Appel à communication – Investigating “lateness” in Early Modern Art and Architecture

61st Annual Meeting of the Renaissance Society of America – Berlin, 26-28 March, 2015

Investigating “lateness” in Early Modern Art and Architecture

This panel seeks to engage with notions of lateness and what constitutes lateness in the artistic and architectural production of the early modern period. What does it mean for something to be late? How has the concept of lateness been applied to art and architecture during the early modern period, and in what ways has modern scholarship adhered to progress models of stylistic change that presuppose a nascent, fully-realized, and late style in art? How do we explain ‘medieval’ artistic forms that persist well into the seventeenth century and pose problems to existing periodizations?

We invite papers that address the concept of lateness across different media, and a broad geographical range in the early modern period. Papers could explore topics such as:

•The persistence of enduring and/or conservative styles in art or architecture

•“Mature style” – perceived differences in artworks created late in an artist’s life versus those created earlier in his or her oeuvre

•Artworks that received recognition and praise long after their creation

•Examinations of existing periodizations

•“Hybridity” and eclectic styles in art and architecture

•Renaissance Gothic

Please submit an abstract (no more than 150 words), along with a title and keywords, as well as a brief CV to Jennifer Gear ( gearj@umich.edu ) by Monday, 2 June 2014.

Co-organizers: Jennifer Gear and Alice Isabella Sullivan, Department of the History of Art, University of Michigan, Ann Arbor

more information :
http://www.rsa.org/?page=2015Berlin

Avis de soutenance de thèse de Xuehui ZHANG le 19 mai – Peinture et philosophie dans la Chine du XVIIIè siècle des Mings : Shi Tao et Zhu Da

Mme Xuehui Zhang présente ses travaux en soutenance le : 19 mai 2014 à 14h00

Université Bordeaux Montaigne – Salle des thèses – Bâtiment Accueil 2ème étage

En vue de l’obtention du diplôme : Doctorat Histoire de l’art

La soutenance est publique.

Titre des travaux : Peinture et philosophie dans le Chine du XVIIe siècle des Mings : Shi Tao et Zhu Da

Ecole doctorale : Montaigne-Humanités

Formation doctorale : DEA Histoire, économie et art, des origines des temps modernes aux temps présents

Section CNU : 22 – Histoire/civilisations : mondes modernes

Unité de recherche : Equipe d’accueil et de recherche en Histoire de l’Art

Directeur : M. Christian Taillard, Professeur émérite

Membres du Jury :

M. Philippe Loupes, Professeur émérite, Université Bordeaux Montaigne

M. Jean-Pierre Poussou, Professeur émérite, Université Paris IV Paris-Sorbonne

Mme Hélène Rousteau-Chambon, Professeur des Universités, Université Nantes

M. Christian Taillard, Professeur émérite, Université Bordeaux Montaigne

 

Résumé de la thèse :

Au XVIIe siècle, la Chine connaît une période d’effervescence intellectuelle extraordinaire, de transformations économiques et sociales, mais également de grands bouleversements politiques: en 1644, l’ancienne dynastie des Ming est renversée par les Mandchous, qui fondent la nouvelle dynastie des Qing (1644-1911).

Sous les dynasties Ming et Qing, l’organisation du pouvoir dans la société chinoise reste certes de type féodal mais, dés le milieu de l’époque Ming, les choses bougent : les bases d’une société capitaliste sont établies, les centres urbains se vouent au commerce, l’artisanat prend de l’ampleur, une économie matérielle et une société de plus en plus hierarchisée se développent, faisant naître une demande croissante de biens culturels.

Les Quatre bonzes vivaient à la fin de la dynastie Ming et du début de la dynastie Qing. Ils ont connu la chute de la dynastie Ming. Dans les bouleversements sociaux qui ont suivi la prise du pouvoir par les Mandchous, un certain nombre de peintres ont continué à prêter allégeance à la dynastie déchue des Ming. Par leurs poèmes et peintures, ils exprimaient leur opposition à la domination des Mandchous et leur attitude de non collaboration avec l’occupant. Beaucoup d’entre eux se sont faits bonzes afin de fuir un monde hostile.

Ces bonzes les plus remarquables étaient les peintres Hong Ren, Kun Can, Shitao et Zhu Da. Soit en tant membre de la famille impériale de la dynastie Ming, soit en tant que partisan de la dynastie précédente, ils ne voulaient pas suivre le gouvernant de la dynastie Qing; donc, ils ont créé un nouveau style anti-orthodoxe en soulignant l’expression de la personnalité.

Shi Tao, artiste aux talents très variés, autant de poésies et d’essais, se penche aussi sur la peinture et la calligraphie. Ses peintures sont d’une valeur exceptionnelles, qu’il s’agisse de paysages des monts et des fleuves ou de plantes (Chlorophytums et bambous). Même si elles se souviennent des points forts des ancêtres de toutes les générations historiques, ses peintures de paysage ne se limitent pas à la tradition orthodoxe de telle école ou courant. Il est à la fois héritier de techniques traditionnelles parfaitement assimilées et précurseur de la peinture aquatique de sa génération. La nature,qui constitue l’inspiration principale de ses œuvres, lui fournit des sources pour perfectionner et diversifier sa technique de création picturale.

Shi Tao s’est opposé aux conventions routinières et a préconisé le développement de la personnalité. Cette opinion était originale à son époque. Il ne suit pas les règles traditionnelles de la peinture quand il décrit des éléments de la nature, comme les oiseaux et les fleurs, les chlorophytums et les bambous. Sa peinture émane du fond de son cœur. Sa manière de faire couler les encres et d’utiliser le pinceau varie selon son intérêt ou ses besoins. C’est là son originalité.

Sa vie est donc marquée par une contradiction entre le rêve et la réalité. Il a envie d’accomplir ses ambitions politiques en raison de son origine impériale, et pourtant, en tant qu’artiste, il tend à s’éloigner des hommes politiques.

La pensée philosophique de Shi Tao se présente, d’une manière implicite, dans toutes les formes de sa peinture. Mais pour ce qui est de son expression explicite, ses idées apparaissent le plus souvent dans la postface ou la préface de ses tableaux. Cette réflexion, de plus, est structurée sous la forme d’un système cohérent avec un concept original.

Dans « Propos sur la peinture du moine citrouille-amère » il témoigne de la haute idée qu’il se fait du geste de peindre. Il fonde sa pensée hors du temps, au delà des œuvres et des écoles et s’inscrit dans une longue tradition tout en exprimant par écrit une volonté d’invention formelle et d’expression personnelle qui ouvre la voie à la modernité.

Le fief de la famille de ZHU Da (1626-1705) avait été à Nanchang sous les Ming, Nanchang a été considéré à ce titre comme son lieu d’origine. Après l’extinction de la dynastie Ming, ZHU Da est d’abord devenu moine, et puis prêtre. Quand il était dans le Temple Jianqingyunpu de Nanchang, il a fait le sourd et le muet en collant le mot « muet » sur la porte, et en ne communiquant avec les autres que par signes.

La peinture de Zhu Da, pâle et austère, simple et distante, semble vraiment à l’image de son âme. Il a connu la douleur de la ruine du pays, sans aucun autre centre d’intérêt que les paysages, sans aucun autre moyen de s’évader que l’alcool et la poésie, n’ayant pour amis que des paysans et les vagabonds. De sa moralité irréprochable, le pinceau, l’encre créent naturellement l’idéal; mais ses sentiments profonds se cachent aussi  en dehors du pinceau et de l’encre.

Les poissons, les merles huppés de Chine, les canards et les chats peints par lui étaient tous récalcitrants, la tête haute. Leurs yeux sont excessivement ouverts, les prunelles, noires et grandes, sont dans le coins de l’oeil, ce qui leur donne l’air de mépriser toutes choses.

Son style très varié, mais aussi très rythmique, mis en parfaite harmonie avec la nature raffinée, est le résultat de la combinaison naturelle d’une recherche inlassable menée toute sa vie durant et de la combinaison de son inspiration et de sa dextérité. C’est cette originalité de Ba Da Shan Ren qui le rend unique et irremplaçable dans l’histoire de la peinture classique chinoise. Chez lui, le noir a différentes expressions et sensibilités, la couleur noire peut par elle-même, rendre les nuances d’intensité, les reliefs par les degrés de tons du gris dilué au noir profond. C’est un langage particulier exprimé par l’encre, sa dilution et sa concentration.

Il connut une vie mouvementée et nous laissa une œuvre abontante. Ses propos créatifs sur la peinture ont exercé et exercent encore une influence profonde sur la postérité. Depuis plusieurs siècle, les recherches sur ce grand peintre et l’assimilation de ses techniques sont aussi poussées que profondes. Malgré la spécificité de chacun des nombreux commentaires, l’avis général est que les virages de sa vie représentent les caractéristiques de son art et le style de sa création, et traduisent l’essence de ses oeuvres peintes.

Les vies de SHI Tao et ZHU Da sont remplies par les turbulences, de grands bouleversements et une riche variété d’expériences lourdes. Cette pression là, les pousse à s’éloigner de la tradition artistique classique, en exprimant, chacun à sa façon, la tristesse, la joie, ou l’excitation.

 

 

Journées d’études internationales : Jeux et enjeux du cadre dans les systèmes décoratifs à l’époque moderne | Paris, 9-10 mai 2014

Journées d’études internationales 

Paris, 9-10 mai 2014

Affiche jpg

Centre d’histoire de l’art de la Renaissance
HiCSA, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Centre de recherches François-Georges Pariset
Université Bordeaux Montaigne
Groupe d’analyse culturelle de la première modernité
Université catholique de Louvain

Pouvant être considérés comme de véritables systèmes, les décors modernes s’imposent comme un phénomène propre de la pratique artistique, qu’il convient d’étudier comme tel. Le décor atteint en effet entre les XVe et XVIIIe siècles un degré d’élaboration et de complexité tout particulier, multipliant les dispositifs de présentation du discours visuel tout en intégrant les contraintes spatiales imposées par ses supports.

Ces journées d’études entendent appréhender l’originalité de ce phénomène à travers la question du cadre. Souvent laissé à la marge des études sur le décor, le cadre en constitue pourtant l’une des dimensions essentielles, qui en conditionne non seulement les modes de perception mais permet aussi d’en comprendre les mécanismes de fonctionnement. En effet, si les systèmes décoratifs sont par excellence, à l’époque moderne, le lieu d’une expérimentation des frontières entre l’espace réel et celui de la représentation, c’est notamment à travers des jeux d’encadrement subtils et variés, que nous aurons à cœur d’explorer au cours de cette rencontre.


Comité organisateur : Nicolas Cordon, Édouard Degans, Elli Doulkaridou, Caroline Heering

Comité scientifique : Pascal Bertrand, Nicolas Cordon, Édouard Degans, Ralph Dekoninck, Elli Doulkaridou, Caroline Heering, Philippe Morel, Victor Stoichita

Institut national d’histoire de l’art
Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – 75002 Paris

Programme :


Vendredi 9 mai
Institut national d’histoire de l’art, Salle Jullian


10h00 – Accueil des participants

10h15 – Ouverture des journées d’études par Philippe Morel (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

10h30 – Introduction et présentation des journées d’études par Nicolas Cordon, Édouard Degans, Elli Doulkaridou et Caroline Heering


Autonomie du cadre
Président de séance : Pascal Bertrand (Université Bordeaux Montaigne)11h00

11h00 – Caroline Heering (UCL)
Un ornement mobile et détachable : le cartouche dans les systèmes décoratifs modernes

11h20 – Laurent Paya (CESR, Tours)
Les « Compartiments » et « Bordures » des jardins maniéristes : dynamiques ornementales et glissements métonymiques

11h40 – Vincent Dorothée (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)
La Pompe funèbre de Charles III ou les mensonges du cadre

12h00 – Discussion

12h30 – Déjeuner


Encadrer l’écrit
Président de séance : Agnès Guiderdoni (FNRS UCL)

14h00 – Marina Vidas (The Royal Library, Copenhagen)
Framing strategies in three Italian fifteenth-century illuminated manuscripts

14h20 – Elli Doulkaridou (Université Paris I Panthéon-Sorbonne/INHA)
Dans la marge, à travers le cadre et au-delà : dispositifs d’encadrement dans les manuscrits enluminés romains, de Léon X à Paul III

14h40 – Discussion

15h10 – Pause

15h40 – Annelyse Lemmens (FNRS UCL)
Le frontispice comme encadrement : statuts et fonctions d’un système décoratif (Anvers, XVIe-XVIIe siècles)

16h00 Gwendoline de Mûelenaere (FNRS UCL)
Les encadrements gravés des affiches de thèse dans le décor des soutenances publiques (XVIIe-XVIIIe siècles)

16h20 – Discussion


Samedi 10 mai
Institut national d’histoire de l’art, Salle Jullian


Perméabilité et transgression du cadre
Président de séance : Philippe Morel (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

09h30 – Édouard Degans (Université Bordeaux Montaigne/Università degli Studi di Firenze)
Portes, cadres, ornements et figures feintes dans les systèmes décoratifs maniéristes

09h50 – Kristen Adams (Ohio State University)
Tapestries Real and Feigned: Framing Devices in Rubens’s Triumph of the Eucharist Series

10h10 – Discussion

10h40 – Pause

11h00 Sandra Bazin (Université Paris IV Sorbonne)
Des « tableaux mouvants » : rôles et enjeux de l’encadrement des miroirs dans la mise en scène des grands décors aristocratiques en Europe (XVIIe-XVIIIe
siècles)

11h40 – Lauren Cannady (Centre allemand d’Histoire de l’art)
Framing nature: rococo decoration for a cabinet de curiosités.

12h00 – Discussion

12h30 – Déjeuner


Cadre, mur et relief
Président de séance : Ralph Dekoninck (UCL)

14h00 – Nicolas Cordon (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)
L’Ignudo de Michel Ange et sa version de stuc : le cadre comme attribut

14h20 – Émilie Passignat (Université de Pise)
La sculpture encadrée : observations sur l’encadrement dans les ensembles sculptés aux
XVIe et XVIIe siècles

14h40 – Discussion

15h10 – Pause

15h40 – Catherine Titeux (École Nationale supérieure d’Architecture de Montpellier)
Cadres et encadrements dans l’architecture française des XVI et XVII siècles

16h – Discussion

16h20 – Remarques conclusives

Télécharger le programme (PDF)

Captures-décran4

Appel à contribution : Jardins, paysages et sociétés dans l’océan Indien. Deuxièmes Entretiens du Patrimoine de l’océan Indien 29 septembre – 1er octobre 2014 Saint-Denis, La Réunion

Organisé par la Direction des affaires culturelles – océan Indien, l’Institut
national du patrimoine, le Rectorat de l’académie de La Réunion et l’École
supérieure d’architecture de Montpellier, antenne du Port (La Réunion)

Le colloque organisé, en 1994, par la Maison française du meuble créole « Les jardins, organisation de l’espace et construction du paysage » et les premiers Entretiens du patrimoine de l’océan Indien, en 2011, ont affirmé l’idée que « le pourtour de l’océan Indien résonne de correspondance architecturales et urbaines ». En 2014, le fil conducteur des deuxièmes Entretiens du Patrimoine de l’océan Indien est, au travers des jardins et des paysages, la poursuite du questionnement sur ces correspondances et sur les manières d’habiter les territoires par ses sociétés parentes tout autant que différentes en grande mutation ; il s’agit de les interroger aussi bien du point de vue de la transmission que de la création.

Cette manifestation devra respecter un juste équilibre pour le choix des intervenants de la zone géographique indiano-océanique autour des trois objectifs suivants :

• faire le point sur la politique des jardins et la question du paysage dans le contexte régional où territoires et sociétés sont en mutation accélérée,
• créer un réseau des jardins botaniques dans l’océan Indien,
• lancer les premiers jalons d’une route des jardins.

Axe 1 : Le paysage à La Réunion et dans l’océan Indien

– Les spécificités des climats et l’évolution des systèmes climatiques
– Quelles sont les particularités du paysage à La Réunion et dans l’océan Indien ?
– Comment s’est-il transformé depuis l’époque coloniale et les différents apports culturels ?
– Quel apport de l’archéologie à la connaissance des paysages ?
– Quelle est la part d’endémisme dans le patrimoine naturel de La Réunion, voire à l’échelle des Mascareignes et de l’océan Indien ? Cette notion peut-elle s’appliquer aux représentations culturelles de leurs paysages et de leurs identités sociales ?
– Quelle est la conséquence de la création du parc national et son inscription au patrimoine mondial dans la politique paysagère et patrimoniale de l’île ?
– Comment la dimension culturelle de la biodiversité (par exemple : savoirs « vernaculaires » de la nature, pharmacopées traditionnelles, imaginaires des plantes, des animaux et des écosystèmes, etc.) peut-elle être prise en compte ?
– La pratique du jardin dans l’aire indiano-océanique

Axe 2 : Le paysage et les jardins : un outil pour penser ensemble l ’écologique, le social et le culturel

– Comment les paysages et les manières d’habiter vont-ils poursuivre leur évolution ? Le regard de l’ethno-botaniste.
– Quelle sera la part de création nécessaire à la réinvention de paysages et à l’émergence de nouveaux jardins ?
– Comment envisager de conserver les usages sociaux de ces territoires en voie de mutation ?
– Où sont les traces et les sources de ces mutations ? Comment conserver la mémoire de la
transformation du paysage et aborder ainsi celle des sociétés qui l’ont élaboré ?
– Nature et patrimoine de l’océan Indien : « culture du risque » et risque pour le patrimoine culturel
– Y-a-t-il des spécificités de l’économie du paysage dans l’aire indiano-océanique ?

Axe 3 : La valorisation du patrimoine naturel et culturel

– Quels sont les outils de protection et de conservation ? Sont-ils adaptés aux enjeux identifiés?
– Bref inventaire et état des lieux des types de patrimoine et des diverses protections sur l’ensemble de la zone
– Comment conjuguer protection et évolution ?
– Pour une route des jardins et un réseau des jardins botaniques

o Comment la création de jardins dans un réseau de collecte de plantes médicinales pourra-telle participer à la conservation de la médecine traditionnelle ?
o Comment les fonctions du paysage et des jardins, qu’elles soient économiques, culturelles ou encore religieuses, pourront-elles perdurer et se transformer ?


Les propositions de contribution sont à envoyer conjointement à :

• Marc Nouschi : marc.nouschi@culture.gouv.fr
• Gennaro Toscano : gennaro.toscano@inp.fr

Les propositions de contribution seront envoyées, en français et en anglais, avant le 30 avril 2014 aux personnes mentionnées ci-dessus. Elles comprendront :

• Un intitulé,
• Un texte de 1500 signes,
• Les coordonnées de l’auteur ainsi que l’institution de rattachement.

Les actes du colloque seront publiés par l’École supérieure d’architecture de Montpellier.

