JEUX ET ENJEUX DU CADRE DANS LES SYSTÈMES DÉCORATIFS DE LA PREMIÈRE MODERNITÉ (1500-1700)

Jeux et enjeux du cadre dans les systèmes décoratifs de la première modernité (1500-1700), sous la direction de Nicolas Cordon, Édouard Degans, Elli Doulkaridou-Ramantani et Caroline Heering, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

Qu’il soit éphémère ou permanent, profane ou religieux, qu’il concerne l’architecture, la sculpture, la peinture, la tapisserie ou les jardins, l’art du décor atteint en Europe un degré exceptionnel d’élaboration et de complexité à partir de la Renaissance. Les études réunies dans le présent volume s’intéressent aux dispositifs d’encadrement, réels ou feints, imaginés par les artistes pour délimiter, articuler, transfigurer les différentes parties de leurs décors, tout en conditionnant l’expérience et la réception du message proposé aux sens. Trop souvent considéré par l’histoire de l’art comme un ornement accessoire destiné à embellir objets et images, le motif du cadre trouve dans les décors de la première modernité (1500-1700) un champ d’application aussi vaste que fécond, et permet de penser l’œuvre dans son ensemble comme un système unitaire organisant, parfois de façon étonnamment ludique, plusieurs niveaux de représentation et d’artifice.

 

TABLE DES MATIÈRES

Introduction

Clôture & sémiotique du cadre

Dans la marge, à travers le cadre et au-delà. Dispositifs d’encadrement dans les manuscrits enluminés romains, de Léon X à Paul III, Elli Doulkaridou-Ramantani, doctorante en histoire de l’art, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Cadre(s) gravé(s) : les affiches de thèse dans le décor éphémère de la soutenance académique, Gwendoline De Mûelenaere, docteur en histoire de l’art, université catholique de Louvain

Les cadres des azulejos baroques portugais, Rosário Salema de Carvalho (traduit de l’anglais par Édouard Degans), docteur en histoire de l’art de la faculté de lettres de l’université de Lisbonne

Le cadre dans l’art des jardins de la Renaissance : une figure de la transitio, Laurent Paya, ingénieur paysagiste (Agocampus Ouest, Angers), docteur en histoire de l’art (CESR, Tours)

Rhétorique & autonomie du cadre

La sculpture encadrée. Observations sur l’encadrement dans les ensembles sculptés italiens du XVIe siècle, Émilie Passignat, docteur en histoire de l’art (université de Strasbourg/università di Pisa), enseignante à l’università Ca’Foscari, Venezia

La pompe funèbre de Charles III ou les mensonges du cadre, Vincent Dorothée, diplômée de l’École supérieure des arts appliqués Duperré et de l’École Normale supérieure de Cachan, professeur agrégé d’arts appliqués à l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art Olivier de Serres (Paris, XVe), doctorant en histoire de l’art à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le frontispice comme encadrement : statuts et fonctions d’un système décoratif (Anvers, XVIe-XVIIe siècles), Annelyse Lemmens, doctorante en histoire de l’art à l’université catholique de Louvain

Cadres et encadrements dans l’architecture française à l’Âge classique, Catherine Titeux, architecte DPLG, docteur en histoire de l’art et archéologie de l’université Paris 4-Sorbonne, maître de conférences à l’École nationale supérieure d’architecture de Montpellier

Un ornement mobile et détachable : le cartouche dans les décors modernes, Caroline Heering, docteur en histoire de l’art de l’université catholique de Louvain, post-doctorante dans le cadre du projet Ornamenta Sacra (Belspo)

Perméabilité du cadre

Portes, cadres, ornements et figures feintes dans les systèmes décoratifs maniéristes italiens, Édouard Degans, membre associé au Centre François-Georges Pariset (université de Bordeaux Montaigne)

De la peinture au relief : à propos des ignudi de la Sala Regia du Vatican, Nicolas Cordon, docteur en histoire de l’art, université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Tapisseries réelles et feintes : dispositifs d’encadrement dans la série du Triomphe de l’Eucharistie de Rubens, Kristen Adams, doctorante à l’université de Ohio State (traduit de l’anglais par Caroline Heering)

Le cadre et son double : le jeu des peintures sur miroirs en Italie au XVIIe siècle, Sandra Bazin-Henry, docteur en histoire de l’art de l’université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne

Conclusion

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.