Colloque : Ancrage et déterritorialisation des artistes : réécrire l’histoire

La première session, qui s’est tenue en décembre 2014 à l’École du Louvre, à Paris, a permis de traiter de l’héritage colonial des musées, Cette  seconde session, intitulée Ancrage et déterritorialisation des artistes : réécrire l’histoire, est consacrée aux arts visuels sous l’angle à la fois historique et contemporain. Elle concerne les productions artistiques en contexte colonial et l’art contemporain en lien avec les pays concernés. L’enjeu est de revenir ici sur les notions d’héritages et d’essentialisme propres aux productions artistiques dites postcoloniales. Pour des raisons simplificatrices, communicationnelles ou économiques, les  œuvres et les images du passé, comme celles d’aujourd’hui, sont sans cesse envisagées dans leur relation avec les identités et la culture des communautés d’origine de leurs producteurs. Il est pourtant acquis  que l’identité coloniale ne peut être une mesure fixe, et qu’elle n’a pas cessé de se redessiner. Les  artistes en ont exprimé l’expérience selon des modes de créations artistiques très divers. Force est de constater avec le tournant anthropologique qui caractérise aujourd’hui le champ de l’art et qui inspire les études postcoloniales, que le fonctionnement et l’héritage de ces processus identitaires ont joué et continuent de jouer un rôle central dans le processus créatif et sa réception. Qu’il s’agisse de la tentative de créer des « écoles », au double sens de structures d’enseignement mais surtout de groupes d’artistes ancrés dans un territoire (école d’Alger, école de Tunis, artistes italiens de Tunisie…), ou au contraire d’une incessante déterritorialisation au gré d’exils et de migrations qui ont touché de nombreux individus pris dans l’étau de l’histoire et de ses vicissitudes, les artistes n’ont pu échapper à l’assignation de « l’origine » malgré la diversité de leurs modalités d’existence et de pratiques. Avec l’art contemporain, ce schéma a été réitéré au sein d’une grande scène artistique internationale : . les artistes de la diaspora ou issus de migrations se trouvent ramenés à un régionalisme « maghrébin », dont les œuvres seraient les indices culturels, ne faisant par principe pas l’objet d’une évaluation à l’aune de critères esthétiques.S’il convient de poursuivre la démarche démystificatrice proposée par Edward Saïd dans L’Orientalisme, en combinant analyse des valeurs esthétiques et lecture géopolitique,  il est nécessaire et opportun de soumettre aujourd’hui de faire un pas de plus. Déconstruire les représentations de l’autre ne signifie pas que l’autre « convoqué » existe. Le système de l’art quant à lui perpétue cette fiction. Pourquoi ? On est ici au cœur des représentations que la pensée postcoloniale et les artistes contemporains tentent « d’exposer ». Ces derniers sont souvent assignés à exprimer la note « originaire » attendue, en continuité avec des catégories identitaires sur lesquelles ils s’appuient pour effectuer un travail critique. Mais cet « essentialisme stratégique » montre aussi ses limites, que nous voulons ici éprouver et dépasser.

 

(Programme à venir)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *