Tous les articles par laurenthoussais

Expositions artistiques de l’Afrique française (1928-1956). Dictionnaire des artistes et de leurs œuvres

Marion Lagrange, Stéphane Richemond, Expositions artistiques de l’Afrique française (1928-1956). Dictionnaire des artistes et de leurs œuvres, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset – hors-série n° 12, 2024, 34 fig., 392 p.

Les Expositions artistiques de l’Afrique française demeurent des manifestations culturelles encore méconnues. Conçues à l’initiative du gouvernement de l’Algérie, des résidences de Tunisie et du Maroc, elles sont organisées sous la houlette de personnalités actives sur ces scènes artistiques coloniales. Se déroulant durant près de trente ans, essentiellement en Afrique du Nord, elles ont regroupé des artistes actifs sur place. Beaucoup sont des métropolitains de passage ou ayant fait le choix de s’installer durablement. Figurent aussi des hommes et des femmes issus de familles de colons ou autochtones, arabes, berbères ou juifs. Si certains artistes – tels les lauréats de prix métropolitains ou de bourses de voyage – bénéficient hier et aujourd’hui d’une redécouverte, la plupart ont une faible notoriété. D’aucuns s’inscrivent dans une histoire de l’art corrélée à leur pays d’origine. Ce prisme historique éclaire sous un autre jour le souhait des organisateurs de faire acte de propagande, – politique et touristique – tout en valorisant un art qui serait « authentiquement » africain, produit par des artistes coloniaux ou non, à la suite du processus de colonisation. Les beaux-arts, par leur modernité supposée, incarnent la spécificité d’une entreprise qui ne néglige pas pour autant une dimension plus traditionnelle s’incarnant dans les arts décoratifs, voire dans ce qu’on appelait « l’art indigène ».

Roger Bezombes, Le café maure, 1937, EAAF d’Alger 1939 ? (n° 15, sous le titre Café arabe), huile sur panneau parqueté, signé en bas à droite, titrée et datée au dos, 80 x 60 cm, coll. part. © Courtoisie Gros & Delettrez

Conçu à partir de catalogues souvent inédits et en mains privées, cet ouvrage poursuit une recherche entreprise il y a un peu plus d’une vingtaine d’années sur les expositions et les salons coloniaux. Il prolonge la publication de dictionnaires d’artistes métropolitains ayant participé à ces manifestations. Il a pour ambition d’enrichir la documentation relative à ces artistes actifs dans les colonies françaises, tout en contribuant à construire une indispensable histoire de l’art de la colonisation.

Sommaire

Marion Lagrange, “Les Expositions artistiques de l’Afrique française (1928-1956). Du colonialisme dans l’art ?”

Stéphane Richemond, “Préambule au Dictionnaire des Expositions artistiques de l’Afrique française

Tableau récapitulatif des Expositions artistiques de l’Afrique française

Dictionnaire des artistes et de leurs œuvres

Camille Moulinier, lauréate du prix Robert Coustet 2023

Le Corbusier, « Pessac », L’Architecture vivante, automne-hiver 1927, p. 29-32

Actuellement doctorante au Centre de recherche en histoire de l’art F.-G. Pariset (UR 538), Camille Moulinier a obtenu le prix Robert Coustet 2023 pour son mémoire de maîtrise : La réception des Quartiers Modernes Frugès (1926-2016). Entre idéal social et artistique, la construction d’un discours critique et l’interprétation d’une expérience architecturale au cours des XXe et XXIe siècles. Ce mémoire, dirigé par Gilles Ragot, a été soutenu en 2018.

En 1982, Robert Coustet signait dans les pages de Sites et monuments un vibrant plaidoyer intitulé « Peut-on sauver la cité Frugès ? » L’historien de l’art alertait alors sur l’état de dégradation de cet ensemble majeur, tant dans l’œuvre de Le Corbusier que dans l’histoire de l’architecture du XXe siècle. Un an après la mort de son architecte, en 1965, le maire de Pessac, Jean-Claude Dalbos, avait entrepris des démarches pour faire classer la cité aux Monuments historiques. Cette initiative, longtemps infructueuse, n’avait débouché, en 1980, que sur le classement d’une maison. Robert Coustet recommandait dans son article l’acquisition d’une maison témoin par la mairie, ce qui fut fait en 1983, et on lança à cette époque une première étude afin de mettre en place une politique de restauration et de sauvegarde de l’ensemble des 51 maisons, construites dans les années 1920 par Le Corbusier et son cousin, Pierre Jeanneret, à la demande de l’industriel bordelais Henry Frugès. Cet ensemble proposait des solutions innovantes pour résoudre les problèmes du logement social.

