Centre François-Georges Pariset (EA 538)

Le Centre de Recherche en Histoire de l’art de l’Université Bordeaux Montaigne

 

Directeur-trice : Pascal Bertrand

 

Fondé à la fin des années 1990, le Centre François-Georges Pariset rassemble des enseignants-chercheurs en histoire de l’art travaillant sur une vaste période allant du Moyen Âge à nos jours. Son projet scientifique s’articule autour d’une thématique large « Patrimoines et Objets » et d’une réflexion d’ordre historiographique sur la discipline. L’ampleur des patrimoines couverts par l’activité des membres du Centre – patrimoine universitaire, ultramarins et coloniaux, militaire et marin, architectural – justifie pleinement l’usage du pluriel. Le terme « objet » est pris dans un sens large. Il n’est pas associé à un adjectif – pour ne pas restreindre le champ d’étude à un secteur précis (par exemple, le mot objet d’art renvoie trop exclusivement au domaine des arts dits décoratifs alors que la notion d’exotisme peut être associée au terme d’« objet ») – tout en étant abordé dans sa relation dynamique avec la notion de patrimoines.

 

Le Centre Pariset s’appuie sur l’implication de ses membres dans divers réseaux de la recherche, tant à un niveau local, que national et international. Cet engagement a également permis à ses membres de tisser des partenariats institutionnels (INHA, École du Louvre, Académie de France à Rome), d’avoir été sollicités comme experts (ANR, HCERES) et d’être accueillis et invités dans des universités et musées étrangers : KU Leuven, Université de Hambourg, Université la Manouba de Tunis, Université Laval (Québec), Université de Genève, Fondation Toms Pauli de Lausanne, Musée du Louvre, Musée du Quai Branly, The Metropolitan Museum of Art de New York, J. Paul Getty Museum de Los Angeles. Le Centre Pariset a répondu avec succès à des appels à projets de programmes de recherche régionaux et nationaux.

Deux Masters « Histoire de l’art » et « Patrimoine et Musées » sont adossés au Centre Pariset.

 

Quatre orientations de recherche qui s’appuient sur le passé historique de Bordeaux et sur les compétences spécifiques des enseignants-chercheurs ont été retenues :

Architecture et patrimoines

Arts et cultures coloniales

Objets d’art et ornement

Histoire de l’art : écrits, discours, langages

 

Architecture et patrimoines (sous la dir. de Gilles Ragot)

Les travaux de cet axe sont menés dans deux directions principales

Le patrimoine militaire

                Cet axe de recherche intitulé « Transferts disciplinaires : du militaire au civil » a pour ambition de redéfinir l’importance de la culture militaire pour la structuration intellectuelle et la formation d’une culture artistique commune aux élites françaises de la Renaissance à la première guerre mondiale. L’enquête se concentre sur les jeux de transferts, transcriptions et résonnances des militaria dans la sphère urbaine et architecturale mettant en valeur combien la démarche créative, l’art du projet, les savoirs de la maîtrise d’œuvre, le programme architectural, les techniques constructives et les arts décoratifs tout autant que la forme et la structuration de l’apprentissage professionnel ont été intrinsèquement liés à la culture militaire.

Trois directions de recherche sont privilégiées. La première consiste en l’étude des transferts de savoirs militaires par l’étude du livre d’architecture manuscrit (atlas, recueils) et imprimé en collaboration avec le programme de Bibliographie du Livre d’architecture français (1512-1789) porté à l’INHA. La seconde traite des transferts opérés sur les lieux militaires et envisage, en particulier, le champ de bataille comme lieu originel d’inspiration architecturale et urbaine (transferts d’objets et de symboles – spolia et triomphes – et transfert de sites -fondations urbaines, champ de Mars-). La troisième direction, enfin, porte sur le transfert de la mémoire de ces savoirs et de ces lieux. Elle s’adosse sur des analyses de reconversion et de réhabilitation architecturales contemporaines de sites, ensembles et bâtiments militaires dont la fonction originelles est obsolète. S’intéressant à des pratiques patrimoniales encore largement exploratoires, il s’agit de définir et de mettre en place des modes opératoires de réhabilitation et de reconversion respectueux du genius belli.

Processus de création et patrimonialisation en architecture

Cette direction de recherche porte sur les processus de création et de patrimonialisation en architecture. L’analyse historique de l’architecture s’inscrit dans l’épaisseur d’une double temporalité : celle de la genèse de l’Œuvre, et celle de sa vie jusqu’à son éventuelle patrimonialisation ou sa destruction.  L’étude des processus de création fait le constat des écarts existant entre théorie et pratique architecturale. C’est dans cet écart, et dans la capacité des concepteurs à tenir les qualités premières du projet, et ses attendus théoriques, que se révèle le parcours du maître d’œuvre. Cet écart résulte de nombreux facteurs complémentaires, qui selon les cas interviennent dans des proportions variables : jeu des protagonistes de l’acte du projet, prise en compte des contextes culturels ou géographiques, mise en tension entre le local et l’universel, impact de l’état des savoirs faire techniques, enjeux économiques et financiers, hasards et circonstances incontrôlables, etc…  Le temps de la constitution de cet écart est celui de la genèse du projet, celui par lequel il se révèle, et celui pendant lequel se transfèrent les savoirs théoriques.

