Les expositions d’architecture en France : des premières initiatives à une institutionnalisation (1914-1977)

Léa Tichit soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire de l’art contemporain, intitulée Les expositions d’architecture en France : des premières initiatives à une institutionnalisation (1914-1977)le 23 octobre 2023 à 14h00 dans la salle des thèses de la Maison de la Recherche (université de Bordeaux Montaigne, esplanade des Antilles, Pessac). La soutenance est publique.
 
Cette thèse a été menée sous la codirection de Gilles Ragot, professeur en histoire de l’art contemporain à l’université Bordeaux Montaigne (CRHA F.-G. Pariset UR 538), et Nicolas Meynen, maître de conférences à l’université Toulouse Jean Jaurès. 
 
Le jury est composé des directeurs de thèse, de Jean-Philippe Garric, professeur à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Richard Klein, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, Barry Bergdoll, professeur à la Columbia University de New York, Hélène Jannière, professeur à l’université Rennes 2 et Elke Mittmann, maître de conférences HDR à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg. 
 
Résumé
 
Au cours du XXe siècle en France, les expositions temporaires d’architecture ne cessent de progresser dans le débat : prises en main dès le début du siècle par de jeunes architectes modernes soucieux de faire connaître leurs idées et de promouvoir leurs projets, leur nombre augmente de manière significative à partir du milieu des années 1960, jusqu’à l’institutionnalisation de la pratique à la fin des années 1970, via la création de structures dédiées à la valorisation de l’architecture.
 
Vue de l’exposition “Architecture et urbanisme” (Besançon, Abbatiale Saint Paul, 1967). Arch. du musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon
Cette thèse propose de mettre en exergue les différentes étapes qui jalonnent cette histoire des expositions et de révéler le développement de cette pratique, à partir d’une analyse des expositions temporaires organisées sur le territoire français, de 1914 à 1977, année marquée par la promulgation de la loi sur l’architecture qui reconnait cette discipline comme expression de la culture et par l’inauguration du Centre Georges Pompidou dont un des départements, le Centre de Création Industrielle, porte des préoccupations architecturales en son sein. À partir de l’important travail de recensement des événements opéré en amont et de la récolte des sources associées que sont les catalogues et les articles de presse spécialisée, l’intention est de répondre à une série de questions élémentaires mais néanmoins cruciales : pourquoi, par qui et pour qui, comment et dans quel cadre les expositions d’architecture se sont-elles développées au siècle dernier ? En outre, il s’agit de questionner ces événements au regard d’une histoire institutionnelle : ces expositions ont-elles été motrices du processus d’institutionnalisation qu’a connu l’architecture au tournant des années 1980 ?
 
 

Villes et universités. Quels patrimoines pour quel avenir partagé ?

Bordeaux Métropole s’est engagée, depuis 2010, vers une régénération urbaine profonde de son campus à travers sa contribution à l’Opération campus Bordeaux et l’Opération d’intérêt métropolitain BIC pour “Bordeaux Inno Campus”. L’Opération campus intervient sur le patrimoine immobilier des universités et poursuit l’ambition d’une insertion urbaine durable des campus via une perméabilité avec la ville et une diversification des fonctions et des usages qui y sont proposées.

Bordeaux Inno Campus, en collaboration avec la Maison des sciences de l’homme de l’université Bordeaux Montaigne et la Direction générale de l’aménagement de Bordeaux Métropole organisent, les 19 et 20 octobre 2023, des journées d’étude consacrées aux relations entre les villes et l’université dans une optique patrimoniale large et diachronique.

Pour télécharger le programme : Villes et universités 2023

« Une splendide aberration ! ». La réception critique de la peinture anglaise en France (1900‑1938)

Madame Julie Lageyre soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art contemporain, « Une splendide aberration ! ». La réception critique de la peinture anglaise en France (1900‑1938), le vendredi 13 octobre 2023 à 14h00 à l’amphithéâtre de la maison des Suds (université Bordeaux Montaigne, Esplanade des Antilles, Pessac). La soutenance est publique.

Cette thèse a été menée sous la direction de Dominique Jarrassé, professeur émérite d’histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne, CRHA F.-G. Pariset UR538).

Le jury est composé de Dominique Jarrassé, Anne‑Florence Gillard‑Estrada, professeure de littérature et arts visuels britanniques (université de Rouen Normandie), Catherine Méneux, maîtresse de conférences HDR en histoire de l’art contemporain (université Paris 1‑Panthéon Sorbonne), Frédéric Ogée, professeur de littérature et d’histoire de l’art britanniques (université Paris Cité), Laurence Roussillon‑Constanty, professeure en littérature britannique, esthétique et épistémologie (université de Pau et des Pays de l’Adour).

