdisciplinaire genre), équipe-réseau de l’université Bordeaux Montaigne.

La Kermesse rouge de Paul Mesnier, 1947 (détail)

Souvent utilisées dans l’analyse des œuvres d’art, objet d’expositions (Inspirantes inspiratrices au musée Bonnard en 2018) ou encore d’ouvrages (Muses, elles ont conquis les cœurs de Farid Abedlouahab en 2011), les notions de muses, d’égéries et de pygmalions n’ont pourtant pas fait l’objet d’un travail de définition clair, aussi bien en histoire de l’art que dans les arts du spectacle. Elles sont pourtant fédératrices et leur étude permet d’unir les travaux des chercheuses et chercheurs issu·es d’un vaste éventail de disciplines. Ainsi, les muses et les égéries restent des notions difficiles à circonscrire et à qualifier, les termes étant tantôt péjoratifs, tantôt mélioratifs. Des représentations mythiques des Muses, de la nymphe Égérie ou encore de Pygmalion et Galatée, les rapports entre l’artiste et son modèle ont fait l’objet de nombreuses réinterprétations qui, pourtant, demeurent peu conceptualisées. Leur analyse relève souvent de la contemplation plus que du commentaire raisonné. Ces notions de muses et d’égéries documentent à la fois le contexte de production de l’œuvre d’art en train de se faire (la muse et l’égérie comme source d’inspiration du créateur ou, plus rarement, de la créatrice) mais aussi la représentation de la muse au sein même de l’œuvre d’art (peinture, film, théâtre…). Les relations entre la muse et l’artiste, ou l’égérie et son pygmalion apparaissent comme centrales, puisqu’elles conditionnent des rapports de genre bien souvent déséquilibrés au sein d’un dispositif de collaboration composé d’un homme en action qui crée et d’une femme support (parfois célèbre et souvent anonyme).

Or, ces relations entre l’artiste et « son » modèle, entre le réalisateur et « son » actrice, prennent des formes différentes d’un art à un autre, c’est pourquoi nous privilégions une approche décloisonnée entre la littérature, les arts visuels et les arts du spectacle. Sans délimitation temporelle ni géographique, les propositions pourront appréhender les résonnances entre ces notions au travers des pratiques artistiques, et comment celles-ci évoluent.

À travers ce colloque, il s’agira aussi d’amorcer un travail historiographique autour des quatre axes suivants et à travers les formes d’art et de littérature les plus diverses, sans que ceux-ci ne soient limitatifs concernant les propositions de communications qui pourront être retenues :

  1. Du mythe à l’antonomase : Issue de la mythologie gréco-romaine, la nymphe Égérie, comme les déesses Muses, sont devenues des tropes puis des topoï aux contours mouvants et peu préhensibles entre les périodes médiévale et contemporaine. Nous nous intéresserons notamment aux évolutions de ces concepts qui, depuis l’Antiquité, ont connu différentes significations, de la Muse (inspiratrice des arts libéraux) à l’Égérie (conseillère politique et culturelle). En convoquant la littérature, la philosophie et l’histoire des arts, les communications pourront tenter d’historiciser les métamorphoses de ces figures de la Béatrice de Dante aux actrices égéries des marques de luxe.

 

  1. Questionner les rapports de force : Muses et égéries questionnent les rapports de forces qui existent en art : poser, jouer, se fait contre rétribution. Il s’agira donc d’analyser les liens hiérarchiques et économiques qui pouvaient exister entre les femmes et les hommes dans le domaine de la création. Des stratégies de soumission à la sentimentalisation, nous étudierons les constructions de stéréotypes genrés qui entretiennent et discutent des liens entre muses/égéries et créateurs. Une partie de la critique et de la réception a ainsi participé à érotiser et sentimentaliser les rapports entre plusieurs artistes et leurs muses, comme Picasso et ses modèles ou Jean-Luc Godard et ses  et ses actrices. D’autres auteurs et d’autres autrices ont mis au jour les rapports d’inégalité qui se jouent entre la création et la représentation, notamment avec la notion d’alter ego développée par Geneviève Sellier au sujet des rapports entre les cinéastes de la Nouvelle Vague et leurs alter ego à l’écran (François Truffaut et Jean-Pierre Léaud).