Ces recherches s’appuient principalement sur le corpus de la production théorique, les ressources archivistiques et ce que l’analyse de l’Œuvre réalisée révèle elle-même ouvrant ainsi sur une véritable archéologie du projet. Cet axe accueille des travaux portants sur les modes de projet, sur la genèse des œuvres, mais également sur l’étude des traces qu’elles génèrent, leur réception, voire une approche historiographique.  Il s’appuie sur un séminaire doctoral ouvert depuis 2015 en partenariat avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux et l’appui d’Arc en rêve architecture.

 

Arts et patrimoine coloniaux (sous la dir. de Dominique Jarrassé)

En raison d’un ancrage local où la période coloniale a laissé des traces importantes, mais aussi de la spécialisation de certains chercheurs, la thématique coloniale demeure un axe majeur du Centre Pariset. Plusieurs colloques, thèses (Yves Laillou 2004 ; Christelle Lozère 2009) et ouvrages l’attestent, comme le collectif publié en 2015 « Nos artistes aux colonies ». Sociétés, expositions et revues dans l’empire français 1851-1940. Une étude est en cours sur la même thématique en Tunisie avec une équipe internationale, la restriction du champ géographique permettant un approfondissement de l’analyse du système colonial de l’art et une extension aux arts dits « indigènes », domaine encore trop peu abordé.

La notion d’arts coloniaux, au cœur des études du Centre Pariset, englobent trois ensembles de productions relevant des beaux-arts, des arts décoratifs, de l’architecture, de la photographie…, autant  d’artefacts dont la définition et le statut méritent d’être examinés :

  • œuvres réalisées par des artistes occidentaux sur les territoires colonisés, soit à l’instigation des institutions, soit selon des initiatives artistiques plus personnelles ;
  • arts dit « indigènes », en particulier dans le processus d’appropriation qui a découlé de leur encadrement par le système colonial, et arts autochtones, appropriés sous couvert de patrimonialisation ;
  • œuvres issues des territoires colonisés par des artistes formés aux techniques occidentales.

 

Comme matériaux d’approches sont privilégiés les structures de formation, les expositions, les sociétés artistiques et les musées, et, à côté des productions elles-mêmes, les discours, notamment par le biais des sources fournies par la presse. Le champ d’investigation ne se limite pas à la France, mais s’ouvrent à d’autres empires coloniaux, belge et italien en particulier, dans une perspective comparatiste. Des collaborations sont établies avec le Musée du quai Branly.

Au plan méthodologique, la thématique, tout en étant ancrée dans la période impériale, est aussi nourrie des cultural et postcolonial studies, comma l’a montré un colloque réalisé en 2015 en partenariat avec l’Académie de France à Rome et l’École du Louvre, Relectures postcoloniales des échanges artistiques et culturels entre Europe et Maghreb XVIIIe-XXIe siècles, réalisé en 2014-2015. Car il s’agit de porter l’accent sur les interactions, les circulations, les transformations réciproques des cultures mises en contact, les processus de déterritorialisation qui se poursuivent aujourd’hui, mais aussi sur la manière dont on a écrit l’histoire de l’art en contexte colonial.

Projets :

  • Contributions sur les sociétés artistiques et les expositions dans le catalogue de l’exposition sur la peinture coloniale, musée du quai Branly, 2017-18 ; colloque international en octobre 2018.
  • Expositions et culture coloniale : l’exemple de la Tunisie 1881-1956, dir. Laurent Houssais et D. Jarrassé, à paraître en 2018.
  • Dépouillements de revues coloniales et artistiques pour constituer des instruments de recherche, voire des anthologies (recherches appuyées sur les travaux d’étudiants).
  • Études sur les arts dans les musées coloniaux (thèse en cours de Giulia Golla Tunno), sur les expositions, sur les sociétés artistiques…
  • Projet de recherche spécifique sur l’Afrique française.

 

Objets et ornement (sous la dir. Pascal Bertrand)

La réflexion a privilégié durant les dernières années l’histoire des arts décoratifs, la fonction et l’usage des objets au sein de la demeure, leur statut et leur signification, leur esthétique. Elle y a associé une approche anthropologique de l’objet. Cet axe s’inscrit, de ce fait, dans le cadre d’une histoire de la culture matérielle. Il permet aussi d’envisager une réflexion sur la notion de style, qui une des grandes questions de l’histoire de l’art.

