La chambre et les arts. L’intime au defi

Étienne Boulanger, Single Room Hotel Skulpturenpark Berlin Zentrum, Berlin, 2007-2008.
Vue intérieure du Single Room Hotel (échafaudage, panneaux de bois aggloméré, plaques de plâtre, matériaux isolants, installation électrique, installation sanitaire, affichage
publicitaire, mobilier d’hôtel). Courtesy Association Étienne Boulanger

 

Dans la culture occidentale, la chambre est un espace clos, généralement intégré à un ensemble de plus grandes dimensions (la maison, l’hôtel, la cité universitaire, l’hôpital…). Cet effet gigogne fait d’elle un lieu particulièrement lié à l’ “intime”, dont l’étymologie renvoie au superlatif d’interior : plus intérieur que l’intérieur. Ce qui se passe dans la chambre serait à l’abri des regards et du monde dont le sujet semble s’extraire lorsqu’il se retire dans cette pièce. Depuis les années 1960, les artistes n’ont eu de cesse de jouer avec les a priori qu’engage une telle conception. En quelles mesures ont-ils fait de la chambre un laboratoire d’étude privilégié de l’évolution de nos comportements sociaux ? La chambre ne constituerait-elle pas une figure de référence dès lors qu’il s’agit d’explorer les contradictions de l’intime ?

Ainsi, nous entendons questionner les formes, les dispositifs et les stratégies auxquels les arts ont recours pour faire écho à la dualité de l’intime. La chambre se voit, en effet, fréquemment représentée, déplacée, investie, déformée, recréée dans de multiples domaines artistiques et à travers une diversité de médiums dont la présente manifestation souhaite témoigner.

Cette journée d’étude organisée par Marie Escorne (Artes) et Myriam Métayer (Centre F.-G. Pariset, EA 538) se tiendra à la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine (MSHA), salle Jean Borde, le mardi 18 février 2020.

Pour télécharger le programme :

Pour prendre connaissance des modalités de l’appel à communication :

https://pariset.hypotheses.org/3540

Cette journée d’étude s’inscrit dans le prolongement de l’un des programmes de l’épreuve d’histoire de l’art de l’agrégation d’arts plastiques portant, depuis la session 2019 et jusqu’en 2021, sur “l’intime dans l’art des années 1960 à nos jours”.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.