D’Hector à Francus. Les représentations des histoires troyennes en France à la Renaissance

Soutenance de thèse. Madame Marta Francia soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire de l’art moderne, D’Hector à Francus. Les représentations des histoires troyennes en France à la Renaissance, le 5 mai 2023 à 14h00 dans la salle des thèses de la Maison de la recherche (université de Bordeaux Montaigne, esplanade des Antilles, Pessac). La soutenance est publique.

Cette thèse en co-direction (université Bordeaux Montaigne et université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) a été menée sous la direction de Pascal Bertrand (professeur d’histoire de l’art moderne (université Bordeaux Montaigne) et de Luisa Capodieci, maître de conférences HDR (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Le jury est composé de Pascal Bertrand, Luisa Capodieci, Sonia Cavicchioli, professeure associée d’histoire de l’art moderne (università di Bologna), Estelle Leutrat, maître de conférences HDR d’histoire de l’art moderne (université Rennes 2), Bruno Petey-Girard, professeur de littérature française – XVIe-XVIIe siècles (université de Paris-Est Créteil) et Philippe Sénéchal, professeur d’histoire de l’art moderne (université de Picardie Jules Verne).

Jean Cousin le Fils (?), Le sacrifice de Polyxène, v. 1560, New York, coll. part.

La place et les modalités des représentations du cycle troyen en France à la Renaissance sont mises en lumière à travers l’analyse d’œuvres d’art réalisées sur des supports variés ainsi qu’éphémères. Le mythe troyen survit et se transforme pendant les époques médiévale et renaissante en faisant l’objet de plusieurs réécritures, surtout à caractère historiographique, donnant ainsi lieu à de nombreuses variations figuratives. Le traitement du large corpus passe par l’examen des différentes traditions interprétatives reliées aux épisodes et aux personnages de la guerre de Troie afin d’en déceler les significations et les enjeux symboliques. Les examens iconographiques et iconologiques des images révèlent les points de continuité avec l’Antiquité via la persistance de certaines notions, telles que l’harmonie et la concorde représentées par les noces de Thétis et Pélée, ou le concept de « belle mort » insufflé dans les morts héroïques. Mais l’imagerie troyenne est influencée aussi par les relectures herméneutiques, morales et philosophiques plus tardives de la légende. De plus, les illustrations de la cour de Priam et les scènes de batailles entre Grecs et Troyens évoquent la réalité historique contemporaine d’un royaume déchiré par les campagnes d’Italie et par les guerres de religion. Dans ce sens, la tendance la plus significative de l’époque s’inscrit dans un processus européen de consolidation et de légitimation nationale, où chaque pays et ses monarques se rattachent aux rescapés troyens. Ainsi, l’essor de ces représentations en France reflète la réappropriation identitaire du récit en tant que mythe de fondation et dynastique.



Citer ce billet
laurenthoussais (2023, 1 mai). D’Hector à Francus. Les représentations des histoires troyennes en France à la Renaissance. EA538. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sqid

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.