La cité Frugès a suscitée de nombreuses critiques à l’époque de sa création. Elle a fait l’objet de multiples transformations de la part de ses habitants avant qu’un processus de revalorisation et de patrimonialisation ne se mette en place et débouche sur un classement au patrimoine mondial de l’Unesco en 2016, sur la liste de l’œuvre architecturale de Le Corbusier. Gilles Ragot fut l’un des principaux artisans de cette entreprise.

En portant son attention sur la réception de la cité Frugès à l’échelle locale, nationale et internationale, le tout sur près d’un siècle, Camille Moulinier a signé un travail aussi scrupuleusement documenté que novateur. Elle a su confronter l’opinion des spécialistes – architectes, critiques et historiens – à celle des habitants.

Son étude montre que la cité Frugès, au-delà des critiques reçues, est passée relativement inaperçue à Bordeaux et dans sa région, que sa modernité, souvent incomprise, fut perçue par le grand public comme non familière, étrange, voire étrangère puisqu’elle semblait faire écho à l’architecture méditerranéenne ou orientale. Parallèlement, Camille Moulinier étudie pour la première fois en détail le large écho qu’elle a suscité dans le milieu architectural, en France et à l’étranger, tout au long du XXe siècle, dans l’entre-deux-guerres mais également bien plus tard, dans les années 1970, lorsque l’architecture moderne et ses principes sont contestés. La cité se retrouve alors au cœur du débat architectural international, notamment dans les propos d’un architecte américain, Charles Jencks, qui la prend en exemple pour affirmer la mort de l’architecture moderne en 1977.

Les enjeux de ce mémoire dépassent donc de loin l’histoire locale : Camille Moulinier a signé par cette entrée un travail éclairant sur les conditions d’émergence et d’affirmation de l’architecture moderne, de son renouvellement, des débats auxquels elle a donné lieu, puis de sa patrimonialisation.

La remise du prix s’est déroulée le 21 mai, dans les salons de la mairie de Bordeaux. Les prix ont été remis par Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, et de Maxime Lebreton, président fondateur de Mécénart, président du jury du Prix Coustet.

Restitution colorimétrique de la Grande Verdure aux armes du comte de Brühl

Annonce de mise en ligne. Archeovision https://archeovision.cnrs.fr/ vient de finaliser l’interface web du programme de recherche pluridisciplinaire co-financé par la Région Nouvelle Aquitaine : Aubusson. Les couleurs retrouvées des tapisseries fines d’Aubusson (XVIIIe siècle). Culture matérielle : conception, production, caractérisation, altération et conservation

Analyse de la Grande Verdure par imagerie hyperspectrale © Cyril Fresillon / IRAMAT / CNRS Photothèque

 

On trouvera ci-dessous le lien concernant le projet de restitution colorimétrique de la la Grande Verdure aux armes du comte de Brühl, acquise par la Cité internationale de la Tapisserie à Aubusson.

http://archeovision-intranet.u-bordeaux-montaigne.fr/demo/Aubusson/index.html

Ce programme, porté par Aurélie Mounier (Archéosciences Bordeaux : Matériaux, Temps, Images et Sociétés – UMR 6034), auquel s’est associé Pascal Bertrand (CRHA-F.-G. Pariset UR 538), a donné lieu en 2022 à deux journées d’études :

https://pariset.hypotheses.org/4354

Des archives pédagogiques pour une autre approche de l’enseignement de l’histoire de l’art. L’exemple des notes de cours d’un étudiant de la faculté des lettres de Bordeaux (1966-1967)

Annonce de mise en ligne. Le carnet dédié à François-Georges Pariset, historien de l’art au XXe siècle – Projet historiographique autour des pratiques de recherche et d’enseignement en histoire de l’art, vient de s’enrichir de cette nouvelle contribution, signée par Myriam Metayer.