Lieu de la tenue du colloque :
Saint-Denis, La Réunion

Déroulement du colloque :
lundi 29 septembre au mercredi 1er octobre 2014

Comité scientifique :
– Anouk Bassier, adjointe au directeur des études du département des conservateurs, chargée de la formation permanente, Institut national du patrimoine
– Serge Briffaud, directeur, CEPAGE – Centre de recherche sur l’histoire et la culture du paysage, Bordeaux
– Hervé Brunon, historien des jardins et du paysage, chercheur au CNRS, Centre André Chastel (UMR 8150), Paris Sorbonne
– Olivier Damée, architecte paysagiste, Paris
– Emmanuel Etienne, adjoint au sous-directeur des monuments historiques et des espaces protégés, service du patrimoine, ministère de la culture et de la communication
– Laurent Heulot, directeur de l’École nationale supérieure d’architecture de Montpellier (ENSAM)
– Vincent Lefévre, sous-directeur des collections, service des musées de France, ministère de la culture et de la communication
– Isabelle Maréchal, chef du service du patrimoine, ministère de la culture et de la communication
– Monique Mosser, historienne de l’art, de l’architecture et des jardins, ingénieur honoraire au CNRS
– Marc Nouschi, directeur, direction des affaires cultuelles – océan Indien
– Gennaro Toscano, directeur des études du département des conservateurs, directeur de la recherche et des relations scientifiques, Institut national du patrimoine

Suivi du comité scientifique :
– Sarah Lubineau, chargée des manifestations culturelles et scientifiques, Inp : sarah.lubineau@inp.fr

Télécharger l’Appel à Contribution
Download the Call for Paper

Appel à candidature : Bourse de recherche à Paris (INHA)

Pour effectuer un séjour de recherche à Paris durant l’année 2014, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) met à la disposition de chercheurs résidant hors Ile-de-France, douze défraiements de 500 euros (remboursement sur justificatifs).

Peuvent candidater: les doctorants inscrits dans une université européenne; les chercheurs engagés dans la vie professionnelle (maîtres de conférences, conservateurs du patrimoine, conservateurs territoriaux du patrimoine et attachés de conservation), sans condition de nationalité.

Le dossier de demande comprendra : – un curriculum vitae – une lettre de motivation adressée au Directeur Général de l’INHA, à l’attention du directeur du département des Etudes et de la recherche.
Ce courrier détaillera le projet scientifique, ainsi que les motifs de la recherche en région parisienne, la durée et la période envisagée.

Les demandes seront envoyées par courrier électronique à : der-dir@inha.fr avant le 31 janvier 2014 en spécifiant comme sujet : Séjour de recherche à Paris.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter le secrétariat du Département des études et de la recherche par courrier électronique : der-dir@inha.fr ou par téléphone au 01 47 03 85 81.

télécharger le PDF

 

APPEL A COMMUNICATIONS – FORTIFIER LA MONTAGNE (XVIIIe – XXe SIECLES) : HISTOIRE, RECONVERSION ET NOUVELLES PERSPECTIVES DE MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE MILITAIRE DE MONTAGNE


Colloque international sous la direction scientifique d’Émilie d’Orgeix (Bordeaux Montaigne, EA538-Centre FG Pariset) et de Nicolas Meynen (Toulouse II–Le Mirail, FRAMESPA/UMR5136 CNRS), en partenariat avec l’association Valoriser les Patrimoines Militaires.

Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014
Maison de la Recherche, Université de Toulouse II – Le Mirail

Argumentaire

Le patrimoine militaire constitue encore un champ d’étude largement en friche. Bien que les travaux se soient multipliés depuis quelques décennies, force est de constater que la définition, la connaissance et la mise en œuvre de pratiques architecturales et urbaines restent rares pour des objets patrimoniaux, dont la singularité, la pluralité, voire la sérialité, sont souvent confondantes. Si historiens et architectes du patrimoine ont abordé le sujet, ils l’ont généralement fait de manière contextuelle, privilégiant la multiplication d’histoires, de technicités locales et de questionnements ponctuels. Cette veine essentiellement historique et régionaliste, bien qu’elle ait activement participé de la constitution d’un paysage architectural militaire national, ne saurait assurer à elle seule la pérennité des recherches dans le domaine.

fortif montagne

Ce constat est à la source du présent programme de recherche commencé en 2012. Fruit d’une collaboration envisagée sur le long terme entre les universités de Toulouse II Le Mirail (Nicolas Meynen) et de Bordeaux Montaigne (Emilie d’Orgeix), il invite à opérer un renouvellement des problématiques liées au patrimoine militaire en croisant pratiques historiennes et architecturales. Conçu sous la forme de rencontres biennales publiées dans une série dédiée de la collection Architectures des Presses Universitaires du Mirail, il engage à l’étude de l’architecture militaire, non pas envisagée comme une sédimentation d’isolats et d’expériences « micro-territoriales », mais selon une double approche topographique et typologique. Ce parti pris permet d’éclairer les articulations fécondes qui unissent terrain et formes architecturales de manière diachronique tout en étudiant des territoires larges, rarement connectés.

S’inscrivant dans la continuité de premières rencontres consacrées en décembre 2012 au petit patrimoine militaire maritime (Battre le littoral. Histoire, reconversion et nouvelles perspectives de mise en valeur du petit patrimoine militaire maritime, 15 et 16 novembre 2012, Bordeaux, auditorium du Musée d’Aquitaine. Actes annoncés à paraître aux PUM au printemps 2014), ce deuxième appel à communications a pour ambition d’explorer la spécificité de la fortification de montagne si fortement marquée, tant sémantiquement (escarpes, défilés, lignes de crête) que structurellement (forts d’appui, d’arrêts, positions d’interdiction, casemates Mougin, cuirassement Séré de Rivières), par des paradigmes de terrain et de formes.

Les différentes interventions présentées durant ces journées s’inscriront dans les thématiques suivantes :

1. L’intelligence du territoire

Quelle connaissance avons-nous de la conduite des opérations militaires en montagne (Pyrénées, Alpes, Jura, Vosges) et des types de documents servant à son intelligence ? Comment l’anatomie de la montagne, à laquelle les ingénieurs du génie faisaient référence au XVIIIe siècle (notamment les levés de terrain) s’est-elle exprimée ? Quelle est la part de l’écrit (mémoires, rapports, visites) dans la documentation spécifiquement liée à la montagne ? Et de manière plus spécifique, peut-on définir des moments de rupture et de renouvellement marqués par la mise en place de nouvelles techniques de représentations (plans-reliefs, plan à courbes de niveau équidistantes, photogrammétrie)


2. Construire en altitude : adaptation et invention formelles et techniques

Constructions sous roc ou enracinées sur la falaise, passages souterrains, galeries à flanc de falaise, abris sous-roche, grottes casematées dans le rocher…, la construction en milieu contraint a conduit à déployer pleinement les inventions techniques en montagne. L’occupation de mêmes sites pendant plusieurs générations, la reprise de constructions existantes peut-être plus que partout ailleurs, ont conduit à adapter les plans et à innover techniquement et formellement. Peut-on parler de modèle fortifié montagnard ? En montagne, la rareté fait-elle exception ? De même, la question des matériaux (acheminement, disponibilité, résistance au climat) se pose de manière particulière : utilisation de circuits courts (marbre vert de Serennes pour le fort de Tournoux, par exemple), adaptation des cuirassements, réflexion sur l’utilisation du béton, de sa composition et de son armement …

fortif montagne2

3. Camoufler et intégrer la nature

En haute montagne, le terrain tout autant que la végétation participent naturellement à l’intégration des constructions dans le paysage. Pour autant, le camouflage, décor artificiel, a pu marquer certains ouvrages : l’artillerie « Bison » prenant l’aspect de faux-rocher, une batterie « coiffée » d’un pseudo chalet en bois dans un style régional,… On s’attachera non seulement à comprendre les raisons de dissimuler, mais aussi à montrer l’inventivité pour ainsi dire artistique déployée par les ingénieurs militaires pour fondre ces ouvrages dans ce territoire dur.


4. Un réseau défensif mais pas seulement…

En montagne où le terrain est par nature difficile aux opérations de siège, les forts se couvrent mutuellement en ligne de crête pour contrôler des passages et défendre les places-fortes en contrebas (Colmar-Les-Alpes, Guillaume, Mont-Louis,…). De nombreux ouvrages annexes (redoutes, batteries,…) permettent de compléter le système là où les vues échappent aux forts. La montagne s’équipe par ailleurs de places-fortes, de casernes, d’hôpitaux militaires de proximité, d’établissements thermaux réservés aux malades (Cauterets par exemple).

 fortif montagne3

5. Conserver et mettre en valeur

Ce dernier volet s’attachera à dresser un état des expériences récentes menées en matière de restauration et de mise en valeur des ouvrages dont la difficulté d’accès et la dureté du climat ont pu freiner leur prise en compte patrimoniale. En outre, en raison de sa faible densité d’habitants, la haute montagne peut être oubliée de la question primordiale de l’aménagement durable du territoire. Dès lors, la pérennisation des ouvrages et, d’une manière plus complexe, le maintien de la trace, directement, sont-ils fragilisés ? Des sentiers de montagnes existent pourtant mais ne relèvent-ils pas d’abord d’une approche « nature » ?

Les propositions de communication (1 page maximum, bibliographie comprise) devront être envoyées avant le 25 avril 2014 conjointement à Nicolas Meynen (nicolas.meynen@univ-tlse2.fr ) et à Emilie d’Orgeix (emilie.dorgeix@u-bordeaux3.fr).

Pour plus d’informations, vous pouvez les contacter.

Bibliographie sélective :

SOURCES

-BOURCET Pierre Joseph (de), Principes de la guerre de montagnes, Paris, Imprimerie Nationale, 1888.
-DARDE (commandant), Étude sur la guerre de montagne d’après les enseignements de la campagne d’Orient, Ministère de la Guerre – Etat-Major de l’armée, Imprimerie nationale, 1921
-DELABORDE Pierre, Réflexion sur la géographie militaire des Alpes françaises, Recueil des travaux de l’institut de géographie alpine, Vol.3, 1915, p.425-431.
-SANDIER Jean-Marie, capitaine du génie, De l’attaque et de la défense des positions d’arrêt situées en pays moyennement accidenté et en pays de montagne, Paris / Nancy, Berger-Levrault et Cie éditeurs, 1894.
TOUZAC (M.), Traité de la défense intérieure et extérieure des redoutes avec les méthodes de les construire tant en plaine qu’au sommet et au pied des montagnes, enfin entre le sommet et le pied des montagnes et dans les vallons, Paris, Claude Hérissant, 1762.

 OUVRAGES

 –CULMAN (général F.), La Fortification permanente aux frontières, Charles-Lavauzelle & Cie, Paris, 1931.
-DARDE (commandant), Étude sur la guerre de montagne d’après les enseignements de la campagne d’Orient, ministère de la Guerre – état-major de l’armée, Imprimerie nationale, 1921.
-GARIGLIO (D.) et MINOLA (M.), Le fortezze delle Alpi occidentali, L’Arciere, Cuneo, 1994.
-ORTHOLAN (colonel H.), Le général Séré de Rivières, Bernard Giovanangeli, Paris, 2003.
-ROCOLLE (colonel P.), Deux mille ans de fortification française, Charles-Lavauzelle, Paris, 1973.
-TRUTTMANN (lieutenant-colonel P.), La Barrière de Fer, Gérard Klopp, Thionville, 2000, p.421 et 531.
-TRUTTMANN (capitaine), « Les fortifications alpines de 1888 à 1940 », Revue historique des armées, n°1/1988, p.39-45.
-TRUTTMANN (lieutenant-colonel. P.), La Muraille de France, ou la Ligne Maginot, Gérard Klopp, Thionville, 1985.
-VILLATE (R.), Les conditions géographiques de la guerre, Paris, Payot, 1925.

télécharger l’appel à communications

 

 

Appel à contribution aux étudiants inscrits en doctorat à l’Université Bordeaux 3 – Exogenèses : La production d’objets-frontières dans l’art En Europe depuis 1500

Date : jeudi 17 avril 2014 
Horaire : 11h00 -18h00
Localisation : CAPC (Centre d’Arts Plastiques Contemporains de Bordeaux)  –  7 rue Ferrère 33000 Bordeaux
Organisatrice :  Sabine.Du-Crest@u-bordeaux3.fr 

Dans le cadre du programme ANR Exogenèses ce SID propose de réfléchir sur le concept « d’objets-frontières », ces objets nés de l’ exogenèse, c’est-à-dire du contact avec des matériaux, des techniques, des formes, des connaissances ou des objets venus des antipodes. Le propos se situe au croisement de l’histoire interconnectée, des transferts culturels et de la culture matérielle. 

