Archives de catégorie : Ouvrages publiés et co-publiés

“Dire presque la même chose”. L’histoire de l’art et ses traductions

“Dire presque la même chose”. L’histoire de l’art et ses traductions, essais réunis par Adriana Sotropa et Myriam Métayer, Paris, Éditions Esthétiques du Divers, 2019, 189 p. 10 ill.

Le présent recueil explore l’influence du « presque » et de l’« autrement » de la traduction sur les développements de l’histoire de l’art, du XVIe siècle à son institutionnalisation au XIXe siècle, jusqu’à ses pratiques actuelles. Les rapports franco-allemands, dans la continuité des transferts culturels, et la question de la diffusion de la langue anglaise, dans le sillage de l’histoire globale de l’art, dominent l’actualité de la recherche dès lors qu’il s’agit de conjuguer histoire de l’art et traduction. Pourtant ce champ d’étude reste encore très largement à explorer et pourrait reconfigurer une certaine appréhension de l’histoire de l’art. En effet, par son caractère pluriel, la traduction offre toute latitude pour analyser des contextes, des situations et des acteurs que l’historiographie ne met pas toujours en évidence. Comment arrivent, dans une autre langue, une autre culture ou un autre temps, les idées et les discours originaux d’un historien de l’art ? Quels écarts, quelles relectures, quels sens nouveaux les séparent-ils de leurs traductions ? Les essais réunis ici abordent ces questions en mettant en évidence l’irrémédiable imbrication des langues, des pratiques d’écritures, des moyens de diffusion et des acteurs de la traduction…

SOMMAIRE

Introduction

Traductions et reconfigurations de l’histoire de l’art, par Myriam Métayer et Adriana Sotropa, maîtres de conférences en histoire de l’art contemporain, université Bordeaux Montaigne

Études

De la récréation à la souricière : traduire le Dialogo di pittura de Paolo Pino, Pascale Dubus, maître de conférences HDR à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Sur quelques problèmes de traduction. De la Stille de Winckelmann aux Nachleben de Warburg, Paul Bernard-Nouraud, docteur en histoire et théorie de l’art de l’EHESS

L’intrusion dans l’œuvre : les traductions françaises de John Ruskin et de Joshua Reynolds au début du XXe siècle, Julie Lageyre, doctorante en histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne

L’art et le langage. Julius Meier-Graefe (1867-1935) et le problème de la traduction, Catherine Krahmer, historienne de l’art

Figures de l’ombre ? Trois traductrices dans l’historiographie de l’art en Europe ( XIXe– XXe siècle), Charlotte Foucher Zarmanian (docteure en histoire de l’art, chargée de recherches au CNRS – UMR 8238) et Émilie Oléron Evans (docteure en études germaniques et lecturer en culture visuelle du monde francophone à Queen Mary, University of London)

Quelle(s) langue(s) pour la muséographie ? Réflexions sur la place de la traduction à l’OIM et dans sa revue Mouseion, Pauline Michaud, doctorante (Paris 1, École du Louvre)

Traductions, transferts méthodologiques et construction d’une histoire de l’art internationale : quelques cas français et italiens, Émilie Passignat, docteure en histoire de l’art, enseignante à l’Università Ca’Foscari Venezia

Au-delà des stratégies éditoriales en temps de censure. Meridiane (1960-2006), maison d’édition bucarestoise, Adriana Sotropa et Myriam Métayer

  • Annexe : collection Biblioteca de Arta (1967-2003), publiée par Meridiane

Entretien

À la croisée des langues, Julie Ramos, maître de conférences à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne


Au pied du mur. Bâtir le vide autour des villes (XVIe-XVIIIe siècleS)

Émilie d’Orgeix, directrice d’études à l’École pratique des Hautes Études (Histara, EA 7347), membre du Centre F.-G. Pariset jusqu’en 2018, vient de publier cet ouvrage chez Mardaga, avec une préface d’Antoine Picon (École nationale des ponts et chaussées, Harvard University).