Pour le consulter : https://fgp.hypotheses.org/1192

Espaces frontières. Objets non européens dans les intérieurs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle

Journée d’étude.  Organisée dans le cadre de l’exposition Così lontani, così vicini. Il fascino dell’esotismo negli interni europei tra Ottocento e Novecento (Firenze, Museo Stibbert, 5 ottobre 2023 – 4 maggio 2024), par Sabine du Crest et Enrico Colle, cette journée d’étude se présente comme une enquête complémentaire sur les manifestations artistiques de l’Orient présentes dans les intérieurs européens entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Elle se tiendra le 18 avril 2024 à Florence, au Museo Stibbert.

Pour plus de renseignements sur l’exposition : https://www.museostibbert.it/frontend/index.php?sez=evento&id_evento=74

Pour télécharger la présentation de cette manifestation scientifique et le programme : Pieghevole_ SPAZI FRONTIERA

PROGRAMME

10h – Enrico Colle, direttore Museo Stibbert ; Claudia Baroncini, direttrice Fondazione Alinari per la fotografia Alessandro Del Taglia, Presidente Associazione Amici del Museo Stibbert

10h30 – introduzione alla giornata: Spazi di frontiera. Storia di un nuovo concettoSabine du Crest, maîtresse de conférences HDR université Bordeaux Montaigne, CRHA-F.G. Pariset (UR 538)

Presiede Sabine du Crest, maîtresse de conférences HDR université Bordeaux Montaigne, CRHA-F.G. Pariset (UR 538)

11h00 – Henri Cernuschi e l’arte asiatica. Dall’intimità della dimora alla sobrietà di uno spazio museale – Manuela Moscatiello, chargée d’étude alla Maison de Victor Hugo, Parigi

11h30 – coffee break

12h00 – Identità e alterità in Gabriele d’Annunzio arredatore: villa ‘La Capponcina’ a Settignano (1898-1910) – Harald A. Hendrix, professore, Utrecht University

12h30 – Tavola rotonda. Le dimore di Ferdinando Panciatichi Ximenes d’Aragona, dei coniugi Acton Mitchell, Bernard Berenson e Frederick Stibbert veri e propri ‘spazi di frontiera’. Interverranno: Ethel Santacroce (Archivista) per la collezione Panciatichi; Francesca Baldry (Villa La Pietra, NYU) per la collezione Acton Mitchell; Ilaria Della Monica (Villa I Tatti, Harvard University) per la collezione Berenson e Martina Becattini (Museo Stibbert) per la collezione Stibbert.

13h30 – lunch

14h30 – visita alla mostra Così lontani, così vicini, Presiede Enrico Colle

15h00 – Stefano Bardini, antiquario “moderno”Antonella Nesi, storica dell’arte, già direttrice del Museo Bardini

15h30 – Vetri alla moda islamica fra fascino esotico e collezionismo – Silvia Ciappi, storica dell’arte

16h00 – Il ghetto di Firenze: porta d’oriente – Luca Scarlini, scrittore

17h00 – Parigi 1869. Il Duca di Martina e l’arte cinese – Francesco Morena, storico dell’arte

17h30 – Orientalismo musicale a Firenze: la collezione dei baroni Kraus, pionieri dell’etnomusicologi – Eleonora Negri, musicologa, Scuola di musica di Fiesole

Dessiner, enseigner. François-Georges Pariset (1904-1980) historien de l’art au XXe siècle

Présentation d’ouvrage. Suite à la publication de Dessiner, enseigner. François-Georges Pariset (1904-1980), historien de l’art au XXe siècle, Myriam Metayer et Adriana Sotropa présenteront cet ouvrage co-écrit et dirigé par leurs soins le jeudi 4 avril à 18h30 à l’auditorium de la bibliothèque municipale de Bordeaux / Mériadeck.

