Anna Jolivet, L’invention de l’école vénitienne en France au XIXe siècle

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes un ouvrage issu de la thèse d’Anna Jolivet L’invention de l’école vénitienne en France au XIXe siècle.

Dans la France du XIXe siècle, du fait de son statut encore incertain, l’histoire de l’art se nourrit d’une littérature variée (revues artistiques, ouvrages savants ou de vulgarisation, récits de voyages), tout en fondant un savoir institutionnalisé. C’est au sein de ce contexte de naissance de la discipline que cet ouvrage propose d’interroger l’école vénitienne de peinture comme objet de connaissance. Car cette dernière, par la sensualité de son coloris, se distingue de la tradition florentine et romaine classique et irrigue les aspirations esthétiques romantiques contemporaines.

Annonce de soutenance d’Habilitation à Diriger les Recherches d’Émilie d’Orgeix, 26 septembre 2016

non-aedificandi_bruxelles-1

Emilie d’Orgeix, membre du centre François-Georges Pariset- EA538, soutiendra ses travaux en vue de l’obtention du diplôme d’habilitation à diriger des recherches à l’Académie d’architecture, 9 place des Vosges, 75004 Paris, le lundi 26 septembre 2016 à 14h30.

Composition du jury

Tuteur de l’habilitation : Antoine Picon, professeur, ENPC/ Harvard University.

Rapporteurs : Alexandre Gady, professeur, université Paris-IV ; Véronique Meyer, professeur, université de Poitiers ; Stéphane van Damme, professeur, European Institute of Florence.

Examinateurs : Jean-Marc Besse, directeur de recherches, CNRS-UMR Géographie-cité ; Jean-Philippe Garric, professeur, université Paris 1 ; Letizia Tedeschi, professeur, Archivio del Moderno, Università della Svizzera italiana, Mendrisio.

Le mémoire inédit que je présente s’intitule « Zones Non aedificandi. La politique du vide dans les places fortes (1550-1789) ». C’est une étude sur la périphérie urbaine à l’époque moderne qui se fonde sur l’intuition tout autant que la conviction que l’histoire de l’architecture est passée à côté d’un objet fondamental d’analyse urbaine – les zones non aedificandi établies autour des villes fortes, « ces villes plus que villes » selon Lazare Carnot. Au-delà de réconcilier des traditions historiographiques parallèles entre ville militaire et ville civile, j’y ai tenté d’ouvrir de nouvelles perspectives sur la manière de concevoir les marges de la ville moderne comme un chantier de travail. L’étude démontre combien cette périphérie militaire d’Ancien Régime, riche, opérationnelle, symbolique, convoitée par tous, souvent interlope et, dans tous les cas, pleinement partagée par les différents acteurs à l’œuvre dans la ville, constitue un socle sur lequel s’adosser pour s’attaquer à la question des mutations urbaines à l’articulation, tout d’abord des XVIIe et XVIIIe siècles (villes précocement déclassées, grands chantiers septentrionaux, recomposition des marges urbaines et périurbaines), puis des XVIIIe et XIXe siècles (ouverture de la ville, structuration, zonage et déclassement des territoires périurbains, infrastructures, embellissements, création des champs-de-Mars… ). C’est, en définitive, un essai qui, tout en s’adossant sur des sources militaires d’Ancien Régime très largement inédites, œuvre à reconstruire une généalogie brisée entre ville moderne et ville contemporaine en travaillant sur ces points de suture que sont les marges urbaines dans les nombreuses villes sous tutelle militaire que compte alors le royaume. La dimension n’est pas uniquement moderniste mais vise, plus largement, à réhabiliter un espace frontalement présent dans les débats actuels sur la ville, tout autant qu’il est négligé par l’historiographie de la période moderne, en proposant des ouvertures disciplinaires (histoire urbaine et histoire de l’environnement, histoire de la construction, expertise technique, partage des rôles entre acteurs (architectes, ingénieurs militaires, ingénieurs des ponts et chaussées) et méthodologiques (la ville forte comme typologie urbaine opérative). L’ambition en est, in fine, de recentrer la recherche sur des sites d’observation (les villes de province) qui échappent aux paradigmes des villes-capitales et des espaces périphériques (les marges de la ville) peu étudiés à l’époque moderne afin d’esquisser des orientations de travail susceptibles de soutenir un nouveau chantier de recherche collectif en histoire de l’architecture et de la ville.

La soutenance est publique.

Attribution de deux bourses d’étude internationales à des chercheurs du centre Pariset : Sabine du Crest et Pascal Bertrand

Deux bourses d’étude internationales viennent d’être décernées à des membres du Centre Pariset :

Sabine du Crest sera boursière de l’université de Harvard à la Villa I Tatti à Florence durant un semestre en 2017 (janvier-Juin), Elle pourra ainsi mener à bien ses travaux sur les objets frontières.