Résumé

Depuis le XVIIIsiècle, la réception française témoigna, de manière continue, d’une certaine fascination envers la peinture anglaise. Pourtant, persiste l’idée que cette production n’a jamais véritablement traversé le Détroit et demeure toujours un objet méconnu et secret. De fait, le silence entourant la médiation des peintres anglais en France résulte de la répétition de schémas historiographiques, de la circulation de préconceptions et d’a priori, d’autant de barrages conceptuels et cognitifs à déconstruire.

Reproduction extraite du numéro « L’Art vivant en Angleterre », L’Art vivant, n° 160, mai 1932, p. 234

Aussi, par l’étude croisée des discours critiques, de l’histoire des échanges culturels et des modalités du visible, cette thèse propose d’interroger et de contextualiser les catégorisations et sémantisations effectuées autour de la peinture anglaise, au cours de la période cruciale de la première moitié du XXe siècle. La détermination d’une esthétique nationale passait alors par des formes de dénigrement, qu’il importe de ne plus réduire à un simple rejet. Car le sens esthétique et l’imagination plastique ne faisaient pas partie des attributs associés traditionnellement à la psychologie anglaise.

Reproduction extraite de l’article de Georges Grappe, « La peinture anglaise », L’Art vivant, n° 160, mai 1932, p. 239.

Cette thèse étudie donc la qualification d’un objet dont la première caractéristique aurait été de ne pas être une expression « naturelle » du caractère anglais. En ce sens, selon la réception française, la peinture d’outre‑Manche existait de manière antinomique. Aberration artistique, elle présentait une expérience matérielle, mais elle était un non‑sens pictural. Son histoire devenait alors le récit d’oppositions pour permettre l’éclosion d’un art national, lutte contre un territoire hostile, lutte contre des dispositions dites naturelles, lutte d’indépendance contre des influences extérieures. En outre, introduit comme l’anti‑héros d’une histoire de la peinture, l’objet servit de contre-exemple pour renforcer la légitimité d’une « voie française ». Cette thèse souligne ainsi comment des procédés critiques, parfois toujours opérants, participèrent d’une invisibilisation de la production picturale d’outre‑Manche en France, au regard de la démonstration d’une exceptionnalité française.

Engagement et distanciation: quelle place pour la liberté académique en sciences humaines et sociales ?

Journée d’étude interdisciplinaire. Historiquement, la légitimité et la validité des savoirs des sciences humaines et sociales ont été construites grâce au développement de méthodes fondées sur un double principe de rationalité et de neutralité. Face à ce mythe fondateur, les travaux d’épistémologie et les études critiques ont mis en lumière que la neutralité n’est qu’illusoire et que les savoirs sont toujours situés ; s’il y a bien de l’objectivité en sciences humaines et sociales, c’est une objectivité construite, consciente des perspectives à partir desquelles ces savoirs ont été produits. La déconstruction du mythe du savoir neutre a fait émerger au sein du monde universitaire de nouvelles manières de penser, de dire et de construire les discours de connaissance. Les disciplines académiques ont ainsi fait l’expérience renouvelée du pluralisme, passant de discours relativement homogènes à une diversité et une concurrence affirmée entre modes de production de savoirs. L’irruption de ce pluralisme des perspectives peut être perçue comme portant en son sein le risque du relativisme.

Or, si les anciens et nouveaux discours universitaires se voient souvent opposés et ne semblent pas toujours partager les mêmes conditions de véridiction, la rencontre entre ces perspectives plurielles paraît porter la possibilité d’une meilleure compréhension des objets de recherche. En effet, le croisement des perspectives et la construction d’une logique dialectique entre ces discours semblent permettre d’enrichir et de préciser notre appréhension du monde. Loin de céder à la tentation de positions dogmatiques, l’université doit garantir les conditions de l’élaboration et de la préservation d’une conversation académique entre ces perspectives plurielles. Dans ce contexte, la notion de liberté académique semble offrir les conditions nécessaires à l’affirmation et à la construction d’une université comme lieu dialectique entre différentes formes de discours de connaissance. Cette notion, souvent dévoyée dans les discours politiques, constitue ainsi un objet dont il devient nécessaire de se saisir pour repenser les conditions de construction des savoirs dans le nouveau pluralisme universitaire. 