 

  1. « Ni muses ni soumises » : Expositions, podcasts, littérature, ont associé un caractère péjoratif aux notions de Muse et d’Égérie les confrontant aux peintresses, actrices, réalisatrices ayant réussi par et pour elles-mêmes. Toutefois, des figures telles que Camille Claudel, Marie Laurencin, Françoise Gillot ou Alice Liddell démontrent qu’être muse n’est pas un carcan, car elles étaient à la fois muses et créatrices. De plus, modèles, actrices, maîtresses ou encore épouses, elles accompagnent les réflexions créatrices et y participent ce qui constitue souvent un travail invisible. Les communications pourront donc questionner les connotations péjoratives associées à ces notions de muses et d’égéries ainsi que les rôles réels, présumés, effacés de celles-ci dans la création.

 

  1. Remise en cause des représentations traditionnelles : Des œuvres et des rapports entre créateur·ices et inspirateur·ices sortent des cadres hégémoniques de l’hétéropatriarcat. La féminisation des métiers artistiques, tout comme les luttes LGBTQIA+, ont permis une visibilisation de nouveaux rapports de genre dans la création. Nous envisagerons notamment d’étudier des figures émergentes ou oubliées en littérature, en cinéma et dans les autres arts, qui déconstruisent le regard masculin (male gaze), le détournent ou s’en emparent. Dans une autre mesure, l’inversion des rapports de genre a des effets concrets sur l’ensemble de la création filmique et artistique (à la fois en termes de production, de représentations, et de réception) et donne lieu à des nouveaux concepts comme celui de male muse qui décrit, par exemple, le lien entre Basil Hallward et Dorian Gray.

En fonction des propositions retenues, nous envisagerons de structurer ce colloque d’une manière chronologique, où les notions de muses et d’égéries seront interrogées selon les différentes pratiques artistiques et littéraires apparues de l’Antiquité à nos jours, ou bien d’une manière thématique, qui mettrait en exergue des courants et des tendances dans les représentations des modèles.

Les propositions de communication (environ 250 mots) en français ou en anglais et d’une durée de 25 minutes devront être envoyées, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, au plus tard le 15 décembre 2022 aux adresses suivantes :

guillaume.jaehnert@u-bordeaux-montaigne.fr ; sarah.crepieuxduytsche@gmail.com ; marc.gauchee@wanadoo.fr

La clôture du colloque sera accompagnée d’un dîner suivi d’un ciné-débat autour du film Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma au cinéma L’Utopia de Bordeaux.

Comité d’organisation

  • Sarah Crépieux-Duytsche, histoire de l’art moderne, CRHA F.-G. Pariset (UR 538)
  • Marc Gauchée, Cinéma, ARTES (UR 24141)
  • Guillaume Jaehnert, Cinéma, ARTES (UR 24141)

Comité scientifique

  • Viviane Albenga, maîtresse de conférences, sociologue du genre, de l’intersectionnalité, des pratiques culturelles et de la réception, MICA (université Bordeaux Montaigne, UR 4426)
  • Pierre Katuszewski, maître de conférences en études théâtrales, ARTES (Université Bordeaux Montaigne, UR 24141)
  • Laurence Mullaly, professeure des universités Cultures, cinémas et littératures hispano-américaines, Études féministes, et de genre, études culturelles, ICD (EA 6297), CEIIBA (EA 7412), Université de Tours.
  • Armel Nayt, maîtresse de conférences, Histoire culturelle et du genre, spécialiste de civilisation Britannique et enseignante de langue anglaise, IECI et DYPAC, UVSQ, université Paris-Saclay.
  • Pierre Sauvanet, professeur des universités, esthétique et philosophie de l’art, ARTES (Université Bordeaux Montaigne, UR 24141).
  • Geneviève Sellier, professeure émérite des universités, historienne du cinéma, Institut Universitaire de France.

Une sélection de références bibliographiques est disponible au téléchargement :

Bibliographie-Muses-EgeriesPygmalions.docx