Pierre Fabre & Roger Taillibert. L’industriel et l’architecte : histoire d’une longue collaboration

Léa Tichit, Pierre Fabre & Roger Taillibert. L’industriel et l’architecte : histoire d’une longue collaboration, Toulouse, Presses universitaires du Midi, coll. Tempus Artis, disponible à partir du 13 septembre 2022, 66 p., 76 fig.

Doctorante du CRHA-F-G. Pariset (UR 538), Léa Tichit publie dans la collection dirigée par Quitterie Cazes, un ouvrage issu de ses premières recherches touchant l’architecture du xxe siècle. À travers cet ouvrage, elle souhaite rendre hommage à une collaboration exceptionnelle entre deux hommes profondément investis dans leurs milieux respectifs, à l’origine d’une architecture qui reflète les préoccupations et les valeurs de son commanditaire.

Roger Taillibert, centre de recherche Pierre Fabre, Castres, 1965. Photographie. © Groupe Pierre Fabre

La collaboration entre l’architecte Roger Taillibert (1926-2019) et l’industriel Pierre Fabre (1926-2013), qui s’étend sur plus d’un demi-siècle (1963-2016), a marqué le monde architectural et industriel. Cet ouvrage met au jour un pan méconnu de la carrière de Roger Taillibert : reconnu pour ses réalisations de complexes sportifs tels que le Parc des Princes de Paris ou le complexe olympique de Montréal, il livre également des édifices industriels à la demande de l’entreprise pharmaceutique Pierre Fabre. C’est de là qu’une réelle entente professionnelle et amicale va unir les deux hommes pour donner naissance à une écriture architecturale spécifique qui place la nature et l’humain au cœur des projets.

SOMMAIRE

Avant-propos – Nicolas Meynen

Introduction – Deux hommes, une amitié, un parcours conjugué

  • Récit d’une rencontre
  • Le sport pour passion commune
  • Un rapport de confiance

Une écriture soumise aux contraintes de l’industrie

  • Des lieux fonctionnels
  • Des organisations spatiales ouverte
  • Des constructions de verre et de métal

La nature au cœur du propos

  • Des ouvertures sur l’extérieur
  • Des cadres paysagers construits
  • Des formes courbes à organiques

Conclusion – Une architecture au service d’une entreprise et de ses usagers

  • Prendre soin de l’Homme
  • Vers une architecture iconique

Appendice – Suite de l’aventure castraise au côté de Jacques Limouzy

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.