Archives de catégorie : Manifestations à venir

Musées Monde, Workshop du Centre Pariset

Le 6 décembre au Musée d’Aquitaine aura lieu le Workshop du Centre François-Georges Pariset « Musées Monde. Des musées pour interroger le monde : Concepts – Espaces – Objets » dont vous trouverez le programme ici. Cet atelier se propose d’étudier les missions des musées dans la mondialisation à travers six interventions regroupées autour de trois axes – concepts, espaces et objets – suivies d’une discussion. La journée sera close par des visites-conférences au musée.

 

« DIRE PRESQUE LA MÊME CHOSE ». L’HISTOIRE DE L’ART ET SES TRADUCTIONS (XIXe-XXIe siècles)

Journée d’étude

Vendredi 22 septembre 2017

Université Bordeaux Montaigne

 

Les historiens de l’art manifestent, depuis quelques années, un intérêt croissant pour les questions d’ordre linguistique, discursif et rhétorique appliquées à leur discipline. Qu’en est-il de la traduction interlinguistique de ces stratégies ?

Suite à l’édition, au printemps 2017, d’un ouvrage intitulé Le Récit de l’histoire de l’art. Mots et rhétoriques d’une discipline (Éditions Esthétiques du Divers), notre souhait est d’explorer « la rhétorique à l’épreuve de la traduction », dans le sillage du colloque Rhétorique et traduction, publié par la SEPTET en collaboration avec le Laboratoire Ligérien de Linguistique de l’Université d’Orléans en 2012.

Au-delà des questions d’ordre lexical ou terminologique, en lien avec la diffusion des traductions, questions préalablement étudiées, nous invitons les historiens de l’art à réfléchir aux mutations, transferts et transmissions discursives qui concernent notre discipline, dans les multiples facettes qu’impose la traduction. Appliquée à l’histoire de l’art, cette dernière n’est pas qu’une affaire de mots, mais une affaire de langage au sens large du terme. Dans son ouvrage consacré à la traduction, dont nous empruntons le titre, Umberto Eco évoquait d’ailleurs le lien entre le voir et le dire en nous rappelant que la signification d’origine de translatio est « changement » mais aussi « transport », tandis que « traducere signifie ‘’conduire au-delà’’ »[1]. Le travail d’interprétation qu’appelle l’histoire de l’art donne en effet sa spécificité à la traduction de textes eux-mêmes voués à l’explication des œuvres.

La traduction est-elle une continuation du texte original et le traducteur un créateur et un continuateur de la pensée de l’auteur, comme le proposait Benjamin ? Est-elle, au contraire, un processus servile et imitatif ? Ou serait-elle un « acte de négociation » comme envisagé par Umberto Eco ? Plusieurs axes de recherche peuvent d’ores et déjà être proposés : l’historien de l’art en tant que traducteur, l’historien de l’art face à ses sources en langues étrangères et à la disponibilité de leur traduction, les enjeux éditoriaux des traductions, l’absence de traduction.

Les doctorants et jeunes docteurs sont vivement encouragés à nous soumettre des propositions.

Les propositions des communications, de 300 mots environ, accompagnées d’un titre et indiquant les principales sources utilisées, de même qu’une brève notice biographique, sont à adresser avant le 1e mai 2017 à :

Adriana Sotropa (Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne) : adriana.sotropa@u-bordeaux-montaigne.fr.

Myriam Metayer (Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne) : myriam.metayer@u-bordeaux-montaigne.fr

Les réponses seront communiquées au plus tard le 15 mai 2017. Une prise en charge des frais de déplacement et d’hébergement est prévue.

Les communications ne devront pas excéder 25 minutes.

 

[1] Umberto Eco, Dire presque la même chose. Expériences de traduction, Paris, Le Livre de Poche, 2013, p. 297.