Dans la ville corsetée d’Ancien Régime où “les bourgeois sont, pour ainsi dire, les uns sur les autres” selon Vauban, les terrains situés au-delà de l’enceinte attisent toutes les convoitises. Si l’administration militaire impose officiellement l’établissement d’une zone non aedificandi où toute construction est interdite – vaste anneau périphérique qui ne cesse de s’élargir au cours des XVIIe et XVIIIe siècles -, l’ensemble des archives dévoile une réalité de terrain bien différente. Au pied des remparts, agents du roi, administrateurs municipaux, gestionnaires militaires et habitants se livrent une guerre sans merci pour s’approprier des espaces où tous se considèrent comme légitimes. La zone, souvent interlope, toujours bruyamment revendiquée par la population, bruisse d’infractions et de “petits arrangements” entre voisins de tout rang et de tout bord. Loin du portrait policé qu’offre la cartographie officielle, il n’y est question que de potagers clandestins établis dans les fortifications, de lavoirs, d’étendoirs, de mares à canards et même de futaies à haut vent plantées sur les glacis qui entravent les tirs depuis les bastions.

Gendarmer les populations n’est pourtant pas le seul défi auquel doit répondre l’administration militaire. Sur “les dehors” des villes, les ingénieurs du roi se retrouvent confrontés à des travaux titanesques impliquant la gestion simultanée d’un grand nombre de corps bâtisseurs et ouvriers, le transport de centaines de milliers de mètres cubes de terre, la construction d’imposants ouvrages militaires et l’établissement de terrains pouvant être rapidement inondés en cas d’attaque. Au fil des décennies, la lente expertise qu’ils acquièrent en fait le principal outil d’un système de modélisation du territoire qui transforme durablement la physionomie des villes.

Cet ouvrage traite ainsi de la construction des marges de la ville à l’époque moderne, tout en allant bien au-delà. Il illustre combien la périphérie urbaine, dont la naissance est encore souvent associée aux mutations de l’ère industrielle, a en réalité constitué l’un des principaux laboratoires de la fabrique urbaine d’Ancien Régime, reconstruisant par là même la généalogie brisée entre villes modernes et contemporaines.

Bacchanales ! Ivresse des arts au XIXe siècle

Ouvrage publié sous la direction d’Adriana Sotropa, maître de conférences en histoire de l’art contemporain (université Bordeaux Montaigne) et Sara Vitacca, docteure en histoire de l’art (université de Paris I).

Ce livre est issu du colloque international adossé à l’exposition Bacchanales modernes ! Le nu, l’ivresse et la danse dans l’art français du XIXe siècle (Palais Fesch-musée des Beaux-Arts d’Ajaccio ; Bordeaux, musée des Beaux-Arts). Sur ces manifestations, qui se sont tenues en 2016, voir : http://www.musba-bordeaux.fr/fr/Bacchanales

Au cours d’un XIXe siècle fortement marqué par la porosité des relations entre les arts, le thème dionysiaque est un témoignage efficace des correspondances constantes entre champs artistiques. La bacchanale pénètre en particulier les mythologies voisines qui s’élaborent autour de l’Orient et de l’Italie. Elle émerge dans un univers idyllique qui célèbre le retour à l’âge d’or, le culte de la fête champêtre et de la pastorale mais qui possède aussi un versant diabolique, dans les scènes de sabbat, de festin ou d’orgie des corps en tumulte. La bacchante côtoie de près l’image de la danseuse, de Salomé, en un mot, de la femme fatale. Simple prétexte iconographique souvent, occasion de dénonciation des tares d’une société bridée parfois, la figure de la bacchante n’a pas fini de livrer ses mystères. Protagoniste d’une mythologie particulière et secrète, ses travestissements sont en partie dévoilés dans les pages qui suivent. L’analogie de la bacchante et de la danseuse, particulièrement heureuse, révèle également le domaine où le dionysiaque trouve son parfait accomplissement à l’époque de la modernité : la danse.

Cette publication cherche à nourrir les réflexions des chercheurs qui s’intéressent au champ du dionysiaque et à sa réception à travers les siècles, mais s’adresse également à ceux et celles qui souhaitent regarder la création dix-neuviémiste sous un nouveau jour. Contournant et détournant les mouvements, les courants et les catégories historiographies traditionnelles, c’est à travers le prisme d’une inspiration commune, puisée dans les poétiques du vin, de l’extase et de la danse, que l’ivresse des arts du XIXe siècle est explorée.

