« DIRE PRESQUE LA MÊME CHOSE ». L’HISTOIRE DE L’ART ET SES TRADUCTIONS (XIXe-XXIe siècles)

Journée d’étude

Vendredi 22 septembre 2017

Université Bordeaux Montaigne

 

Les historiens de l’art manifestent, depuis quelques années, un intérêt croissant pour les questions d’ordre linguistique, discursif et rhétorique appliquées à leur discipline. Qu’en est-il de la traduction interlinguistique de ces stratégies ?

Suite à l’édition, au printemps 2017, d’un ouvrage intitulé Le Récit de l’histoire de l’art. Mots et rhétoriques d’une discipline (Éditions Esthétiques du Divers), notre souhait est d’explorer « la rhétorique à l’épreuve de la traduction », dans le sillage du colloque Rhétorique et traduction, publié par la SEPTET en collaboration avec le Laboratoire Ligérien de Linguistique de l’Université d’Orléans en 2012.

Au-delà des questions d’ordre lexical ou terminologique, en lien avec la diffusion des traductions, questions préalablement étudiées, nous invitons les historiens de l’art à réfléchir aux mutations, transferts et transmissions discursives qui concernent notre discipline, dans les multiples facettes qu’impose la traduction. Appliquée à l’histoire de l’art, cette dernière n’est pas qu’une affaire de mots, mais une affaire de langage au sens large du terme. Dans son ouvrage consacré à la traduction, dont nous empruntons le titre, Umberto Eco évoquait d’ailleurs le lien entre le voir et le dire en nous rappelant que la signification d’origine de translatio est « changement » mais aussi « transport », tandis que « traducere signifie ‘’conduire au-delà’’ »[1]. Le travail d’interprétation qu’appelle l’histoire de l’art donne en effet sa spécificité à la traduction de textes eux-mêmes voués à l’explication des œuvres.

La traduction est-elle une continuation du texte original et le traducteur un créateur et un continuateur de la pensée de l’auteur, comme le proposait Benjamin ? Est-elle, au contraire, un processus servile et imitatif ? Ou serait-elle un « acte de négociation » comme envisagé par Umberto Eco ? Plusieurs axes de recherche peuvent d’ores et déjà être proposés : l’historien de l’art en tant que traducteur, l’historien de l’art face à ses sources en langues étrangères et à la disponibilité de leur traduction, les enjeux éditoriaux des traductions, l’absence de traduction.

Les doctorants et jeunes docteurs sont vivement encouragés à nous soumettre des propositions.

Les propositions des communications, de 300 mots environ, accompagnées d’un titre et indiquant les principales sources utilisées, de même qu’une brève notice biographique, sont à adresser avant le 1e mai 2017 à :

Adriana Sotropa (Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne) : adriana.sotropa@u-bordeaux-montaigne.fr.

Myriam Metayer (Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne) : myriam.metayer@u-bordeaux-montaigne.fr

Les réponses seront communiquées au plus tard le 15 mai 2017. Une prise en charge des frais de déplacement et d’hébergement est prévue.

Les communications ne devront pas excéder 25 minutes.

 

[1] Umberto Eco, Dire presque la même chose. Expériences de traduction, Paris, Le Livre de Poche, 2013, p. 297.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *