Archives de catégorie : Publications

Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes un ouvrage édité par Pascal-François Bertrand et Audrey Nassieu Maupas, Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie.

Médium polysémique, la tapisserie touche des domaines variés comme l’histoire politique, économique ou sociale. Médium complexe dans son élaboration, elle permet, en histoire de l’art à proprement parler, d’aborder des questions essentielles, comme celles de l’invention, de la reproduction ou de la réception, à travers notamment l’étude toujours renouvelée des rôles respectifs des différents intervenants dans son processus de création.

Stéphanie Trouvé, Peinture et discours

Avec le soutien du Centre François-Georges Pariset vient d’être publié aux Presses Universitaires de Rennes le livre de Stéphanie Trouvé Peinture et discours. La construction de l’école de Toulouse, XVIIe-XVIIIe siècles.

Ce livre mène une enquête sur la peinture à Toulouse du XVIIe siècle à partir d’un corpus d’œuvres sans équivalent pour une ville de province, ainsi que d’une vingtaine de textes (littérature de dévotion, glorification d’un décor, description de tableaux, etc.). Ces écrits posent la question du statut du peintre, de la notion d’école, de l’éducation du regard pour distinguer une bonne peinture d’une mauvaise, de la réception d’une œuvre, d’un artiste et du développement de l’art en dehors d’une cour princière.

peinture-et-discours

Arachné

Vient de paraître chez les Esthétiques du divers Arachné : Histoire de l’histoire de la tapisserie et des arts décoratifs qui réunit sous la direction de Pascal-François Bertrand divers essais qui portent un regard nouveau sur l’histoire de l’histoire de la tapisserie.

La tapisserie a longtemps été étroitement liée à la peinture, puis à l’architecture. Elle est aujourd’hui rangée parmi les arts décoratifs qui constituent une des quatre catégories d’arts, la plus récente puisqu’elle a ainsi été désignée au cours du XIXe siècle, les trois autres plus anciennes, la peinture, la sculpture et l’architecture, composant ce qu’il est convenu d’appeler les beaux-arts. Les arts décoratifs sont définis par trois qualités : 1) leur capacité à orner, à décorer ; 2) leur fonctionnalité, les arts décoratifs sont utiles ; 3) leur caractère multiple, ce qui renvoie à la notion de reproductibilité. Ils sont généralement étudiés selon trois principes directeurs : la fonction, la technique et le style. Cet ouvrage a pour objet d’analyser la façon dont les notions fondamentales que sous-tend l’art de la tapisserie ont été utilisées dans l’écriture de l’histoire et d’étudier les conditions de l’élaboration de cette histoire, tant d’un point de vue historique, qu’institutionnel, philosophique et idéologique. Cela nécessite de replacer cette histoire au sein de l’histoire des arts décoratifs et celle-ci à l’intérieur de l’histoire de l’art. Il résulte essentiellement des travaux d’un séminaire tenu dans le cadre d’un programme de recherche en sciences humaines et sociales : « Arachné ».

Anna Jolivet, L’invention de l’école vénitienne en France au XIXe siècle

Vient de paraître aux Presses universitaires de Rennes un ouvrage issu de la thèse d’Anna Jolivet L’invention de l’école vénitienne en France au XIXe siècle.

Dans la France du XIXe siècle, du fait de son statut encore incertain, l’histoire de l’art se nourrit d’une littérature variée (revues artistiques, ouvrages savants ou de vulgarisation, récits de voyages), tout en fondant un savoir institutionnalisé. C’est au sein de ce contexte de naissance de la discipline que cet ouvrage propose d’interroger l’école vénitienne de peinture comme objet de connaissance. Car cette dernière, par la sensualité de son coloris, se distingue de la tradition florentine et romaine classique et irrigue les aspirations esthétiques romantiques contemporaines.

Actes en ligne du colloque publié sous la direction d’Adriana Sotropa et de Catherine Méneux: Quêtes de modernités artistiques dans les Balkans au tournant du XXe siècle

Quêtes de modernité(s) artistique(s) dans les Balkans au tournant du XXe siècle

Sommaire

Adriana Sotropa, Introduction

Evgénios D. Matthiopoulos, La réception du symbolisme en Grèce à travers l’œuvre de Costis Parthénis pendant la période 1900-1930

Maria Katsanaki, Nikolaos Gysis (1842-1901) et la réception critique de ses œuvres allégoriques de la dernière décennie du XIXe siècle : Historia, Gloria, Bavaria

Spyros Petritakis, Quand le miroir devient lampion : aspects de la réception de l’œuvre tardive de Nikolaus Gysis entre Athènes et Munich

