Tous les articles par François Georges Pariset

Conférence : L’aventure du béton assemblé : de l’ossature au refend porteur

par Yvan Delemontey

Architecte, docteur en architecture et enseignant à l’EPFL

Mardi 12 avril 2016 – 18h00-19h30
Arc en rêve centre d’architecture, salle de communication (niveau 1)
Entrepôt, 7 rue Ferrère 33000 Bordeaux

Conférence organisée dans le cadre du séminaire « Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe-XXIe siècles) » coordination : Pr Gilles Ragot, Émilie d’Orgeix (UBM), Pr Gilles-Antoine Langlois, Gauthier Bolle (ENSAPBx)

S’étendant sur une dizaine d’années depuis la Libération, la Reconstruction est une période décisive dans l’histoire de l’architecture française. Elle se caractérise à la fois par la mise en œuvre à l’échelle nationale des théories urbanistiques modernes issues de l’entredeux-guerres et par la volonté d’industrialiser le bâtiment. Sous ce dernier aspect, on assiste au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à l’essor fulgurant d’une multitude de procédés novateurs – en grande partie liés à la préfabrication – qui tentent de résoudre, dans un contexte d’urgence et de pénurie, une équation particulièrement difficile : construire en masse, plus vite et meilleur marché. Jusqu’ici peu enclin à se moderniser, le secteur de la construction va pourtant connaître un bouleversement sans précédent, transformant en profondeur et en peu de temps ses pratiques, ainsi que les relations entre ses différents acteurs (architectes, ingénieurs, entrepreneurs, industriels, bureaux d’étude Continuer la lecture de Conférence : L’aventure du béton assemblé : de l’ossature au refend porteur

Conférence : « Janus architecte : la double temporalité de l’architecture »

par Philippe Potié

Architecte, historien, professeur à l’ENSA Versailles et membre du laboratoire LéaV

Mardi 15 Mars 2016 – 18h00
Arc en rêve centre d’architecture, salle de communication (niveau 1)
Entrepôt, 7 rue Ferrère 33000 Bordeaux

Conférence organisée dans le cadre du séminaire « Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe-XXIe siècles) » coordination : Pr Gilles Ragot, Émilie d’Orgeix (UBM), Pr Gilles-Antoine Langlois, Gauthier Bolle (ENSAPBx)

L’espace architectural fait résonner une double temporalité dont on ne perçoit pas toujours les accords. Distraits par les bruits de débats que jouent ici la modernité contre la postmodernité, comme autrefois les Anciens contre les Modernes, la complémentarité des temps dont l’architecture se fait le théâtre est largement éclipsée par le vacarme de la querelle stylistique. Nous voudrions faire sentir le jeu subtil de duettiste auquel se livrent dans le dessin des édifices, le temps court de l’action et le temps long de la contemplation. Nous formulerons l’hypothèse que l’architecture se découvre dans Continuer la lecture de Conférence : « Janus architecte : la double temporalité de l’architecture »

séminaire : « Au delà du béton brut : Rudolph, Pei, Kahn et la matérialisation du matériau » par Réjean Legault

Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe -XXIe siècles)
séminaire 2015-2016 / séance du 09.02.2016 – 18h00-19h30

Travaillant depuis plusieurs années sur la question des rapports entre matériau et modernité architecturale, j’ai été amené à étudier plusieurs bâtiments emblématiques de l’architecture Américaine des années soixante. Fondées sur l’analyse attentive des archives et des objets bâtis, ces études examinaient la façon dont leurs concepteurs ont négocié le passage du béton figuré à sa réalisation matérielle, en une séquence que j’ai appelé « la matérialisation des matériaux ». Empruntant aux travaux qui replacent le matériau et le « faire » au centre de la réflexion théorique en art et en anthropologie, la conférence propose une relecture de mes essais sur Paul Rudolph, I.M. Pei et Louis Kahn, ainsi qu’un retour sur leur inspiration première : le béton brut de Le Corbusier. Ce nouvel éclairage invite à penser que la production des formes matérielles découle d’une véritable lutte entre l’architecte et la matière, en un processus où se manifeste « l’indiscipline du matériau ». La conférence vise ainsi à jeter un autre regard sur le travail créatif de l’architecte, et le processus de concrétisation de l’objet architectural.

