Archives par mot-clé : Peinture

Les ruptures, figures du discours historique

Les ruptures, figures du discours historique, études rassemblées par Richard Leeman, Bordeaux, Centre F.-G. Pariset, 2005. 122 p.

Actes de la 5e journée d’études d’histoire de l’art moderne et contemporain

Table des matières

Avant-propos par Christian Taillard, professeur d’histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne Bordeaux III

Introduction par Richard Leeman, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne Bordeaux III

Attention ! Un train peut en cacher un autre !… – Werner Hofmann, Directeur honoraire de la Kunsthalle de Hambourg

La nature morte dans la hiérarchie des genres. Chronique d’une vraie fausse rupture – Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

De la rupture comme résurgence du caractère national – Dominique Jarrassé, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Les années 1820 en France ou la « bataille » romantique : historiographie d’un discours orienté – Catherine Martin, docteur en histoire de l’art, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

1888, le Talisman de Sérusier : analyse d’une transmission – Claire Barbillon, maître de conférences en histoire de l’art, université Michel de Montaigne-Bordeaux III ; annexe, « tableau des principales expositions dans lesquelles a été exposé le Talisman (1945-2001) »

In illo tempore… Ces légendes qui font l’histoire – Claude Frontisi, professeur émérite d’histoire de l’art, université Paris X-Nanterre

Deuil et ruptures de la Grande Guerre, entre mobilisation et démobilisation artistique – Annette Becker, professeur d’histoire, université Paris X-Nanterre

L’après-Rodin : « la bande à Schnegg », une rupture ? – Amandine Placin-Geay, docteur en histoire de l’art, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Historiographie soviétique depuis la mort de Staline : points de rupture et de contact entre l’histoire (de l’art) officielle et non officielle – Claude Ravant, journaliste, docteur en histoire de l’art

Le poststructuralisme, figure d’une historiographie « postmoderne » – Richard Leeman, maître de conférences en histoire de l’art, université Michel de Montaigne-Bordeaux III


La place du spectateur et la participation

La place du spectateur et la participation, études rassemblées par Sabine du Crest et Arnauld Pierre, Bordeaux, Centre F.-G. Pariset/Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 2003. 84 p.

Actes de la 4e journée d’études d’histoire de l’art moderne et contemporain

Table des matières

Avant-propos par Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III, et Arnauld Pierre, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, université de Paris-Sorbonne

1. Histoire de l’art et histoire moderne : le spectateur romain au XVIIe siècle en question

De l’invisibilité des tableaux : le cas des œuvres du Caravage à Saint-Louis-des-Français de Rome – Matthias Waschek, responsable de la programmation de l’histoire et de l’archéologie à la direction de l’auditorium du musée du Louvre

La mystique baroque entre vision de l’œuvre et contemplation – Christian Renoux, maître de conférences en histoire moderne à l’université d’Orléans

Si loin, si proche : détail et sens de l’œuvre au XVIIe siècle – Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

2. Histoire de l’art et littérature contemporaine : la participation du spectateur aux XIXe et XXe siècles

Le point de vue de Lessing. Dramaturgie, intrigue, perspective – Danielle Chaperon, professeure-associée, section de français, université de Lausanne et Philippe Kaenel, professeur associé d’histoire de l’art contemporain, université de Lausanne

« L’œuvre à faire soi-même » : participation et transformation de l’objet d’art dans les œuvres de Lygia Clark et Yoko Ono – Anna Dezeuze, doctorante, Courtauld Institute

De l’œil au corps : place et participation du spectateur dans l’environnement cinétique – Arnauld Pierre, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, université de Paris-Sorbonne

Collections et marché de l’art en France au XVIIIe siècle

Collections et marché de l’art en France au XVIIIe siècle, études rassemblées par Patrick Michel, Centre F.-G. Pariset/université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 2002.

