Archives de catégorie : Julie Lageyre

Temps forts, temps faibles. Le temps en effet(s)

Le colloque « temps forts, temps faibles : le temps en effet » s’inscrit dans les Initiatives Doctorantes de l’École

doctorale Montaigne‑Humanités, avec le soutien des laboratoires Ameriber, Centre François‑Georges Pariset, Passages et Telem.

Rien n’est moins égal à une heure qu’une autre heure. Le temps apparaît élastique, il se dilate ou se contracte en autant de temps forts qui se distinguent d’apparents temps faibles. Le temps ne doit donc pas être considéré comme une évidence, mais plutôt comme un construit intime, social et épistémologique dont il s’agit de comprendre les mécanismes. Ce colloque se donne pour projet de mesurer le coefficient d’intensité du moment vécu, ainsi que les oscillations et retournements impliqués par le couple notionnel « temps forts / temps faibles », tant dans sa construction théorique que dans son expérimentation pratique.

Fruit d’un croisement disciplinaire, cet événement vise à interroger notre rapport au temps en ce qu’il est vécu et pensé de façon clivée entre deux pôles réversibles ou complémentaires.

Se déroulant les 15 et 16 mars 2018 de 9h à 17h à la MSHA de l’UBM, « Temps forts, temps faibles, le temps en effet(s) » s’organise en six sessions pluridisciplinaires et une projection-débat en partenariat avec le cinéma Utopia de Bordeaux. Vous trouverez le programme ici.

Si vous souhaitez assister à la projection, veuillez nous indiquer votre présence par mail à l’adresse colloquetemps@gmail.com avant le 14 mars.

Au plaisir de vous y retrouver nombreux,

Les organisatrices : Ninon Huerta, doctorante en géographie (UMR 5319 – Passages) ; Julie Lageyre, doctorante en histoire de l’art (Centre François-Georges Pariset – EA 538) ; Chloé Morille, doctorante en littérature comparée (Telem – EA 4195) ; Vanessa Saint-Martin, doctorante en études hispaniques (Ameriber – EA 3656)

Contact : colloquetemps@gmail.com