En ce sens, cette journée d’étude interdisciplinaire et pluri-institutionnelle encourage une réflexion collective autour des enjeux éthiques de la recherche, de la liberté académique et de la responsabilité civique des chercheurs. Elle vise à créer un espace d’échanges scientifiques sur les pratiques et les défis actuels de la recherche, tout en questionnant l’éthique, sa définition, son rôle pour la constitution des savoirs dans le contexte du pluralisme universitaire.

Face à la dimension interdisciplinaire des problématiques soulevées, cette manifestation propose de faire se rencontrer et échanger des chercheurs en sciences humaines et sociales provenant d’horizons académiques différents.

Pour ce faire, la journée s’organisera autour de trois tables rondes thématiques. La première table ronde, intitulée “Liberté académique : réflexions sur la légitimité et la validité des discours”, portera sur la double dimension épistémologique et éthique de l’objet de recherche. La deuxième table ronde, internationale, rassemblera des juristes autour du thème “Liberté académique : les enjeux et conditions juridiques de la production de connaissance”. Enfin, et pour conclure cette journée, une troisième table ronde intitulée “Liberté académique : le cas d’étude des mondes coloniaux” proposera une approche empirique sur un terrain de recherche spécifique.

Organisée par Paloma Diez, doctorante du CRHA F.-G. Pariset (université de Bordeaux Montaigne, UR 538), Victor Janin, doctorant en histoire du droit (université de Bordeaux, IRM, UR 7434) et Marie Padilla, maîtresse de conférences en droit public (université de Bordeaux, CERCCLE, UR 7436), cette journée d’étude interdisciplinaire se tiendra les 5 et 6 octobre, à la Maison des Sciences de l’Homme de Bordeaux. 

Pour celles et ceux qui souhaiteraient assister à distance à cet événement, via Zoom :

Jeudi : https://u-bordeaux-montaigne-fr.zoom.us/j/81608930263?pwd=dUZYU1ViSG15bXA0M0xtNytYVFdvdz09

Vendredi : https://u-bordeaux-montaigne-fr.zoom.us/j/81878010273?pwd=bzY1Nk9uN3JzTXNaZHVsQXJiMGFyUT09

Liberté académique : réflexions sur la légitimité et la validité des discours

Face à des discours concurrents qui prétendent représenter une légitimité équivalente, voire supérieure aux discours académiques, cette première table ronde s’intéressera aux points de discordances et de convergences entre eux. En ce qui concerne les désaccords, elle s’interrogera sur les conditions de validité du savoir académique, parfois pris dans un étau entre présupposés méthodologiques d’une part, et valeurs d’autre part. Malgré toutes les précautions épistémologiques, aucune démarche ne peut être totalement hermétique aux valeurs. Il s’agira d’étudier quelles précautions méthodologiques sont nécessaires pour tenter d’atteindre sinon une neutralité axiologique illusoire, du moins une objectivité construite. Cette table ronde tentera d’identifier des outils pour permettre la rencontre “délicate”, mais inévitable, entre science et valeur.

Liberté académique : les enjeux et conditions juridiques de la production de connaissance

Depuis une perspective juridique, la liberté académique constitue une liberté singulière, qui témoigne de la valeur reconnue à l’université dans le développement et le renforcement de la démocratie. Longtemps présentée et affirmée dans les démocraties libérales comme une condition nécessaire du vivre ensemble, le champ et l’étendue de cette liberté sont pourtant aujourd’hui interrogés. Face à ce constat, cette deuxième table ronde se propose de revenir, depuis une perspective comparée, sur la définition juridique de la “liberté académique” comme garantie des conditions de production de la connaissance au sein de l’université.

Liberté académique : le cas d’étude des mondes coloniaux

Cette troisième et dernière table ronde, appuyée sur des expériences de recherche et de terrain, questionnera la reconfiguration des champs disciplinaires ainsi que la modification des conditions, voire de la nature même du travail scientifique, autour du passé et des héritages coloniaux. Elle abordera ce terrain de recherche, pouvant revêtir une dimension polémique, en questionnant le développement et les conséquences de postures militantes dans sa conception. Elle interrogera enfin les retombées méthodologiques et épistémologiques suscitées par l’implication du mouvement “décolonial” dans le monde académique.

Pour télécharger le programme :Programme Engagement et distanciation

 

Élèves & maîtresses. Apprendre et transmettre l’art (1849-1928)

Élèves & maîtresses. Apprendre et transmettre l’art (1849-1928), sous la direction de Marion Lagrange et Adriana Sotropa, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2022, 127 p., 53 ill.

