Archives de catégorie : Actualités

Nouveaux horizons des sciences humaines. Nos disciplines à l’ère du numérique

Annonce de séminaire interdisciplinaire doctoral. Cette journée est organisée par trois doctorantes du Centre François-Georges Pariset, Sarah Crépieux-Duytsche, Marta Francia et Nawel Nessark, avec le soutien de l’École doctorale « Montaigne Humanités » (ED 480). Elle se tiendra à l’université de Bordeaux Montaigne, le lundi 14 décembre 2020, dans la salle des thèses de la maison de la recherche.

Les évolutions numériques ont permis et permettent aux champs de recherche de s’ouvrir et se développer. En histoire, histoire de l’art, archéologie, arts plastiques, ces nouveaux outils nous permettent de transformer les façons avec lesquelles nous faisons de la recherche ainsi que ses applications.

Cette journée de séminaire interdisciplinaire doctoral propose d’aborder ce que le numérique peut apporter et transformer dans la pratique de nos disciplines. Pour cela, le séminaire sera organisé en trois axes, le premier traitant de la recherche, le second de la professionnalisation et le dernier de la vulgarisation. Nous verrons ainsi comment les bases de données, la reconstitution, la modélisation, les relevés 3D ainsi que la cartographie numérique sont des outils dont nous pouvons nous saisir, que ce soit dans notre activité de chercheurs ou de professionnels du patrimoine. Nous traiterons également la manière dont nos champs d’études peuvent quitter leurs cadres, lorsque nos recherches ont des applications concrètes dans des médias tels que les jeux vidéo et les films, notamment grâce au développement de la 3D.

Cette journée est ouverte aux doctorantes et doctorants, chercheuses et chercheurs, ainsi qu’aux professionnels.

Les propositions de communications (250-300 mots), accompagnées d’une brève présentation de l’auteur, peuvent être soumises jusqu’au 23 octobre 2020.

Pour répondre à cet appel, veuillez envoyer votre proposition à sarah.crepieux-duytsche@etu.u-bordeaux-montaigne.fr (objet du mail Journée d’étude : titre de votre communication).

Celles et ceux qui seraient sélectionnés sont invités à solliciter leur laboratoire pour le remboursement de leurs frais de déplacement.

Les modalités d’organisation de cette journée seront précisées ultérieurement, en raison de l’évolution de la situation sanitaire. En tout état de cause, il sera possible de la suivre ou d’y participer en visio-conférence. 

Habiller le mur : les relations entre la tapisserie et la peinture sous la Troisième RépubLIQUE. Le cas des Gobelins (1870-1925)

  • Annonce de soutenance. Mme Zané Purmale soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art, dirigée par M. Dominique Jarrassé, professeur d’histoire de l’art contemporain, le mardi 22 septembre 2020. La soutenance aura lieu à 14h dans la salle des thèses (salle 001) de la Maison de la recherche, université Bordeaux Montaigne, Esplanade des Antilles, Pessac. La soutenance est publique dans la limite de 18 places disponibles et sous condition que la situation sanitaire ne se dégrade pas. Celles et ceux qui souhaitent assister à la soutenance sont priés de contacter au préalable Zané Purmale : zane.purmale@gmail.com

Résumé

Sous la Troisième République, les quatre administrateurs successifs de la manufacture nationale des Gobelins, Alfred Darcel, Édouard Gerspach, Jules Guiffrey et Gustave Geffroy, cherchent à imprimer, chacun à leur manière, un renouveau de la tapisserie. Les trois premiers entendent retrouver la nature décorative de la tapisserie, dont les principes peuvent être redécouverts en étudiant le passé, pour lui donner une vigueur nouvelle dans le présent et l’émanciper de l’influence de la peinture. Le dernier cherche, au contraire, à faire entrer les Gobelins dans la modernité en rapprochant la tapisserie de la peinture contemporaine.

Cette thèse cherche à comprendre, de façon aussi exhaustive que possible, la création artistique à la manufacture des Gobelins pendant cette période, qui se caractérise par une activité extraordinaire. Grâce à l’analyse du contexte intellectuel, elle précise les idées qui ont permis de donner l’impulsion et la direction à ce renouveau en détaillant également les conditions matérielles, institutionnelles et économiques qui permettent d’étudier les moyens dont dispose la manufacture pour réaliser ses missions. Ainsi sont révélés les impératifs imposés par les conditions inhérentes à la technique et à l’organisation du processus créatif impliquant un nombre d’acteurs et de procédures important, ralentissant et rendant contraignante toute démarche. De même, les moyens économiques s’avèrent en totale inadéquation avec les missions de la manufacture. Malgré ces difficultés, les Gobelins jouent un rôle central dans le renouveau de la tapisserie. Abritant une école, un atelier de teinture et un musée au service du perfectionnement technique, tout en bénéficiant de l’érudition de ses administrateurs, la manufacture réunit les éléments nécessaires pour assurer en interne la qualité de son travail. En revanche, en ce qui concerne les cartons, elle dépend entièrement d’artistes extérieurs. Or, la valeur esthétique d’un carton joue une part importante dans la réception de la tapisserie finale : elle fait l’objet de critiques de plus en plus nombreuses, faisant disparaître dans un florilège de reproches les efforts de chacun des administrateurs et les intentions des peintres auxquels ils font appel. Ainsi, la seconde partie de la thèse étudie la politique artistique de chaque administrateur afin de comprendre comment cette dernière se concrétise, et quels en sont les principes directeurs.

Ce travail s’appuie sur un catalogue exhaustif et une iconographie abondante, pour partie inédite, retraçant l’historique des tentures murales en haute lisse et au point noué de Savonnerie (tapisseries, cartons, maquettes et études) et un nombre important de projets non aboutis, dessinant ainsi le panorama le plus complet sur la création à la manufacture des Gobelins dans les années 1870-1925.

Fig. Arachné en train de tisser, détail de la tapisserie Minerve et Arachné d’après Albert Maignan pour la grande galerie du palais de Luxembourg (in situ). Tapisserie de haute lisse (tissage 28 février 1906-30 septembre 1907), Mobilier national, GOB 555. Photo Zané Purmale

François-Georges Pariset (1904-1980) : objets et méthodes d’un historien de l’art

  • Annonce de journée d’études. Le Centre François-Georges Pariset (université Bordeaux Montaigne, EA 538) et Passages (École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, UMR 5319) organisent une journée d’étude qui aura lieu le 9 octobre 2020, à Bordeaux, dans l’auditorium du musée d’Aquitaine, de 8h30 à 18h00.

À l’occasion du quarantième anniversaire de sa disparition et du dépôt récent à l’INHA d’une part importante de ses archives personnelles, cette journée d’étude souhaite réévaluer les travaux de François-Georges Pariset (1904-1980) et considérer les enjeux de l’érudition en histoire de l’art, à la lumière de son positionnement méthodologique.

François-Georges Pariset tenant un exemplaire de L’Art classique (Paris, Presses universitaires de France, coll. « Les Neuf muses » – Histoire générale des Arts, 1965), photographie non datée, archives privées.

La carrière de François-Georges Pariset épouse les grandes dynamiques de l’implantation de l’histoire de l’art dans le paysage universitaire, entre les années 1930 et les années 1970. Issu d’une famille d’érudits, sa formation d’historien à l’université de Strasbourg marque son approche documentaire et archivistique de la connaissance des œuvres d’art. Parmi ses premiers soutiens, on compte Louis Réau, René Schneider et Pierre Lavedan mais aussi Lucien Febvre qui, en 1950, publie dans les Annales un compte rendu de la monographie consacrée à Georges de La Tour (Paris, Henri Laurens, 1948), issue de sa thèse soutenue en Sorbonne en 1947. Quel bilan faire de ce type d’approche et, plus largement, de l’apport de Pariset dans le processus de redécouverte des œuvres de La Tour ?

L’ancrage régional constitue un trait de la trajectoire intellectuelle de François-Georges Pariset. De l’est de la France à l’Aquitaine, son itinéraire l’amène, au fil des années, à considérer de nouveaux sujets. Grünewald, Jacques de Bellange, Hans Baldung Grien et Georges de La Tour constituent, dès ses premiers articles publiés dans les années 1930, quelques-uns de ses artistes de prédilection, auxquels s’ajoute Claude Deruet à la fin des années 1940. À son arrivée à Bordeaux, en 1952, suite à sa nomination en tant que professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à la Faculté des Lettres, son intérêt se focalise davantage sur l’architecture bordelaise, en particulier du XVIIIe siècle. Son goût de l’enquête sur le terrain, dont il s’attache souvent dans ses articles à restituer les étapes, l’amène à produire plusieurs études consacrées à Victor Louis et Louis Combes. Des peintres alsaciens et lorrains de la Renaissance à l’architecture classique et néo-classique, la province se révèle être au cœur du discours historique que Pariset développe et consolide jusqu’aux années 1970. Comment appréhender ce parcours, non seulement au regard d’une carrière jalonnée par les échanges avec l’Allemagne (détachement à l’Institut français de Berlin de 1931 à 1932, docteur honoris causa de l’université de Hambourg), mais aussi à l’échelle de l’histoire transnationale de l’art ?