Philippe Gelez, Le modernisme en Bosnie, Croatie et Serbie : aspects polémiques

Irina Genova, Présence et absence du symbolisme en Bulgarie : réception critique et historiographie

Philipp Leu, Maturation, présence et visibilité de la société Tinerimea artistică à Munich

Adriana Sotropa, Le peintre Kimon Loghi (1871-1952) face aux critiques et à l’histoire

Les auteurs

Liens de téléchargement des articles:

 

 

Publication : Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier – Varia, Cahiers du centre François-Georges Pariset

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier, études rassemblées par Pascal-François Bertrand, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset n° 9, Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

L’histoire de la tapisserie s’est concentrée d’une part sur les grands ensembles tissés et leurs propriétaires successifs et d’autre part les lieux de production, ce qui a entrainé la création de modèles historiques impliquant une hiérarchie, une idée d’expansion, de rayonnement d’un art national, tels que la primauté des ateliers bruxellois au XVIe siècle et l’excellence de la manufacture des Gobelins au XVIIIe. Les études relatives au métier de tapissier, à la production et à l’organisation du commerce ont été délaissées, hormis au début de la IIIe République, dans un contexte favorable aux métiers et aux ouvriers (construction d’un siège des juridictions commerciales et ouvrières, création d’écoles municipales d’apprentissage et initiatives privées, construction de bourses du travail et projet d’institutions de prévoyance). L’exposition universelle de 1878 a révélé la vitalité des métiers. Le mot tapissier désigne plusieurs activités et corps de métiers : un tapissier est tantôt un ouvrier qui garnit des sièges et qui tend des tentures de toutes sortes dans les demeures, tantôt un marchand impliqué dans le négoce de tapisseries, de tapis, de textiles et de divers meubles, tantôt encore un fabricant de tapisseries et d’autres tissus d’ameublement. Ceci entraine des ambiguïtés, des confusions qu’il convient de clarifier en revenant sur la définition de ces métiers, sur leur organisation et leur production, en abordant des questions de lexicographie, de hiérarchie, d’estimation de leur importance en nombre d’ouvriers, en volume et en qualité de production.

Table des Matières

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier ………………………………………………….p. 5

Pascal-François Bertrand – Professeur, Université Bordeaux Montaigne (EA 538)

Continuer la lecture de Publication : Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier – Varia, Cahiers du centre François-Georges Pariset

Annonce : Publication « Battre le Littoral. Histoire, reconversion et nouvelles perspectives de mise en valeur du petit patrimoine militaire maritime. 1 »

Sous la direction de Nicolas Meynen et Émilie d’Orgeix.

Nous sommes heureux de vous annoncer la publication aux Presses Universitaires du Mirail du premier volume de la Série Patrimoine militaire consacré au patrimoine maritime. Le deuxième volume intitulé Fortifier la Montagne prévu pour janvier 2016.

 
BAttre le littoralRésumé :

Forts, redoutes, batteries, digues, abris de marine, tours et blockhaus souvent réalisés en série le long du littoral constituent un riche patrimoine maritime militaire qui se décline en une multitude d’ouvrages défensifs de dimension souvent modeste adoptant des formes et des typologies très diverses. Construits dans un milieu très agressif, en mouvement perpétuel, ces ouvrages à la mer ont constamment fait appel à l’ingéniosité de leurs bâtisseurs. Toujours en dialogue avec le site, matière première du projet architectural et paysager, ils ont su concilier économie de moyens, matériaux locaux et savoir-faire vernaculaires tout en développant des logiques d’adaptation au terrain et des innovations techniques souvent inédites et stimulantes.

Il est pourtant difficile aujourd’hui de conserver et de faire vivre ces lieux rugueux et fragiles, dont il ne reste parfois même que des traces dans le paysage. Les thèmes parcourus dans cet ouvrage collectif, invoquant l’importance de la mise en place de stratégies de documentation et de conservation coordonnées, illustrent combien les pratiques contemporaines de réhabilitation et de reconversion constituent, à l’aube du XXIe siècle, des outils de réflexion et d’expérimentation fondamentaux pour sauvegarder et mettre en valeur ces grands oubliés des politiques patrimoniales.

 

Nicolas Meynen et Émilie d’Orgeix (dir.), Battre le Littoral. Histoire, reconversion et nouvelles perspectives de mise en valeur du petit patrimoine militaire maritime, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail (Collection Architectures), 2014.

