AVIS DE SOUTENANCE

M. PHILIPPE LAVIGNE présente ses travaux en soutenance le : 04 octobre 2013 à 14h15

en vue de l’obtention du diplôme : Doctorat Histoire de l’Art

Section CNU 22 – Histoire/civilisations : mondes modernes

Titre des travaux :

Représentations et Significations du mythe de l’Age d’Or dans les Arts figurés (XV-XVIIIème siècle)

Directeur : M. Christian TAILLARD

Adresse : Université Bordeaux 3 – salle des thèses
La soutenance est publique.

Membres du jury :

-Mme MARIANNE COJANNOT-LE BLANC (Professeur des Universités à l’Université Paris Ouest – Nanterre La Défense)

-Mme MARIANNE GRIVEL (Professeur des Universités à l’ Université Paris 4 – Sorbonne)

– Mme VERONIQUE MEYER (Professeur des Universités à l’Université de Poitiers)

– M. CHRISTAN TAILLARD (Professeur émérite à l’Université Bordeaux 3 – Michel de Montaigne)

 

Résumé de la thèse

Représentations et Significations du mythe de l’ Âge d’Or dans les Arts figurés (XV° – XVIII° siècles)

Sans héros ni intrigue, l’Âge d’Or occupe une place singulière dans le corpus des mythes ancestraux. On le retrouve en effet, sous des appelations diverses, dans nombre de cultures qui toutes, en leurs textes fondateurs, évoquent un temps fabuleux où l’humaine condition se nourrit d’idéale félicité. Cependant, c’est la sphère gréco-latine, vraisemblablement redevable de ces traditions antérieures, qui nourrit sa conception moderne. Hésiode parle ainsi d’une race d’or au commencement de l’Histoire et décrit une humanité insouciante et paisible, sous les auspices d’un éternel printemps, avant que s’amorce son déclin et que soit posée l’éventualité de sa régénération . La Grèce antique, Platon en particulier, utilisera cette source pour associer au mythe ses premiers développements philosophiques et politiques. Dans la continuité, le thème sera fréquemment utilisé à Rome, particulièrement dans la poésie de Virgile qui, le premier, mentionne un siècle d’or. Toutefois, l’apport de Virgile ne se limite pas à cette seule évolution terminologique. La quatrième églogue des Bucoliques qui, dans un contexte politique particulier, associe la régénération du temps à la naissance d’un enfant s’impose comme une référence majeure des évocations à venir. C’est ensuite la description qu’en donne Ovide dans les Métamorphoses qui fixe la représentation de l’Âge d’Or dans l’imaginaire collectif. Pourtant, si présent qu’il puisse être dans la littérature, l’Antiquité ne fournit pas de représentation figurée du mythe.

C’est essentiellement à l’aube du XV° siècle que l’on rencontre de l’Âge d’Or les premières expressions plastiques. Dès lors, leur fréquence et l’invention d’un modèle iconographique maintes fois repris vont concourir à ce que le mythe soit aujourd’hui devenu un lieu commun, le plus souvent vidé de sa force évocatrice première. Son succès aux débuts de l’époque moderne tient avant tout à ce que l’idée même de Renaissance lui est intimement liée. Or, et le fait se doit d’être souligné, cette dénomination, contrairement à d’autres – Antiquité, Moyen-Âge – a été proposée par des acteurs de l’époque, Vasari en l’occurrence, convaincus de vivre un nouvel Âge d’Or.

C’est dans le domaine du livre illustré que vont prendre place les premières représentations figurées du mythe. Dans ce domaine, la France tient un rôle précurseur. On les rencontre en effet dans les plus anciens manuscrits enluminés du Roman de la Rose, et plus précisément associées à la seconde partie de l’ouvrage où Jean de Meun fait ouvertement référence à Virgile et Ovide alors qu’il évoque la pureté des sentiments des « hommes du temps jadis ». Les images montrent ainsi des couples tendrement enlacés, parfois dans le cadre d’un jardin clos, le plus souvent en pleine nature. Dans ce dernier cas, elles ne sont pas sans évoquer une certaine rusticité, vraisemblablement héritée
de Lucrèce ; une option qui ne connaîtra pas une grande postérité.