Conférence : L’aventure du béton assemblé : de l’ossature au refend porteur

par Yvan Delemontey

Architecte, docteur en architecture et enseignant à l’EPFL

Mardi 12 avril 2016 – 18h00-19h30
Arc en rêve centre d’architecture, salle de communication (niveau 1)
Entrepôt, 7 rue Ferrère 33000 Bordeaux

Conférence organisée dans le cadre du séminaire « Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe-XXIe siècles) » coordination : Pr Gilles Ragot, Émilie d’Orgeix (UBM), Pr Gilles-Antoine Langlois, Gauthier Bolle (ENSAPBx)

S’étendant sur une dizaine d’années depuis la Libération, la Reconstruction est une période décisive dans l’histoire de l’architecture française. Elle se caractérise à la fois par la mise en œuvre à l’échelle nationale des théories urbanistiques modernes issues de l’entredeux-guerres et par la volonté d’industrialiser le bâtiment. Sous ce dernier aspect, on assiste au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à l’essor fulgurant d’une multitude de procédés novateurs – en grande partie liés à la préfabrication – qui tentent de résoudre, dans un contexte d’urgence et de pénurie, une équation particulièrement difficile : construire en masse, plus vite et meilleur marché. Jusqu’ici peu enclin à se moderniser, le secteur de la construction va pourtant connaître un bouleversement sans précédent, transformant en profondeur et en peu de temps ses pratiques, ainsi que les relations entre ses différents acteurs (architectes, ingénieurs, entrepreneurs, industriels, bureaux d’étude Continuer la lecture de Conférence : L’aventure du béton assemblé : de l’ossature au refend porteur

Conférence : « Janus architecte : la double temporalité de l’architecture »

par Philippe Potié

Architecte, historien, professeur à l’ENSA Versailles et membre du laboratoire LéaV

Mardi 15 Mars 2016 – 18h00
Arc en rêve centre d’architecture, salle de communication (niveau 1)
Entrepôt, 7 rue Ferrère 33000 Bordeaux

Conférence organisée dans le cadre du séminaire « Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe-XXIe siècles) » coordination : Pr Gilles Ragot, Émilie d’Orgeix (UBM), Pr Gilles-Antoine Langlois, Gauthier Bolle (ENSAPBx)

L’espace architectural fait résonner une double temporalité dont on ne perçoit pas toujours les accords. Distraits par les bruits de débats que jouent ici la modernité contre la postmodernité, comme autrefois les Anciens contre les Modernes, la complémentarité des temps dont l’architecture se fait le théâtre est largement éclipsée par le vacarme de la querelle stylistique. Nous voudrions faire sentir le jeu subtil de duettiste auquel se livrent dans le dessin des édifices, le temps court de l’action et le temps long de la contemplation. Nous formulerons l’hypothèse que l’architecture se découvre dans Continuer la lecture de Conférence : « Janus architecte : la double temporalité de l’architecture »

séminaire : « Au delà du béton brut : Rudolph, Pei, Kahn et la matérialisation du matériau » par Réjean Legault

Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe -XXIe siècles)
séminaire 2015-2016 / séance du 09.02.2016 – 18h00-19h30

Travaillant depuis plusieurs années sur la question des rapports entre matériau et modernité architecturale, j’ai été amené à étudier plusieurs bâtiments emblématiques de l’architecture Américaine des années soixante. Fondées sur l’analyse attentive des archives et des objets bâtis, ces études examinaient la façon dont leurs concepteurs ont négocié le passage du béton figuré à sa réalisation matérielle, en une séquence que j’ai appelé « la matérialisation des matériaux ». Empruntant aux travaux qui replacent le matériau et le « faire » au centre de la réflexion théorique en art et en anthropologie, la conférence propose une relecture de mes essais sur Paul Rudolph, I.M. Pei et Louis Kahn, ainsi qu’un retour sur leur inspiration première : le béton brut de Le Corbusier. Ce nouvel éclairage invite à penser que la production des formes matérielles découle d’une véritable lutte entre l’architecte et la matière, en un processus où se manifeste « l’indiscipline du matériau ». La conférence vise ainsi à jeter un autre regard sur le travail créatif de l’architecte, et le processus de concrétisation de l’objet architectural.

