AVIS DE SOUTENANCE

Mme AGNES FAURE présente ses travaux en soutenance le : 20 septembre 2013 à 14h00

en vue de l’obtention du diplôme : Doctorat Histoire de l’Art

Section CNU 22 – Histoire/civilisations : mondes modernes

Titre des travaux :

Mythes et fictions en histoire de l’art. Histoire de la réception de l’image de Jean
Cousin et étude critique des interprétations de l’Eva prima Pandora

Directeur : M. PASCAL BERTRAND

Adresse : Université Bordeaux 3 – salle des thèses
La soutenance est publique.

Membres du jury :

-M. PASCAL BERTRAND (Professeur des Universités à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux3)

-Mme MARIANNE GRIVEL (Professeur des Universités à l’ Université PARIS 4 – La Sorbonne)

– M. DOMINIQUE JARRASSE (Professeur des Universités à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux3)

– M. GUY-MICHEL LEPROUX (Directeur d’Etudes – EPHE)

 

Résumé long

 

Titre : Mythes et fictions en histoire de l’art. Histoire de la réception de l’image de Jean Cousin et étude critique des interprétations de l’Eva prima Pandora.

 

 

Jean Cousin a suscité différentes formes de réception, révélatrices des enjeux discursifs des historiographes. De même, l’analyse critique des textes qui ont été produits sur l’Eva prima Pandora a fait émerger plusieurs problématiques inhérentes au processus de l’interprétation des œuvres d’art, au discours produit sur la peinture. À partir d’un contexte documentaire lacunaire, qui concerne autant le peintre que son tableau, les auteurs ont crée des fictions révélatrices de leur orientation méthodologique et des attentes de leur époque d’expression.

 

L’œuvre de Jean Cousin et plus particulièrement son tableau illustrent les difficultés relatives à la connaissance des productions artistiques françaises au XVIe siècle. Si les maîtres italiens et flamands qui introduisent une nouvelle esthétique en France, et principalement dans le milieu bellifontain, sont relativement connus, la production picturale associée à des noms d’artistes français demeure moins identifiable, ne fournissant que peu d’exemples observables. C’est donc dans un contexte de carence que l’historien de l’art opère alors qu’il s’intéresse à l’art français du XVIe siècle et plus précisément à la peinture. Son rôle consiste donc à combler cette forme lacunaire de la connaissance en utilisant différents moyens d’investigation, selon des méthodes dépendantes de leur période de mise en œuvre. De la sorte, il procède à une restitution des données par le biais des informations qu’il cherche à obtenir et par le discours qu’il met en place. Or, le propre du discours réside dans l’utilisation d’une langue, d’une écriture créant une forme de décalage ou de distance par rapport à l’objet étudié. S’exprimer sur une période passée, éloignée du temps de l’auteur implique inévitablement un phénomène d’inadéquation relatif à la perception que l’écrivain peut avoir de cette époque à laquelle il n’appartient pas, et dont certains aspects culturels intrinsèques ne pourront jamais lui parvenir. Il procède donc, par l’écriture, à une reconstruction de l’histoire qui échappe rarement à la projection de sa propre perception. En outre, le critique répond aussi aux attentes de ses lecteurs lorsqu’il produit un discours, discours fortement dépendant de son contexte idéologique de production.

 

Ce phénomène de distanciation relatif à l’écriture se retrouve lorsque l’historien de l’art étudie une œuvre d’art, et principalement lorsqu’il interprète une peinture. En outre, le fait de produire un discours littéraire sur une œuvre picturale contribue à accentuer ce phénomène de décalage ou de distance. En effet, la peinture utilise un langage qui lui est propre et qui n’est pas de même nature que le texte de l’écrivain. De la même manière que le critique ne peut accéder à la part intrinsèque de la culture d’une époque, l’essence de la mise en œuvre d’une peinture ne peut être retranscrite par le seul langage littéraire. En outre, lorsque la critique se livre à l’interprétation d’un tableau, elle interroge sa signification et se retrouve confrontée aux difficultés relatives au fait de s’exprimer sur une culture du passé.

 

Signaler de tels phénomènes de perception a pour but, non point de les condamner puisque de toute évidence ils sont inévitables, mais seulement d’en prendre conscience. En effet, ce type de reconnaissance conduit à admettre que l’histoire de l’art, compte tenu des limites évoquées, est génératrice de fictions. La nature de son outil de communication, le discours, l’y contraint nécessairement.

De tels propos visent la discipline d’une manière générale, non restreinte au cas de Cousin et de sa peinture. Cependant, plus le contexte de connaissance objective est faible, plus la l’élaboration fictionnelle a de risques d’être importante. Or, c’est à partir de données particulièrement lacunaires que l’histoire de Jean Cousin le père s’est construite de même que ce que nous savons des conditions de réalisation de l’Eva prima Pandora se résume à quelques déductions peu fondées. De la sorte, la manière dont l’image du peintre a été élaborée ainsi que les interprétations qui ont été données du tableau du Louvre, fournissent deux points d’appui à notre sujet d’étude centré sur les mythes et les fictions que l’histoire a produit sur l’artiste français et sa peinture.

 

Dès le début du XVIIe siècle, se crée l’image mythique d’un Jean Cousin, initiateur du courant de la Renaissance en France. Dans un contexte artistique marqué par l’importation des œuvres étrangères et notamment italiennes, le pays devait se doter de sa propre école de peinture et trouvait son maître dans la personnalité de Jean Cousin. Fortement rattachée à l’art du vitrail, l’œuvre de l’artiste sénonais prend une dimension nationale qui répond aux attentes de la critique et le nom de l’artiste sénonais figure désormais en tête de liste des peintres de la Renaissance en France.

 

Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que cette image mythique commence à être remise en cause, puis les données issues des actes notariés de la région de Sens. La mise à jour de la personnalité de Jean Cousin le Fils constitue un point important de ce renouvellement de la perception de l’image de l’artiste mais également le constat définitif d’un champ d’étude relativement restreint. Partant, les historiens de l’art du XXe siècle orientent leur recherche sur la nécessité d’accroître le corpus de l’œuvre de Jean Cousin le Père et leurs travaux se basent principalement sur les questions de l’attribution.

 

C’est également dans un contexte d’études basées sur la recherche en archives que l’histoire de l’Eva prima Pandora a pu être établie, à travers les différentes mains de ses propriétaires jusqu’à son entrée au Louvre en 1922, don de la Société des Amis du Louvre. Le sens de l’œuvre y est brièvement abordé mais sur le ton de l’affirmation, sans que ne soit établi de raisonnement logique prenant appui sur une quelconque méthode d’interprétation.

En revanche, à partir du moment où les interprètes vont mettre en œuvre une approche iconographique de la peinture construite sur un schéma démonstratif convergeant vers le sens qu’ils cherchent à établir, ils se heurtent nécessairement à ce que nous pourrions nommer le « mythe de la signification ». Ainsi que le discours mis en place pour construire l’image du parfait artiste de la Renaissance engendre un processus de mythification, produire un texte sur le sens de la peinture place inévitablement l’interprète dans un domaine d’expression fictionnel. Il nous appartient donc d’analyser ce phénomène alors que les différents auteurs tentent d’établir le sens de l’Eva prima Pandora.

Pour ce faire, nous prenons appui sur le débat théorique qui s’instaure entre une méthode essentiellement basée sur la recherche de la lisibilité de l’œuvre, et l’approche picturale de l’image, cette dernière mettant en question la possibilité d’accéder à la signification d’une peinture ancienne. En revanche, même si cette orientation méthodologique semble éviter les écueils des interprétations convergentes vers la recherche du sens univoque de l’œuvre, elle continue à prendre en compte la sphère d’évocation sémantique de la peinture. Elle reconstitue une globalité contextuelle ouvrant le domaine des possibles dans lesquels l’artiste est à même de puiser ses sources. Face à cette problématique méthodologique, il est alors possible d’envisager qu’une peinture puisse être étudiée en resserrant le champ d’étude sur ce qui peut être objectivement déterminé.

 

Les différents points de la théorie de l’analyse de la peinture que nous venons d’évoquer soulèvent bien la question de la détermination du sens d’une peinture et ses implications dans le discours produit par les interprètes. Or, l’exemple que nous avons choisi pour notre étude, l’Eva prima Pandora de Jean Cousin le père, illustre parfaitement cette problématique dans la mesure où le tableau confronte justement l’historien de l’art ou l’écrivain au problème de la détermination sémantique.

 

Ce que donne à voir le tableau place le spectateur devant une œuvre qui fait à la fois référence à une esthétique identifiable – un nu vénusien allongé dans un décor de nature – et à la culture de l’époque, établissant un parallèle entre la figure chrétienne d’Ève et l’antique Pandore. Cependant, cette présentation fait apparaître un ensemble de motifs dont l’organisation ne permet pas d’établir une cohérence sémantique évidente. Les interprètes y décèlent donc un programme complexe, dont le sens n’est pas immédiatement donné. Pour dénouer le mystère de l’œuvre, ils mettent alors en place un processus d’analyse semblable à une énigme qu’il faudrait élucider, construit sur la base d’un enchaînement de déductions logiques et cohérentes.

