Renée Leulier, L’architecte André Portier (1702-1770) et l’art rocaille à Bordeaux

Mme Renée Leulier soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire de l’art le samedi 8 septembre 2018 à 9h00, dans la salle des thèses de la Maison de la Recherche. Cette thèse a été menée sous la direction de M. Christian Taillard, professeur émérite. La soutenance est publique.

Le jury sera composé de Mme Laurence Baudoux, maître de conférences HDR (université d’Artois), M. Laurent Coste, professeur des universités (université de Bordeaux Montaigne), M. Jean-Pierre Poussou, professeur émérite (université Paris 4 Paris-Sorbonne), Mme Hélène Rousteau-Chambon, professeur des universités (université de Nantes), de M. Christian Taillard, professeur émérite (université de Bordeaux Montaigne).

Résumé de la thèse

Les embellissements considérables, réalisés à Bordeaux durant le XVIIIe siècle, sont effectués, en grande partie, selon les vœux des intendants et les plans de leurs architectes.

Grâce à l’intendant Claude Boucher, Bordeaux se dote d’une place Royale, affichant ainsi une piété monarchique assez tardive par rapport aux autres villes de province. Le projet de l’architecte Héricé étant contesté par le Parlement, le contrôleur général Le Pelletier envoie l’architecte Jacques V Gabriel aplanir les différends. Non seulement il y parvient, mais en deux mois, durant l’été 1729, il met au point trois projets. L’un d’eux est retenu par la ville et, le 7 février 1730, le Conseil d’État prononce un arrêt en faveur de son exécution et nomme Jacques V directeur des travaux. Il emmène à Bordeaux deux hommes de confiance, François Bonfin, l’un des entrepreneurs des bâtiments du roi et André Portier (1702-1770), un jeune architecte de son bureau.

Quand Portier arrive à Bordeaux au cours de l’été 1730, il découvre une ville enserrée dans ses remparts où perdure encore le tracé de la fin du Moyen Âge. L’augmentation des faubourgs, surtout au nord et au nord-ouest, est le seul changement notable. Les rues et les habitations prolifèrent aux Chartrons où, extra muros au-delà du Château-Trompette, se forme une seconde ville. Le faubourg Saint-Seurin, à l’ouest, se densifie, tandis qu’au sud et au sud-ouest les faubourgs moins peuplés laissent une plus grande place aux vignes et aux jardins. Le tissu urbain de la ville ne change donc guère : aucun percement notable de rues n’a été effectué ; la rive n’est bordée que par l’amorce d’un quai ; les faubourgs sont mal reliés entre eux. La circulation est difficile autour de la ville qui garde un aspect très médiéval avec ses maisons de bois à colombages.

Formé chez Jacques V Gabriel, le jeune architecte a déjà travaillé sous ses ordres. En le faisant nommer inspecteur des travaux de la place Royale, son maître le charge de la conduite des travaux en tenant compte de ses avis. Portier dresse des procès-verbaux, procède aux toisés qui permettent d’estimer les ouvrages et assure leur réception : cette dernière opération est essentielle pour vérifier la qualité des ouvrages et payer les entrepreneurs.

Lorsque Gabriel père meurt en avril 1742, c’est son fils, Ange-Jacques Gabriel (1698-1782) qui poursuit son œuvre à Bordeaux mais le Premier architecte du roi s’en désintéresse de plus en plus. Contrairement à Jacques V, il se repose sur André Portier et lui délègue une partie des travaux. Sous l’autorité lointaine d’Ange-Jacques, il s’émancipe peu à peu. Le concours de l’inspecteur de la place Royale est plus important encore lors de l’achèvement de l’arrière place.

La réalisation de la place royale, avec la construction des hôtels des Fermes et de la Bourse et la mise en place de la statue équestre de Louis XV, est le point de départ de la transformation édilitaire de Bordeaux au XVIIIe siècle : le mur de ville remontant à l’époque médiévale est enfin ouvert du côté du fleuve.

À l’intendance de la Guyenne, Tourny a remplacé Boucher en septembre 1743. Face au manque d’intérêt de Gabriel fils pour ses ouvrages, le marquis de Tourny se tourne de plus en plus vers André Portier pour qui il a la plus grande estime et fait de lui son architecte. Sous sa direction et grâce à son appui, Portier modifie profondément l’architecture et l’urbanisme bordelais.

Fortement marqué par l’esprit de son maître, Portier reprend certaines des idées de Jacques V Gabriel comme les allées en avant du glacis du Château-Trompette ou la façade sur les quais le long de la Garonne : les allées de Tourny trouvent leur origine dans son troisième projet pour la place Royale, l’aménagement de la façade des quais a été commencé par « l’îlot Gabriel » établi au sud de l’hôtel des Fermes.

