Expositions et culture coloniale. Les Arts en Tunisie sous le Protectorat

Expositions et culture coloniale. Les Arts en Tunisie sous le Protectorat, sous la direction de Laurent Houssais et Dominique Jarrassé, Paris, Éditions Esthétiques du Divers, 2020, 302 p.

Faisant suite à « Nos artistes aux colonies ». Sociétés, expositions et revues dans l’empire français (1851-1940), ce volume poursuit l’étude des arts coloniaux en se concentrant sur un pays, la Tunisie. Ce champ d’étude favorise une approche élargie des arts, tant beaux-arts qu’artisanat ou « arts indigènes », en contexte colonial. Entre 1881 et 1956 se construit progressivement un système colonial des arts qui repose sur trois piliers principaux : le Salon tunisien, dont l’histoire s’échelonne de 1894 à 1984, l’École des beaux-arts de Tunis, créée en 1923, l’Office des arts tunisiens, qui entendait sauvegarder et promouvoir l’artisanat. En revanche, aucun musée des beaux-arts qui eût complété le musée du Bardo consacré à l’archéologie et aux arts arabes, n’a été mis en place et cette lacune se fait sentir encore aujourd’hui. L’originalité de la situation tunisienne tient enfin à l’apparition, dès les années 1930, d’artistes qui, sans discrimination, élaborent une scène artistique originale, incarnée par la fameuse « École de Tunis », dont le dynamisme perdure après l’indépendance.

Armand Vergeaud et ses élèves à l’exposition de l’Association des élèves, anciens élèves et amis du Centre d’enseignement d’art, 1929, musée d’Angoulême

Ce livre engage, sur la base d’un important travail documentaire, une réflexion sur la fabrication d’une image de la Tunisie à travers les expositions comme sur son identité plurielle. Nourri d’une démarche historiographique critique, il contribue à la nécessaire réécriture d’une histoire de l’art en Tunisie, encore très lacunaire.

SOMMAIRE

Avant-propos

Introduction

Ré)écrire l’histoire des arts en situation coloniale – Laurent Houssais et Dominique Jarrassé

Mise en scène des « arts indigènes » et images de la Tunisie

Identité tunisienne et artisanat dans les expositions internationales et coloniales (1851-1939) – Dominique Jarrassé

Salons et expositions d’art industriel à Tunis (1896 et 1898) – Clara Álvarez Dopico

Art et artisanat tunisiens selon Victor Valensi. Ses pavillons d’expositions internationales (1925, 1931 et 1937) – Dominique Jarrassé

L’Œuvre de l’Office des arts tunisiens : de l’exposition propagandiste à la muséographie patrimonialisante – Mohamed-Ali Berhouma

Sociétés, écoles et expositions artistiques dans la Tunisie coloniale

Un Salon pour Tunis (1894-1939) : retours sur une histoire – Laurent Houssais

La fabrique des artistes « tunisiens ». L’institutionnalisation d’une École des beaux-arts durant le Protectorat (1923-1956) – Marion Lagrange

Défaire une histoire de la peinture tunisienne : l’ « École de Tunis » (1936-1956) – Marion Lagrange

Les expositions à travers la presse tunisienne

Notes sur quelques figures de la critique d’art dans la presse tunisienne francophone – Alain Messaoudi

Actualité et communauté italienne : l’activité de la Société Dante Alighieri et de la presse italophone – Silvia Finzi et Sonia Gallico

Les expositions dans la presse juive tunisienne et l’émergence d’ « artistes juifs » – Dominique Jarrassé

Annexes

Chronologie

Biographies (Albert Aublet – Pierre Berjole – Pierre Boucherle – Pierre Boyer – Alphonse Clément – André Delacroix – Alexandre Fichet – Gaston-Louis Le Monnier – Paul Proust – Jacques Revault – Armand Vergeaud – Yahia Turki)

Alexandre Roubtzoff, Les Membres de l’institut de Carthage, photographie d’une huile sur toile présentée au Salon tunisien de 1924 et calque d’identification des personnages représentés

Bibliographie

Présentation des auteurs

Index


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.