 

L’étude des différentes interprétations du tableau et de leurs limites méthodologiques conduira à envisager une autre approche de la peinture. Nous tenterons de déterminer un ensemble de connaissances objectives à partir des données fournies par le dossier de Louvre consacré à l’Eva prima Pandora. Nous avons également choisi de porter notre attention sur un autre aspect de la connaissance de l’œuvre de Jean Cousin que nous considérons suffisamment objectif et qui concerne ses traités de perspective et de proportion. À partir de cet ensemble de connaissances que nous avons fixé en recherchant au mieux les critères d’objectivité, nous proposons une étude du tableau à partir de la notion d’intention de l’artiste. Cette proposition a principalement pour but de montrer qu’une autre approche de la peinture est possible sans qu’elle ne soit sous-tendue par la question sémantique ou encore inscrite dans le seul débat de la forme et de l’idée.

Appel à contributions : Jeux et enjeux du cadre dans les systèmes décoratifs à l’époque moderne

numérisation0001

09-10 mai 2014

Institut national d’histoire de l’art – Paris

Journées d’études internationales organisées par le CHAR (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), le Centre François-Georges Pariset (Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3) et le GEMCA (Université catholique de Louvain)

      Généralement compris comme ce qui sert à décorer un espace, et répondant aux exigences de convenance du decorum, le décor atteint entre les XVe et XVIIIe siècles un degré d’élaboration et de complexité tout particulier. Pouvant être considérés comme de véritables systèmes, les décors modernes s’imposent comme un phénomène propre de la pratique artistique qu’il convient d’étudier comme tel. Ces journées d’études entendent plus spécialement appréhender l’originalité de ce phénomène à travers la question du cadre. Souvent laissé à la marge des études sur le décor, le cadre en constitue pourtant l’une des dimensions essentielles, qui en conditionne non seulement les modes de perception mais qui permet aussi d’en comprendre les mécanismes de fonctionnement. En effet, si les systèmes décoratifs deviennent le lieu d’une expérimentation sur les frontières entre l’espace réel et l’espace de la représentation, c’est notamment par des jeux d’encadrement variés que les artistes ont abondamment explorés.

      Quadri riportati, éléments architectoniques, figures anthropomorphes et hybrides, matériaux feints (tentures, parchemin, cuir, etc.), médaillons, cartouches ou encore guirlandes, sont autant de dispositifs encadrants qui, loin d’être accessoires et gratuits, se chargent d’implications sémantiques et participent au rythme et au faste visuel, autant qu’à la mise en scène de la représentation. En effet, en circonscrivant et en articulant entre eux des espaces particuliers et des registres discursifs distincts, ils créent des solutions interprétatives qui conditionnent et orientent la perception et la compréhension du discours. Mais si le cadre apparaît comme un élément disjonctif, qui sépare et différentie, il assure aussi la conjonction ou le passage entre les espaces, voire, par un excès de réflexivité et une propension à l’autonomie, il brouille et met en crise la hiérarchie entre ces différentes instances. C’est en appréhendant ce déplacement perpétuel des frontières, et les (en)jeux qu’il sous-tend, que l’on s’efforcera de questionner les dispositifs d’encadrement des systèmes décoratifs à l’époque moderne, dans la multiplicité de leurs supports et de leurs médiums.

Autrement dit, il s’agira de comprendre comment le cadre contribue à faire du décor une machine à produire du sens.

Parmi les nombreuses problématiques que soulève cette thématique, nous suggérons quelques axes de recherche, susceptibles d’orienter la réflexion :

Quels sont les mécanismes propres aux décors permettant de délimiter et d’instaurer un lieu, une image, une représentation graphique ou symbolique ? L’usage particulier de cette limite peut-elle contribuer à définir certaines tendances ou courants esthétiques ?

En termes de réception, quels sont les artifices employés pour créer une frontière ou un passage entre le décor et son spectateur ? Selon quelles modalités le décor met-il en œuvre des effets de présence et de distance, contribuant par-là à déterminer l’expérience du spectateur ?

Comment l’ornement du cadre répond-il au principe du decorum, et dans quelle mesure en constitue-t-il une transgression ? Comment la problématique du rapport entre l’ergon et le parergon s’inclue-t-elle dans cette question ? Comment s’articulent les limites et les passages entre ces différents espaces, remettant en cause les hiérarchies traditionnelles de la représentation et créant, de fait, des espaces de liberté et d’autonomie ?

En quoi le passage entre des médiums et des contextes variés peut-il induire, pour des dispositifs semblables, des lectures diverses répondant à des problématiques spécifiques ? Comment l’utilisation de différents matériaux, réels ou feints, participe-t-elle, à sa manière, des processus d’encadrement, tant d’un point de vue esthétique que symbolique ?

Dans la continuité des études qui, depuis les années 60, ont œuvré à problématiser la question du cadre dans les arts visuels, et en s’inscrivant dans le regain d’intérêt actuel pour la question de l’ornemental, cette réflexion devra permettre de porter un nouveau regard sur cet objet essentiel de l’art à l’époque moderne qu’est le décor.

Les propositions de communication, d’environs 300 mots, sont à envoyer avant le 1er octobre 2013 par courrier électronique à l’adresse suivante :

cadredecor2014@gmail.com

Comité organisateur :

Nicolas Cordon, Edouard Degans, Elli Doulkaridou, Caroline Heering

Comité scientifique :

Pascal Bertrand, Nicolas Cordon, Edouard Degans, Ralph Dekoninck, Elli Doulkaridou, Caroline Heering, Philippe Morel, Victor Stoichita

 

Texte de présentation (PDF)

Download english version (PDF)

Marché(s) de l’art en province 1870-1914

Marché(s) de l’art en province 1870-1914, études réunies par Laurent Houssais et Marion Lagrange, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset, n° 8, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2010. 167 p.

Alors que le marché de l’art parisien a fait l’objet de nombreuses études qui ont permis d’identifier les différents acteurs et favorisé la compréhension des enjeux sous-jacents, la situation en province est plus difficile à appréhender. Ce champ de recherches a fait l’objet d’une première enquête en 1964 par la sociologue Raymonde Moulin. Il bénéficie ensuite, dans les années 1980, des investigations menées sur l’histoire des collections et des institutions. Le présent ouvrage complète et approfondit notre vision, encore imparfaite, du marché de l’art provincial. Il dresse un premier bilan des recherches tout en soulignant la richesse de ce domaine et la variété des approches.

Les contributions réunies dans ce recueil mettent en lumière la diversité des situations et des enjeux, explorent la multiplicité des échanges engendrés par ces marchés, en particulier avec la scène artistique parisienne. Elles permettent de se libérer d’une vision rétrograde et stéréotypée de la province tout en encourageant une réflexion sur la méthodologie de ce domaine d’études partagé entre histoire de l’art, sociologie de l’art, histoire culturelle et géographie artistique.

 

Table des matières

Avant-propos par Marion Lagrange, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, université Bordeaux III

Préface par Raymonde Moulin, sociologue, directrice de recherche honoraire au CNRS

Le « sol ingrat de la province », introduction par Laurent Houssais et Marion Lagrange, maîtres de conférences en histoire de l’art contemporain, université Bordeaux III

Entre art et politique : la Société des amis des arts de Strasbourg (1870-1918) – Anne-Doris Meyer, chargée de mission aux Musées de la Ville de Strasbourg

La Société des amis des arts de Nantes : l’action d’une association sur le marché de l’art local –Alain Bonnet, maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université de Nantes

Les loteries des salons de province, entre économie et philanthropie – Nicolas Buchaniec, docteur en histoire de l’art contemporain, université Charles de Gaulle-Lille III

L’exposition des Nabis en 1894 à La Dépêche de Toulouse : un essai de décentralisation artistique – Aurélie Peylhard, chargée d’études au musée Gustave Moreau

L’atelier-musée des frères Carli et la promotion de la sculpture religieuse à Marseille – Laurent Noet, docteur en histoire de l’art contemporain – université Paul Valéry Montpellier III

La Société des amis des arts de Bordeaux face à la presse nationale et locale : quelle critique d’art pour la province ? – Dominique Dussol, professeur en histoire de l’art contemporain à l’université de Pau et des Pays de l’Adour

Les Artistes normands au Salon : un outil de promotion locale des artistes normands exposant aux expositions de province – Dominique Lobstein, responsable de la bibliothèque du musée d’Orsay

À la recherche d’amateurs : l’exemple de la participation du peintre parisien Gustave Moreau aux expositions de province – Geneviève Lacambre, conservateur en chef honoraire au musée d’Orsay

Edmond Sagot et l’affichomanie en province : commerce et valorisation de l’affiche comme nouveau genre artistique – Nicholas-Henry Zmelty, doctorant en histoire de l’art contemporain – université de Picardie Jules Verne, Amiens ; chargé d’études et de recherche à l’INHA

Les interactions et les échanges artistiques Paris-province à partir de la prosopographie du Conseil supérieur des beaux-arts (1875-1914) – Marie-Claude Genet-Delacroix, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université de Reims Champagne-Ardenne

La fin de l’exclusion artistique. Le marchand d’art berlinois Louis Friedrich Sachse à la conquête de la province – France Nerlich, maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université François Rabelais, Tours

Annexe. Rapport de Roger Ballu, dit Roger-Ballu (1852-1908), inspecteur des Beaux-Arts, commissaire principal des expositions des Beaux-Arts en France et à l’étranger, sur l’activité des sociétés en province, 26 décembre 1893

L’objet d’art en France du XVIE au XVIIIE siècle : de la création à l’imaginaire

L’objet d’art en France du XVIe au XVIIIe siècle : de la création à l’imaginaire, études réunies par Marc Favreau et Patrick Michel, Centre François-Georges Pariset / Université Michel de Montaigne Bordeaux III, 2007. 316 p.

Actes du colloque international de Bordeaux (12-14 janvier 2006)

Table des matières

Avant-propos par Marc Favreau, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III, et Patrick Michel, professeur d’histoire de l’art moderne, université Charles de Gaulle-Lille III

À la conquête d’une reconnaissance : des arts mineurs à l’objet d’art », introduction par Marc Favreau, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

1. La genèse de l’objet d’art

Les livres de présentation de Puget de La Serre – Véronique Meyer, professeur d’histoire de l’art moderne, université de Poitiers

Création, interprétation et réception : les planches d’ornement de Paul Androuet du Cerceau – Sandrine Herman, doctorante, université de Paris IV-Sorbonne

De la gravure à l’objet d’art : la spécificité des estampes des orfèvres parisiens au XVIIe siècle – Michèle Bimbenet-Privat, Conservateur en chef au musée national de la Renaissance, château d’Écouen, professeur associé à l’université de Paris IV-Sorbonne

Le décor des cabinets d’ébène parisiens : propositions chronologiques – Daniel Alcouffe, Conservateur général honoraire au musée du Louvre

L’influence de la manufacture royale des Gobelins à l’étranger : les artisans de Louis XIV à Stockholm – Florian Knothe, doctorant, Courtauld Institute of Art, université de Londres

La fondation de l’École royale gratuite de dessin de Paris (1767-1815) – Ulrich Leben, historien de l’art, Associate Curatir, Waddesdon Manor

Le processus de création et de réalisation des statuettes de faïence et de porcelaine de Niderviller au XVIIIe siècle : technique et sensibilité artistique – Véronique Stahn, assistante qualifiée de conservation, musée des Arts décoratifs de Strasbourg, doctorante, université Strasbourg II-Marc Bloch

2. Le marché de l’art et les collections

La compagnie française des Indes orientales et les importations d’objets d’art pendant le règne de Louis XIV – Stéphane Castelluccio, chargé de recherche au CNRS, Centre André Chastel (UMR 8150)

Autour de la rue Saint-Martin. Les importations et la distribution des tapisseries flamandes à Paris 1600-1650 – Koenraad Brosens, chargé de recherches, Fonds de la Recherche Scientifique-Flandre (FWO-Vlaanderen), professeur invité extraordinaire à l’université catholique de Louvain

Le goût pour les petits bronzes de collection en France au XVIIIe siècle – Patrick Michel, professeur d’histoire de l’art moderne, université Charles de Gaulle-Lille III

Les plaques et médaillons de Sèvres à l’imitation de Wedgwood, incorporés au mobilier français du XVIIIe siècle – Thomas Martinie, doctorant, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Pour une approche du mobilier royal dans les représentations diplomatiques françaises, aux XVIIe et XVIIIe siècles – Marc Favreau, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Charles-Alexandre de Lorraine (1712-1780) et l’orfèvrerie française – Léo De Ren, professeur, Katholieke Universiteit Leuven

3. L’image de l’objet dans les arts visuels et la littérature

Les discours sur l’objet d’art de 1789 à 1804 – Philippe Bordes, professeur d’histoire de l’art moderne, université Lyon II

Le statut de la tapisserie sous l’Ancien Régime et en particulier aux Gobelins du temps de Louvois (1683-1691) – Pascal-François Bertrand, professeur d’histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