Durant quatorze ans, l’intendant fait rationaliser par l’architecte le pourtour de la ville, dans un souci d’embellissement urbain et de préoccupation hygiéniste. Le système défensif rendu obsolète par l’évolution des techniques militaires cède la place à de larges cours plantés d’ormeaux le long desquels des bâtiments, aux élévations ordonnancées, occultent les remparts contre lesquels ils s’appuient. Ces longues voies rectilignes relient de nouvelles entrées de ville qui s’ouvrent sur la campagne et le fleuve : les portes de Tourny (1744-1750), Dijeaux (1744-1750), Dauphine (1746-1751), de Bourgogne (1750-1755) et d’Aquitaine (1754-1757) s’inscrivent dans un alignement de constructions homogènes, à l’articulation de deux places. Un simple dégagement, ménagé du côté de l’agglomération, conduit à des rues rectilignes qui pénètrent le bâti, tandis qu’une place à programme – de plus amples dimensions – s’étend du côté des faubourgs. Partout les remparts s’effacent mais la barrière d’octroi demeure.

Le long du Château-Trompette, les allées de Tourny et la rue des fossés du Chapeau-Rouge sont dévolues à la promenade ; elles s’ouvrent sur la campagne et le port par des portes à claire-voie. En homme des Lumières, amateur de jardins, Tourny accorde toute son attention à la création du Jardin public. Portier conçoit la terrasse au sud qui compense la forte dénivellation du terrain tout en permettant de contempler les parterres. Le jardin est aussi mis en valeur par le cadre architectural : sur la terrasse se dressent des portiques et, à chacune de ses extrémités, un logis pour les gardes. Au nord du jardin est installée l’école d’équitation : Portier donne les plans du manège qui sont légèrement modifiés par Ange-Jacques Gabriel. Le Jardin public est l’une des pièces maîtresses du grand programme urbain de l’intendant et de son architecte car il permet de relier les faubourgs Saint-Seurin et des Chartrons mais également ces faubourgs à la ville.

La façade des quais est un ensemble décoratif joignant la grandeur à l’élégance, qui correspond à l’alignement des maisons « uniformément bâties » s’étirant de la place de la Bourse au n°4 du quai de la Monnaie, puis avec une élévation différente, jusqu’à la porte de la Monnaie. Si la façade n’est qu’un des embellissements de la ville, elle demeure cependant le principal d’entre eux comme l’affirme le marquis de Tourny à l’intendant des Finances, M. de Courteille : « de l’exécution entière dudit projet, il résultera qu’il y aura de fait, le long du port, quelque chose de très beau, et peut-être unique en France ».

À la demande de l’intendant, André Portier conçoit notamment les plans de la Halle aux poids, de l’hôtel de l’Intendance, de l’Hôtel de ville et du Collège de Guyenne, de l’hôpital des Enfants-Trouvés, de l’hôtel de la Monnaie, mais aussi de l’église Saint-Louis des Chartrons… Seule une partie de ces œuvres est réalisée.

Tourny remarque et encourage le réel talent d’urbaniste de Portier en favorisant ses desseins. Grâce à ce dernier, Bordeaux se trouve doté d’une périphérie qui élargit notablement l’espace urbain : l’architecte trace le nouveau périmètre de la cité, la ville et sa banlieue sont englobées dans le même système de voirie.

Très vite, André Portier est sollicité par une clientèle privée : se procurer les services de l’inspecteur de la place Royale est, pour les plus fortunés, la seule solution envisageable afin de bénéficier du confort de nouveaux appartements et de montrer ainsi leur rôle social et leur fortune. Il donne les plans de plusieurs hôtels particuliers entre 1739 et 1744 : les hôtels Lecomte de Latresne, Leberthon, de Ruat, de Saint-Savin.

Tourny, nommé conseiller d’État en 1755, revient à Paris en 1757 après avoir initié son fils, Claude-Louis, aux fonctions qu’il devait remplir mais le nouvel intendant n’est que le pâle successeur de son père. Les projets pour l’hôpital des Enfants-Trouvés et le petit séminaire marquent le pas, Portier doit subir les réclamations incessantes des juges-gardes et modifier les plans de l’hôtel de la Monnaie sans que Tourny fils ne leur impose des limites.

En 1759, il s’absente souvent. L’année suivante, il se fait plus rare encore et finit par séjourner continuellement dans ses terres en Touraine. Cet architecte, qui a joué un rôle majeur dans la transformation de Bordeaux au XVIIIe siècle, abandonne ses fonctions « sans réclamer de pension ni d’autres grâces pécuniaires ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.