Existe-t-il une spécificité de l’enseignement artistique au féminin ? À la fin du XIXe siècle, un nombre croissant de femmes accèdent à une professionnalisation, de la miniature au tableau de chevalet, en passant par la gravure. Certaines envisagent la pratique artistique sans avoir la nécessité d’en vivre, mais avec tout autant d’implication, rejetant le statut d’amatrices dans lequel on voudrait les circonscrire. En outre, l’artiste comme enseignante, souvent invisibilisée, occupe une place non négligeable dans les processus d’apprentissage. Cette mosaïque de profils et de trajectoires a pu émerger par le biais d’enseignements où la différenciation sexuée et la hiérarchisation des objets sont encore prégnantes. Appréhender cette histoire nécessite une déconstruction des schémas narratifs et une refonte des conventions linguistiques, l’introduction du mot maîtresse pouvant en faire partie.

Huit approches monographiques, études de cas d’élèves femmes, de maîtres et de maîtresses, à la tonalité parfois intimiste, entendent questionner la formation auprès d’un homme ou d’une femme. Des éléments de compréhension des relations et des enjeux qui s’établissent au sein de l’atelier, dans un contexte d’émancipation féminine, y seront également apportés.

SOMMAIRE

Préface – Séverine Sofio et Julie Verlaine

Dans les coulisses de l’enseignement artistique au féminin – Marion Lagrange et Adriana Sotropa

APPRENTISSAGE(S) GENRÉ(S)

L’atelier parisien de Félix-Joseph Barrias (1822-1907) et la formation des artistes femmes – Margarida Güell-Baró

Une élève à la recherche d’un maître : Dorothy Tennant (1855-1926) et Jean-Jacques Henner (1829-1905) – Mathilde Leduc

Juliette Roche (1884-1980) à l’académie Ranson. Une émancipation au prisme des maîtres – Fériel Dridi

TRANSMISSION(S) AU FÉMININ

Delphine de Cool (1830-1921), artiste et enseignante – Dominique Lobstein

Du Muséum à l’université des arts : l’enseignement de Madeleine Lemaire (1845-1928) – Michaël Vottero

Amélie Beaury-Saurel (1848-1924) : maîtresse et “férule bienveillante” à l’académie Julian – Magdalena Illán Martín et Custodio Velasco Mesa

Gabrielle Debillemont-Chardon (1860-1957). Grande maîtresse en miniature – Camille Lesbros

Professeures “spinsters” : Constance Mary Pott (1862-1957) et Laura Sylvia Gosse (1881-1968) – Camille Belvèze


Jalons pour une histoire de l’enseignement des artistes femmes (1849-1928) – Marion Lagrange

Bibliographie – Manon Grégoire

Repères chronologiques – Manon Grégoire

Maisons des bords de mer. Modernité et régionalisme en Charente-Maritime 1945-1980

Gilles Ragot, Maisons des bords de mer. Modernité et régionalisme en Charente-Maritime 1945-1980,  Paris, Hermann, coll. “Architectures contemporaines”, 2023, 235 p., 262 ill.

Fruit d’un programme de recherche lancé et financé par le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de Charente-Maritime (CAUE), cet ouvrage constitue l’aboutissement de cinq années d’inventaire et de travail documentaire. Il a été récompensé du prix de l’Académie de Saintonge et du prix Pèlerin du livre régional.

 

Villa “Oasis”, rebaptisée villa “Boomerang” par l’usage populaire, Pierre Marmouget architecte, 9 allée Georges à Royan, 1955

Au cours des Trente glorieuses, l’émergence de la civilisation des loisirs voit se démocratiser les vacances, auparavant réservées à une frange aisée de la société. Cette profonde mutation économique et sociologique invite les architectes, mais aussi les entrepreneurs-concepteurs, à réinventer la résidence balnéaire qui, de villa cossue, devient une maison de vacances accessible au plus grand nombre. Le littoral de Charente-Maritime se révèle un riche territoire d’expérimentation, d’autant plus que la guerre a fait table rase de vastes secteurs de villégiature à Royan et dans ses communes limitrophes. L’architecture moderne, jusque-là absente des stations balnéaires – hormis dans sa déclinaison art déco -, y fait une entrée remarquée et renouvelle les codes de la villa de bord de mer, dont témoignent certains ouvrages exceptionnels. Le régionalisme, paradoxalement importé du sud-ouest basco-landais au cours des années vingt, livre également encore quelques réalisations de qualité. Toutefois, ici comme ailleurs sur tout le territoire, l’enjeu est quantitatif et la conception de la nouvelle villa balnéaire n’échappe pas à la réflexion plus large sur la production de la maison individuelle dont rêvent les Français.