Réjean Legault est professeur à l’Ecole de design de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Diplômé en architecture de l’Université de Montréal, il a soutenu en 1997 une thèse e doctorat intitulée « L’appareil de L’architecture moderne: New Materials and Architectural Modernity in France (1889- 1934) ». au Massachusetts Institute of Technology de Boston. Après avoir travaillé au Centre d’archives d’architecture du XXe siècle de l’Institut français d’architecture (IFA) à Paris (1991-1995), il a participé à la création du centre de recherche du Centre Canadien d’Architecture de Montréal. Ses travaux portent sur l’historiographie de l’architecture moderne, sur la culture architecturale en Amérique du Nord et sur la tectonique et les cultures constructives. Ses publications incluent Anxious Modernisms: Experimentation in Postwar Architectural Culture (coédité avec Sarah Williams Goldhagen, The MIT Press, 2000) ainsi que de nombreuses contributions dans des revues spécialisées, des ouvrages collectifs et des catalogues d’expositions.

 

séminaire 2015-2016

Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe -XXIe siècles) Pr Gilles Ragot, Émilie d’Orgeix (UBM), Pr Gilles-Antoine Langlois, Gauthier Bolle (ENSAPBx)

Appel à communication : Exposition(s) et média(s) : enjeux d’une dialectique actuelle

Résumé

Ce colloque de doctorants, a pour ambition d’analyser, à travers une approche pluridisciplinaire, la dialectique exposition(s) et média(s) dans l’ère des Technologies d’information et de communication (TIC). Selon une logique allant de la production à la réception des expositions, quatre axes de recherche sont proposés : l’exposition comme média, exposer le média, la médiation de l’exposition et la médiatisation de l’exposition.

Argumentaire

Désignant « aussi bien ce qui est exposé que l’espace où l’on expose, l’acte d’exposer et l’exposition en tant que “produit” actualisé par le visiteur »[1], l’exposition a pu recouvrir des formes et fonctions très diverses depuis les « proto-musées » jusqu’à « la promenade comme le centre commercial »[2]. Témoignage de son temps, l’exposition est Continuer la lecture de Appel à communication : Exposition(s) et média(s) : enjeux d’une dialectique actuelle

Journée d’étude : « Une rhétorique de l’histoire de l’art ? Pratiques et dispositifs de l’écriture » (Bordeaux, 20 novembre 2015)

Comme toute discipline, l’histoire de l’art communique au travers de formes discursives normalisées. La littérature grise dont les articles et les thèses, les catalogues d’exposition, les essais ou bien encore les ouvrages de vulgarisation scientifique sont censés répondre à des critères de narration implicites (énonciation impersonnelle, emploi du conditionnel, vocabulaire spécialisé…) qui légitiment d’autant mieux l’argumentation de leurs auteurs. Dans sa pratique dite académique, l’écriture apparaît à bien des égards comme le point nodal entre la synthèse des recherches et la diffusion des connaissances. Ainsi, en organisant cette journée d’étude, nous invitons les historiens de l’art à s’interroger sur la nature et la qualité des principes langagiers de leurs propres discours, héritiers d’une discipline qui, en Europe, s’est imposée au cours du XIXe siècle en tant que champ de savoir autonome avant d’être institutionnalisée, notamment en France en 1899 lorsque la Sorbonne créa, pour Henry Lemonnier, sa première chaire d’histoire de l’art. Depuis cette période comment et en quoi l’histoire de l’art s’est-elle constituée en tant que communauté disciplinaire jusque dans l’essence de son écriture ?

Continuer la lecture de Journée d’étude : « Une rhétorique de l’histoire de l’art ? Pratiques et dispositifs de l’écriture » (Bordeaux, 20 novembre 2015)

Colloque international : Les acteurs de la rocaille

Colloque international organisé par l’INHA, en partenariat avec le Centre François‐Georges Pariset – EA 538 de l’université Bordeaux-Montaigne, le laboratoire TELEMME de l’université Aix‐ Marseille et le Ghamu

L’étude des arts décoratifs fédère aujourd’hui une large communauté de chercheurs et engage, par-delà l’histoire artistique des objets et des décors, des spécialités et des compétences variées (littérature, critique, esthétique, sociologie, visual studies, gender studies). Dans la perspective des travaux d’envergure menés sur la production rocaille de certains grands ornemanistes (Jacques de Lajoüe, Juste-Aurèle Meissonnier, François Boucher), le colloque « Les acteurs de la rocaille » entend opérer un retour à l’objet tout en mettant à profit les récentes conclusions énoncées dans le domaine des sciences humaines.

Marquant le 300e anniversaire du début de la Régence, dont la rocaille fut l’une des expressions majeures, il explorera cet art libre et inventif dans Continuer la lecture de Colloque international : Les acteurs de la rocaille

Colloque : Ancrage et déterritorialisation des artistes : réécrire l’histoire