Inspirées de ces premiers modèles, les illustrations françaises des Métamorphoses d’Ovide
sont d’une importance décisive pour l’iconographie de l’Âge d’Or. D’abord redevables des  ravures d’une édition strasbourgeoise de l’oeuvre de Virgile, elles se rapprochent de plus en plus du texte qu’elles enjolivent. Mais c’est assurément en 1557, lorsque paraît à Lyon La Métamorphose figurée que le mythe trouve son expression prototypique. Pour chaque épisode, le texte est réduit à un huitain ; la fonction de l’image est ainsi décuplée qui transmet au lecteur toute la poésie de la scène. Le graveur, Bernard Salomon, propose, pour l’Âge d’Or, simplement un vaste paysage arboré où prennent place plusieurs couples d’amoureux. La fortune de cette vignette est extraordinaire. Le livre connaîtra plusieurs éditions, des traductions en Italie, en Flandre et en Allemagne. Plus encore, l’illustration sera copiée jusqu’au XVII° siècle et l’on peut considérer qu’elle nourrit depuis une majorité des représentations du mythe, comme le leitmotiv d’une quête idéale.

Une édition des Métamorphoses se démarque cependant de cette tradition. Parue à Cologne en 1602-1604, elle est l’oeuvre d’un flamand, Crispin de Passe. Celui-ci présente pour illustrer l’Âge d’Or une scène de banquet. Nos recherches nous ont permis de demonter à sa source, à Rome, plus précisément la Loggia de Psyché de la villa Farnésine que décora Raphaël en 1517. Le caractère novateur de cette gravure, s’il marque la spécificité de la conception de l’Âge d’Or, en Flandre, à cette époque, permet aussi de remarquer que ce mythe aux frontières indéfinies est à même d’en appeler à d’autres pour nourrir sa symbolique et multiplier ses significations potentielles.

En effet, la force évocatrice de l’Âge d’Or le voit utilisé à d’autres fins que l’illustration d’ouvrages dont la nature d’ailleurs laisse supposer, derrière l’image, un large champ d’interprétation. Au rang de ces significations souvent mêlées, la fonction politique s’impose dans un premier temps. Concernant cet aspect, la Florence des Médicis est un exemple particulièrement significatif. Berceau de la Renaissance, la cité toscane voit très tôt associées l’idée d’Âge d’Or et la famille gouvernante. Laurent le Magnifique est ainsi présenté par les érudits et les artistes de son entourage comme le principal artisan de ce renouvellement des siècles. Le mythe fait alors l’objet de représentations où se mêlent mythologie, histoire et philosophie. Sous le gouvernement de Cosme Ier, les préoccupations dynastiques prennent une place plus importante et trouvent en Vasari un zélateur inspiré. Cette utilisation du mythe sera constante sous les Grands-ducs successifs, tant dans les fêtes publiques que dans les décors officiels. Pierre de Cortone, en 1637, y introduit cependant cette nouveauté qui consiste à faire de l’Âge d’Or non plus le début mais l’aboutissement d’un cycle. L’on peut considérer que le modèle encomiastique florentin s’étendra à toutes les cours européennes, particulièrement en France.

L’Âge d’Or, par la christianisation précoce de la quatrième églogue des Bucoliques et
certaines similitudes qui le relient au Paradis terrestre, fait également l’objet d’une interprétation religieuse. Si celle-ci rejoint les préoccupations politiques en France et dans l’Empire des Habsbourgs où le pouvoir est considéré comme étant de droit divin, la Flandre marque encore une fois sa spécificité en l’associant à un caractère davantage moralisateur. Toute la richesse du mythe, jusqu’à des questions existentielles, est ainsi abordée avec acuité durant cette période particulièrement prolifique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.