Villa “Ombre blanche”, Claude Bonnefoy architecte, 70 boulevard Frédéric Garnier à Royan, 1958-1959

S’appuyant sur un corpus de 12 000 maisons identifiées dans les communes du littoral de Charente-Maritime, cet ouvrage retrace l’évolution de la villa balnéaire en simple maison de bord de mer. Il montre comment le rejet de l’architecture moderne et du régionalisme conduit dans les années soixante-dix à une banalisation des types et à la production d’une maison ordinaire, ainsi qu’à la revalorisation des caractères de l’architecture traditionnelle locale et l’invention d’une postmodernité vernaculaire créative.

SOMMAIRE

Avant-propos – Michel Gallice

I. Une maison singulière conjuguée au pluriel

  1. Définition d’un corpus
  2. Maison singulière et maison ordinaire
  3. Un corpus de 12 000 maisons

II. Les derniers feux du classicisme et du régionalisme 1945-1965

  1. Architecture balnéaire en Charente-Inférieure avant la seconde guerre mondiale
  2. Disparition de la culture historiciste dans la villégiature d’après-guerre
  3. Permanence et disparition du régionalisme balnéaire sur le littoral charentais

III. Une modernité inventive 1945-1965

  1. Émergence d’une architecture balnéaire moderne
  2. Une modernité de rupture : le secteur de Royan 1945-1960
  3. Modernité de rupture hors du secteur de Royan

IV. La banalisation des types 1960-1980, le boom des congés payés

  1. Dernières formes de la modernité 1960-1975
  2. Maison ordinaire ou maison générique
  3. Maison balnéaire et création postmoderne

Conclusion : la mort de la villa balnéaire ?

Léonie Marquaille : un nouveau membre au CRHA

L’équipe du CRHA F.-G. Pariset est heureuse d’accueillir en son sein une nouvelle maîtresse de conférences, rattachée au département d’histoire de l’art et archéologie.

Docteure de l’université de Paris Nanterre et de l’université de Genève, Léonie Marquaille est spécialiste de la production artistique des anciens Pays-Bas (Flandre et Hollande) à l’époque moderne. Elle a consacré sa thèse à la peinture pour les milieux catholiques dans les Provinces-Unies, parue en 2019 aux Presses universitaires de Rennes sous le titre « La peinture hollandaise et la foi catholique au XVIIe siècle ». Ses recherches portent également sur les rapports entre décor et architecture, avec un intérêt particulier pour les collaborations artistiques et les pratiques de chantiers, mais aussi pour les relations entre les arts ainsi que les hiérarchies de l’histoire de l’art.

Dans le prolongement de ses recherches doctorales qui ont souligné l’importance de la demeure et la place des objets du quotidien dans la religion, elle développe une réflexion sur les petits objets dans l’espace domestique en Europe au XVIIe siècle, en particulier les objets de la domesticité féminine dans leur dimension ludique, comme les miniatures à transformation, les cartes à jouer, les toupies ou encore les maisons de poupées, en affrontant la question de l’ornement et du rapport à la décoration intérieure ainsi que leurs qualités formelles. Par ailleurs, Léonie Marquaille assure l’édition critique numérique d’un important traité inédit rédigé par le peintre carme Sébastien de Saint-Aignan vers 1640 dans le cadre du projet « Peindre et penser la peinture en France dans le premier XVIIe siècle », financé par le Fonds national Suisse.

Pour plus de renseignements et une adresse de contact : voir sa page dédiée sur le présent carnet.

Francesca Romana Posca, lauréate de la bourse Daniel Arasse

Francesca Romana Posca, doctorante contractuelle du CRHA F.-G. Pariset depuis 2022, a récemment obtenu une bourse Daniel Arasse de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis.

https://www.villamedici.it/fr/residenze-brevi/francesca-romana-posca/

Depuis 2001, dans le cadre de leurs échanges scientifiques, l’École française de Rome et l’Académie de France à Rome attribuent chaque année huit bourses (correspondant à huit mensualités) pour des recherches portant sur l’art de la Renaissance à nos jours. Ces bourses sont destinées aux chercheuses et chercheurs francophones, doctorants ou post-doctorants (pour une 1ère bourse postdoctorale), en histoire et théorie des arts, qui souhaitent se rendre à Rome pour effectuer une recherche dans les institutions romaines et/ou situées ailleurs en Italie. Il n’y a aucune condition de nationalité. Le montant de la bourse s’élève à 1000 euros par mois. L’Académie s’engage à fournir à chacun des lauréats un logement gratuit, en colocation avec d’autres bénéficiaires de la bourse.