De tels objets ainsi définis et conçus en Europe continuent le lien entre Nous et les Autres (T. Todorov, Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Éditions du Seuil, 1989) depuis le 16e siècle où la connaissance des quatre continents est acquise. Si l’histoire des objets est un domaine habituel de l’historiographie de l’art, le point de vue adopté utilisant les méthodes les plus actuelles des anthropologues sur les objets, concentrateurs de sens, et les appliquant à l’étude de l’Europe entendue comme terrain de rencontre est novateur puisque ce sont les phénomènes de métabolisme qui sont analysés. Ainsi la discipline de l’histoire de l’art est elle-même poussée vers ses frontières. À travers l’étude des usages de tels objets l’histoire même de la construction de l’identité européenne par le dialogue avec les Autres peut être saisie. L’objet est un porteur encore insuffisamment étudié en tant que tel de l’histoire interconnectée économique, politique ou sociale, même s’il est parfois intégré dans un discours historique ou artistique. A fortiori, l’objet produit par un rapport avec un objet extra-européen a été encore peu souvent placé au centre de la réflexion. 
La fabrication du sens des objets par le contexte, l’ambivalence des objets (M. Jeudy-Ballini-B. Derlon, La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs, Gallimard, 2008) sont des questions centrales. Un « objet-frontière» type étudié récemment a été vu comme un « reliquaire d’un genre nouveau »: le nautile des mers du Sud du Pacifique monté par les orfèvres allemands à la fin du XVIe siècle (S. du Crest, ”Des reliquaires d’un genre nouveau”, Cannibalismes disciplinaires. Quand l’histoire de l’art et l’anthropologie se rencontrent, Th. Dufrêne et A. Ch. Taylor, éds., Musée du Quai Branly-INHA, 2009 pp. 325-334). Le goût, l’imitation, la stimulation, l’hybridation sont des étapes essentielles du processus d’acculturation (R. Labrusse, Islamophilies. L’Europe moderne et les arts de l’Islam, Somogy, 2011). Appuyé sur l’analyse de la contextualisation de ces objets, la réflexion s’attache aux causes et aux conséquences de la production des « objets-frontières » qui gardent de leurs origines la trace de l’exogenèse. Le rapport à l’Autre jouant entre fascination et répulsion est rendu visible dans le rapport entretenu avec ces objets.

lien de l’appel sur le site de l’université : http://www.u-bordeaux3.fr/fr/recherche/ecole_doctorale/offre-scientifique/seminaires_interdisciplinaires_doctoraux/sid_offre_2012_2013-1.html#N101A6.

Si les études concernant l’altérité, les transferts culturels, la mondialisation, la culture matérielle correspondent le mieux aux attentes, aucun champ ne sera écarté. 

Les propositions devront être envoyées d’ici le 21 février à l’adresse suivante : Sabine.Du-Crest@u-bordeaux3.fr

 

 

Programme Colloque « Université & histoire de l’art, objets de mémoire (1870­-1970) »

Université & histoire de l’art, objets de mémoire (1870­-1970)

12 -13 décembre 2013

Musée d’Aquitaine – Université Bordeaux Segalen
Bordeaux

Au sortir de la guerre franco-prussienne, les facultés françaises connurent un renouveau sans équivalent dans leur histoire. Alors que le ministère de Jules Ferry voyait dans l’université un moyen d’instaurer des principes républicains reposant sur la méritocratie, le directeur de l’enseignement supérieur, Louis Liard, projetait une réforme où la recherche et l’étude des objets s’articulaient avec l’enseignement. Ces fondements durent s’adapter, dans la première moitié du XXe siècle, à l’extension des champs disciplinaires et au nombre croissant d’étudiants. La vétusté des locaux imposa donc la conception de nouveaux bâtiments universitaires en périphérie des grandes agglomérations. Aujourd’hui, cette période (1870-1970) s’incarne autant dans une réflexion historique que dans un processus de patrimonialisation. La démarche de l’historien de l’art permet de considérer l’université dans sa matérialité (architecture et œuvres décoratives) et de l’ancrer une perspective historique. Parallèlement, l’étude des objets ayant contribué à légitimer l’enseignement de l’histoire de l’art – moulages, photographies, voire objets d’art –conduit à inscrire la discipline dans cette histoire universitaire.

Sans s’attacher au seul exemple bordelais, ce colloque, qui vient au terme d’un programme de recherches de l’université Bordeaux Montaigne, sélectionné en 2010 par la Région Aquitaine, entend mettre dans une perspective nationale et internationale ces questions autour des notions de référence et de modèle, de construction disciplinaire et d’usages des collections. Une réflexion sur le devenir de ces objets et sur leur renouveau viendra clore ces journées.

 

Programme

 

JEUDI 12 DÉCEMBRE – MUSÉE D’AQUITAINE – SALLE DE L’AUDITORIUM


8h45
Accueil

9h00
• François HUBERT, directeur du musée d’Aquitaine :
Ouverture

9h15
• Marion LAGRANGE, maître de conférences en histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne) :
Introduction

Modèles & références

Président de séance : Simon TEXIER, professeur d’histoire de l’art contemporain
(université de Picardie Jules Verne)

9h30
• Jean-Yves MARC, professeur d’histoire de l’art antique et d’archéologie (université de Strasbourg) :
« Le Kunstarchäologisches Institut de Strasbourg : un modèle pour l’Université française ? »

9h55
• Soline MORINIÈRE, chargée d’études documentaires (Service régional de l’archéologie, DRAC Alsace) – doctorante en histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne) :
« Le processus de création des collections de moulages universitaires en France »

10h20
Échanges

10h35
Pause

10h55
• Gilles RAGOT, professeur d’histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne) :
« Quelles références pour un enseignement supérieur de masse dans la France des Trente Glorieuses ? L’exemple du campus de Talence-Pessac-Gradignan »

11h20
• Adriana SOTROPA, maître de conférences en histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne) :
« Louis-Ernest Barrias et la Nature se dévoilant à la Science, un modèle de sculpture »

11h45
Échanges 

12h00
Pause déjeuner


Constructions disciplinaires

Présidente de séance : Claire BARBILLON, maître de conférences habilitée en histoire de l’art contemporain (université Paris X Nanterre)


14h00
• Samuel PROVOST, maître de conférences en archéologie et en histoire de l’art de l’antiquité tardive (Université de Lorraine) :
« Le musée archéologique de l’université de Nancy et l’émergence de l’enseignement d’histoire de l’art et d’archéologie (1899-1919) »