Ce sont donc les enjeux méthodologiques et institutionnels promus par l’un des représentants académiques de l’histoire de l’art, sur lesquels cette journée d’étude entend revenir. Sur la base d’une relecture critique de ses écrits, nous proposons de réexaminer l’apport de François-Georges Pariset à l’histoire de l’art et de recontextualiser les liens, échanges et collaborations qu’il a pu établir avec ses confrères. En quelle mesure contribua-t-il à la redécouverte de nombreux artistes ? Comment lire Pariset aujourd’hui ? Ces questions sont d’autant plus légitimes que cet historien de l’art est quelque peu tombé dans l’oubli.

Comité scientifique et organisateur

Laurence Chevallier (École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, UMR 5319)

Myriam Metayer (université Bordeaux Montaigne, EA 538)

Adriana Sotropa (université Bordeaux Montaigne, EA 538)

Pour télécharger le programme :

Élèves et maîtresses : permanences et ruptures dans l’apprentissage des artistes femmes (France, 1849-1924)

Femina, n° 1941, 15 février 1909, p. 80

 

  • Appel à communication pour une journée d’étude organisée par le centre François-Georges Pariset (EA 538) et le musée Roybet-Fould (Courbevoie), en partenariat avec le musée Rodin. Cette journée d’étude se tiendra au musée Rodin, le vendredi 7 mai 2021 nouvelle date.

La journée d’étude, initialement prévue le 3 juin 2020, a été annulée en raison du contexte sanitaire. Le programme que nous avions finalisé sera sans doute amené à évoluer, aussi relançons-nous l’appel précédemment mis en ligne le 18 janvier 2020.

Dans le cadre de l’exposition « Juana Romani (1867-1923), modèle et peintre. Un rêve d’absolu » (l’exposition, initialement prévue du 13 mai au 20 septembre 2020, a été reportée du 5 mai au 19 septembre 2021), le musée Roybet-Fould de Courbevoie a souhaité approfondir la réflexion sur la formation des artistes femmes au XIXe siècle. Les problématiques de transmission pratique et intellectuelle ont notamment été explorées par Alain Bonnet et France Nerlich dans Apprendre à peindre. Les ateliers privés à Paris. 1780 à 1863, publication (2013) issue d’un colloque tenu en 2011. L’essai de Séverine Sofio dans ce même ouvrage, ainsi que ses recherches sur les artistes femmes de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle (2016), ont permis de faire émerger le rôle des artistes femmes en tant que formatrices. La pédagogie était également au cœur de la récente exposition Transmission/Transgression. Maîtres et élèves dans l’atelier : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier… (2019), contribuant à mettre en exergue les nombreuses sculptrices formées dans l’atelier d’Antoine Bourdelle. À la suite de deux colloques organisés par AWARE, l’un autour de la problématique de la parentèle (2016), l’autre sur la formation et la professionnalisation (2019), et ce sur une large période entre le XIXe et le XXe siècle, il paraît pertinent de se pencher sur la manière dont les élèves se sont construites en tant qu’artistes au travers de l’apprentissage auquel des femmes ont pu contribuer.

La question de la transmission dans ses continuités et ses ruptures demeure, en France, au cœur de la création dans une période où les femmes accèdent seulement à la fin du XIXe siècle à l’École des beaux-arts, institution publique garante d’une forme de professionnalisme. La transmission ne se résume pas aux seules problématiques plastiques mais s’étend à un ensemble de valeurs et de codes constituant la culture artistique à laquelle on pourrait rattacher la notion de réseau, enjeu primordial de l’accès à la professionnalisation.