L’objet animé au XVIIIe siècle : automates, marionnettes, statues – entre science, art et curiosité – Aurélia Gaillard, professeur en Littérature du xviiie siècle, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

4. L’objet d’art ancien et son statut juridique et fiscal

L’authenticité des œuvres d’art : problèmes juridiques – Sophie Vigneron, lecturer, Kent Law School, University of Kent

Le statut international de l’objet d’art – Dominique Audrerie, avocat au Barreau de Paris, maître de conférences associé à l’université Montesquieu-Bordeaux IV

Le statut fiscal de l’objet d’art – Éric Mirieu de Labarre, maître de conférences, université Montesquieu-Bordeaux IV

Conclusion par Jean-Louis Martres, professeur émérite à l’université Montesquieu-Bordeaux IV

Apollon. Enquête sur un mythe

Apollon. Enquête sur un mythe, études rassemblées par Sabine du Crest, photographies de Jacques de Givry, Bordeaux, Centre F.-G. Pariset / université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 2006. 154 p.

Table des matières

Avant-propos par Béatrix Saule, Conservateur en chef. Directeur du Centre de recherche du château de Versailles.

Introduction par Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

L’enquête
Le Signe apollinien

 Renaissances d’Apollon – Frank Lestringant, professeur de littérature française, université de Paris IV-Sorbonne

L’avènement d’un Apollon moderne – Emmanuel Bury, professeur de littérature française, université Versailles Saint-Quentin

Du bon usage d’Apollon

La cristallisation d’Apollon à Versailles – Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Un autre Apollon : Apollon devant le tribunal des Dieux de Cornelis Cornelisz. Van Haarlem – Colette Nativel, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Paris I-Panthéon Sorbonne

Le parc palpite d’ombres et de lumières

L’âme du parc, textes de Jean-Pierre Néraudeau. Photographies de Jacques de Givry

Les ruptures, figures du discours historique

Les ruptures, figures du discours historique, études rassemblées par Richard Leeman, Bordeaux, Centre F.-G. Pariset, 2005. 122 p.

Actes de la 5e journée d’études d’histoire de l’art moderne et contemporain

Table des matières

Avant-propos par Christian Taillard, professeur d’histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne Bordeaux III

Introduction par Richard Leeman, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne Bordeaux III

Attention ! Un train peut en cacher un autre !… – Werner Hofmann, Directeur honoraire de la Kunsthalle de Hambourg

La nature morte dans la hiérarchie des genres. Chronique d’une vraie fausse rupture – Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

De la rupture comme résurgence du caractère national – Dominique Jarrassé, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Les années 1820 en France ou la « bataille » romantique : historiographie d’un discours orienté – Catherine Martin, docteur en histoire de l’art, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

1888, le Talisman de Sérusier : analyse d’une transmission – Claire Barbillon, maître de conférences en histoire de l’art, université Michel de Montaigne-Bordeaux III ; annexe, « tableau des principales expositions dans lesquelles a été exposé le Talisman (1945-2001) »

In illo tempore… Ces légendes qui font l’histoire – Claude Frontisi, professeur émérite d’histoire de l’art, université Paris X-Nanterre

Deuil et ruptures de la Grande Guerre, entre mobilisation et démobilisation artistique – Annette Becker, professeur d’histoire, université Paris X-Nanterre

L’après-Rodin : « la bande à Schnegg », une rupture ? – Amandine Placin-Geay, docteur en histoire de l’art, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Historiographie soviétique depuis la mort de Staline : points de rupture et de contact entre l’histoire (de l’art) officielle et non officielle – Claude Ravant, journaliste, docteur en histoire de l’art

Le poststructuralisme, figure d’une historiographie « postmoderne » – Richard Leeman, maître de conférences en histoire de l’art, université Michel de Montaigne-Bordeaux III


Victor Louis et son temps

Victor Louis et son temps, études rassemblées par Christian Taillard, Bordeaux, Centre F.-G. Pariset / Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 2004. 349 p.

Actes du colloque international tenu au Palais Soubise, organisé par la Société Victor Louis du 14 au 16 décembre 2000 dans le cadre des célébrations nationales

Table des matières

Avant-propos par Christian Taillard, professeur d’histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

1. Autour de Victor Louis

Victor Louis. Découvertes récentes et questions en suspens (1991-2000) – Christian Taillard, professeur d’histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Annexe 1. Opuscule de La Font de Saint-Yenne de 1762 évoquant la chapelle des Âmes du Purgatoire à Sainte-Marguerite de Charonne

Annexe 2. Lettres d’Eberts à Caroline de Bade concernant Victor Louis (archives de la famille de Bade-Durlach)

Notes sur Victor Louis et la sculpture – Guilhem Scherf, conservateur en chef au département des sculptures du musée du Louvre

À propos de Victor Louis et de la table de fer poli de Varsovie, les familles Deumier et Perez – Christian Baulez

Annexe. Extrait des conventions et marchés passés du 17 janvier au 3 avril 1767 entre Mgr Pierre-Augustin Bernardin de Rosset de Rocozel de Fleury, évêque de Chartres, et Charles-Claude d’Archambault chanoine

Les débuts de Victor Louis vus par Jean-Antoine Morand, peintre et architecte lyonnais (1727-1794) – Sylvain Chuzeville, doctorant, université Lumière Lyon II

Le portique de l’église Saint-Éloi de Dunkerque ou fortune critique d’une œuvre de Louis – Anita Oger-Leurent, chercheur au service de l’Inventaire général, Conservateur délégué des Antiquités et Objets d’Art du Nord

Annexe 1. Approbation du plan de Louis par le Magistrat et la fabrique, 18 décembre 1782

Annexe 2. Brouillon de la lettre adressée par Charles de Calonne à Victor Louis à propos du dessin de la place ordonnancée projetée devant l’église Saint-Éloi, 1er avril 1783

Annexe 3. « Église de Saint-Éloi à Dunkerque (Nord). Rapport sur l’état du péristyle de ce monument », 24 décembre 1875, par Denis Darcy, architecte attaché à la commission des Monuments historiques

2. Artistes et pouvoirs au temps de Louis

Les artistes dans le cercle des Orléans – Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Charles-Alexandre de Calonne et les milieux intellectuels et artistiques des Lumières (1760-1784) – Eric Leroy, doctorant CHRENO, Lille III

Les parlementaires du XVIIIe siècle amateurs d’art ? L’exemple rouennais -Olivier Chaline, professeur d’histoire moderne, université de Paris IV-Sorbonne

De l’hôtel aristocratique à l’immeuble de rapport. Les vicissitudes de l’hôtel de Lorge à Versailles – Philippe Béchu, Archives nationales-Section ancienne

3. Le milieu artistique au temps de Louis

Théâtre et architecture dans l’EncyclopédieJuan Calatrava Escobar, professeur d’histoire de l’architecture, université de Grenade

Entre utilité et plaisir : les collections d’architectes en France au XVIIIe siècle – Patrick Michel, maître de conférences, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

La bibliothèque d’un architecte savant, Jean-Baptiste Dufart – Laurence Chevallier, doctorante, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Annexe. La bibliothèque de Jean-Baptiste Dufart

Un tableau attribué à Julien-Léopold ou Jules Boilly (1796-1874), La vente Philippe CaffieriCécile Navarra-Le Bihan, doctorante, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Le retard artistique de Bordeaux dans le dernier quart du XVIIIe siècle : mythe ou réalité ? – Eugène Goudiaby, doctorant, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

La place du spectateur et la participation

La place du spectateur et la participation, études rassemblées par Sabine du Crest et Arnauld Pierre, Bordeaux, Centre F.-G. Pariset/Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 2003. 84 p.

Actes de la 4e journée d’études d’histoire de l’art moderne et contemporain

Table des matières

Avant-propos par Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III, et Arnauld Pierre, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, université de Paris-Sorbonne

1. Histoire de l’art et histoire moderne : le spectateur romain au XVIIe siècle en question

De l’invisibilité des tableaux : le cas des œuvres du Caravage à Saint-Louis-des-Français de Rome – Matthias Waschek, responsable de la programmation de l’histoire et de l’archéologie à la direction de l’auditorium du musée du Louvre

La mystique baroque entre vision de l’œuvre et contemplation – Christian Renoux, maître de conférences en histoire moderne à l’université d’Orléans

Si loin, si proche : détail et sens de l’œuvre au XVIIe siècle – Sabine du Crest, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

2. Histoire de l’art et littérature contemporaine : la participation du spectateur aux XIXe et XXe siècles

Le point de vue de Lessing. Dramaturgie, intrigue, perspective – Danielle Chaperon, professeure-associée, section de français, université de Lausanne et Philippe Kaenel, professeur associé d’histoire de l’art contemporain, université de Lausanne

« L’œuvre à faire soi-même » : participation et transformation de l’objet d’art dans les œuvres de Lygia Clark et Yoko Ono – Anna Dezeuze, doctorante, Courtauld Institute

De l’œil au corps : place et participation du spectateur dans l’environnement cinétique – Arnauld Pierre, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, université de Paris-Sorbonne

Collections et marché de l’art en France au XVIIIe siècle

Collections et marché de l’art en France au XVIIIe siècle, études rassemblées par Patrick Michel, Centre F.-G. Pariset/université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 2002.