Pour plus de renseignements sur cette publication des Cahiers du Centre François-Georges Pariset : https://pariset.hypotheses.org/wp-admin/post.php?action=edit&post=5597

Pour télécharger le flyer : Présentation livre Pariset

Francesca Romana Posca, boursière lauréate de l’Institut du Genre

Doctorante au Centre de recherche en histoire de l’art F.-G. Pariset (UR 538), Francesca Romana Posca a récemment obtenu une bourse de mobilité jeune recherche par l’Institut du Genre. Sa thèse, intitulée “Au-delà de la Péninsule : la scène artistique internationale, espace d’affirmation des artistes italiennes (1870-1915)”, est dirigée par Gilles Ragot, professeur en histoire de l’art contemporain, et Marion Lagrange, maître de conférences en histoire de l’art contemporain.

Afin d’encourager la mobilité internationale des jeunes chercheurs et chercheuses en études de genre, l’Institut du Genre finance des missions longues à l’étranger (observations, entretiens, dépouillement d’archives, recherches en bibliothèque, collaboration internationale…). Sont éligibles les doctorant·es ou post-doctorant·es relevant d’un établissement partenaire de l’Institut du Genre. Dix lauréats ont bénéficié d’un tel soutien en 2024. Pour plus de renseignements :

https://institut-du-genre.fr/

Le tournant environnemental de l’art : accommoder le regard et les pratiques

Séverine Hubard, Les Orgues des Landes, Arjuzanx, 2016-2023, œuvre n° 16 de La Forêt d’Art Contemporain. Photographie : Marie Escorne, 2023.

Table ronde et entretien. Cette manifestation scientifique – qui se tiendra le 6 mars 2024, de 14h à 17h à la salle Jean Borde, Maison des Sciences de l’Homme de Bordeaux – se propose d’évoquer la façon dont les enjeux environnementaux travaillent le monde de l’art à différents niveaux.

Cette demi-journée, co-organisée par Marie Escorne, maîtresse de conférences en arts plastiques, et Myriam Metayer, maîtresse de conférences en histoire de l’art contemporain, est soutenue par Artes (UR 24141) et le CRHA F.-G. Pariset (UR 538).

Table ronde, avec la participation de :

  • Felizitas Diering, diplômée d’histoire de l’art et de littérature de l’Université Albert-Ludwig de Fribourgen-Brisgau, dirige depuis 2017 le FRAC Alsace à Sélestat. Depuis 2018, elle y développe le programme « Natures », thème entendu en un sens large qui permet de porter un regard nouveau sur les œuvres et la collection du FRAC.

  • Lydie Palaric a fait ses études aux Beaux-Arts de Bordeaux. Elle dirige depuis 2009 la Forêt d’Art Contemporain qui a permis à ce jour l’implantation de 27 œuvres dans le Sud Gironde et les Landes. Elle est également artiste et commissaire d’exposition indépendante.

  • Feda Wardak est architecte, constructeur, artiste et chercheur indépendant. Dans le cadre d’une résidence
    avec les Ateliers Médicis, il mène depuis 2019 un projet intitulé « En dessous, la forêt, à Bondy ». Il développe
    également une réflexion sur la gestion de l’eau à travers plusieurs actions en France et en Afghanistan.

Entretien avec Bénédicte Ramade

L’historienne de l’art reviendra sur son parcours de chercheuse, enseignante et commissaire d’exposition. Elle est l’autrice de Vers un art anthropocène. L’art écologique américain pour prototype (Dijon, Presses du réel, 2022). Elle a assuré le commissariat de plusieurs expositions en lien avec des thématiques écologiques, telles Acclimatation (Centre National d’Art Contemporain, Villa Arson, 2008-2009) et REHAB, l’art de refaire (Espace Fondation EDF, 2010-2011).

Dessiner, enseigner. François-Georges Pariset (1904-1980), historien de l’art au XXe siècle

Myriam Metayer, Adriana Sotropa (dir.), Dessiner, enseigner. François-Georges Pariset (1904-1980), historien de l’art au XXe siècle, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset hors-série n° 11, 2023, 227 p., 24 euros.