Réjean Legault est professeur à l’Ecole de design de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Diplômé en architecture de l’Université de Montréal, il a soutenu en 1997 une thèse e doctorat intitulée « L’appareil de L’architecture moderne: New Materials and Architectural Modernity in France (1889- 1934) ». au Massachusetts Institute of Technology de Boston. Après avoir travaillé au Centre d’archives d’architecture du XXe siècle de l’Institut français d’architecture (IFA) à Paris (1991-1995), il a participé à la création du centre de recherche du Centre Canadien d’Architecture de Montréal. Ses travaux portent sur l’historiographie de l’architecture moderne, sur la culture architecturale en Amérique du Nord et sur la tectonique et les cultures constructives. Ses publications incluent Anxious Modernisms: Experimentation in Postwar Architectural Culture (coédité avec Sarah Williams Goldhagen, The MIT Press, 2000) ainsi que de nombreuses contributions dans des revues spécialisées, des ouvrages collectifs et des catalogues d’expositions.

 

séminaire 2015-2016

Actualités de la recherche en histoire de l’architecture (XVIe -XXIe siècles) Pr Gilles Ragot, Émilie d’Orgeix (UBM), Pr Gilles-Antoine Langlois, Gauthier Bolle (ENSAPBx)

Colloque : Ancrage et déterritorialisation des artistes : réécrire l’histoire

Call for papers : BACCHANALIA ! – International Conference (Bordeaux, 4th – 5th February 2016)

BACCHANALIA!

NUDE, ECSTASY AND DANCE IN XIXTH CENTURY ART

International Conference (Bordeaux, 4th – 5th February 2016)

Bacchanale-anglais

The myth of Bacchus, wandering god of drunkenness, contagious euphoria and creative inspiration, experienced a series of revivals throughout history. In the XIXth century, this “mysterious god”, living “hidden amongst the vines” as Baudelaire once said, reemerged to both trouble and nourish artistic creation. In a time when mythographs rediscover the cult of the Antic god and romantic poets from Schlegel to Schelling, bringing back its Orphic and spiritual depths, the artists of the period also show a lot of interest in the mysterious call of Bacchus and his procession. Long before Nietzsche, bacchanals, orgiastic celebrations, cortege of fauns and satyrs, dancing Maenads and Bacchus’ triumphs invaded the artistic, cultural and social imagination of the period, from Delacroix to Böcklin, from Berlioz to Wagner. The Antic Myth is thus transformed. This feverish taste for Dionysian disorder, which Continuer la lecture de Call for papers : BACCHANALIA ! – International Conference (Bordeaux, 4th – 5th February 2016)

Bacchanales ! Colloque international – appel à communication

Bacchanales !

Le nu, l’ivresse et la danse au XIXe siècle

Colloque international

(Bordeaux, 4-5 février 2016)

 Bacchanale

Le mythe de Bacchus, dieu vagabond de l’ivresse, de l’extase contagieuse et de l’inspiration créatrice, connaît de multiples résurgences au cours de l’histoire. Au XIXe siècle, ce « dieu mystérieux », qui vit selon Baudelaire « caché dans les fibres de la vigne », revient en force troubler et nourrir la création artistique. Alors que les mythographes redécouvrent le culte du dieu antique et que les poètes romantiques, de Schlegel à Schelling, en raniment les profondeurs orphiques et spirituelles, les artistes se laissent également emporter par les pouvoirs enivrants de Bacchus et de son cortège. Bien avant Nietzsche, bacchanales, fêtes orgiaques, cortèges de faunes et satyres, ménades dansantes et triomphes de Continuer la lecture de Bacchanales ! Colloque international – appel à communication