Pierre Alexandre Morlon (1878-1951), sculpteur et médailleur, une stratégie de carrière ?

Le CRHA F-G. Pariset est partenaire de la journée d’études organisée par les musées de Mâcon, à l’occasion de l’exposition Pierre Alexandre Morlon (1878-1951), un art au service de la République (23 juin-5 novembre 2023)

https://www.macon.fr/vivre-et-bouger-a-macon/culture/musee-des-ursulines/saison-programmation/expositions-temporaires/pierre-alexandre-morlon-1878-1951-un-art-au-service-de-la-republique

Cette journée se tiendra à l’Amphithéâtre Guillemin, 18 Cours Moreau, à Mâcon, le 5 octobre 2023.

Réservation gratuite et obligatoire avant le 3 octobre 2023 par ce formulaire :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScxe8JNxR-kXpP0B9j03c3xSrnFF2lBQJ_RSBhgIBM7UIhCEg/viewform

Pour télécharger le programme :

Légende : Pierre Alexandre Morlon, Gallia, 1907. Médaille en bronze. coll. part. © B. Mahuet, musée des Ursulines de Mâcon

D’Hector à Francus. Les représentations des histoires troyennes en France à la Renaissance

Soutenance de thèse. Madame Marta Francia soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire de l’art moderne, D’Hector à Francus. Les représentations des histoires troyennes en France à la Renaissance, le 5 mai 2023 à 14h00 dans la salle des thèses de la Maison de la recherche (université de Bordeaux Montaigne, esplanade des Antilles, Pessac). La soutenance est publique.

Cette thèse en co-direction (université Bordeaux Montaigne et université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) a été menée sous la direction de Pascal Bertrand (professeur d’histoire de l’art moderne (université Bordeaux Montaigne) et de Luisa Capodieci, maître de conférences HDR (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Le jury est composé de Pascal Bertrand, Luisa Capodieci, Sonia Cavicchioli, professeure associée d’histoire de l’art moderne (università di Bologna), Estelle Leutrat, maître de conférences HDR d’histoire de l’art moderne (université Rennes 2), Bruno Petey-Girard, professeur de littérature française – XVIe-XVIIe siècles (université de Paris-Est Créteil) et Philippe Sénéchal, professeur d’histoire de l’art moderne (université de Picardie Jules Verne).

Jean Cousin le Fils (?), Le sacrifice de Polyxène, v. 1560, New York, coll. part.

La place et les modalités des représentations du cycle troyen en France à la Renaissance sont mises en lumière à travers l’analyse d’œuvres d’art réalisées sur des supports variés ainsi qu’éphémères. Le mythe troyen survit et se transforme pendant les époques médiévale et renaissante en faisant l’objet de plusieurs réécritures, surtout à caractère historiographique, donnant ainsi lieu à de nombreuses variations figuratives. Le traitement du large corpus passe par l’examen des différentes traditions interprétatives reliées aux épisodes et aux personnages de la guerre de Troie afin d’en déceler les significations et les enjeux symboliques. Les examens iconographiques et iconologiques des images révèlent les points de continuité avec l’Antiquité via la persistance de certaines notions, telles que l’harmonie et la concorde représentées par les noces de Thétis et Pélée, ou le concept de « belle mort » insufflé dans les morts héroïques. Mais l’imagerie troyenne est influencée aussi par les relectures herméneutiques, morales et philosophiques plus tardives de la légende. De plus, les illustrations de la cour de Priam et les scènes de batailles entre Grecs et Troyens évoquent la réalité historique contemporaine d’un royaume déchiré par les campagnes d’Italie et par les guerres de religion. Dans ce sens, la tendance la plus significative de l’époque s’inscrit dans un processus européen de consolidation et de légitimation nationale, où chaque pays et ses monarques se rattachent aux rescapés troyens. Ainsi, l’essor de ces représentations en France reflète la réappropriation identitaire du récit en tant que mythe de fondation et dynastique.

Centre François-Georges Pariset

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search