Sommaire :

Introduction

Battre le littoral : les enjeux du patrimoine militaire maritime par Nicolas Meynen et Émilie d’Orgeix


Histoire et documentation

Petites fortifications côtières et édition (XVIIe-XIXsiècles) : question de typologie et esquisse de grille d’analyse par Émilie d’Orgeix

Les tours et corps de garde de défense côtière de la monarchie de Juillet au Second Empire : un état des lieux par Patrick Jadé

Fortifications côtières en Sicile : études, conservation et valorisation par Liliane Dufour.

Petite fortification et défense de la côte en Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles par Pol Vendeville

Les petits équipements maritimes : digues, quais et ouvrages de défense littorale par André Guillerme

L’aménagement paysager des fortifications : une question d’art militaire par Nicolas Meynen


Politiques de conservation et de 
 mise en valeur

De Vauban à Todt : dépasser la propagande pour s’approprier le patrimoine côtier. Le projet « Sur les traces du passé » à Martigues par Frédéric Saffroy

Le patrimoine militaire du front de mer toulonnais. État, réalisations et perspectives par Bernard Cros

Tours et petites batteries des îles maltaises par Stephen Spiteri

Le fort de Socoa. Histoire et paysage patrimonial par Michèle Virol

Approches du patrimoine militaire côtier en Finistère. Exemples de valorisation de batteries de côte par Jean-Yves Besselièvre

 

(Le deuxième volume intitulé Fortifier la Montagne prévu pour janvier 2016.)

Appel à publication : « Erreur et création », numéro hors-série, Essais – Revue interdisciplinaire d’Humanités

 Date limite: 20 octobre 2014

 Date de remise des textes: 31 janvier 2015

Procédant d’un écart entre l’imagination et sa matérialisation, l’erreur ponctue les chemins de la création. L’artiste, quel que soit son domaine d’expression, tâtonne, se reprend, fait retour, jusqu’à l’accomplissement de l’idée dans l’œuvre. Du latin « errare » (errer), l’erreur est signifiante : quelle soit dissimulée ou assumée, elle mémorise l’errance du créateur. Comment donc envisager l’erreur dans un cadre théorique interdisciplinaire portant à l’analyse de la notion de création ? C’est à cette problématique que la revue Essais, publiée par l’école doctorale Montaigne-Humanités (Université Bordeaux Montaigne), désire consacrer un numéro hors-série.

Ce numéro de la revue Essais a pour ambition d’engager une réflexion sur le rapport dialectique entre les notions d’erreur et de création dans le champ des arts visuels, de la musique, de la littérature et du spectacle. La notion d’erreur a été peu étudiée en dehors de la philosophie, de la psychologie et de la psychanalyse. Prendre en considération l’erreur nous semble pourtant à même d’offrir des perspectives de recherche fructueuses tant pour penser la relation de l’artiste à l’acte de création que pour envisager la part d’erreur du chercheur dans sa réécriture de l’œuvre.

Ainsi, les propositions d’article pourront porter sur les thèmes suivants :

1/ Erreur et pratique artistique : l’erreur créatrice

Il s’agit d’interroger les comportements des artistes, musiciens ou écrivains face à l’erreur. Entre déni et acceptation, entre sentiment d’échec et maladresse revendiquée, comment l’erreur est-elle envisagée, tant au cours du processus de création qu’une fois l’œuvre considérée comme achevée ?

Au XXe siècle, à bien des égards, l’erreur est devenue constituante de l’œuvre, acceptée et assumée comme telle. L’importance de l’erreur a été soulignée par Francis Ponge qui en 1984 écrit : « Vivre, être, créer, c’est errer…. Vivent donc les erreurs » (in J.-M. Gleize, B. Veck, Francis Ponge. « Actes ou textes », Lille, 1984, p. 12). Ponge assume alors pleinement les témoignages du processus de sa création en publiant les brouillons raturés de ses poèmes. Dépassant la stricte valeur documentaire, ces feuillets manuscrits font œuvre, à l’instar des poèmes eux-mêmes. Dans le champ des arts plastiques, en 1962 avec Card File, Robert Morris exploite et souligne la place structurante de l’erreur dans le processus de création. Selon une logique autoréférentielle, les quarante-huit fiches constituant l’œuvre décrivent toutes les étapes de son élaboration. La fiche intitulée « Mistakes » recense les fautes d’orthographe, les fautes de frappe, les manques et les absences de fiches relatifs aux éléments de fabrication de l’œuvre. L’erreur est ainsi revendiquée comme un élément dynamique de l’activité créatrice et de l’œuvre achevée.

