Maisons des bords de mer. Modernité et régionalisme en Charente-Maritime 1945-1980

Gilles Ragot, Maisons des bords de mer. Modernité et régionalisme en Charente-Maritime 1945-1980,  Paris, Hermann, coll. “Architectures contemporaines”, 2023, 235 p., 262 ill.

Fruit d’un programme de recherche lancé et financé par le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de Charente-Maritime (CAUE), cet ouvrage constitue l’aboutissement de cinq années d’inventaire et de travail documentaire. Il a été récompensé du prix de l’Académie de Saintonge et du prix Pèlerin du livre régional.

 

Villa “Oasis”, rebaptisée villa “Boomerang” par l’usage populaire, Pierre Marmouget architecte, 9 allée Georges à Royan, 1955

Au cours des Trente glorieuses, l’émergence de la civilisation des loisirs voit se démocratiser les vacances, auparavant réservées à une frange aisée de la société. Cette profonde mutation économique et sociologique invite les architectes, mais aussi les entrepreneurs-concepteurs, à réinventer la résidence balnéaire qui, de villa cossue, devient une maison de vacances accessible au plus grand nombre. Le littoral de Charente-Maritime se révèle un riche territoire d’expérimentation, d’autant plus que la guerre a fait table rase de vastes secteurs de villégiature à Royan et dans ses communes limitrophes. L’architecture moderne, jusque-là absente des stations balnéaires – hormis dans sa déclinaison art déco -, y fait une entrée remarquée et renouvelle les codes de la villa de bord de mer, dont témoignent certains ouvrages exceptionnels. Le régionalisme, paradoxalement importé du sud-ouest basco-landais au cours des années vingt, livre également encore quelques réalisations de qualité. Toutefois, ici comme ailleurs sur tout le territoire, l’enjeu est quantitatif et la conception de la nouvelle villa balnéaire n’échappe pas à la réflexion plus large sur la production de la maison individuelle dont rêvent les Français.

Villa “Ombre blanche”, Claude Bonnefoy architecte, 70 boulevard Frédéric Garnier à Royan, 1958-1959

S’appuyant sur un corpus de 12 000 maisons identifiées dans les communes du littoral de Charente-Maritime, cet ouvrage retrace l’évolution de la villa balnéaire en simple maison de bord de mer. Il montre comment le rejet de l’architecture moderne et du régionalisme conduit dans les années soixante-dix à une banalisation des types et à la production d’une maison ordinaire, ainsi qu’à la revalorisation des caractères de l’architecture traditionnelle locale et l’invention d’une postmodernité vernaculaire créative.

SOMMAIRE

Avant-propos – Michel Gallice

I. Une maison singulière conjuguée au pluriel

  1. Définition d’un corpus
  2. Maison singulière et maison ordinaire
  3. Un corpus de 12 000 maisons

II. Les derniers feux du classicisme et du régionalisme 1945-1965

  1. Architecture balnéaire en Charente-Inférieure avant la seconde guerre mondiale
  2. Disparition de la culture historiciste dans la villégiature d’après-guerre
  3. Permanence et disparition du régionalisme balnéaire sur le littoral charentais

III. Une modernité inventive 1945-1965

  1. Émergence d’une architecture balnéaire moderne
  2. Une modernité de rupture : le secteur de Royan 1945-1960
  3. Modernité de rupture hors du secteur de Royan

IV. La banalisation des types 1960-1980, le boom des congés payés

  1. Dernières formes de la modernité 1960-1975
  2. Maison ordinaire ou maison générique
  3. Maison balnéaire et création postmoderne

Conclusion : la mort de la villa balnéaire ?



Citer ce billet
laurenthoussais (2023, 6 septembre). Maisons des bords de mer. Modernité et régionalisme en Charente-Maritime 1945-1980. EA538. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sqii

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.