Ce volume  met en lumière des aspects inédits liés à la carrière et aux pratiques de François-Georges Pariset (1904-1980). Premier professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain de la faculté des lettres de Bordeaux, Pariset est principalement connu comme l’un des spécialistes de Georges de La Tour (1593-1652) et des artistes lorrains de la Renaissance. Le traitement récent de ses archives personnelles et professionnelles, aujourd’hui conservées à la bibliothèque de l’INHA, à la bibliothèque municipale de Bordeaux ou encore à l’université Bordeaux Montaigne, permet notamment d’étudier ses enseignements et de découvrir sa production graphique. Myriam Metayer et Adriana Sotropa explorent ces deux composantes significatives des fonds d’archives, contribuant à mieux analyser les racines intellectuelles de François-Georges Pariset. Les autrices reviennent ainsi sur les traces d’une histoire de l’art inscrite aux croisements de l’érudition, de la connaissance empirique des œuvres et de la compréhension des formes saisies dans leur contexte. Le cas de François-Georges Pariset soulève par ailleurs des questions relatives à la fabrique institutionnelle de la discipline, dans le cadre universitaire de l’immédiat après-guerre jusqu’aux années 1970.

SOMMAIRE

Préface – Laurent Houssais

Avant-propos – Myriam Metayer et Adriana Sotropa

Patrimonialisation des modi operandi d’un historien de l’art  – Myriam Metayer & Adriana Sotropa

Dessiner pour mieux voir : archéologie d’une pratique ininterrompueAdriana Sotropa

  • Introduction
  • Amy, Jeanne et Mina : les « tantes de Nancy qui m’ont donné le goût de l’Art »
  • Dessiner d’après les maîtres : les débuts d’une carrière
  • Un purgatoire éternel ? Le Pariset de Georges de La Tour
  • De la pratique de l’aquarelle au stylo « Bic
  • La vie des formes selon Pariset

Un professeur à la faculté des lettres de Bordeaux (1952-1974)Myriam Metayer

  • Introduction
  • La « chaire » d’histoire de l’art moderne et contemporain : enjeux d’une dénomination
  • Les certificats d’histoire de l’art : un cadre national pour une spécificité régionale d’enseignement et de recherche
  • Liste des enseignements de François-Georges Pariset (1952-1968)
  • Aux sources du cours magistral
  • Par-delà le support pédagogique : une collection de diapositives pour un institut de  recherche

Panorama des archives : les fonds Pariset

Le fonds Pariset de l’Institut national d’histoire de l’art : une vie en archives – Sophie Derrot

Le fonds Pariset de la bibliothèque municipale de Bordeaux – Clotilde Angleys & Hélène Fleury Ameztoy

ANNEXES

Formation et carrière de François-Georges Pariset : chronologie indicative

Publications de François-Georges Pariset

Les archives iconographiques et audiovisuelles de la Reconstruction en France, de 1940 aux années 1960

Fruit d’un partenariat entre les Archives nationales et les Écoles nationales supérieures d’architecture, la journée d’étude sur « les archives iconographiques et audiovisuelles de la Reconstruction, de 1940 aux années 1960 », qui s’est tenue en 2021, s’inscrit dans un programme de recherche initié par le Bureau de la recherche architecturale urbaine et paysagère [BRAUP] du ministère de la Culture, intitulé « Architecture du XXe siècle, matière à projet pour la ville durable du XXIe siècle » (2016-2020).

Intitulée « Intervenir dans les logements reconstruits : de la méthodologie de recherche aux stratégies d’action », la recherche dirigée dans ce cadre par Christel Palant proposait, dans l’esprit de l’appel à projet, une articulation forte entre recherche, enseignement et stratégies d’intervention, sur un patrimoine souvent qualifié d’« ordinaire », mais qui constitue aujourd’hui une grande part de notre cadre de vie, urbain et bâti.

Ce premier état des lieux sur les sources iconographiques et audiovisuelles de la Seconde Reconstruction, disponibles dans les fonds d’archives publiques, doit permettre de donner aux chercheurs et aux professionnels œuvrant dans les territoires et les collectivités locales, une meilleure visibilité de la richesse des fonds disponibles et des possibilités qu’elles offrent, et ainsi concilier connaissance scientifique et intervention sur l’existant.

La publication, en ligne, est consultable ici :

https://books.openedition.org/pan/2911