14h25
• Judith SORIA, doctorante en histoire de l’art byzantin (EPHE, section des sciences religieuses) :
« Création, fonctionnement et usages de la collection byzantine de Gabriel Millet à l’École des hautes études (1899 – vers 1913) »

14h50
Échanges

15h05
Pause

15h15
• 
Marion LAGRANGE, maître de conférences en histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne) :
« Des origines au XIXe siècle : l’écriture et la mise en image de la peinture espagnole par Pierre Paris »

15h40
• 
Laurence CHEVALLIER, docteur en histoire de l’art moderne (université Bordeaux Montaigne) :
« L’architecture des facultés bordelaises au XIXe siècle : la mise en œuvre d’une nouvelle conception pédagogique »

16h05
Échanges

16h20
Visite de la collection des moulages (accès réservé) par Anne ZIEGLÉ, conservateur des collections antiques (musée d’Aquitaine) et par Soline MORINIÈRE,  chargée d’études documentaires (Service régional de l’archéologie, DRAC Alsace)

 

VENDREDI 13 DÉCEMBRE – UNIVERSITÉ BORDEAUX SEGALEN – AMPHITHÉÂTRE PITRES


9h00
Accueil

Usages disciplinaires

Président de séance : Jean-Yves MARC, professeur d’histoire de l’art antique et d’archéologie (université de Strasbourg)


9h10
• Hélène BOCARD, conservatrice en chef du patrimoine (INHA) :
« La photographie dans les musées de moulages universitaires : une étude comparative »

9h35
• 
Pierre GARGANETTE, étudiant master 1 recherche histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne) :
« Les usages pédagogiques de la photographie d’Adolphe Giraudon dans l’enseignement de Pierre Paris »

10h00
Échanges

10h15
Pause

10h30
• 
Christina NTAFLOU,  docteur en histoire de l’art (université Paris I Panthéon-Sorbonne) :
« Les objets en faveur de l’enseignement et le développement des disciplines en Grèce (XIXe siècle) »

10h55
• 
Alain DUPLOUY, maître de conférences en archéologie grecque et Audrenn ASSELINEAU, étudiante master 2 administration publique (université Paris I Panthéon-Sorbonne) :
« La collection d’antiquités grecques et l’évolution de l’enseignement de l’archéologie à l’Université de Paris (1894-1968) »

11h35
Échanges

11h50
Pause déjeuner


UNIVERSITE BORDEAUX SEGALEN – AMPHITHÉÂTRE DENUCÉ

Nouveaux regards et renouveaux des usages

Présidente de séance : Sophie CHAVE-DARTOEN, maître de conférences en anthropologie, directrice du Musée d’ethnographie de l’université Bordeaux Segalen


14h00
• 
Audrey DUBERNET, doctorante en histoire de l’art antique (université Bordeaux Montaigne) :
« Miniaturiser lʼAntique : récits de vies dʼune dactyliothèque »

14h25
• 
Élisabeth LE BRETON, ingénieur d’études, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines (musée du Louvre) :
« La gypsothèque du musée du Louvre : sa place dans l’enseignement en 2013 »

14h50
Échanges

15h05
Pause

15h15
• Claude LAROCHE, historien de l’architecture, chercheur au Service régional du patrimoine et de l’inventaire (Conseil régional d’Aquitaine) :
« La faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux : du projet au monument »

15h40
• Jean-François PINCHON, professeur d’histoire de l’art contemporain (université Paul-Valéry Montpellier III) et Rosa PLANA, professeur d’histoire de l’art antique et archéologie classique (université Paul-Valéry Montpellier III) :
« De la faculté des lettres à l’université Paul-Valéry Montpellier III : un écrin exemplaire pour l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art »

16h20
Échanges

16h30
Clôture des journées d’études

Réunion du Centre François-Georges Pariset (18 décembre 2013)

La prochaine réunion du Centre François-Georges Pariset se tiendra le mercredi 18 décembre 2013, à 17 heures, dans la salle de réunion du 3e étage du bâtiment I (salle adjacente au bureau de Pariset) à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux3.

Ordre du jour :

– Bilan du dernier trimestre 2013
– Demande de rattachement au Centre Pariset d’un enseignant chercheur extérieur à Bordeaux (Montaigne) et élection
– Discussion sur les axes de recherche du Centre

AVIS DE SOUTENANCE


M. YVES-MICHEL BERNARD présente ses travaux en soutenance le : 22 novembre 2013 à 9h30.

en vue de l’obtention du diplôme : Doctorat Histoire de l’Art

Section CNU 22 – Histoire/civilisations : mondes modernes

Titre des travaux :

Origine et création des fonds régionaux d’art contemporain en France

Directeur : M. Dominique JARRASSÉ

Adresse : Université Bordeaux 3 – salle des thèses
La soutenance est publique.


Membres du jury :

-M. FRANCOIS BARRE (Responsable institution culturle Expert – FRAC Ile de France)

-M. DOMINIQUE DUSSOL (Professeur des Universités à l’ Université Pau – Pays de l’Adour)

-M. DOMINIQUE JARRASSÉ (Professeur des Universités à l’Université Bordeaux 3 – Michel de Montaigne)

-M. CLAUDE MOLLARD (Conseiller honoraire Expert – Cour des Comptes)

-M. JEAN-FRANCOIS PINCHON (Professeur des Universités à l’Université Montpellier 3 – Paul Valery)

 

Résumé de la thèse


Origine et création des fonds régionaux d’art contemporain en France

Cette thèse a pour objet l’étude de l’origine et de la création des fonds régionaux d’art contemporain (FRAC) entre 1981 et 1986. La période permet de mettre en regard les temps forts de la formation des collections d’art contemporain en France avec l’engagement de l’Etat dans une politique culturelle ambitieuse après l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. Les limites géographiques sont la France métropolitaine.

