Élèves et maîtresses : permanences et ruptures dans l’apprentissage des artistes femmes (1849-1924)

Annonce de colloque. Ce colloque en ligne se déroulera les jeudi 6 et vendredi 7 mai 2021. Il est organisé par le centre François-Georges Pariset EA 538 (Université Bordeaux Montaigne) et le musée Roybet Fould (Courbevoie), en partenariat avec le musée national Jean-Jacques Henner et le musée Rodin (Paris).

Ce colloque a lieu en ligne (sur Zoom). Inscription gratuite et obligatoire via le lien suivant : https://u-bordeaux-montaigne-fr.zoom.us/webinar/register/WN_1u0sjZbkSWq-jvu4ozHMXA

Résumé

Dans le cadre de l’exposition « Juana Romani (1867-1923), modèle et peintre. Un rêve d’absolu » (5 mai – 19 septembre 2021), le musée Roybet Fould, en partenariat avec le musée national Jean-Jacques Henner, le musée Rodin et le centre F.-G. Pariset EA 538 (Université Bordeaux Montaigne), a souhaité approfondir la réflexion sur la formation des artistes femmes au XIXe siècle.

Femina, n° 1941, 15 février 1909, p. 80

L’accès à l’École des beaux-arts, institution publique garante d’une forme de professionnalisme, n’étant possible qu’à la fin du XIXe siècle, la question de l’apprentissage demeure centrale pour les femmes. De la pratique artistique à la constitution d’un réseau, en passant par la connaissance acquise dans les musées ou les livres, il s’agit de s’intéresser à toutes les modalités de transmission ayant contribué à leur formation. Si les figures masculines ne peuvent être écartées de cette histoire, nous questionnerons plus particulièrement le rôle de référente et de pédagogue de certaines artistes.

Comité scientifique et d’organisation

Marion Lagrange, maîtresse de conférences, Université Bordeaux Montaigne

Adriana Sotropa, maîtresse de conférences, Université Bordeaux Montaigne

Amélie Simier, conservateur général du patrimoine, directrice du musée Rodin

Véronique Mattiussi, chef du service de la Recherche au musée Rodin

Franck Joubin, documentaliste chargé des colloques au musée Rodin

Marie-Cécile Forest, conservatrice générale du patrimoine, directrice des musées nationaux Gustave Moreau et Jean-Jacques Henner

Maeva Abillard, conservateur du musée national Jean-Jacques Henner

Emmanuelle Trief-Touchard, directrice du musée Roybet Fould de Courbevoie


PROGRAMME

– Jeudi 6 mai 2021 –

13h30 : accueil des participants

13h45 : ouverture du colloque par Marie-Cécile Forest et Maeva Abillard (musée Henner), Amélie Simier (musée Rodin), Emmanuelle Trief-Touchard (musée Roybet Fould) et Laurent Houssais (Centre F.-G. Pariset, EA 538)

14h00 : introduction par Marion Lagrange et Adriana Sotropa (Université Bordeaux Montaigne)

Les élèves, questions d’apprentissage

Présidente de séance : Séverine Sofio (CNRS)

14h20 : Mathilde Leduc, conservatrice au musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren, Belgique. Miss Dolly et Monsieur Henner. Apprentissage, influence et mixité sociale des élèves de l’atelier des Dames sous le prisme des réseaux européens des années 1880

14h40 : Fériel Dridi, doctorante en histoire de l’art – Université de Tours. Une vocation au prisme de l’apprentissage. Formation de Juliette Roche à l’académie Ranson (1911-1913)

15h00 : discussion

– Vendredi 7 mai 2021 –

9h30 : accueil des participants

9h40 : ouverture par Amélie Simier (musée Rodin)

Modèles d’enseignantes, modèles d’enseignement

Présidente de séance : Adriana Sotropa et Marion Lagrange (Université Bordeaux Montaigne)

9h50 : Michaël Vottero, conservateur régional adjoint des monuments historiques – DRAC Bourgogne-Franche-Comté. L’université des arts de Madeleine Lemaire, un lieu d’apprentissage pour les femmes au cœur du Paris 1900

10h10 : Magdalena Illán Martín, professeure d’histoire de l’art – Université de Séville. Amélie Beaury-Saurel (1848-1924) : maîtresse et “férule bienveillante” à l’académie Julian

10h30 : pause

10h50 : Eva Belgherbi, doctorante en histoire de l’art – École du Louvre et Université de Poitiers. Autour de quelques sculptrices enseignantes à Paris à la fin du XIXe siècle

11h10 : Camille Belvèze, doctorante en histoire de l’art – Université Paris 1 – élève conservatrice du patrimoine – Institut national du patrimoine et Institut national des études territoriales. Professeures « spinsters ». Deux professeures d’art anglaises à la fin de la période victorienne : Constance Mary Pott (1862-1957) et Laura Sylvia Gosse (1881-1968)

11h30 : discussion

12h00 : pause déjeuner

14h00 : accueil des participants

La femme artiste comme exemple

Présidente de séance : Marion Lagrange et Adriana Sotropa (Université Bordeaux Montaigne)

14h20 : Camille Lesbros, diplômée de l’École du Louvre. Gabrielle Debillemont-Chardon (1860-1957). Grande maîtresse en miniature

14h40 : Léa Jauregui, doctorante en histoire de l’art – École du Louvre et Université Libre de Bruxelles. La Rose, le ciseau et le maillet. Sarah Bernhardt ou la mise en scène d’une sculptrice

15h00 : Anna Maria Panzera, chercheuse indépendante, Camille Claudel in Italy. The Reception of her Art in the Context of the Female Training and of the Artistic Magisterum

15h20 : discussion

16h00 : clôture du colloque


PROGRAMME DÉTAILLÉ


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.