Archives de catégorie : « Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset »

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier et Varia

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier et Varia, études rassemblées par Pascal-François Bertrand, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset n° 9, Presses Universitaires de Bordeaux, 2015.

L’histoire de la tapisserie s’est concentrée d’une part sur les grands ensembles tissés et leurs propriétaires successifs et d’autre part les lieux de production, ce qui a entrainé la création de modèles historiques impliquant une hiérarchie, une idée d’expansion, de rayonnement d’un art national, tels que la primauté des ateliers bruxellois au XVIe siècle et l’excellence de la manufacture des Gobelins au XVIIIe. Les études relatives au métier de tapissier, à la production et à l’organisation du commerce ont été délaissées, hormis au début de la IIIe République, dans un contexte favorable aux métiers et aux ouvriers (construction d’un siège des juridictions commerciales et ouvrières, création d’écoles municipales d’apprentissage et initiatives privées, construction de bourses du travail et projet d’institutions de prévoyance). L’exposition universelle de 1878 a révélé la vitalité des métiers. Le mot tapissier désigne plusieurs activités et corps de métiers : un tapissier est tantôt un ouvrier qui garnit des sièges et qui tend des tentures de toutes sortes dans les demeures, tantôt un marchand impliqué dans le négoce de tapisseries, de tapis, de textiles et de divers meubles, tantôt encore un fabricant de tapisseries et d’autres tissus d’ameublement. Ceci entraine des ambiguïtés, des confusions qu’il convient de clarifier en revenant sur la définition de ces métiers, sur leur organisation et leur production, en abordant des questions de lexicographie, de hiérarchie, d’estimation de leur importance en nombre d’ouvriers, en volume et en qualité de production.

Table des Matières

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier

Pascal-François Bertrand – Professeur, Université Bordeaux Montaigne (EA 538), Introduction.

Audrey Nassieu Maupas – Maître de conférences à l’École pratique des Hautes Études, Saprat (EA 4116), « Remarques sur les métiers de tapissiers à Paris à la Renaissance ».

Nathalie Fontes – Docteure en Histoire de l’art, Université Toulouse 2 le Mirail, « Les enjeux pour le tapissier du XXe siècle : l’exemple de la manufacture Pinton à Aubusson ».

Xavier Bonnet – Étudiant de troisième cycle à l’École du Louvre, Paris, « Les tapissiers de Bordeaux sous l’Ancien Régime. 1620-1791. L’ouverture du système corporatif ».

Danièle Véron Denise – Conservateur honoraire du Patrimoine,         « Brodeurs et broderies dans la France d’Ancien Régime ».

 

Varia

Édouard Degans – Doctorant en Histoire de l’art, Université Bordeaux Montaigne (EA 538), «La fenêtre agenouillée : Michel-Ange, Vasari et Antonio da Sangallo le Jeune. Une attribution erronée et oubliée dans l’histoire de l’art ? »

Samuel Bothamy – Doctorant en Histoire de l’art, Université Bordeaux Montaigne (EA 538), « Le programme architectural d’Isaac Robelin à Rennes (1721-1724) ».

Laurence Chevallier – Docteure en Histoire de l’art, Universit. Bordeaux Montaigne (EA 538), « Un projet inédit de Jean-Baptiste Dufart (1752-1820) à Bordeaux : la décoration de la loge maçonnique du Triangle ».

Agnès Faure – Docteure en Histoire de l’art, Université Bordeaux Montaigne (EA 538), « Les limites de l’interprétation chez Dora et Erwin Panofsky : l’exemple de l’Eva prima Pandora de Jean Cousin le Père ».

Anna Jolivet – Docteure en Histoire de l’art, Université Bordeaux Montaigne (EA 538), « La perception de l’art musulman par les théoriciens de l’Art nouveau en France. Une appréciation au service des théories artistiques contemporaines ».

Élodie Lacroix Di Méo – Docteure en Histoire de l’art, Université Bordeaux Montaigne (EA 538), « Réévaluation de l’Art Déco à Mumbai et remise en cause du concept de Périphérie culturelle ».

Sébastien Harosteguy – Docteur en Histoire de l’art, Université Bordeaux Montaigne (EA 538), « Retour à l’ordre et crise de l’art contemporain : analyse de la réception de l’œuvre de Martial Raysse et Gérard Garouste dans les années 80 et 90 ».