Les ruptures, figures du discours historique

Les ruptures, figures du discours historique, études rassemblées par Richard Leeman, Bordeaux, Centre F.-G. Pariset, 2005. 122 p.

Actes de la 5e journée d’études d’histoire de l’art moderne et contemporain

Table des matières

Avant-propos par Christian Taillard, professeur d’histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne Bordeaux III

Introduction par Richard Leeman, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne Bordeaux III

Attention ! Un train peut en cacher un autre !… – Werner Hofmann, Directeur honoraire de la Kunsthalle de Hambourg

La nature morte dans la hiérarchie des genres. Chronique d’une vraie fausse rupture – Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

De la rupture comme résurgence du caractère national – Dominique Jarrassé, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Les années 1820 en France ou la « bataille » romantique : historiographie d’un discours orienté – Catherine Martin, docteur en histoire de l’art, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

1888, le Talisman de Sérusier : analyse d’une transmission – Claire Barbillon, maître de conférences en histoire de l’art, université Michel de Montaigne-Bordeaux III ; annexe, « tableau des principales expositions dans lesquelles a été exposé le Talisman (1945-2001) »

In illo tempore… Ces légendes qui font l’histoire – Claude Frontisi, professeur émérite d’histoire de l’art, université Paris X-Nanterre

Deuil et ruptures de la Grande Guerre, entre mobilisation et démobilisation artistique – Annette Becker, professeur d’histoire, université Paris X-Nanterre

L’après-Rodin : « la bande à Schnegg », une rupture ? – Amandine Placin-Geay, docteur en histoire de l’art, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Historiographie soviétique depuis la mort de Staline : points de rupture et de contact entre l’histoire (de l’art) officielle et non officielle – Claude Ravant, journaliste, docteur en histoire de l’art

Le poststructuralisme, figure d’une historiographie « postmoderne » – Richard Leeman, maître de conférences en histoire de l’art, université Michel de Montaigne-Bordeaux III



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.