Pascal Bertrand sera chercheur invité du J. Paul Getty Museum durant l’été 2016 (Juillet-Septembre). Il travaillera sur la figure du tapissier, dans une approche socio-économique de l’art

Colloque Expositions et médias : enjeux d’une dialectique actuelle – 26 et 27 mai, Musée d’Aquitaine, Bordeaux

Porté par les laboratoires François-Georges Pariset et MICA de l’Université Bordeaux Montaigne, le colloque « Expositions et médias: enjeux d’une dialectique actuelle » entend questionner et analyser, à travers une approche pluridisciplinaire, la production et la réception des expositions à l’ère des Technologies d’Information et de Communication.

Du 26 au 27 mai au musée d’Aquitaine, le colloque comprend trois sessions de communications, deux conférences de Serge Chaumier et Jérôme Glicenstein et une demi-journée qui s’intéresse à la pratique des professionnels autour d’une visite des salles du musée et une table-ronde consacrée à la mise en exposition du patrimoine monumental.

Programme Colloque Expositions et Médias 26 27 mai 2016_Page_1

Programme Colloque Expositions et Médias 26 27 mai 2016_Page_2

Actes en ligne du colloque publié sous la direction d’Adriana Sotropa et de Catherine Méneux: Quêtes de modernités artistiques dans les Balkans au tournant du XXe siècle

Quêtes de modernité(s) artistique(s) dans les Balkans au tournant du XXe siècle

Sommaire

Adriana Sotropa, Introduction

Evgénios D. Matthiopoulos, La réception du symbolisme en Grèce à travers l’œuvre de Costis Parthénis pendant la période 1900-1930

Maria Katsanaki, Nikolaos Gysis (1842-1901) et la réception critique de ses œuvres allégoriques de la dernière décennie du XIXe siècle : Historia, Gloria, Bavaria

Spyros Petritakis, Quand le miroir devient lampion : aspects de la réception de l’œuvre tardive de Nikolaus Gysis entre Athènes et Munich

Philippe Gelez, Le modernisme en Bosnie, Croatie et Serbie : aspects polémiques

Irina Genova, Présence et absence du symbolisme en Bulgarie : réception critique et historiographie

Philipp Leu, Maturation, présence et visibilité de la société Tinerimea artistică à Munich

Adriana Sotropa, Le peintre Kimon Loghi (1871-1952) face aux critiques et à l’histoire

Les auteurs

Liens de téléchargement des articles:

 

 

Conférence : L’aventure du béton assemblé : de l’ossature au refend porteur

par Yvan Delemontey

Architecte, docteur en architecture et enseignant à l’EPFL

Mardi 12 avril 2016 – 18h00-19h30
Arc en rêve centre d’architecture, salle de communication (niveau 1)
Entrepôt, 7 rue Ferrère 33000 Bordeaux

Conférence organisée dans le cadre du séminaire « Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe-XXIe siècles) » coordination : Pr Gilles Ragot, Émilie d’Orgeix (UBM), Pr Gilles-Antoine Langlois, Gauthier Bolle (ENSAPBx)

S’étendant sur une dizaine d’années depuis la Libération, la Reconstruction est une période décisive dans l’histoire de l’architecture française. Elle se caractérise à la fois par la mise en œuvre à l’échelle nationale des théories urbanistiques modernes issues de l’entredeux-guerres et par la volonté d’industrialiser le bâtiment. Sous ce dernier aspect, on assiste au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à l’essor fulgurant d’une multitude de procédés novateurs – en grande partie liés à la préfabrication – qui tentent de résoudre, dans un contexte d’urgence et de pénurie, une équation particulièrement difficile : construire en masse, plus vite et meilleur marché. Jusqu’ici peu enclin à se moderniser, le secteur de la construction va pourtant connaître un bouleversement sans précédent, transformant en profondeur et en peu de temps ses pratiques, ainsi que les relations entre ses différents acteurs (architectes, ingénieurs, entrepreneurs, industriels, bureaux d’étude Continuer la lecture de Conférence : L’aventure du béton assemblé : de l’ossature au refend porteur

Conférence : « Janus architecte : la double temporalité de l’architecture »

par Philippe Potié

Architecte, historien, professeur à l’ENSA Versailles et membre du laboratoire LéaV

Mardi 15 Mars 2016 – 18h00
Arc en rêve centre d’architecture, salle de communication (niveau 1)
Entrepôt, 7 rue Ferrère 33000 Bordeaux

Conférence organisée dans le cadre du séminaire « Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe-XXIe siècles) » coordination : Pr Gilles Ragot, Émilie d’Orgeix (UBM), Pr Gilles-Antoine Langlois, Gauthier Bolle (ENSAPBx)

L’espace architectural fait résonner une double temporalité dont on ne perçoit pas toujours les accords. Distraits par les bruits de débats que jouent ici la modernité contre la postmodernité, comme autrefois les Anciens contre les Modernes, la complémentarité des temps dont l’architecture se fait le théâtre est largement éclipsée par le vacarme de la querelle stylistique. Nous voudrions faire sentir le jeu subtil de duettiste auquel se livrent dans le dessin des édifices, le temps court de l’action et le temps long de la contemplation. Nous formulerons l’hypothèse que l’architecture se découvre dans Continuer la lecture de Conférence : « Janus architecte : la double temporalité de l’architecture »

Centre François-Georges Pariset