Actes de la 3e journée d’études d’histoire de l’art moderne et contemporain

Table des matières

Préface d’Antoine Schnapper, professeur émérite d’histoire de l’art moderne, université de Paris-Sorbonne

1. Approches monographiques : collections et collectionneurs

La collection de Pierre-Louis Éveillard de Livois (1736-1790) et le goût pour la peinture française du « Grand Siècle » dans les années 1770 et 1780 – Guillaume Faroult, musée du Louvre

La collection de tapisseries de Monseigneur Champion de Cicé : légende ou réalité ? – Marc Favreau, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Louis-François Hazard, maître cordonnier et collectionneur – Armelle Jacquinot, Institut universitaire européen de Florence

Le cardinal de Bernis, ambassadeur des arts à Rome : mécène et collectionneur – Virginie Larre, doctorante, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

2. Approches régionales

Acheter des œuvres d’art en province au XVIIIe siècle. L’exemple de la Bretagne – Gauthier Aubert, maître de conférences en histoire moderne, université Rennes 2 Haute-Bretagne

Reflet d’une passion : collectionneurs, amateurs et curieux à Lille au XVIIIe siècle – Elyne Olivier-Valengin, doctorante, université de Paris I Panthéon-Sorbonne

Annexe. Premiers éléments biographiques sur quelques amateurs lillois.

Amateurs d’art et de curiosités à Lille au XVIIIe siècle : un nouvel éclairage à partir des catalogues de ventes – Sophie Raux, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Charles de Gaulle-Lille III

Annexe. Liste des catalogues de ventes intéressant l’art ou la curiosité, publiés à Lille entre 1746 et 1815.

Les collections des magistrats du Parlement de Bordeaux au XVIIIe siècle -Hervé Tokpassi, doctorant, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

3. Approches méthodologiques

Proposition pour une topographie du marché de l’art parisien sous la Régence autour du Palais Royal et de l’hôtel Crozat – Françoise Mardrus, chargée de mission auprès de la direction du musée du Louvre

Les catalogues raisonnés de Gersaint et la question des attributions – Guillaume Glorieux, maître de conférences, université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand

Sur quelques collections d’artistes au XVIIIe siècle – Marianne Roland-Michel

Les collections parisiennes et leurs visiteurs au XVIIIe siècle – Patrick Michel, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Collections et marché de l’art au XVIIIe siècle à travers les archives du Ministère des Affaires étrangères – Isabelle Richefort, conservateur en chef du patrimoine, responsable du Département des Archives historiques du Ministère des Affaires étrangères, et Jérôme Cras

Arts et identités régionales

Arts et identités régionales, études rassemblées par Dominique Jarrassé, Bordeaux, Éditions Bergeret, 2001. 112 p.

Actes de la 1ère journée d’études d’histoire de l’art moderne et contemporain, novembre 1998.

Table des matières

1. Arts et identités régionales au XIXe siècle

De quelques identités régionales et de quelques problèmes de définition – Dominique Jarrassé, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Le désert, une image emblématique du paysage provençal sous le Second Empire – Jean-Roger Soubiran, professeur d’histoire de l’art contemporain, université de Poitiers

Une école toulousaine ? 1888-1914 : hypothèses, vérifications, conclusions – Luce Barlangue, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Paul Valéry-Montpellier III

Un aspect de la peinture bayonnaise : « l’École de Bayonne » à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle – Florence Guionneau-Joie, doctorante, université Michel de Montaigne- Bordeaux III

L’identité juive portugaise au XIXe siècle en Aquitaine à travers l’architecture et l’art funéraire – Dominique Jarrassé, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

2. La question de l’architecture bordelaise

Maisons privées sous le règne de Louis XIV : naissance et affirmation du classicisme bordelais – Laurent Chavier, doctorant, université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Permanence de la construction traditionnelle et apparition d’un décor « nouveau » dans l’architecture bordelaise du derniers tiers du XVIIIe siècle – Philippe Maffre, Inventaire Aquitaine/docteur en histoire de l’art

Centre François-Georges Pariset