Afin de mettre en évidence les évolutions de ce patrimoine contemporain nous avons étudié plus particulièrement les collections et les modes d’acquisitions qui ont été des modèles pour la constitution des FRAC. Ce corpus inscrit dans une chronologie depuis 1945 permet, par la diversité de cas abordés, de comprendre les modes de construction pour les FRAC après 1981.
Cette thèse étudie donc le contexte de création des FRAC dans le cadre de la politique culturelle et de mettre en exergue une nouvelle écriture de l’histoire de l’art avec ses évolutions et ses ruptures. Le plan se divise en trois grandes parties qui proposent un examen du contexte historique et l’action politique du ministère de la Culture.
La première partie analyse les modes d’acquisitions et d’expositions qui, au cours du XX° siècle en France, ont été des modèles pour la constitution des FRAC.
La seconde partie étudie l’engagement du ministère de la culture dans une politique ambitieuse qui aboutit à la création des FRAC après l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981.
La troisième partie, à proprement parlée d’histoire de l’art, porte sur les collections des FRAC.
Cette étude des collections a constitué l’essence de la recherche établie à partir de données informatiques de videomuseum qui a opéré un recensement de toutes les acquisitions. La thèse s’appuie également sur des documents d’archives, des travaux existants, une étude sur le terrain dans chaque collection de FRAC, d’entretiens et d’un dépouillement de la presse artistique.

Issus des revendications politiques formulées dans le programme de la gauche (« Les 110 propositions du candidat Mitterrand ») pour les élections présidentielles de mai 1981, les FRAC, financés à parité par l’Etat et par les régions, constituent un exemple fort de la réussite d’une politique culturelle décentralisée. Entre 1983 (date des premières acquisitions) et mars 1986 (date de la défaite de la gauche aux élections législatives) les vingt et un FRAC en activité ont acquis un total de 5 438 œuvres provenant de 1 377 artistes. Fonds d’exception dans le paysage culturel français, les FRAC sont l’aboutissement d’une volonté de démocratisation revendiquée depuis les années 60.

L’étude au sein de chaque période est axée sur l’écriture de l’histoire de l’art afin d’établir les grandes caractéristiques et l’évolution durant la période pour une mise en perspective des acquisitions des FRAC dans un processus historique afin de déterminer si ces nouvelles collections s’inscrivent dans un courant ou si elles font preuve d’exception.
Jusqu’en 1986, la croissance constante des crédits d’acquisition – autant du côté de l’Etat que des conseils régionaux – aurait pu conduire à l’établissement d’une esthétique officielle. Nous verrons qu’il y a eu tout au plus des « zones d’influence » qui sont apparues pour compenser de réelles absences dans les collections des musées en région. Toutefois, malgré cet incontestable investissement institutionnel, la puissance publique ne pouvait prétendre à devenir un acteur majeur dans le monde de l’art.
Durant cette période de forte effervescence, la contribution originale des FRAC aux débats sur l’art contemporain met finalement en valeur la capacité des institutions à produire un éclectisme culturel, un pluralisme esthétique, contestant les discours des historiens de l’art officiel et suscitant la curiosité du public.

Les FRAC vont acquérir des peintures, dessins et sculptures mais aussi majoritairement de
nouveaux types d’œuvres : photographies et objets de design, suivant l’exemple du FNAC (Entre 1981 et 1986 le FNAC acquiert plus de 800 oeuvres photos et 360 objets d’art décoratif. (videomuseum.fr)). Cela confirme cet éclatement des beaux-arts et son glissement vers les arts plastiques.

Les FRAC, lorsqu’ils ont procédé à des achats dits historiques, se sont beaucoup plus attachés à l’autorité de l’artiste et à l’évolution de son image dans le paysage de l’art actuel qu’à la recherche d’une oeuvre emblématique de cet artiste.

Rapidement les commissions définiront des axes d’acquisitions et délèguerons un de leurs membres pour des recherches, notamment pour la photographie, afin de réaliser des propositions globales.

Cette procédure aura l’avantage de réduire les conflits internes résultant d’un grand nombre de propositions, mais cette nouvelle pratique va personnaliser les ensembles et renforcer l’aspect « collection ».

Dès la création des FRAC se pose également le problème de l’éducation artistique des élus qui doivent valider les acquisitions d’œuvres par un vote à la majorité. La présence des conseillers arts plastiques dans les conseils d’administration sera déterminante dans les débats d’orientation.

Par ailleurs, la politique de diffusion a nécessité l’acquisition d’œuvres dites transportables. Cette politique de diffusion, souvent dans des lieux peu propices à l’art contemporain, a conduit de nombreux FRAC à acquérir de la photographie et des estampes (plus de la moitié des acquisitions jusqu’en 1986) non par volonté mais par nécessité.

Les FRAC doivent acheter les œuvres en fonction de ce qu’elles sont et non en fonction d’une classification. En cela, la notion de « fonds » s’oppose à celle de « collection » en vigueur dans le secteur institutionnel. Le FNAC, dont le mode de fonctionnement a été repris par les FRAC, a pour objectif avoué de couvrir l’ensemble de la production artistique. Les conservateurs de musée venaient y rechercher des œuvres pouvant compléter leurs collections.

Les conseillers artistiques régionaux, qui sont jusqu’à 1986 les véritables orchestrateurs des acquisitions dans les FRAC, ont recherché, chacun à leur manière, à interpréter les directives ministérielles. S’ils n’osent que très rarement parler, dès la création des FRAC, de « constitution de collections », ces nouveaux responsables ont déterminé avec l’appui des comités techniques des lignes d’acquisitions dont le classement répond à des critères de technique, de médium ou, plus étrangement, de couleur.

Notre volonté de classement et de définition, qui aurait dû caractériser cette thèse d’histoire de l’art contemporain, s’est heurtée en premier lieu aux réticences des artistes et plus simplement à l’appareillage utilisé dans les inventaires des musées (Les taxinomies par médium sont inopérantes car les artistes en utilisent souvent plusieurs pour une même œuvre, sous l’appellation générique de « mixed medias » (techniques mixtes)). S’il y a une évidence à admettre que la grande majorité des œuvres acquises durant ces trois premières années peuvent se rattacher aux grands courants de l’art contemporain depuis les années 60-70, il est tout aussi évident de constater que ces courants ont été l’enjeu de conflits idéologiques importants qu’il est difficile d’occulter ici.
Ainsi des artistes de sensibilité esthétique apparemment éloignée se retrouvent trop souvent associés dans des taxinomies réductrices et quelque peu inopérantes.

Cette approche des politiques d’acquisitions des FRAC nous permet d’entrevoir l’ampleur des problèmes posés dans l’écriture de cette histoire de l’art.

Cette étude apporte pour la première fois des éléments objectifs.

En fin d’ouvrage, un index référence toutes les acquisitions des FRAC par artiste. Il donne une vision claire et synthétique du patrimoine des FRAC dans ce bref moment d’histoire de l’art.
Cette étude démontre le caractère singulier des démarches entreprises par tous ces acteurs du milieu de l’art durant ces années militantes.

Centre François-Georges Pariset