2/ Erreur et normes disciplinaires : l’erreur de l’artiste, une considération subjective

L’erreur touche à la question de la maîtrise technique et de la virtuosité voire à la question du génie et de la perfection. Dans la discipline de l’histoire de l’art, les critères d’analyse permettant d’évaluer la cohérence plastique d’une œuvre et le talent d’un artiste peuvent reposer sur le constat d’une erreur de proportion non intentionnelle de la part du peintre ou bien sur l’observation d’un coup de ciseau mal ajusté de la part du sculpteur. Révélée par l’œil de l’expert, l’erreur est néanmoins constitutive de l’arbitraire du jugement extérieur et de l’évolution du goût. Autre exemple : peut-on encore parler de règles naturelles, implicites et inconscientes pour expliquer notre perception de la musique ? La fausse note, en tant qu’erreur de composition ou d’interprétation doit-elle et peut-elle s’appliquer au modernisme en musique auquel il fut souvent reproché de briser les règles de la tonalité et de l’harmonie ? Ce que la tradition définit comme une fausse note, une erreur, peut donc s’entendre comme la possibilité de faire évoluer les règles d’une discipline (que celle-ci soit artistique ou bien universitaire) ainsi que les normes et les critères de jugement chez le créateur, l’interprète, l’auditeur et le spécialiste. De ce fait, quand et comment le chercheur est-il amené à désigner l’erreur dans le champ de la création artistique ?

3/ Erreur et heuristique : l’erreur du chercheur face à l’œuvre

Qu’est-ce que « chercher » face à cet objet spécifique qu’est l’ « objet » artistique (qu’il s’agisse d’un roman, d’une œuvre musicale, théâtrale ou plastique) ? L’oreille du musicologue ou l’œil de l’historien de l’art peuvent tromper ces derniers. En témoignent les erreurs d’interprétation et les erreurs d’attribution. La quête de sens en sciences humaines s’accompagne d’une forme d’incertitude. Selon cette idée, l’erreur ne serait-elle pas un marqueur nécessaire de la subjectivité de celui qui étudie les arts ? Par exemple, les multiples commentaires auxquels a donné lieu La Tempête (1510), tableau du peintre vénitien Giorgione, constituent autant d’interprétations erronées dans la mesure où celles-ci, au fil du temps, sont venues se contredire les unes les autres. Cette œuvre semble perpétuellement échapper à l’entendement de l’historien de l’art. Et, les sources historiques manquantes renforcent l’aura de mystère qui entoure le tableau. Or la véritable erreur ne serait-elle pas de vouloir interpréter tout de cette œuvre, dans une quête utopique de la vérité ?

L’erreur profite au chercheur dès lors qu’elle l’oblige à repenser ses méthodes, les cheminements d’une analyse ou d’une réflexion. Avec le principe de sérendipité, des perspectives nouvelles s’ouvrent alors sur ce que l’on croyait être une faute ou un échec.

Enfin et surtout, accepter l’erreur dans la recherche n’est-il pas reconnaître la part d’humilité du chercheur ? Dès lors que ce dernier accepte l’incertitude qui accompagne la quête de connaissance de l’œuvre, n’est-il pas à même de porter un éclairage inattendu sur celle-ci et, de ce fait, riche de nouvelles perspectives de recherche, voire de renouvellements épistémologiques ?

Modalités pratiques :

Essais, revue interdisciplinaire d’Humanités, est éditée par l’école doctorale Montaigne-Humanités. Chaque numéro est publié sous format électronique et papier. Site et numéros téléchargeables :

http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/recherche/ecole_doctorale/la-revue-essais.html.

Suivant la ligne éditoriale de la revue, dont l’objectif est de promouvoir une nouvelle génération de jeunes chercheurs résolument tournés vers l’interdisciplinarité, une attention particulière sera portée aux propositions émanant de doctorants travaillant dans le champ des arts, des lettres, des langues et des sciences humaines et sociales.

Les propositions devront parvenir sous forme d’une problématique résumée (5.000 signes maximum, espaces compris) accompagnée d’une courte biographie. Elles sont à transmettre avant le lundi 20 octobre 2014 par courriel à : erreuretcreation@gmail.com

Les textes définitifs (entre 30 et 40.000 signes maximum, espaces compris) des propositions retenues devront être remis, au plus tard, le 31 janvier 2015. Après avoir été soumis au comité de lecture, les articles seront publiés dans le deuxième hors-série d’Essais – Revue interdisciplinaire d’Humanités.