Actes de la 3e journée d’études d’histoire de l’art moderne et contemporain

Table des matières

Préface d’Antoine Schnapper, professeur émérite d’histoire de l’art moderne, université de Paris-Sorbonne

1. Approches monographiques : collections et collectionneurs

La collection de Pierre-Louis Éveillard de Livois (1736-1790) et le goût pour la peinture française du « Grand Siècle » dans les années 1770 et 1780 – Guillaume Faroult, musée du Louvre

La collection de tapisseries de Monseigneur Champion de Cicé : légende ou réalité ? – Marc Favreau, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Louis-François Hazard, maître cordonnier et collectionneur – Armelle Jacquinot, Institut universitaire européen de Florence

Le cardinal de Bernis, ambassadeur des arts à Rome : mécène et collectionneur – Virginie Larre, doctorante, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

2. Approches régionales

Acheter des œuvres d’art en province au XVIIIe siècle. L’exemple de la Bretagne – Gauthier Aubert, maître de conférences en histoire moderne, université Rennes 2 Haute-Bretagne

Reflet d’une passion : collectionneurs, amateurs et curieux à Lille au XVIIIe siècle – Elyne Olivier-Valengin, doctorante, université de  Paris I Panthéon-Sorbonne

Annexe. Premiers éléments biographiques sur quelques amateurs lillois.

Amateurs d’art et de curiosités à Lille au XVIIIe siècle : un nouvel éclairage à partir des catalogues de ventes – Sophie Raux, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Charles de Gaulle-Lille III

Annexe. Liste des catalogues de ventes intéressant l’art ou la curiosité, publiés à Lille entre 1746 et 1815.

Les collections des magistrats du Parlement de Bordeaux au XVIIIe siècle – Hervé Tokpassi, doctorant, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

3. Approches méthodologiques

Proposition pour une topographie du marché de l’art parisien sous la Régence autour du Palais Royal et de l’hôtel Crozat – Françoise Mardrus, chargée de mission auprès de la direction du musée du Louvre

Les catalogues raisonnés de Gersaint et la question des attributions – Guillaume Glorieux, maître de conférences, université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand

Sur quelques collections d’artistes au XVIIIe siècle – Marianne Roland-Michel

Les collections parisiennes et leurs visiteurs au XVIIIe siècle – Patrick Michel, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Collections et marché de l’art au XVIIIe siècle à travers les archives du Ministère des Affaires étrangères – Isabelle Richefort, conservateur en chef du patrimoine, responsable du Département des Archives historiques du Ministère des Affaires étrangères, et Jérôme Cras

Arts et identités régionales

Arts et identités régionales, études rassemblées par Dominique Jarrassé, Bordeaux, Éditions Bergeret, 2001. 112 p.

Actes de la 1ère journée d’études d’histoire de l’art moderne et contemporain, novembre 1998.

Table des matières

1. Arts et identités régionales au XIXe siècle

De quelques identités régionales et de quelques problèmes de définition – Dominique Jarrassé, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Le désert, une image emblématique du paysage provençal sous le Second Empire – Jean-Roger Soubiran, professeur d’histoire de l’art contemporain, université de Poitiers

Une école toulousaine ? 1888-1914 : hypothèses,vérifications, conclusions – Luce Barlangue, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Paul Valéry-Montpellier III

Un aspect de la peinture bayonnaise : « l’École de Bayonne » à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle – Florence Guionneau-Joie, doctorante, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

L’identité juive portugaise au XIXe siècle en Aquitaine à travers l’architecture et l’art funéraire – Dominique Jarrassé, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

2. La question de l’architecture bordelaise

Maisons privées sous le règne de Louis XIV : naissance et affirmation du classicisme bordelais – Laurent Chavier, doctorant, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

 Permanence de la construction traditionnelle et apparition d’un décor « nouveau » dans l’architecture bordelaise du derniers tiers du XVIIIe siècle – Philippe Maffre, Inventaire Aquitaine/docteur en histoire de l’art