Le terme de « maîtresses » renvoie bien entendu à l’emblématique ouvrage de Roszika Parker et Griselda Pollock (1981) et à ce désir de transgresser le récit canonique de l’histoire de l’art. Nous souhaitons attirer plus particulièrement l’attention sur le rôle de référent et de pédagogue de certaines femmes. Qui sont-elles dans ce contexte de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle ? Comment des femmes – telles Rosa Bonheur et sa sœur Juliette se retrouvant en 1849, à la suite de leur père, à la tête de l’École nationale de dessin pour les jeunes filles –, envisagent-elles la pédagogie ? À cet égard, la date nous paraît intéressante à retenir comme premier jalon de cette histoire. Un autre exemple marquant et peu étudié est celui de « l’Espagnole » Amélie Beaury-Saurel, longtemps dans l’ombre de Rodolphe Julian et contribuant à la formation artistique des femmes jusqu’à sa mort en 1924, dernier repère de notre étude. En outre, que savons-nous des massières et de leur rôle d’intermédiaire ? Il est évident que les figures masculines, nombreuses, ne peuvent être écartées de cette histoire. Elles ont indéniablement joué un rôle important dans un cadre individuel ou collectif, tel l’atelier des dames de Carolus-Duran et Jean-Jacques Henner, l’atelier de Thomas Couture ou ceux de Ferdinand Humbert et Laurent Marqueste à l’École des beaux-arts.

Au-delà de la différenciation sexuelle des professeurs, on peut s’interroger sur l’organisation matérielle de l’apprentissage au sein de l’atelier. Les sujets, les méthodes et les enseignements connaissent-ils des distinctions ou variations genrées ? Comme le suggère Camille Mauclair dans son article, « L’art des femmes peintres et sculpteurs en France » (1901), le fait d’être femme et de devoir prouver sa capacité artistique conduit-il à se conformer à des modèles traditionnels ? À quelle histoire de l’art les artistes femmes se réfèrent-elles ? Quelles sont leurs sources artistiques et littéraires ? Quels canons et quels modèles reproduisent-elles ?

On pourra également s’intéresser à l’incidence de la modernité et de l’individualisation croissante de la pratique artistique sur la formation. Comment les artistes femmes se positionnent-elles face à un enseignement qui apparaît de plus en plus désuet ? Quelle est la valeur accordée aux maîtres et maîtresses dans ces échanges tandis que les élèves paraissent s’émanciper de leur autorité ? L’atelier s’apparente-t-il à un lieu d’apprentissage d’un savoir technique ou d’une sociabilité professionnelle ? Les liens plus personnels – familiaux, amicaux ou amoureux – entretenus avec certains maîtres ou maîtresses permettent-ils de mieux s’affranchir d’un enseignement traditionnel ? Il paraît également intéressant de porter notre attention sur les académies d’été, comme celles qui accueillent les Finlandaises en Bretagne, ainsi que sur les circulations d’artistes femmes qui peuvent être porteuses de modèles artistiques différents.

  • Les propositions (350 mots au plus) devront être envoyées au plus tard le 2 novembre 2020, accompagnées d’une courte bio-bibliographie à :

marion.lagrange@u-bordeaux-montaigne.fr

et

adriana.sotropa@u-bordeaux-montaigne.fr

  • Les participants recevront une réponse le 16 novembre 2020.
  • Les communications devront durer 25 minutes au maximum.

Comité d’organisation

Marion Lagrange et Adriana Sotropa – Université Bordeaux Montaigne

Comité scientifique

Marion Lagrange et Adriana Sotropa – Université Bordeaux Montaigne

Emmanuelle Trief-Touchard – musée Roybet-Fould Courbevoie

Catherine Chevillot et Véronique Mattiussi – musée Rodin

 

Regards sur la peinture britannique (1750-1900)

William Powell Frith (1819‑1909), A Private View at the Royal Academy (detail), 1883. Oil on canvas, 60 x 114 cm., London, Royal Academy of Arts

Annonce de manifestation scientifique. Dans le cadre des deux expositions de la « Belle Saison britannique », British Stories. Conversations entre le Louvre et le musée des Beaux-Arts de Bordeaux et Absolutely Bizarre ! Les drôles d’histoires de l’École de Bristol (1800-1840) qui auront lieu respectivement au musée des Beaux-Arts et à la Galerie des Beaux-Arts de Bordeaux, les unités de recherche en études anglophones de l’université de Toulouse (CAS) et de l’université de Bordeaux Montaigne (Climas) organisent un colloque sur le thème de « L’Art du portrait britannique (1750-1900) », les 1er et 2 juillet 2021.