Coordination :

Myriam Metayer, Maître de conférences en Histoire de l’art contemporain, Centre François-Georges Pariset EA 538, Université Bordeaux Montaigne

François Trahais, Doctorant en Histoire de l’art contemporain, Centre François-Georges Pariset EA 538, Université Bordeaux Montaigne

École Doctorale Montaigne-Humanités

Université Bordeaux Montaigne

Domaine universitaire

Esplanade des Antilles

F – 33607 PESSAC Cedex

Parution – Olga Medvedkova et Émilie d’Orgeix (dir.), Architectures de guerre et de paix – Du modèle militaire antique à l’architecture civile moderne

Architectures de guerre et de paix  Architectures de guerre et de paix – Du modèle militaire antique à l’architecture civile moderne

Sous la direction d’Olga Medvedkova (CNRS, centre André Chastel) et d’Émilie d’Orgeix (Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3).

Les études sur l’architecture civile et l’architecture militaire sont aujourd’hui conduites de manière trop souvent dissociée, comme si elles appartenaient à des cultures différentes que rien ne liait entre elles. C’est oublier que l’architecture militaire ne s’est détachée de l’ensemble des théories et des pratiques de la construction qu’à l’époque contemporaine et que les architectes du XVe au début du XIXe siècle étaient, pour la plupart, des ingénieurs militaires. Les liens entre ces deux architectures, ancrées dans un héritage antique commun, sont pourtant tout aussi symboliques, voire davantage. Les formules que la culture classique, tout particulièrement romaine, a élaborées face au territoire conquis, au champ de bataille, au trophée, au triomphe, aux machines nourrissent une abondante iconographie militaire continuellement présente dans l’architecture civile moderne. Plus l’architecture militaire se modernise, plus elle se justifie par l’image antique. Franchissant les limites disciplinaires et croisant les « thèmes » militaires et civils à travers leurs fondements antiques, les auteurs de ce livre traitent de sujets rarement abordés par l’histoire de l’architecture, pourtant centraux pour la culture architecturale européenne.

Editions Mardaga

Parution : septembre 2013
Collection : architecture
Format : 17 x 24 cm
Pagination : 224 pages
Façonnage : broché
ISBN : 978-2-8047-0153-6
Code Sodis : S515499
Prix : 29 euros

Éditrice / personne de contact :
Anne Wuilleret
T. +32 (0)2 894 09 47
anne.wuilleret@editionsmardaga.com
Rue du Collège, 27
B-1050 Bruxelles
T. +32 (0)2 894 09 40
info@editionsmardaga.com
www.editionsmardaga.com

 

Architectures de guerre et de paix – Du modèle militaire antique à l’architecture civile moderne

Sommaire

Introduction

L’ARCHITECTURE MILITAIRE ET CIVILE : LES JEUX ET LES ENJEUX DISCIPLINAIRES
Olga Medved kova , Émilie d’Orgeix

I- Du texte au plan

CÉSAR, PENSEUR DE LA TECHNIQUE. LECTURES ARCHITECTURALES DU CORPUS CÉSARIEN À LA RENAISSANCE (ALBERTI ET PALLADIO)
Pierre Caye

LA COLONNE COMME TROPHÉE DANS L’HISTOIRE NATURELLE DE PLINE L’ANCIEN
Olga Medved kova

REDESIGNING THE MEDIEVAL EXEGETICAL MAP: THE DESERT ENCAMPMENT AND EZEKIEL’S CANAAN IN THE SIXTEENTH CENTURY
Catherine Delano-Smith

SOCIAL STRATIFICATION IN THE IDEAL CITY
Ingrid D. Rowland

LA FORTUNE DES TEXTES MILITAIRES DE L’ANTIQUITÉ DANS LA LITTÉRATURE ARCHITECTURALE (XVIe-XVIIe siècles)
Frédérique Lemerle

UNE ÉDITION EN TEMPS DE GUERRE : LE LIVRE DE MARS DE PIERRE LE GRAND
Irina Khmelevskikh

II – Des formes pa rlantes

LE CHAMP DE BATAILLE COMME LIEU D’INSPIRATION URBAINE ET ARCHITECTURALE
Émilie d’Orgeix

LA BASE DEL MONUMENTO EQUESTRE DI NICOLÒ III A FERRARA: ARCO TRIONFALE O COLONNA ONORARIA?
Marco Folin

LE THÈME DU TRIOMPHE : MILITAIRE, CIVIL ET RELIGIEUX
Yves Pauwels

COLONNES ET CANONS. DÉCORS, USAGES ET SYMBOLES
Philippe Malgouyres

LA GUERRE COMME DÉCOR : EXPRESSIONS CONTRASTÉES DE L’HUMANISME MILITAIRE DANS LES TAPISSERIES
Cecilia Paredes

CHARLES PERCIER (1764-1838) ET PIERRE FONTAINE (1762-1853), ARCHITECTES DE LA VICTOIRE
Jean-Philippe Garric

Index

Les auteurs

Table des matières