Avant-propos, par Laurence Chesneau-Dupin, directrice de la culture à la Fondation pour la culture et les civilisations du vin – Bordeaux, La Cité du Vin

Préface, par Sophie Barthélémy, directrice du musée des Beaux-Arts de Bordeaux et Sandra Buratti-Hasan, directrice adjointe du musée des Beaux-Arts de Bordeaux

Trajectoires bachiques au XIXe siècle, Adriana Sotropa et Sara Vitacca

Bacchus et son cortège sur les cimaises officielles (1801-1900), Dominique Lobstein, historien de l’art

Nymphes, danses et tambourin : de la bacchanale à la saltarelle ou le monde merveilleux de Camille Corot, Nathalie Michel-Szelechowska, musée du Louvre

Autour de Ferdinand Levillain, Bacchus et la vigne dans les arts décoratifs du XIXe siècle, Michaël Vottero, conservateur des monuments historiques de Bourgogne

Dionysos et la musique dans la peinture de Lawrence Alma-Tadema (1836-1912), Daniela Cataldo, Università del Salento

Danseuses en métamorphoses: les bacchantes de la littérature fin-de-siècle, Valérie Lavigne, université de Nice Sophia-Antipolis

Bacchantes romantiques : réminiscences dionysiaques dans le ballet et ses représentations au XIXe siècle, Bénédicte Jarrasse, Université Paris 3

“En cette chair secouée habite, semble-t-il, toute la fièvre de la trépidante existence moderne”. Vierge folle/Het Zotte Geweld de Rik Wouters (1912), Herwig Todts, conservateur au musée royal des Beaux-Arts d’Anvers

Les bacchanales d’Isadora Duncan : réaliser et déjouer un rêve de danse du XIXe siècle, Katharina Van Dyk, université Paris 8

La tentation du symbolisme dans l’art roumain

Avec le soutien du Centre Pariset et l’Université Bordeaux Montaigne, vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes l’ouvrage d’Adriana Sotropa, La tentation du symbolisme dans l’art roumain : promoteurs, formes, discours.

Bénéficiant du relais de figures telles que le poète Alexandru Macedonski ou de mécènes comme Alexandru Bogdan-Piteştile, le Symbolisme mérite d’être réexaminé dans ses contours et son contenu, dans une Roumanie à la fois soucieuse de s’inscrire dans la modernité et en quête de racines. Cet ouvrage vise ainsi à faire découvrir tout un pan de l’histoire de l’art roumain du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres.

Université & histoire de l’art. Objets de mémoire (1870-1970)

Avec le soutien du Centre François-Georges Pariset, vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes un ouvrage sous la direction de Marion Lagrange sur le patrimoine universitaire Université & histoire de l’art.

L’enseignement des chaires d’archéologie et d’histoire de l’art antique se développa à partir du dernier tiers du XIXe siècle en prenant appui sur un Lehrapparat, concept allemand désignant l’ensemble du matériel pédagogique – objets originaux, moulages en plâtre, tirages photographiques papier, vues à projection, ouvrages à planches, livres. L’étude de ces objets conduit à inscrire la discipline dans l’histoire universitaire, tandis que la démarche de l’historien de l’art permet de considérer dans cet ouvrage l’université dans sa matérialité (architecture et décor), en l’ancrant dans une perspective historique.

Le récit de l’histoire de l’art

Vient de paraître aux Éditions esthétiques du divers Le récit de l’histoire de l’art : mots et rhétoriques d’une discipline qui rassemble des essais réunis par Myriam Metayer et Adriana Sotropa.

Interroger l’écriture de l’histoire de l’art constitue une des préoccupations les plus délicates, encore confidentielles, de nos confrères. Si les historiens, les littéraires et les philosophes ont maintes fois réexaminé leur langage, où se place l’historien de l’art par rapport à ses mots, à ses discours ? L’organisation des faits historiques, la mise en œuvre de dispositifs rhétoriques et le choix des termes, qu’ils soient descriptifs ou analytiques, n’ont rien d’opérations gratuites. Ils sont porteurs de concepts, de lieux communs et d’intrigues que les essais réunis ici explorent. Ces derniers tracent les linéaments des écritures institutionnelles, idéologiques et narratives de l’histoire de l’art telles qu’elles ont pu se développer de la fin du XIX e siècle jusqu’aux années 1980. De la nécessaire attitude réflexive que convoque l’analyse de l’écriture émergent les enjeux méthodologiques de ce travail de déconstruction. Si la contextualisation historique est privilégiée, la sémiologie et la narratologie offrent d’autres voies possibles pour interroger le récit de l’histoire de l’art.