Ce colloque sera suivi d’un après-midi d’études, le 2 juillet 2021, qui permettra à de jeunes docteurs ou doctorants de présenter leurs travaux et/ou les nouvelles orientations de leurs recherches. Ce volet de la manifestation, organisé par Laurent Houssais et Adriana Sotropa (Centre F.-G. Pariset), s’intitule « La peinture britannique (XVIIIe-XIXe siècle) : regards de jeunes chercheurs en histoire de l’art »

L’intégralité du programme de la manifestation est disponible sur ce site : https://duportraitbritannique17501900.art.blog

La chambre et les arts. L’intime au defi

Étienne Boulanger, Single Room Hotel Skulpturenpark Berlin Zentrum, Berlin, 2007-2008.
Vue intérieure du Single Room Hotel (échafaudage, panneaux de bois aggloméré, plaques de plâtre, matériaux isolants, installation électrique, installation sanitaire, affichage
publicitaire, mobilier d’hôtel). Courtesy Association Étienne Boulanger

 

Dans la culture occidentale, la chambre est un espace clos, généralement intégré à un ensemble de plus grandes dimensions (la maison, l’hôtel, la cité universitaire, l’hôpital…). Cet effet gigogne fait d’elle un lieu particulièrement lié à l’ « intime », dont l’étymologie renvoie au superlatif d’interior : plus intérieur que l’intérieur. Ce qui se passe dans la chambre serait à l’abri des regards et du monde dont le sujet semble s’extraire lorsqu’il se retire dans cette pièce. Depuis les années 1960, les artistes n’ont eu de cesse de jouer avec les a priori qu’engage une telle conception. En quelles mesures ont-ils fait de la chambre un laboratoire d’étude privilégié de l’évolution de nos comportements sociaux ? La chambre ne constituerait-elle pas une figure de référence dès lors qu’il s’agit d’explorer les contradictions de l’intime ?

Ainsi, nous entendons questionner les formes, les dispositifs et les stratégies auxquels les arts ont recours pour faire écho à la dualité de l’intime. La chambre se voit, en effet, fréquemment représentée, déplacée, investie, déformée, recréée dans de multiples domaines artistiques et à travers une diversité de médiums dont la présente manifestation souhaite témoigner.

Cette journée d’étude organisée par Marie Escorne (Artes) et Myriam Métayer (Centre F.-G. Pariset, EA 538) se tiendra à la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine (MSHA), salle Jean Borde, le mardi 18 février 2020.

Pour télécharger le programme :

Pour prendre connaissance des modalités de l’appel à communication :

https://pariset.hypotheses.org/3540

Cette journée d’étude s’inscrit dans le prolongement de l’un des programmes de l’épreuve d’histoire de l’art de l’agrégation d’arts plastiques portant, depuis la session 2019 et jusqu’en 2021, sur « l’intime dans l’art des années 1960 à nos jours ».

Écrire l’histoire de l’art: aux frontières de la discipline

Cette seconde édition de la journée des doctorants et doctorantes du Centre F.-G. Pariset est organisée par Sarah Crépieux-Duytche, Naouel Nessark et Léa Tichit. Elle a pour objectif de mettre en valeur les différentes thématiques des thèses portées au sein du laboratoire. Par des communications et tables rondes seront interrogées les interconnexions et les frontières de nos objets d’étude. Une intervention des membres de l’association transfrontaliers, association de doctorants et docteurs en histoire de l’art fondée en 2018, nous permettra d’appréhender bien des contours de la recherche transnationale.

Elle se tiendra le jeudi 14 novembre 2019, à l’université Bordeaux Montaigne, Odéon de l’Archéopôle.

Pour les modalités pratiques et le programme de cette journée :

Architecture et urbanisme de la Reconstruction en Nouvelle-Aquitaine (1940-1958) : sources, méthodes et outils

Cette journée d’étude, organisée par Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne, Centre F.-G. Pariset, EA 538) et Émilie d’Orgeix, directrice d’études à l’EPHE (PSL – Histara), se tiendra le jeudi 7 novembre 2019 à la Direction des Affaires régionales de Nouvelle-Aquitaine, salle chapelle, 54 rue Magendie, 33074 Bordeaux.