L’histoire des arts décoratifs apparaît au XIXe siècle, au moment où sont institués des musées spécifiques appelés d’« arts décoratifs », en Angleterre (Manchester et Londres), en Allemagne (Berlin, Hambourg) et en France (Paris). Les arts décoratifs tiennent également une place importante dans les expositions des produits de l’industrie et les Expositions universelles. Ce domaine d’étude, longtemps peu abordé à l’université, a été abordé selon deux approches principales et une secondaire : des études empiriques d’une part, s’appuyant sur l’utilisation de sources et sur la connoisseurship, visant dans l’absolu à la connaissance de l’objet en lui-même mais, en pratique, à l’analyse de ses techniques de fabrication, de son pédigrée et de son esthétique (depuis Havard jusqu’à Verlet et aussi chez Falke, Kris, Kimball…) ; d’autre part, des études qui partent de la demeure et de la fonction des pièces pour étudier les objets qu’elle contient, car c’est par l’étude de la sphère domestique que l’on peut apprécier les changements culturels, artistiques et socio-économiques plus larges qui ont affecté la vie quotidienne (depuis les Cultural Studies de Burkhardt) ; une autre approche de l’objet touche enfin à la question de l’ornement (depuis Riegl). Le programme vise à repenser la question de l’objet, de l’ameublement et de la décoration d’intérieur, du grand décor peint et tissé, de l’ornement en reconsidérant les fondements et les méthodes utilisés par les historiens de l’art des arts décoratifs. Cette orientation de recherche bénéficie d’une relation privilégiée avec le Musée des Arts décoratifs et du Design de Bordeaux.

Les travaux récents se sont concentrés sur les « objets frontière » et sur l’histoire de la tapisserie.

Le programme Exogénèses. Au croisement de l’histoire interconnectée, des transferts culturels et de la culture matérielle, le projet Exogenèses propose d’établir le concept « d’objets-frontières », ces objets nés de l’exogenèse, c’est-à-dire du contact avec des matériaux, des techniques, des formes, des connaissances ou des objets venus des antipodes, et qui continuent le lien entre Nous et les Autres (T. Todorov 1989) depuis le 16e siècle où la connaissance des quatre continents est acquise. Si l’histoire des objets est un domaine habituel de l’historiographie de l’art, le point de vue adopté utilisant les méthodes les plus actuelles des anthropologues sur les objets, concentrateurs de sens, et les appliquant à l’étude de l’Europe entendue comme terrain de rencontre est novateur puisque ce sont les phénomènes de métabolisme qui seront analysés à partir de focalisations sur des « objets-frontières ». Ainsi la discipline de l’histoire de l’art est elle-même poussée vers ses frontières. À travers l’étude des usages de tels objets l’histoire même de la construction de l’identité européenne par le dialogue avec les Autres peut être saisie. http://exogeneses.hypotheses.org/ Le programme Exogénèses. La production d’objets frontières dans l’art en Europe depuis 1500 a bénéficié d’un financement de l’ANR (2013-2016)

Le programme de recherche Arachné. Méthode critique de l’histoire de la Tapisserie: Préceptes, Circulation de modèles, Transferts de savoir-faire. France – XIVe-XXIe siècles a visé à replacer la tapisserie au sein de l’histoire de la création artistique. Il repose d’une part sur une approche dialectique de cet art, dans son rapport à la théorie de l’ornement dans les arts et l’architecture, dans sa relation étroite à la peinture et dans sa dépendance à l’organisation et au fonctionnement des anciens métiers d’art. D’autre part, il a pour objet de porter un regard critique sur les méthodes d’enquête et d’analyse utilisées jusque-là dans ce domaine de l’histoire de l’art. Le programme a bénéficié d’un financement de l’ANR (2011-2015) et de la Région Nouvelle Aquitaine ((2012-2016) et d’un soutien du Metropolitan Museum of Art de New York.

 

Histoire de l’art : écrits, discours, langages  (sous la dir. de Myriam Métayer et Adriana Sotropa)

Depuis une dizaine d’années, le centre Pariset explore des problématiques historiographiques, comme l’attestent plusieurs publications, en particulier Les ruptures, figures du discours historique (Cahiers du Centre Pariset, n° 5, 2005). Ces recherches s’inscrivent dans le champ des Cultural Studies et des théories postcoloniales (Relectures postcoloniales des échanges artistiques et culturelles entre Europe et Maghreb, colloque organisé à Paris, Rome et Tunis en 2015).

L’axe « Histoire de l’art : écrits, discours, langages » encourage les recherches consacrées à l’histoire de la discipline par l’étude de l’évolution de son écriture et de ses modalités narratives. Il s’agit de porter une réflexion sur la construction des discours de l’histoire de l’art, en prenant en considération autant leur contenu que leur forme. La journée d’étude intitulée Une rhétorique de l’histoire de l’art ? Pratiques et dispositifs de l’écriture (novembre 2015) marque le premier jalon d’un programme de recherche dynamique, qui se nourrit des approches théoriques de la narratologie et de la métahistoire. La circulation des connaissances, par l’attention particulière accordée aux langues et aux langages, constitue la prochaine étape d’un programme visant à encourager un regard critique sur la pluralité des discours historiques et ce, à l’échelle internationale. Cette dernière initiative est aussi destinée à favoriser l’inclusion des doctorants et des étudiants du Master Recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Centre François-Georges Pariset