 

Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes un ouvrage édité par Pascal-François Bertrand et Audrey Nassieu Maupas, Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie.

Médium polysémique, la tapisserie touche des domaines variés comme l’histoire politique, économique ou sociale. Médium complexe dans son élaboration, elle permet, en histoire de l’art à proprement parler, d’aborder des questions essentielles, comme celles de l’invention, de la reproduction ou de la réception, à travers notamment l’étude toujours renouvelée des rôles respectifs des différents intervenants dans son processus de création.

Stéphanie Trouvé, Peinture et discours

Avec le soutien du Centre François-Georges Pariset vient d’être publié aux Presses Universitaires de Rennes le livre de Stéphanie Trouvé Peinture et discours. La construction de l’école de Toulouse, XVIIe-XVIIIe siècles.

Ce livre mène une enquête sur la peinture à Toulouse du XVIIe siècle à partir d’un corpus d’œuvres sans équivalent pour une ville de province, ainsi que d’une vingtaine de textes (littérature de dévotion, glorification d’un décor, description de tableaux, etc.). Ces écrits posent la question du statut du peintre, de la notion d’école, de l’éducation du regard pour distinguer une bonne peinture d’une mauvaise, de la réception d’une œuvre, d’un artiste et du développement de l’art en dehors d’une cour princière.

peinture-et-discours

Arachné

Vient de paraître chez les Esthétiques du divers Arachné : Histoire de l’histoire de la tapisserie et des arts décoratifs qui réunit sous la direction de Pascal-François Bertrand divers essais qui portent un regard nouveau sur l’histoire de l’histoire de la tapisserie.

La tapisserie a longtemps été étroitement liée à la peinture, puis à l’architecture. Elle est aujourd’hui rangée parmi les arts décoratifs qui constituent une des quatre catégories d’arts, la plus récente puisqu’elle a ainsi été désignée au cours du XIXe siècle, les trois autres plus anciennes, la peinture, la sculpture et l’architecture, composant ce qu’il est convenu d’appeler les beaux-arts. Les arts décoratifs sont définis par trois qualités : 1) leur capacité à orner, à décorer ; 2) leur fonctionnalité, les arts décoratifs sont utiles ; 3) leur caractère multiple, ce qui renvoie à la notion de reproductibilité. Ils sont généralement étudiés selon trois principes directeurs : la fonction, la technique et le style. Cet ouvrage a pour objet d’analyser la façon dont les notions fondamentales que sous-tend l’art de la tapisserie ont été utilisées dans l’écriture de l’histoire et d’étudier les conditions de l’élaboration de cette histoire, tant d’un point de vue historique, qu’institutionnel, philosophique et idéologique. Cela nécessite de replacer cette histoire au sein de l’histoire des arts décoratifs et celle-ci à l’intérieur de l’histoire de l’art. Il résulte essentiellement des travaux d’un séminaire tenu dans le cadre d’un programme de recherche en sciences humaines et sociales : « Arachné ».

Anna Jolivet, L’invention de l’école vénitienne en France au XIXe siècle

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes un ouvrage issu de la thèse d’Anna Jolivet L’invention de l’école vénitienne en France au XIXe siècle.

Dans la France du XIXe siècle, du fait de son statut encore incertain, l’histoire de l’art se nourrit d’une littérature variée (revues artistiques, ouvrages savants ou de vulgarisation, récits de voyages), tout en fondant un savoir institutionnalisé. C’est au sein de ce contexte de naissance de la discipline que cet ouvrage propose d’interroger l’école vénitienne de peinture comme objet de connaissance. Car cette dernière, par la sensualité de son coloris, se distingue de la tradition florentine et romaine classique et irrigue les aspirations esthétiques romantiques contemporaines.