En France, les travaux consacrés au patrimoine de la seconde Reconstruction (1940-1958) portent essentiellement sur des ensembles urbains (Brest, Le Havre, Caen, Royan, Oradour-sur-Glane…) ou des départements massivement détruits tels le Nord-Pas-de-Calais, le Finistère ou la Normandie. Il est désormais nécessaire d’élargir ce spectre à des territoires plus vastes et plus inégalement touchés par la guerre. Cette inflexion permettra notamment d’affiner les typologies de destructions, d’étudier de manière exhaustive les processus d’interventions urbaines et rurales  et de documenter l’ensemble des postures professionnelles. D’un point de vue patrimonial, elle rendra également effective l’identification et la protection de sites et d’architectures remarquables qui ont échappé au crible des inventaires.

Le glissement à de nouvelles échelles territoriales, plus vastes et moins méthodiquement détruites, impose néanmoins des stratégies d’analyse fondamentalement différentes. Comment conformer ou adapter les méthodes de recherche déjà éprouvées, à petite ou moyenne échelle, pour rendre compte au Large de la politique urbaine, architecturale et territoriale mise en œuvre par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme ? Quels sites sélectionner et en fonction de quels critères ? Quelles stratégies d’analyse, de classement et de croisement des sources adopter face à des dossiers documentaires pléthoriques issus de fonds d’archives nationales, départementales, communales et privées ?

Se fondant sur la vaste enquête engagée en 2017 sur le patrimoine de la Reconstruction par la Direction régionale des affaires culturelles de Nouvelle-Aquitaine, cette journée d’étude invite à repenser la structuration de méthodes d’analyse architecturale et urbaine menée à l’échelle de la plus grande circonscription administrative de France. Les interventions présentées offriront l’occasion de revenir sur la méthodologie du travail et d’en réinterroger la pertinence dans le cadre d’une étude pionnière qui couvre les douze départements de la Nouvelle-Aquitaine, classée cinquième région pour le nombre de destructions à l’issue de la seconde guerre mondiale.

Pour les modalités pratiques et le programme des interventions : 

Fig. : vue d’une des salles de l’exposition « Reconstruire : Santé, Habitation, Urbanisme », organisée au musée des Beaux-Arts de Bordeaux, 2-25 mars 1946 (Bordeaux, musée des Beaux-Arts)

http://www.musba-bordeaux.fr/article/reconstruire-sant%C3%A9-habitation-urbanisme

Usages européens des matières et des denrées venues d’ailleurs aux XVIIIe et XIXe siècles

Tabatière. Paris, 1781-1783. Laque japonais, or, émail. Paris, musée du Louvre, département des Objets d’art. Legs Philippe Lenoir, 1874

Table ronde organisée dans le cadre des jeudis du MADD, jeudi 10 octobre à 18h

Les Amis du madd et le Centre François-Georges Pariset (EA 538, Université Bordeaux-Montaigne) proposent une table ronde dans le cadre de l’exposition « La passion de la liberté. Des Lumières au romantisme » qui est organisée conjointement par le madd-bordeaux et le musée des Beaux-Arts de Bordeaux, avec la participation exceptionnelle du musée du Louvre.  

La circulation des marchandises et le développement du commerce à l’époque moderne favorisent la création d’objets dédiés et l’apparition de nouveaux usages. Cette thématique sera abordée sous différents angles à l’occasion d’une discussion menée par Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, membre du Centre F.-G. Pariset. Elle réunira Geneviève Lacambre, conservateur général honoraire du patrimoine et spécialiste du japonisme, ainsi qu’Annick Notter, conservateur honoraire du musée d’Art et d’Histoire de la Rochelle.

Pour les modalités pratiques et la préinscription obligatoire, voir :

https://madd-bordeaux.fr/les-jeudis-du-madd

Espaces frontière : la demeure comme œuvre

Colloque organisé par Sabine du Crest (université Bordeaux Montaigne, Centre F.-G. Pariset, EA 538 ; FF The Harvard University Center for Italian Renaissance Studies, Villa I Tatti), en collaboration avec le Museo Stibbert et l’Institut français de Florence.

Firenze, Museo Stibbert

Ce colloque, qui se tient le 1er octobre 2019 à Florence, au Museo Stibbert et à l’Institut français, a pour objet d’approfondir l’un des propos d’une future exposition : « Si loin si proche. L’Esotismo negli interni europei tra Ottocento e Novecento » (Museo Stibbert, septembre 2020-janvier 2021), dont le commissariat est assuré par Sabine du Crest. L’idée est de s’intéresser ici au cas le plus extrême, celui de la demeure comme œuvre, suivant l’idée de Walter Benjamin d’une transfiguration des objets introduits dans son intérieur par le collectionneur.

Pour une présentation plus détaillée et le programme de la journée, voir :